Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2070378314
Éditeur : Gallimard (1987)


Note moyenne : 3.9/5 (sur 379 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
'Le livre du rire et de l'oubli' est un roman en forme de variations. Les différentes parties se suivent comme les différentes étapes d'un voyage qui conduit à l'intérieur d'un thème, à l'intérieur d'une pensée, à l'intérieur d'une seule et unique situation dont la comp... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (14)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par seblac, le 31 juillet 2014

    seblac
    Il y a des livres qui ont une grande valeur littéraire. C'est le cas du livre du rire et de l'oubli. Parfois aussi ces livres se chargent d'une immense valeur personnelle voire intime. Pour moi, c'est le cas du livre du rire et de l'oubli. Publié en français en 1979, ce livre est le premier écrit en France par Kundera tmais écrit en tchèque puis traduit par François Kérel). C'est donc un livre charnière, un nouveau point départ mais qui n'oublie pas ce qui a eu lieu avant.
    Alors oui ce n'est pas une histoire, un roman ordinaire ou classique. Non ce sont sept histoires, sept variations qui finissent par former un tout, un thème. Ce tout est lui même indéfinissable, ses contours sont flous, ses frontières ne sont pas tracés au cordeau. Ses frontières sont celles que le lecteur voudra bien lui donner. Un voyage parfois étrange souvent inattendu dans une Bohème à la fois réelle et irréelle.
    Certains diront de ce livre que ce n'est pas son meilleur. Pourquoi pas. Moi je trouve que c'est le plus beau. le plus beau car c'est le livre d'un homme enfin libre. Cette liberté Kundera nous la transmet en nous mettant sur le chemin d'une pensée à la fois érudite et accessible (à qui veut bien y accéder bien sûr). Comme souvent en partant de petites choses Kundera nous amène à réfléchir et surtout à nous poser des questions sur des domaines aussi variés que la politique, la société, l'art, l'amour...Un livre stimulant, créateur de pensées.
    D'autres enfin diront que ce livre est complexe, trop décalé. Pour moi c'est cette complexité, ce décalage qui le rendent si attirant. Un livre qui interroge l'ambivalence de toutes choses. Ambivalence du rire : le rire des anges, le rire du diable. Ambivalence de l'oubli parfois inacceptable parfois indispensable. Un livre précieux pour ce qu'il est capable de créer. Un livre que j'aime passionnément.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 41         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par ahasverus, le 05 octobre 2013

    ahasverus
    Le lecteur qui attend d'un livre de Kundera qu'il lui raconte une histoire sera certainement déçu. Pourtant l'univers de Kundera existe : je l'ai rencontré !
    Il y a 7 chapitres au Livre du Rire et de l'Oubli. Malgré ce que je viens d'écrire, je vais en résumer les sujets :
    chapitre 1.- Les Lettres perdues : Mirek a eu voici 25 ans une liaison avec Sdena. Il reprend contact avec elle en vue de récupérer et de détruire ses vieilles Lettres d'amour car il a honte de cette relation. Obsédé par cette idée futile, il néglige de se débarrasser de documents politiques compromettants, ce qui amène son arrestation et son emprisonnement par la dictature tchèque des années 70.
    chapitre 2.- Maman : Karel et Markéla supportent mal Maman, mais ils décident de l'inviter une semaine à la condition qu'elle parte samedi pour ne pas compromettre leurs jeux libertins avec Eva. Mais Maman feint d'oublier le jour du départ.
    chapitre 3.- Les Anges : Michèle et Gabrielle, étudiantes préférées de Madame Raphaël, doivent analyser devant sa classe le Rhinocéros de Ionesco. Elles axent leur intervention sur l'effet comique de la pièce et sont tournées en ridicule par Sarah, une rivale. Michèle et Gabrièle sortiront victorieuses de cette situation grâce au soutien de Madame Raphaël.
    Nous suivons en parallèle l'histoire de la jeune R. qui soutient l'écrivain Kundera, dissident, en lui permettant d'écrire des horoscopes alimentaires dans le journal où elle travaille. Il en profite pour tourner en ridicule le directeur de ce quotidien.
    chapitre 4.- Les Lettres perdues : Tamina a fui La République tchèque avec son mari, décédé quelques mois après. Elle souhaite récupérer des carnets intimes abandonnés dans sa fuite afin de reconstituer son passé.
    chapitre 5.- Littost : le soir où il doit recevoir à Prague sa maîtresse, l'étudiant est invité par son ami Voltaire à une soirée à laquelle participe le Grand Poête.
    chapitre 6.- Les Anges : Raphaël vient chercher Tamina pour la conduire sur une île ou elle se retrouve au milieu d'enfants. Elle sera acceptée, adorée, puis traquée avant de quitter l'île à la nage et de se noyer.
    En parallèle Kundera évoque l'agonie de son père.
    chapitre 7.- La Frontière : Jan oscille entre des aventures sexuelles décevantes et des conversations aux amis. Comme il s'apprête à quitter définitivement la ville, il consent à aller à une orgie organisée par Barbara. Il assiste également à l'enterrement de Passer, qu'un incident rend drolatique.
    Voici pour les histoires.
    S'agit-il de nouvelles ? Dans son "chapitre 6 les Anges" , Kundera s'explique : "tout ce livre est un roman en forme de variations." - "C'est un roman sur le rire et sur l'oubli, sur l'oubli et sur Prague, sur Prague et sur les anges."
    Un roman sur le rire, sur l'oubli, sur Prague, sur les Anges ? Pas seulement bien sûr. Mais c'est ça, et surtout ça.
    Qu'est ce qu'une variation ?
    Les variations sont un voyage, nous dit-il. "Le voyage des variations conduit au dedans de l'infinie diversité du monde intérieur qui dissimule toute chose."
    C'est donc à travers l'infinie complexité du rire et de ses significations que le livre nous conduit. Car le rire peut être fédérateur ou discriminatoire, fait du diable ou fait des anges. Les anges peuvent ils être parfois plus cruels que le diable lui-même ? Toutes ces histoires m'amènent à le penser.
    C'est à travers l'infinie déclinaison de l'oubli que nous emmène Kundera . L'oubli qui conduit Tamina à sa perte. L'oubli qui désinhibe Karel, Markéla et Eva. L'oubli qui détruit le peuple tchèque ou l'oubli qui chasse la culpabilité, ou l'oubli de circonstance de Maman. Et d'autres oublis que j'ai oublié - oui je sais, c'est facile.
    Je pourrais poursuivre encore pour vous faire remarquer que toutes les scènes de sexe sont tristes alors que la scène de l'enterrement est gaie. Je pourrais attirer votre attention sur le fait que Litost, qui m'évoque Le banquet de Platon, est la seule histoire dont les chapitres n'ont pas de numéros , (si quelqu'un a compris pourquoi, je suis preneur). Je pourrais relever tous les paradoxes, tel le comportement paradoxal de Mirek qui milite contre l'oubli du passé historique en cherchant à faire disparaître son passé privé. Je pourrais affirmer, car j'en suis certain, que Raphaël est l'ange qui accompagne les voyageurs et que le récit de Tamina sur l'île est celui de son agonie. Alors je vous ferais remarquer que dans le premier récit des anges la professeure s'appelle Madame Raphaël, et moi aussi je dirais que ce n'est pas par hasard.
    Je pourrais vous dire cent autre choses sur cet univers si riche, si vos yeux restent ouverts et si vous prenez votre temps.
    Car l'oeuvre de Kundera est un univers, comme l'est celle de Kafka, l'autre Tchèque. Un univers de variations qui peut vous apporter un plaisir immense -et varié - si vous n'oubliez pas que la poire est plus importante que le tank, que l'invasion des villes par le merle est plus historique que l'invasion de Prague par les Russes, et que les choses ne sont pas toujours aussi simples qu'elles le paraissent.
    Les variations sont plus importantes que les histoires.
    Il appartient à chacun d'oublier la ronde et de rejoindre les rangs des inconditionnels de Kundera.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          5 20         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par kris334, le 26 juin 2014

