Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2844853552
Éditeur : Allia (2010)


Note moyenne : 3.12/5 (sur 24 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
À la suite d’un quiproquo, une jeune femme, la narratrice,
se substitue à une autre prénommée Anna et fait la connaissance, à la terrasse d’un café parisien, de William Stein, artiste photographe à la réputation bien établie. Se sentant mal-aimée depuis son enfan... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (8)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par Sharon, le 20 mars 2012

    Sharon
    J'ai déjà été très longue avant de l'acquérir : j'ai tourné autour de lui parce qu'avant de connaître son contenu, je trouvais que ce roman était un bel objet. Je me suis finalement laissée tenter, d'autant plus que ce premier roman était bref.
    Ce roman est particulièrement déroutant, grâce à sa narratrice et personnage principal Qui est-elle ? Comment s'appelle-t-elle ? D'où vient-elle ? Nous ne le saurons pas. Elle est une page blanche, une performeuse du quotidien. Elle est Anna, parce qu'un photographe a cru la reconnaître et elle accepte cette identité. Elle est aussi Alice Kahn, sa créature, sa création, qu'elle parvient à faire vivre par les histoires qu'elle a inventées sur cette artiste "hors-norme" (forcément, puisqu'elle n'existe pas) et à endosser ce rôle, de temps en temps, notamment au Musée de la Vie Romantique. Je me suis demandée si elle ne cherchait pas à symboliser la femme soumise, puisqu'elle est exactement ce que les autres attendent d'elle, alors qu'elle est une manipulatrice hors-pair. Elle cache ses failles sous ses comédies du quotidien. Que fuit-elle donc, pour ne pas être capable d'assumer sa véritable identité ?Les bribes qui nous sont dévoilées sont trop minces pour reconstituer son passé - et rien ne prouve qu'elles ne sont pas nées à nouveau de son imagination fertile. Ce roman est aussi une satire assez drôle de l'art contemporain. Certains faits rapportés sont tellement outranciés que le texte est proche de la caricature.
    Cette première oeuvre ne m'a pas laissée indifférente, tant elle m'a forcée à m'interroger sur les procédés utilisés. le style est à la fois précieux et soigné. Pauline Klein est une romancière à suivre.

    Lien : http://le.blog.de.sharon.over-blog.com/article-alice-kahn-de-pauline..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Lencreuse, le 30 août 2010

    Lencreuse
    « Anna ? » interroge William Stein, photographe, qui a, apparemment, rendez-vous avec Anna à la terrasse du Libre-Echange. Une question qui donne l'occasion à la narratrice de s'approprier cette Anna, de se glisser dans ses contours, de vivre pour elle les débuts d'une relation avec William : « Je me donne une heure. Une heure de silences bien choisis, de tromperies minutieuses, à le faire parler, à glaner quelques informations sur moi-même, ou sur Anna, pour entrer dans la peu du personnage. » Petit livre original et drôle de cette rentrée littéraire, Alice Kahn interroge l'identité tout en révélant le talent d'un jeune auteur, Pauline Klein. Elle a créé avec sa narratrice aux multiples facettes, et dont on ne saura finalement jamais la véritable identité, un personnage bien étonnant ! « Je ne travaille que lorsque je trouve une position adéquate pour rentrer dans un poste vacant » annonce-t-elle. Ainsi la jeune femme a-t-elle déjà occupé un poste de journaliste dans un magazine culturel, l'occasion de « créer » une mystérieuse artiste, Alice Kahn. Mais elle-même s'amuse à déposer un peu d'elle dans les musées et les galeries : « Je passe inaperçue mais je dépose des traces de ma présence. Je vis pour ne me souvenir que des moments d'absence. » Un cadre chiné posé dans un musée, des points aux feutres sur des tableaux de Warhol… autant de petits gestes qui traduisent un besoin de se sentir au monde. Parce que le départ d'un père, l'abandon lâche, la narratrice ne s'en est jamais vraiment remise. Alors la petite fille qui n'a « hérité de rien » et passait inaperçue invente sa vie. Ce petit roman enlevé, rythmé, et follement original triture la question de l'identité de manière presque inquiétante car on ne peut s'empêcher de se demander : « les gens sont-ils finalement vraiment ce qu'ils semblent ? ». Ce premier roman livre aussi un regard ironique sur le monde de l'art contemporain et le personnage principal aurait bien pu être inspiré d'artiste telle que Sophie Calle… Ce qui n'est pas pour me déplaire !

    Lien : http://lencreuse.over-blog.com
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

  • Par Nyenna, le 13 avril 2013

    Nyenna
    Un livre que j'ai trouvé amusant à lire. C'est d'ailleurs l'enjeu de ce livre, la narratrice s'amuse de situations, vit sa vie comme un jeu de rôle où elle pourrait se glisser dans la peau de diverses personnes. L'art est au centre avec comme question qu'est-ce que l'art? qu'est-ce qu'un objet d'art? Qui en décide. La narratrice s'amuse à créer l'oeuvre d'art sur le principe du ready made. La narratrice est en perpétuelle représentation, c'est un jeu de mise en scène, elle voit les lieux et les personnages comme des poupées de cartons. Jusqu'où peut aller l'imposture?
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par LaLo, le 28 janvier 2013

    LaLo
    Voilà un roman qui détonne. La vérité et les mensonges se mêlent, perdant parfois le lecteur pour mieux le raccrocher ensuite. Réelle réflexion sur l'identité et les pièges de la volonté de reconnaissance, ce roman est une bulle, qui laisse une trace indéfectible en quelques pages. À lire, à garder, à conseiller, et à relire pour s'en réimprégner.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

  • Par CMazin, le 18 novembre 2010

    CMazin
    Alice Kahn de Pauline Klein
    facebook wikio digg twitter google
    Rédigé par Virginie Troussier, le mercredi 17 novembre 2010 à 08h34 - Modifier
    « Je passe inaperçue et je dépose des traces de ma présence. Je vis pour me souvenir des moments d'absence ». L'héroïne rencontre William, à la terrasse d'un café, en pyjama. Elle ne s'attendait pas à rencontrer quelqu'un ; William la confond avec une autre. Il pense qu'elle est Anna. Elle ne dit pas le contraire, et devient cette Anna, dont elle ne sait rien.
    Le livre part du point de départ par excellence : le rien. « Je n'ai pas d'origine ». Tout débute comme une page blanche. Ce sont les mots et les choses extérieures qui la remplissent. Elle décide simplement que ce qui croise son chemin la façonnera. L'héroïne joue à se cacher derrière d'autres noms, d'autres enveloppes. Vit-on dès lors sa vie si nous jouons à imiter la vie ? Pour Anna, il n'y a pas de différence. Il n'y a pas d'un côté l'authenticité, et de l'autre l'imitation, les deux se confondent.

    Lien : http://www.actualitte.com/dossiers/1218-femme-rencontre-paris-artist..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

> voir toutes (3)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par TomRipley, le 04 février 2015

    J'habite dans un appartement de deux pièces, composé d'une entrée, d'un salon, d'une chambre, d'une kitchenette et d'une salle de bains avec baignoire. Chez moi je n'ai pas de miroirs. Je me regarde dans les yeux des autres et dans toutes les vitrines du monde, mais pas chez moi.
    L'appartement donne sur une cour d'école d'où j'entends, le matin les cris des enfants, à dix heures et demi, et à trois heures. La sonnerie de la première récré annonce généralement la fin de ma nuit.
    La première pièce, celle dans laquelle on entre, c'est la scène. Sur du parquet, dont je me dis qu'il craque, un canapé gris clair en velours sur lequel j'ai déposé des coussins violets pour faire contraste. Au sol, un tapis que j'appelle ancien, placé de travers. En face, une table en bois blanc et trois chaises noires autour, dont l'une reste généralement vide. Le contour des fenêtres est peint en gris. La lumière éclaire mes pieds le matin, mes seins l'après-midi.
    Dehors, des nuages blancs sont posés ça et là sur un ciel bleu gris. On entre dans ma chambre par une petite porte grise. Mon lit tout blanc est fait. Un placard s'ouvre sur des robes à faire crever de jalousie n'importe quelle femelle normalement constituée, et sur une collection de chaussures, juste ce qu'il faut. Je m'habille toujours pareil, pour passer inaperçue. Sauf qu'un personnage vient de m'être servi sur un plateau, devant ma porte.
    Je naviguerai dans une image faite de possibles plus que de réalités. Mon appartement deviendra un laboratoire à fabriquer une fille que l'on repère même quand elle est en pyjama au bord d'une route abandonnée. Des contours neufs et mouvants délimiteront ma transparence en la masquant, et me rendront visible. Je construirai une marionnette, un pantin infaillible, que j'habillerai au fur et à mesure. Il faudra se préparer. Se préparer et répéter.
    Je deviendrai cette femme fatale qui pioche un homme au vol pour n'en faire qu'une bouchée. J'aurai de nouvelles épaules, et des regards qui en disent longs. Je m'inventerai des rêves, les rêves qu'Anna fait la nuit, et que j'interpréterai pour comprendre sa vie.
    Les autres, le hasard, l'extérieur, deviendront mon terrain de jeux. Comme lorsque je décide de me trouver un emploi. S'introduire dans la vie par les quelques trous qu'elle laisse sans surveillance.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par anyuka, le 23 novembre 2010

    Est-ce qu'on peut recoller un rêve avec sa suite là où on l'a arrêté ? Dans mon lit, je fais toujours ça le matin. La cloche qui annonce la fin de la récré sonne et arrête mon rêve. J'attends la suite, elle me manque. Alors je la cherche. Je tourne la tête sur mon oreiller, et je sens le poids du rêve valser de gauche à droite sous mon crâne. Le rêve est lourd.

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par claracambry, le 06 septembre 2010

    "Anna" est un personnage de roman qui file dans mes histoires comme une métaphore à talons. Elle est même pire que ça. Dès que l'occasion se présente, elle prend la forme de tout ce qui n'est pas moi.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
3,90 € (neuf)
4,00 € (occasion)

   

Faire découvrir Alice Kahn par :

  • Mail
  • Blog

Autres livres de Pauline
Klein(1) > voir plus

> voir plus

Quiz

    La Curée d'Emile Zola

    Paru en 1872, La Curée, deuxième roman de la série des Rougon-Macquart d'Emile Zola se déroule en 1851. Il dépeint les milieux enrichis et spéculateurs à Paris peu après le coup d'Etat de Louis-Napoléon Bonaparte. Ceci est:

    •   parfaitement exact
    •   faux
    •   partiellement exact: le roman se passe en 1869, peu avant la guerre
    •   La Curée est bien d'Emile Zola mais est un roman indépendant qui ne fait pas partie du cycle des Rougon-Macquart

    25 questions - 157 lecteurs ont répondu
    Thème : littérature française , rougon-macquart , xixème-xxème siècles

    Créer un quiz sur ce livre.