Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2246318912
Éditeur : Grasset (1983)


Note moyenne : 4/5 (sur 5 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :

Le développement de la violence hante notre société. Le Professeur Henri Laborit, fort de trente ans de travail interdisciplinaire consacré à la biologie des comportements, rappelle une double évidence : la violence est, d'abord,... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (2)

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par greg320i, le 20 février 2015

    greg320i
    La colombe assassinée, un titre qui résonne comme un roman .
    Un roman des temps modernes où nous sommes tous des Spartacus, des Homonculus sensitif. En gros des récepteurs de nerfs à vif, des producteurs exclusif de violence -voulue-ou non- voir le craintif trop réactif devant ce mal absolu.
    La vertu de la violence ? Faire naitre un besoin de s'exprimer, crier haut et fort à l'aide du corps ce qui sommeille au fond du cerveau .
    Faire connaître à autrui son opinion de manière plus ou moins expéditive :
    " Donne-moi ta main,,, et prend la mienneuuuhh" VLAN !
    Evidemment en pratique c'est moins drôle .. Et en théorie par Henri Laborit éminent professeur chirurgien - neurobiologiste , peut-être encore moins.
    Mais bon il s'agit ici d'un essai et non d'une leçon ou d'une morale qu'on nous infligerai par le biais de répliques de ce qu'il faut ou ne faudrait pas faire .
    Encore heureux ! Pour ma part la lecture s'est en tout cas très bien faites car le prophète Laborit nous dédie d'abord un prologue enrichi de formules de base afin de comprendre sa réflexion
    Une bonne chose quand on sais le langage utilisé de certains scientifiques défendant leur point de vue .

    Bref la violence s'apprend nous dit-on , elle née dans les cratères cachés de nos malaises et se terre comme un ver solitaire. Un lombric qui va prendre des dents forcément, car la solitude de sa propre révolte ne saurer interminablement mordre l'âme sans en contaminer l'individu.
    de quel manière doit-on interpréter la vigueur ? Jusqu'à quel point le besoin d'agir est-il justifiable ? D'un banal coup de poing sur la table jusqu' a la folie douce de se croire invulnérable ( mais bien misérable) l' Homme découvre ses forces, se renforce ou se protège à coup de maux .
    L'idéal des idéaux de certains idiots se veut explosif hélas.
    Quand on n'a plus rien à perdre jusqu'à sa propre vie , on sacrifie alors les dernières lueurs d'esprit , on prie jusqu'à la lie , on reçoit de l'au-delà des messages corrompu et puis,, résultat expéditif voir définitif dirons nous pour conclure .

    Cette petite colombe assassinée qui vola dans le ciel jadis était-elle innocente ou coupable déjà d'occuper un espace trop réduit pour tout ce fichu monde ?
    La question ne saurait rester en suspend.. PAN !!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 14         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Pirouette0001, le 20 juillet 2013

    Pirouette0001
    Un essai sur la violence par ce grand professeur en neurobiologie spécialisé dans le comportement humain. Ouvrage qui m'avait parfois dérangé à la lecture car nous renvoie à nos propres failles. Mais livre extrêmement intéressant, même si le propos reste pessimiste, en ce sens que l'auteur se demande si quelque chose peut véritablement changer.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

> voir toutes (3)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par greg320i, le 18 février 2015

    Mais la police et les armées n'ont jamais interdit les actes de violence, de même que les institutions internationales n'ont interdit les guerres, car elles ont simplement imposé les lois exprimant la dominance du plus fort sans essayer de comprendre les mécanismes en cause; elles font respecter , par la violence , une violence institutionnalisée, lorsque s'oppose à elle une violence explosive

    Commenter     J’apprécie          3 8         Page de la citation

  • Par greg320i, le 18 février 2015

    L'homme est donc un être vivant dont l'histoire phylogénique et ontogénique est particulière . Comme pour tout être vivant possédant un système nerveux , ce dernier lui permet de contrôler ses conditions de vie en lui permettant d'agir sur l'environnement au mieux de son bien-être, car la seule raison d'être d'un être, c'est d'être . Ce n'est pas un droit cela, c'est une obligation sans laquelle il n'y aurait pas d'êtres vivants .
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par Pirouette0001, le 20 juillet 2013

    Pourquoi dans l'enchaînement si complexe des systèmes écologiques de la biosphère, toute vie est-elle dépendante d'une autre vie qu'elle détruit ? Pourquoi toute vie se nourrit-elle d'une autre vie qu'elle mortifie ? Pourquoi la souffrance et la mort des individus d'une espèce sont-elles indispensables à la vie de ceux d'une autre ? Pourquoi cette planète n'a-t-elle toujours été qu'un immense charnier, où la vie et la mort sont si étroitement entremêlées qu'en dehors de notre propre mort, toutes les autres nous semblent appartenir à un processus normal ? Pourquoi acceptons-nous de voir le loup manger l'agneau, le gros poisson manger le petit, l'oiseau manger le grain et, par le chasseur, la colombe assassinée ? Mais aussi, pourquoi vivre et pourquoi mourir ?
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 5         Page de la citation

> voir toutes (5)

Videos de Henri Laborit

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Henri Laborit

Extrait de "Mon Oncle d'Amérique" de Resnais, avec Henri Laborit








Sur Amazon
à partir de :
14,72 € (neuf)
6,07 € (occasion)

   

Faire découvrir La colombe assassinée par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz

    Le temps des physiciens

    Le temps est-il apparu en même temps que l'univers ou l'a t-il précédé ? Est-il dans le monde ou le contient-il ? S'écoule-t-il en sens unique ? Serait-ce la mort qui nous obligerait à penser le temps ? Quelles sont les convergences et les différences entre le temps physique et le temps sensible, existentiel ? Étienne Klein puise, en contrepoint de la physique, dans la philosophie, la psychologie, la littérature, ma poésie... et le sport.

    •   Au-delà de l'espace et du temps
    •   Les tactiques de Chronos
    •   Une brève histoire du temps
    •   Le temps et sa flèche
    •   Peut-on voyager dans le temps ?
    •   Le facteur temps ne sonne jamais deux fois
    •   L'antimatière : La matière qui remonte le temps
    •   Trous noirs et distorsions du temps
    •   Et si le temps n'existait pas?
    •   Commencement du temps et fin de la physique ?

    10 questions - 30 lecteurs ont répondu
    Thème : temps qui passe , temps , physique , physique quantique , espace-temps , Espace et temps

    Créer un quiz sur ce livre.