AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2246318912
Éditeur : Grasset (1983)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 8 notes)
Résumé :

Le développement de la violence hante notre société. Le Professeur Henri Laborit, fort de trente ans de travail interdisciplinaire consacré à la biologie des comportements, rappelle une double évidence : la violence est, d'abord, une expression du fonctionnement du système nerveux, lequel n'est compréhensible qu'en décortiquant ses niveaux d'organisation. Mais, après avoir étudié la violence chez... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (2) Ajouter une critique
greg320i
greg320i20 février 2015
  • Livres 5.00/5
La colombe assassinée, un titre qui résonne comme un roman .
Un roman des temps modernes où nous sommes tous des Spartacus, des Homonculus sensitif. En gros des récepteurs de nerfs à vif, des producteurs exclusif de violence -voulue-ou non- voir le craintif trop réactif devant ce mal absolu.
La vertu de la violence ? Faire naitre un besoin de s'exprimer, crier haut et fort à l'aide du corps ce qui sommeille au fond du cerveau .
Faire connaître à autrui son opinion de manière plus ou moins expéditive :
" Donne-moi ta main,,, et prend la mienneuuuhh" VLAN !
Evidemment en pratique c'est moins drôle .. Et en théorie par Henri Laborit éminent professeur chirurgien - neurobiologiste , peut-être encore moins.
Mais bon il s'agit ici d'un essai et non d'une leçon ou d'une morale qu'on nous infligerai par le biais de répliques de ce qu'il faut ou ne faudrait pas faire .
Encore heureux ! Pour ma part la lecture s'est en tout cas très bien faites car le prophète Laborit nous dédie d'abord un prologue enrichi de formules de base afin de comprendre sa réflexion
Une bonne chose quand on sais le langage utilisé de certains scientifiques défendant leur point de vue .

Bref la violence s'apprend nous dit-on , elle née dans les cratères cachés de nos malaises et se terre comme un ver solitaire. Un lombric qui va prendre des dents forcément, car la solitude de sa propre révolte ne saurer interminablement mordre l'âme sans en contaminer l'individu.
de quel manière doit-on interpréter la vigueur ? Jusqu'à quel point le besoin d'agir est-il justifiable ? D'un banal coup de poing sur la table jusqu' a la folie douce de se croire invulnérable ( mais bien misérable) l' Homme découvre ses forces, se renforce ou se protège à coup de maux .
L'idéal des idéaux de certains idiots se veut explosif hélas.
Quand on n'a plus rien à perdre jusqu'à sa propre vie , on sacrifie alors les dernières lueurs d'esprit , on prie jusqu'à la lie , on reçoit de l'au-delà des messages corrompu et puis,, résultat expéditif voir définitif dirons nous pour conclure .

Cette petite colombe assassinée qui vola dans le ciel jadis était-elle innocente ou coupable déjà d'occuper un espace trop réduit pour tout ce fichu monde ?
La question ne saurait rester en suspend.. PAN !!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          162
Pirouette0001
Pirouette000120 juillet 2013
  • Livres 4.00/5
Un essai sur la violence par ce grand professeur en neurobiologie spécialisé dans le comportement humain. Ouvrage qui m'avait parfois dérangé à la lecture car nous renvoie à nos propres failles. Mais livre extrêmement intéressant, même si le propos reste pessimiste, en ce sens que l'auteur se demande si quelque chose peut véritablement changer.
Commenter  J’apprécie          60
Citations & extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
Pirouette0001Pirouette000120 juillet 2013
Pourquoi dans l'enchaînement si complexe des systèmes écologiques de la biosphère, toute vie est-elle dépendante d'une autre vie qu'elle détruit ? Pourquoi toute vie se nourrit-elle d'une autre vie qu'elle mortifie ? Pourquoi la souffrance et la mort des individus d'une espèce sont-elles indispensables à la vie de ceux d'une autre ? Pourquoi cette planète n'a-t-elle toujours été qu'un immense charnier, où la vie et la mort sont si étroitement entremêlées qu'en dehors de notre propre mort, toutes les autres nous semblent appartenir à un processus normal ? Pourquoi acceptons-nous de voir le loup manger l'agneau, le gros poisson manger le petit, l'oiseau manger le grain et, par le chasseur, la colombe assassinée ? Mais aussi, pourquoi vivre et pourquoi mourir ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
greg320igreg320i18 février 2015
Mais la police et les armées n'ont jamais interdit les actes de violence, de même que les institutions internationales n'ont interdit les guerres, car elles ont simplement imposé les lois exprimant la dominance du plus fort sans essayer de comprendre les mécanismes en cause; elles font respecter , par la violence , une violence institutionnalisée, lorsque s'oppose à elle une violence explosive
Commenter  J’apprécie          93
rkhettaouirkhettaoui07 septembre 2015
Certes, les animaux savent communiquer entre eux, ils possèdent un certain langage. Mais celui qui est propre à l'homme, le langage parlé, puis écrit, régi par une grammaire et une syntaxe, n'a sans doute vu son épanouissement que depuis quinze à vingt mille ans, lorsque sa créativité lui a permis d'inventer des outils variés, de développer par rapport à son environnement des fonctions également variées. Un besoin s'est alors fait sentir de communiquer entre ces différentes fonctions humaines, comme précédemment la spécialisation cellulaire avait exigé, pour qu'un organisme travaille comme un tout cohérent, l'apparition d'une information circulante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui07 septembre 2015
On a écrit que le névrosé manquait d'imagination et que son comportement névrotique, qui trouve son expression la plus complète dans la crise hystérique, était un moyen d'attirer l'attention des autres sur lui et sur ses problèmes non résolus. Quand le névrosé a de l'imagination, il peut s'échapper sur un autre registre, celui de la créativité qui lui permet souvent de tempérer sa névrose et d'agir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaouirkhettaoui07 septembre 2015
La recherche de la dominance opère à partir de facteurs extrêmement nombreux parmi lesquels le sexe et l’âge sont sans doute importants. Ces facteurs varient avec la motivation à l’assouvissement du besoin et l’on sait l’intérêt pour l’objet sexuel dans toutes les classes de notre société industrielle. L’assouvissement des envies est une motivation qui, généralement, provient de la publicité faite autour de l’objet envié et de la constatation du plaisir que les autres éprouvent à l’utiliser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Henri Laborit (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henri Laborit
En 1984, Henri Laborit décide de participer à une série de 5 entretiens pour Radio Libertaire autour de ses livres et de son travail en général. Voici le cinquième et dernier d'entre eux, datant du lundi 12 novembre 1984: "La colombe assassinée".
autres livres classés : violenceVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
157 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre