Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Guy Abadia (Traducteur)

ISBN : 226615561X
Éditeur : Pocket (2005)


Note moyenne : 3.83/5 (sur 24 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Tout commence lors d'une partie de chasse, quand Brion Haldane, le roi de Gwynedd, meurt d'une crise cardiaque, provoquée par une puissante magicienne derynie. Kelson, encore adolescent, succède à son père. Alaric Morgan, l'un des rares Derynis de Gwynedd qui ose affich... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (7)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 2.00/5
    Par Andarta, le 20 août 2013

    Andarta
    La « Trilogie des Magiciens » est en fait le rassemblement de trois romans en un seul ouvrage qui pèse un peu plus de mille pages en format poche. Il est donc épais… Et il a l’avantage de former un tout sans devoir courir après les suites.

    Une fois ce constat fait, je m’attendais, vu le titre, à un pur roman de fantasy, avec une débauche de magie, de sorts variés et spectaculaires, de combats échevelés, etc, etc… puisqu’il s’agit de magiciens… sauf que j’en ai été pour mes frais. Il y a bien des sorts ici ou là, souvent surprenants, il est vrai, mais rarement extraordinaires. Ils entrent même dans la catégorie de la suggestion et de l’illusion, à mon avis. Je m’attendais aussi à un monde médiéval. Là aussi, surprise ! Dès les premières pages, on se retrouve confronté à un monde et à une cour qui ne dépareillerait pas avec celle de Louis XIV, intrigues politiques inclues. Car, oui, il s’agit surtout de cela en fait : intrigues de cour, de pouvoirs, confrontation du régalien et du religieux, d’une politique éclairée à un obscurantisme xénophobe rampant… Montée de la tension à coups de situations compliquées et de plus en plus impossibles… Menaces d’invasion doublée d’une escalade vers la guerre civile. Autant dire que le jeune roi Kelson, Morgan son champion et Duncan, le prêtre, ont du pain sur la planche pour sauver le royaume…
    J’ai souri d’ailleurs en repérant des noms aux consonances nettement celtiques, comme ressortis tout droit de la mythologie et du domaine arthurien, sans parler de quelques clichés notoires qui balisent ici et là les événements. Ainsi Charissa, Celle-de-l’Ombre a bien quelques ressemblances avec Morgane la Fée, Kelson avec Arthur et Morgan, avec Duncan, reprennent à eux deux le rôle de Merlin… On obtient ainsi un curieux mélange de légendaire perdu dans une époque trop moderne pour être mythique.
    En dehors de cela, peut-être est-ce dû à la traduction, mais j’ai mis un temps infini à venir à bout de cette trilogie. Le style m’a totalement rebutée, en effet. J’ai trouvé que les phrases étaient lourdes et si les descriptions sont nécessaires, elles deviennent ici si présentes qu’elles envahissent et stoppent même l’action. Que m’importe de savoir si une boite quelconque fait vingt centimètres et une main de profondeur ! L’essentiel est de savoir ce qu’elle contient et en quoi elle est nécessaire au personnage qui la tient… L’auteur aime décrire et pour moi, cela me donne plus l’impression qu’elle tente de retranscrire absolument tout des scènes qu’elle avait visuellement en tête à ce moment-là. Du coup, vous connaîtrez toute la garde-robe de Morgan et Duncan, que ce soit les vêtements de voyage, de parade ou de chasse… du plumet du chapeau jusqu’aux bottes et aux éperons ! C’est amusant au début, mais ça lasse vite quand l’action se retrouve une énième fois bloquée.
    Autre chose qui m’a gênée : la fin de chacun des romans. Quel est le but de créer une tension aussi forte, une situation aussi inextricable pour finalement résoudre le problème en trois pages, quasiment d’un coup de baguette magique ? C’est quasiment de l’incohérence, pour moi. Pire, en tant que lectrice, je me suis sentie aussi bien frustrée que volée. Le « Tout ça pour ça ? » m’est encore resté en travers de la gorge. Alors il y a sûrement une suite à cette Trilogie (qui doit elle-même suivre une autre série), mais je crois que je vais passer mon tour pour le moment…
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Nierika, le 04 juin 2013

    Nierika
    Rien n'y fait, je n'aime plus lire ces derniers temps. Je n'en veux pas à La trilogie des magiciens et à son auteur de n'avoir pas su susciter en moi une passion fougace pour Kelson et ses acolytes. Pourtant, j'avoue que ma lecture de ces quelques milles pages s'est révélée plus facile que prévue : l'univers décrit par Katherine Kurtz est cohérent, s'extirpe même d'un canevas trop manichéen, les personnages sont attachants, mais la trame principale, peut-être pour des soucis de cohérence justement, se trouve réduite à la menace que représente Celle de l'Ombre (Tome I), puis la guerre civile (Tome II), et enfin, Wencit de Torenth (Tome II). Bien que les intrigues des deux derniers tomes soient intimement liées, force est de constater le rétrécissement même géographique de cette trame principale qui fait fi des évènements / personnages secondaires, des royaumes adjacents, et qui laisse, finalement, un goût d'inachevé - les trilogies parues après réussiront peut-être à épancher cette impression. Néanmoins, et sans trop vouloir en dévoiler, on ne peut que reprocher à l'auteur la facilité avec laquelle les trois menaces énoncées ci-dessus sont résolues. Si le dernier tome cumule, en plus, des erreurs de traduction, il m'a quand même donné envie d'en savoir plus sur ce Cycle des Derynis. Prochaine étape : La trilogie du roi Kelson, La trilogie des héritiers ou La trilogie des rois ?
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Lecteurdelombre, le 24 janvier 2014

    Lecteurdelombre
    Attention auteur cruel !
    Katherine Kurtz est surtout célèbre pour sa série Les Derynis. Dans une contrée volontairement inspirée de la Grande-Bretagne médiévale, nous suivons le règne difficile du jeune roi Kelson, partagé entre une vision obscurantiste de la magie et ses propres origines d'une sous-race humaine dotée de pouvoirs psychiques étendus, les derynis. Entre intrigues de cours, jeux politiques au cœur de l'église et champs de bataille frontaliers, on trouve étonnamment beaucoup de matière sur les personnages du récit, véritables chefs-d'œuvre émotionnels. Ruses amoureuses, trahisons fraternelles, amitiés indéfectibles, Kurtz fascine tous ses lecteurs par ses personnages qui marquent la mémoire au fer rouge.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Lecteurdelombre, le 24 janvier 2014

    Lecteurdelombre
    Attention auteur cruel !
    Katherine Kurtz est surtout célèbre pour sa série Les Derynis. Dans une contrée volontairement inspirée de la Grande-Bretagne médiévale, nous suivons le règne difficile du jeune roi Kelson, partagé entre une vision obscurantiste de la magie et ses propres origines d'une sous-race humaine dotée de pouvoirs psychiques étendus, les derynis. Entre intrigues de cours, jeux politiques au cœur de l'église et champs de bataille frontaliers, on trouve étonnamment beaucoup de matière sur les personnages du récit, véritables chefs-d'œuvre émotionnels. Ruses amoureuses, trahisons fraternelles, amitiés indéfectibles, Kurtz fascine tous ses lecteurs par ses personnages qui marquent la mémoire au fer rouge.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Striden, le 25 novembre 2007

    Striden
    Bon je n'ai lu que le premier tome de la trilogie mais pour l'instant le livre n'offre pas un désir de lecture que donne certain... je vous réinforme tous lorsque je finis les trois tomes....

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

> voir toutes (4)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par SelenaConDoin, le 10 novembre 2011

    J'ai commencè le tome 1 il y a une semaine, et j'étais septique. Contrairement a ce que disent toute les critiques que j'ai trouvé a se sujet sur internet, je ne trouve pas que la psychologie des personnages soit trop détaillé. Au contraire dans les premiers chapitres je trouve qu'on les voient agir mais on a parfois du mal a les cerner ... J'étais aussi décourager par le deuxième chapitre du Réveil' car il y était cité beaucoup de noms ( lieux ou personnage ) mais peu d'explication étaient fournisent... Bref au début du premier tome je pataugé !
    J'ai cependant persévéré, et j'ai été récompensé par un récit sans temps mort ! Les actions s'enchainent et on ne s'ennui pas. Pour ce qui est de la psychologie des personnages, on apprend a les connaitre au fur et a mesure du liv're et on finit par s'attacher au duc Morgan et à ces compagnons. J'aime aussi beaucoup l'humour assez ironique qu'ils ont tous :)
    Bref il me tarde de lire les autres livres que l'auteur a écrit sur l'univers des Derynis. J'ai quand même un petit pincements au coeur en me disant que je n'y retrouverais pas héros préférés !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par ricou, le 22 septembre 2012

    Soudain, il entrevit l'ouverture espérée, et passa aussitôt à l'offensive. Sa manœuvre lui permis d'entailler le riche pourpoint de velours de son adversaire, et de lui piquer l'épaule droite au sang. Ian fit un bond en arrière.
    Il était furieux de s être laissé toucher...

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par Andarta, le 20 août 2013

    – Je suis excommunié, voilà ce qu’il dit. Mon royaume tout entier fait l’objet d’un Interdit, et ceux qui me resteront fidèles seront excommuniés eux aussi.
    – Et c’est tout ? fit Morgan avec un long soupir de soulagement. A t’entendre, je croyais qu’une catastrophe était arrivée.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par Andarta, le 20 août 2013

    Il ne se rendait pas compte qu’il venait de franchir la frontière entre le rêve et la folie.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
11,00 € (neuf)
1,77 € (occasion)

   

Faire découvrir La trilogie des magiciens par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (67)

> voir plus

Quiz