    kris334
    Lire du Kundera, c'est comme écouter la musique de Grieg : variations autour d'un thème.
    Les émotions, les ressenties, les pensées intimes des personnages, qui vivent souvent une situation similaire, mais avec de nombreuses variations autour du même thème, se croisent et s'entrecroisent.
    Sont abordés les thèmes de l'oubli, l'oubli de ce qui fait mal, l'oubli des choses qu'on ne devraient pas oublier ; le rire, le rire de la dérision,le rire cruel de la moquerie, mais aussi le rire salvateur, qui soulage, quand la culpabilité s'envole et vous laisse l'âme légère... Et rire, c'est commencé à dédramatiser, à porter un regard compatissant sur soi aussi, à pardonner, à oublier...
    Milan Kundera écrit en finesse ; il suggère, il tisse une trame légère d'histoires, qui devient dense, de par notre vécu, notre ressenti. Pour ce livre en particulier, il y aura autant de niveaux de lectures qu'il y aura de lecteurs. Et chaque relecture apporte une nouvelle vision, de nouvelles idées.
    Du très bon Kundera.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          4 21         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par Kittiwake, le 17 mars 2012

    Kittiwake
    Rédiger cette chronique n'a pas été facile. Je ne sais que dire de cet écrit dont l'auteur affirme qu'il s'agit d'un roman : je n'y ai trouvé qu'une succession d'histoires, qui certes ont un unité de temps (après-guerre et arrivée des communistes dans l'ex Tchécoslovaquie) et plus ou moins de lieu, mais j'ai plus l'impression d'avoir parcouru un recueil de nouvelles.
    Différents thèmes sont évoqués et jetés pèle-mêle : les traques, les trahisons, l'exil et la nostalgie du paradis perdu, abordés aussi bien dans des récits fictifs que dans les confidences personnelles de l'auteur.
    Les lettres perdues
    Le premier récit met en scène un ancien scientifique dissident à la recherche de lettres qu'il avait adressé à une femme qu'il avait aimée 20 ans plutôt. Traqué par la police, il rencontre cette femme, qui refuse de lui rendre les lettres. Il sera arrêté à son retour chez lui
    Maman
    Intrusion de Maman, la mère de Karel, invitée à passer quelques jours chez son fils et sa belle fille, dans la vie du couple, soucieux de lui cacher leurs secrets d'alcôve. Ils comptent pour cela sur sa vue basse et ses troubles de mémoire.
    Les anges
    Récit complexe, mêlant fiction et biographie, ainsi qu'une réflexion sur le rire.
    Les lettres perdues
    C'est sans doute le récit qui m'a le plus intéressée. Tamina voudrait récupérer des poèmes et des lettres qui sont restées à Prague chez sa belle-mère. Il lui est impossible d'y retourner elle-même. Elle devra y renoncer.
    Litost
    Les déboires d'un abstinent sexuel involontaire, déchiré entre une groupe de poètes éméchés et une femme de garagiste adultère
    Les anges 2
    c'est le texte le plus obscur et le plus complexe. On y retrouve une Tamina désabusée, qui disparaît sans laisser de traces. Suit un délire onirique, où Tamina se retrouve sur une île peuplée par des enfants démoniaques.
    Kundera y mêle des observations sur la musique contemporaines. Il y parle aussi de son père que la vieillesse a isolé dans un monde sans mots
    J'aurai vraiment souhaité faire partie de ce voyage littéraire, rédigé par quelqu'un qui fût, brièvement rennais, ce qu'il évoque au cours du récit, mais j'ai l'impression d'être passée à côté


    Lien : http://kittylamouette.blogspot.fr/2012/03/le-livre-du-rire-et-de-lou..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          3 20         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par sentinelle, le 02 décembre 2012

    sentinelle
    Variations sur la complexité du rire et les méandres de l'oubli, Kundera nous offre une belle panoplie à travers sept récits qui se rejoignent sur les thématiques abordées. J'ai été particulièrement sensible à celui de l'oubli ou l'évaporation de la mémoire, que l'auteur aborde du point de vue historique et politique (principalement la Tchécoslovaquie après 1968) mais également sous l'angle de l'intime et de l'identité. Comme par exemple la vieillesse d'une mère qui pose la question du processus de rétrécissement progressif lorsque la vie entame son long voyage vers le néant. Beaucoup de variations également sur les rapports amoureux triangulaires, un thème que j'imagine bien volontiers récurrent chez cet auteur.
    Un livre qui se lit avec beaucoup de plaisir mais qui ne va sans doute pas me laisser un souvenir impérissable de par la fugacité et la multiplicité des histoires. Peu importe, la balade était agréable et m'a donnée envie d'aller voir plus loin en compagnie de l'auteur tant cette première lecture était stimulante.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la critique

> voir toutes (69)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par kris334, le 26 juin 2014

    Qu'est-ce que la litost ?
    Litost est un mot tchèque intraduisible en d'autres langues. Sa première syllabe, qui se prononce longue et accentuée, rappelle la plainte d'un chien abandonné. Pour le sens de ce mot je cherche vainement un équivalent dans d'autres langues, bien que j'aie peine à imaginer qu'on puisse comprendre l'âme humaine sans lui.
    Je vais donner un exemple : l'étudiant se baignait avec son amie étudiante dans la rivière. La jeune fille était sportive, mais lui, il nageait très mal. Il ne savait pas respirer sous l'eau, il nageait lentement, la tête nerveusement dressée au-dessus de la surface. L'étudiante était irraisonnablement amoureuse de lui et tellement délicate qu'elle nageait aussi lentement que lui. Mais comme la baignade était sur le point de prendre fin, elle voulut donner un instant libre cours à sont instinct sportif et elle se dirigea, d'un crawl rapide, vers la rive opposée. L'étudiant fit un effort pour nager plus vite, mais il avala de l'eau. Il se sentit diminué, mis à nu dans son infériorité physique, et il éprouva la litost. Il se représenta son enfance maladive sans exercices physiques et sans camarades sous le regard trop affectueux de sa mère et il désespéra de lui-même et de sa vie. En rentrant tous deux par un chemin de campagne ils se taisaient. Blessé et humilié, il éprouvait une irrésistible envie de la battre. Qu'est-ce qui te prend ? lui demanda-t-elle, et il lui fit des reproches ; elle savait bien qu'il y avait du courant près de l'autre rive, il lui avait défendu de nager de ce côté-là, parce qu'elle risquait de se noyer - et il la frappa au visage. La jeune fille se mit à pleurer, et lui, à la vue des larmes sur ses joues, il ressentit de la compassion pour elle, il la prit dans ses bras et sa litost se dissipa.
    [...]
    La litost est un état tourmentant né du spectacle de notre propre misère soudainement découverte.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par Kittiwake, le 17 mars 2012

    Je disais à ma soeur, ou elle me disait, tu viens, on joue à rire? On s'allongeait côte à côte sur un lit et on commençait. Pour faire semblant, bien sûr. Rires forcés. Rires ridicules. Rires si ridicules qu'ils nous faisaient rire. Alors il venait, le vrai rire, le rire entier, nous emporter dans son déferlement immense. Rires éclatés, repris, bousculés, déchainés,rires magnifiques, somptueux et fous...Et nous riions à l'infini du rire de nos rires....
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la citation

  • Par Kittiwake, le 17 mars 2012

    La graphomanie (manie d'écrire des livres) prend finalement les proportions d'une épidémie lorsque le développement de la société réalise trois conditions fondamentales :
    1) un niveau élevé de bien-être général qui permet aux gens de se consacrer à une activité inutile
    2) un haut degré d'atomisation de la vie sociale et, par conséquent, d'isolement général des individus
    3) le manque radical de grands changements sociaux dans la vie interne de la nation (de ce point de vue, il me paraît symptomatique qu'en France où il ne se passe pratiquement rien, le pourcentage d'écrivains soit vingt et une fois plus élevé qu'en Israël)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

  • Par Kittiwake, le 17 mars 2012

    L'irrésistible prolifération de la graphomanie parmi les hommes politiques, les chauffeurs de taxi, les parturientes, les amantes, les assassins, les voleurs, les prostitués, les préfets, les médecins et les malades, me démontrent que tout homme sans exception porte en lui sa virtualité d'écrivain en sorte que toute l'espèce humaine pourrait à bon droit descendre dans la rue et crier : Nous sommes tous des écrivains!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la citation

  • Par Owly, le 21 mars 2011

    Toute relation amoureuse repose sur des conventions non écrites que ceux qui s’aiment concluent inconsidérément dans les premières semaines de leur amour. Ils sont dans une sorte de rêve, mais en même temps, sans le savoir, ils rédigent, en juristes intraitables, les clauses détaillées de leur contrat.

    Commenter     J’apprécie          0 14         Page de la citation










Sur Amazon
à partir de :
7,12 € (neuf)
3,20 € (occasion)

   

Faire découvrir Le Livre du rire et de l'oubli par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez la collection Folio

> voir plus

Lecteurs (964)

> voir plus

Quiz