Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique


ISBN : 2-86901-096-6
Éditeur : Ars mundi (1998)


Note moyenne : 4.56/5 (sur 16 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
[10689-593] Paris, 1868, petit in-folio en feuilles sous couverture de livraison de ton crème . Premier tirage des superbes illustrations de Gustave Doré gravées sur bois. Cette livraison comprend 2 illustrations hors-texte : le berger et le roi / les poissons et le ber... > Voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (1)

> Ajouter une critique

> voir toutes (10)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Nastasia-B, le 13 août 2015

    L'Aigle avait ses petits au haut d'un arbre creux,
    La Laie au pied, la Chatte entre les deux,
    Et sans s'incommoder, moyennant ce partage,
    Mères et nourrissons faisaient leur tripotage.
    La Chatte détruisit par sa fourbe l'accord ;
    Elle grimpa chez l'Aigle, et lui dit : « Notre mort
    (Au moins de nos enfants, car c'est tout un aux mères)
    Ne tardera possible guères.
    Voyez-vous à nos pieds fouir incessamment
    Cette maudite Laie, et creuser une mine ?
    C'est pour déraciner le chêne assurément,
    Et de nos nourrissons attirer la ruine.
    L'arbre tombant, ils seront dévorés ;
    Qu'ils s'en tiennent pour assurés.
    S'il m'en restait un seul, j'adoucirais ma plainte. »
    Au partir de ce lieu, qu'elle remplit de crainte,
    La perfide descend tout droit
    À l'endroit
    Où la Laie était en gésine.
    « Ma bonne amie et ma voisine,
    Lui dit-elle tout bas, je vous donne un avis :
    L'aigle, si vous sortez, fondra sur vos petits.
    Obligez-moi de n'en rien dire :
    Son courroux tomberait sur moi. »
    Dans cette autre famille ayant semé l'effroi,
    La Chatte en son trou se retire.
    L'Aigle n'ose sortir, ni pourvoir aux besoins
    De ses petits ; la Laie encore moins :
    Sottes de ne pas voir que le plus grand des soins,
    Ce doit être celui d'éviter la famine.
    A demeurer chez soi l'une et l'autre s'obstine,
    Pour secourir les siens dedans l'occasion ;
    L'Oiseau Royal, en cas de mine ;
    La Laie, en cas d'irruption.
    La faim détruisit tout : il ne resta personne
    De la gent marcassine et de la gent aiglonne
    Qui n'allât de vie à trépas :
    Grand renfort pour messieurs les Chats.

    Que ne sait point ourdir une langue traîtresse
    Par sa pernicieuse adresse !
    Des malheurs qui sont sortis
    De la boîte de Pandore,
    Celui qu'à meilleur droit tout l'Univers abhorre,
    C'est la fourbe, à mon avis.

    L'AIGLE, LA LAIE ET LA CHATTE, Livre III, Fable VI.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 29         Page de la citation

  • Par Cielvariable, le 22 mai 2012

    LE LOUP ET LE RENARD.
    D'où vient que personne en la vie
    N'est satisfait de son état ?
    Tel voudrait bien être soldat
    A qui le soldat porte envie.

    Certain renard voulut, dit-on,
    Se faire loup. Hé ! qui peut dire
    Que pour le métier de mouton
    Jamais aucun loup ne soupire ?

    Ce qui m'étonne est qu'à huit ans
    Un prince en fable ait mis la chose,
    Pendant que sous mes cheveux blancs
    Je fabrique à force de temps
    Des vers moins sensés que sa prose.

    Les traits dans sa fable semés
    Ne sont en l'ouvrage du poète
    Ni tous ni si bien exprimés :
    Sa louange en est plus complète.

    De la chanter sur la musette
    C'est mon talent ; mais je m'attends
    Que mon héros, dans peu de temps,
    Me fera prendre la trompette.

    Je ne suis pas un grand prophète :
    Cependant je lis dans les cieux
    Que bientôt ses faits glorieux
    Demanderont plusieurs Homères ;
    Et ce temps-ci n'en produit guères.

    Laissant à part tous ces mystères,
    Essayons de conter la fable avec succès.

    Le renard dit au loup : " Notre cher, pour tous mets
    J'ai souvent un vieux coq, ou de maigres poulets :
    C'est une viande qui me lasse.
    Tu fais meilleure chère avec moins de hasard :
    J'approche des maisons ; tu te tiens à l'écart.
    Apprends-moi ton métier, camarade, de grâce ;
    Rends-moi le premier de ma race
    Qui fournisse son croc de quelque mouton gras :
    Tu ne me mettras point au nombre des ingrats.
    - Je le veux, dit le loup ; il m'est mort un mien frère :
    Allons prendre sa peau, tu t'en revêtiras. "
    Il vint, et le loup dit : " Voici comme il faut faire,
    Si tu veux écarter les mâtins du troupeau. "
    Le renard, ayant mis la peau,
    Répétait les leçons que lui donnait son maître.
    D'abord il s'y prit mal, puis un peu mieux, puis bien ;
    Puis enfin il n'y manqua rien.
    A peine il fut instruit autant qu'il pouvait l'être,
    Qu'un troupeau s'approcha. Le nouveau loup y court,
    Et répand la terreur dans les lieux d'alentour.
    Tel, vêtu des armes d'Achille,
    Patrocle mit l'alarme au camp et dans la ville :
    Mères, brus et vieillards, au temple couraient tous,
    L'ost au peuple bêlant crut voir cinquante loups :
    Chien, berger, et troupeau, tout fuit vers le village,
    Et laisse seulement une brebis pour gage.
    Le larron s'en saisit. A quelque pas de là
    Il entendit chanter un coq du voisinage.
    Le disciple aussitôt droit au coq s'en alla,
    Jetant bas sa robe de classe,
    Oubliant les brebis, les leçons, le régent,
    Et courant d'un pas diligent.

    Que sert-il qu'on se contrefasse ?
    Prétendre ainsi changer est une illusion :
    L'on reprend sa première trace
    A la première occasion.

    De votre esprit, que nul autre n'égale,
    Prince, ma muse tient tout entier ce projet :
    Vous m'avez donné le sujet,
    Le dialogue, et la morale.


    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par Cielvariable, le 22 mai 2012

    LE CORBEAU ET LE RENARD.
    Maître Corbeau, sur un arbre perché,
    Tenait en son bec un fromage.
    Maître Renard, par l'odeur alléché,
    Lui tint à peu près ce langage :
    " Hé ! bonjour, Monsieur du Corbeau,
    Que vous êtes joli ! que vous me semblez beau !
    Sans mentir, si votre ramage
    Se rapporte à votre plumage,
    Vous êtes le phénix des hôtes de ces bois. "
    A ces mots le Corbeau ne se sent pas de joie ;
    Et pour montrer sa belle voix,
    Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie.
    Le Renard s'en saisit, et dit : " Mon bon Monsieur,
    Apprenez que tout flatteur
    Vit aux dépens de celui qui l'écoute :
    Cette leçon vaut bien un fromage, sans doute. "
    Le Corbeau, honteux et confus,
    Jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par Cielvariable, le 22 mai 2012

    LE LIÈVRE ET LA TORTUE.
    Rien ne sert de courir ; il faut partir à point :
    Le lièvre et la tortue en sont un témoignage.
    " Gageons, dit celle-ci, que vous n'atteindrez point
    Sitôt que moi ce but. - Sitôt ? Êtes-vous sage ?
    Repartit l'animal léger :
    Ma commère, il vous faut purger
    Avec quatre grains d'ellébore.
    - Sage ou non, je parie encore. "
    Ainsi fut fait ; et de tous deux
    On mit près du but les enjeux :
    Savoir quoi, ce n'est pas l'affaire,
    Ni de quel juge l'on convint.
    Notre lièvre n'avait que quatre pas à faire.
    J'entends de ceux qu'il fait lorsque, prêt d'être atteint,
    Il s'éloigne des chiens, les renvoie aux calendes,
    Et leur fait arpenter les landes.
    Ayant, dis-je, du temps de reste pour brouter,
    Pour dormir, et pour écouter
    D'où vient le vent, il laisse la tortue
    Aller son train de sénateur.

    Elle part, elle s'évertue,
    Elle se hâte avec lenteur.
    Lui cependant méprise une telle victoire,
    Tient la gageure à peu de gloire,
    Croit qu'il y va de son honneur
    De partir tard. Il broute, il se repose,
    Il s'amuse à toute autre chose
    Qu'à la gageure. A la fin, quand il vit
    Que l'autre touchait presque au bout de la carrière,
    Il partit comme un trait ; mais les élans qu'il fit
    Furent vains : la tortue arriva la première.
    " Eh bien ! lui cria-t-elle, avais-je pas raison ?
    De quoi vous sert votre vitesse ?
    Moi l'emporter ! et que serait-ce
    Si vous portiez une maison ?

    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par Cielvariable, le 11 mai 2013

    Loup et le Chien :

    Un loup n’avait que les os et la peau,
    Tant les chiens faisaient bonne garde.
    Ce loup rencontre un dogue aussi puissant que beau,
    Gras, poli, qui s’était fourvoyé par mégarde.
    L’attaquer, le mettre en quartiers,
    Sire loup l’eût fait volontiers ;
    Mais il fallait livrer bataille,
    Et le mâtin était de taille
    A se défendre hardiment.
    Le loup donc, l’aborde humblement,
    Entre en propos, et lui fait compliment
    Sur son embonpoint, qu’il admire.
    « Il ne tiendra qu’à vous, beau sire,
    D’être aussi gras que moi, lui répartit le chien.
    Quittez les bois, vous ferez bien :
    Vos pareils y sont misérables,
    Cancres, hères, et pauvres diables,
    Dont la condition est de mourir de faim.
    Car quoi ? rien d’assuré ; point de franche lippée ;
    Tout à la pointe de l’épée.
    Suivez moi, vous aurez un bien meilleur destin. »
    Le loup reprit : « Que me faudra-t-il faire ?
    -Presque rien, dit le chien : donner la chasse aux gens
    Portant bâtons et mendiants ;
    Flatter ceux du logis, à son maître complaire :
    Moyennant quoi votre salaire
    Sera force reliefs de toutes les façons :
    Os de poulets, os de pigeons,
    Sans parler de mainte caresse. »
    Le loup déjà se forge une félicité
    Qui le fait pleurer de tendresse
    Chemin faisant, il vit le cou du chien pelé.


    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

> voir toutes (42)

Videos de Jean de La Fontaine

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Jean de La Fontaine

Émission Répliques consacrée aux Fables de La Fontaine, diffusée sur France Culture le 1er août 2011. Invité : Fabrice Luchini.








Sur Amazon
à partir de :

16,00 € (occasion)

   

Faire découvrir Fables, illustrées par Gustave Doré par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz