Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Isabelle Caron (Traducteur)

ISBN : 2714445551
Éditeur : Belfond (2010)


Note moyenne : 3.95/5 (sur 130 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Un roman d’une ambition totale, porté par une écriture et une construction virtuoses, qui entremêle voix présentes et événements passés pour déployer, à travers l’odyssée d’un homme en quête désespérée d’identité et de sens, l’épopée flamboyante d’une famille sur cinq g... > Voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (30)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 2.00/5
    Par canel, le 30 juillet 2015

    canel
    En 1999, Caelum est prof de lettres, Maureen infirmière au lycée de Columbine - ah, l'auteur va sans doute évoquer le célèbre massacre, la quatrième de couverture vous dévoile comment dès les premiers mots, ne comptez pas sur moi pour spoiler. Ils ont la quarantaine, il en est à son troisième mariage, elle à son second, le couple a connu une crise suite à des écarts de madame. Ça semble aller mieux...
    Dans ce livre vous trouverez tout, beaucoup de sujets rebattus et traités ici sans grande originalité. En vrac : malaise adolescent, grand huit conjugal, addiction (alcool, médicaments...), maltraitance sur enfants, inceste, secrets de famille, folklore kitsch de la jeunesse américaine (dont le côté hystérique me hérisse toujours le poil), importance de la religion aux Etats-Unis, traumatisme de la guerre (Corée, Irak, Sécession), syndrôme post-traumatique, psychothérapie, univers carcéral, Alzheimer, brouilles familiales, ouragan Katrina, homosexualité, ségrégation raciale, féminisme, mythologie antique, théorie du chaos, lettres et journal intime d'une ancêtre dans des cartons. N'en jetez plus. J'aurais pu trouver ça riche, mais non, l'assemblage m'a paru mal fichu, lourd, désagréable à lire - ah les passages sur le XIXe, quel ennui ! Je me suis perdue dans les générations sur la fin et je ne cherchais pas à creuser tant j'avais hâte d'en finir avec ce pavé de 800 pages.
    Alors oui, c'est vrai, comme dans ce livre « La vie est désordonnée, violente, déroutante et pleine d'espoir. » (p. 742). Mais là, trop c'est trop. Enfin je ne sais pas, ça ne m'a pas convaincue. Je suis d'autant plus déçue que 'Le chant de Dolores' de cet auteur m'avait totalement séduite.
    Point positif à l'issue de cette lecture : l'envie de voir le film "Bowling for Columbine" (Michael Moore, 2002) parce que le sujet des jeunes adultes rongés par la haine au point de tuer et se suicider est tristement d'actualité et pose forcément beaucoup de questions sur notre société.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          3 31         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Altervorace, le 06 mai 2012

    Altervorace
    Le roman de Wally Lamb est profondément américain avec tous les défauts et les qualités inhérents à cette culture finalement assez éloignée de celle de notre vieille France. Tout est démesuré dans le Chagrin et la Grâce : les personnages, les tragédies, l'ampleur de l'histoire. Finalement, le personnage de Caelum nous emmène dans le mélodrame d'une Amérique en prise avec ses contradictions et ses ambivalences. Bien sur, l'auteur en fait parfois un peu trop ; du début à la tragédie presque antique jusqu'à la fin d'un lyrisme affolant. Mais c'est admirablement fait. Sous la plume incisive et précise de Wally Lamb, le mélodrame se fait oeuvre d'art. Et l'écrivain arrive, en 800 pages, à nous embarquer dans la quête mystique de son personnage... de l'histoire des États-Unis avant tout, par le prisme d'un présent où les héros, comme le pays, ont été traumatisé par Columbine. Étrangement, lors de ma lecture, je n'ai pas pu m'empêcher de penser à la littérature russe car j'ai parfois eu l'impression que comme dans Guerre et Paix, c'est plus d'un pays tout entier dont nous parle l'auteur que d'un personnage. L'esclavagisme, la Guerre de Sécession, celle de Corée, Colombine... et un point commun aux tragédies américaines dans leurs effets sur les individus : l'Etat de Stress post-traumatique. L'ESPT est admirablement décrit bien que l'on ne s'éloigne pas une seconde du schéma type - la psychologie des personnages est parfois un peu scolaire. En vrac nous avons donc les thèmes suivants : la violence, le racisme, L Histoire, la guerre, la psychologie, les secrets de familles, les addictions, la prison, le féminisme... Et à force de tragédies Caelum devient un Job des temps modernes, qui tente de ne pas baisser les bras alors que tous les malheurs le frappent. Finalement la Grâce du titre est sans nulle doute la grâce divine, objet véritable de la quête du héros.
    Je ne pense pas que l'on doivent aborder le Chagrin et la Grâce comme un roman réaliste ou un thriller psychologique, pour moi c'est une tragédie lyrique moderne, presque une parabole. le genre d'ouvrage qui me rappelle pourquoi, depuis toujours, j'aime la lecture avec passion.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 21         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par colimasson, le 31 août 2014

    colimasson
    Triste paradoxe : alors que Wally Lamb se targue d'effleurer la grâce dans ce livre, il la transforme en une bouillie peu ragoûtante qui nous fera regretter le plus modeste et pourtant mieux réussi Chant de Dolorès.
    Wally Lamb ne cache pas ses difficultés d'écriture et il avoue dans la postface qu'il a eu « un mal fou à écrire cette histoire » parce qu'il se trouvait « en panne d'inspiration ». Mais puisqu'il faut céder à la pression éditoriale…Wally Lamb conclut de manière pataude et achève son laïus ennuyé comme si on l'avait forcé à retrouver les bancs de l'école primaire : « j'espère que le livre met en avant la notion que le pouvoir doit être utilisé d'une façon responsable et miséricordieuse, et que nous sommes tous responsables les uns des autres ».
    D'ailleurs, les réflexions ne sont pas d'un niveau supérieur et ses personnages principaux, la quarantaine largement dépassée, s'indignent hypocritement :

    « Parce que si un Seigneur miséricordieux doublé d'un Grand Marionnettiste tirait les ficelles, comment se fait-il que ma femme ait dû se recroqueviller dans un placard sombre, entendre la fusillade, et y survivre pour ne plus être que l'ombre amère, égocentrique d'elle-même ? »

    Et puis aussi :

    « Tu peux peut-être m'expliquer. Pourquoi faut-il que les gens qui n'en peuvent plus s'emparent d'armes à feu et choisissent de finir en beauté ? En détruisant la vie d'autrui en même temps que la leur ? »

    Wally Lamb s'essaie à la critique politique mais on sent bien que ce n'est pas son domaine de prédilection. Qui l'a donc forcé à s'engager dans cette impasse littéraire ? Il en résulte un gros papier pataud et inauthentique dans lequel on peinera à retrouver l'âme simple et touchante du Wally Lamb écrivant le Chant de Dolorès.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 22         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par mariecesttout, le 19 février 2014

    mariecesttout
    Plusieurs jours après , que m'en reste-t-il? Pas mal de choses!
    Genre: pavé américain.
    Sous-genre: pavé américain bien lourd..
    J'avais lu les deux précédents romans de Wally Lamb qui ne donnaient pas dans la légèreté non plus..Il faut dire que cet écrivain donne l'impression de porter sur ses épaules le poids de l'histoire de son pays , et que ça pèse des tonnes.
    J'aime beaucoup le commentaire d'Altervorace qui dit déjà beaucoup de choses. Mais, s'il y a indiscutablement une dimension lyrique et mystique dans ce roman, la traduction française du titre en rajoute un peu, le titre initial étant The hour I first believed. La traduction des titres est toujours un mystère pour moi , et je ne sais pas qui en décide, le traducteur ou l'éditeur.
    En exergue, Dante, L'Enfer, bien sûr:
    "Elles traversèrent donc les eaux sombres
    Et n'avaient pas débarqué sur l'autre rive
    Que de nouvelles hordes s'assemblèrent."
    Et dans la postface, Wally Lamb raconte que le jour où il a fini d'écrire le manuscrit de ce roman qui démarre à peu près par le massacre de Columbine, " un étudiant armé est sorti de derrière un rideau dans une salle de conférences de Northern Illinois University, et a fait vingt et une victimes avant de se suicider...
    Le roman revisite donc l'histoire récente ( et un peu moins) des Etats-Unis à travers le destin d'un couple , écrasant sur son passage un personnage féminin, Maureen, auquel il n'épargne vraiment rien. Rescapée de Columbine ( les noms de toutes les victimes sont donnés) , le stress post traumatique dont elle souffre ( effectivement, très bien décrit) la conduit à des conduites addictives, et donc..
    Je dois avouer que ce que j'ai préféré dans cette histoire , c'est toute la partie qui raconte l'histoire de cette prison pour femmes du Connecticut, l'origine de sa création et le récit de la vie de cette militante abolitionniste , calqué sur le personnage d'Abigail Hopper Gibbons . Cela aurait suffi, pour moi, à faire un bon roman.
    Alors, qui trop embrasse etc? Trop? Trop de thèmes traités, trop de malheurs accumulés?
    Pas vraiment, enfin, pour moi. Enfin, toujours pareil, quand on aime le genre. A éviter à tout prix si ce n'est pas le cas.
    Mais tout s'enchaîne , la construction est remarquable,ce n'est pas dénué d'humour et de recul malgré tout, on ne s'ennuie pas une minute, l'auteur ( qui anime depuis longtemps des ateliers d'écriture dans des prisons) m'est sympathique, et bien sûr, je lirai son prochain roman avec le plus grand plaisir!
    Peut être pas de façon trop rapprochée, quand même.. :)


    Lien : http://en.wikipedia.org/wiki/Abigail_Hopper_Gibbons
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 15         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par litolff, le 06 août 2012

    litolff
    Après le drame de Columbine et l'impossibilité pour Maureen de se reconstruire près des lieux du drame, Maureen et Caelum Quirk déménagent dans le Connecticut où a grandi Caelum.
    Maureen a en effet été un témoin direct de la tuerie et se retrouve dévastée, en état de choc...
    Ce roman ambitieux et foisonnant qui évoque le traumatisme et ses séquelles,la reconstruction post-traumatique et la résilience, aborde également l'abolitionisme et le féminisme.
    Un gros roman, que j'ai bien aimé mais que j'ai trouvé un tout petit peu longuet, très légèrement ennuyeux...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la critique

> voir toutes (17)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par canel, le 29 juillet 2015

    Pour les jeunes qui ne sont pas sportifs, pour ceux qui aiment la lecture, ceux qui sont gays, ceux qui commencent à être révoltés par les injustices sociales, "afficher sa différence" est à la fois une découverte de soi et de l'autodéfense. Lors des grands rassemblements avant une compétition sportive, ils vous crèvent le coeur. Blottis les uns contre les autres, tout en haut des gradins, dans leurs impers trop grands et leurs vêtements de l'Armée du Salut, ils contemplent d'un air malheureux la consécration des élèves les plus populaires, approuvée par l'institution scolaire. Ils subissent des brimades, ces gosses - surtout ceux qui refusent de raser les murs. On leur fait des croche-pieds dans les couloirs, on les pousse contre les casiers aux vestiaires, on les bombarde de mie de pain au réfectoire. Leurs bourreaux sont pour la plupart extrêmement malins. Un prof accaparé, sortant des bureaux de l'administration ou se hâtant vers le photocopieur entre deux cours lancera peut-être un regard noir ou laissera tomber sèchement un "Ça suffit !", mais il ne s'arrêtera sans doute pas pour autant. Et si une petite brute sans finesse dépasse les bornes et se fait pincer, il y a de fortes probabilités pour que le CPE soit un ex-sportif et un ex-bourreau - quelqu'un qui comprend ce mode de fonctionnement, réprimande la petite brute et la renvoie en cours. Les marginaux savent où se réfugier : à la bibliothèque, au club de théâtre, au cours d'arts plastiques ou dans les ateliers d'écriture.
    (p. 51-52)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 17         Page de la citation

  • Par canel, le 26 juillet 2015

    « Je leur téléphone [à mes parents] trois, quatre fois par semaine, dit Alphonse. Ils sont toujours comme chien et chat, j'en conclus donc qu'ils vont bien. La semaine dernière, c'est maman qui a décroché ; elle était furax contre papa. Elle ne lui adressait plus la parole depuis deux jours parce qu'il avait refusé de regarder ailleurs quand une pub pour Victoria's Secret [lingerie féminine] était passée à la télé. » Il se lança dans une imitation parfaite de sa mère : « Tu sais ce qu'il a eu le culot de me dire, Alfonso ? Que j'étais juste JALOUSE ! Ha ha, quelle rigolade ! Moi, jalouse d'une bande de PUTTANE squelettiques qui se pavanent en sous-vêtements ? »
    (p. 181)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la citation

  • Par colimasson, le 01 septembre 2014

    Quelqu’un de notre classe n’arrête pas de cracher dans la fontaine du couloir principal et Mlle Hogan, notre maîtresse, croit que c’est Thomas Birdsey, mais c’est pas lui. C’est moi. La semaine dernière, toute la classe a eu interdiction de boire jusqu’à ce que le coupable se dénonce. Tout le monde est devenu de plus en plus furieux contre Thomas parce qu’il refusait d’avouer. Même moi, j’étais furieux contre lui parce que j’avais soif et que j’avais plus ou moins oublié qui était le vrai coupable. Puis Thomas a fait dans sa culotte, comme quand il était au CP, et l’administration a demandé à sa mère de venir le chercher.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la citation

  • Par genou, le 12 août 2015

    Je n'avais pas de titre pour mon roman, pas la moindre idée de la raison pour laquelle je l'avais écrit ni de la façon dont j'allais le faire publier. Il dormait dans un carton sur mon bureau d'enfant. Une histoire de quatre cent cinquante-sept pages sans titre dont je ne savais que faire. Était-elle bonne ? Quelqu'un que sa femme avait quitté parce qu'il était "trop distant" et "pas très intéressant" pouvait-il écrire un texte qu'on ait envie de lire ? Je demandai à ma Magic 8 ball, une boule magique qui avait réponse à tout et qui prenait la poussière sur l'étagère de ma chambre. Je la secouai et la retournai. La réponse apparut en flottant : C'est plus que douteux
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

  • Par litolff, le 23 juin 2010

    Ce week-end là, à Denver, j'entrai dans une librairie. Je voulais fouiner pour le plaisir. Au lieu de ça, je ressortis avec une brassée de livres pour Velvet.

    Elle les lut tous : Tolkien, Ursula K. Le Guin, H.G. Wells. Elle rechigna d'abord devant Dickens, mais après avoir dévoré tout le reste, elle s'attaqua à De grandes espérances. "Je croyais que ça serait nul, mais non, me dit-elle à mi-lecture. Ce mec a tout pigé.

    - Pigé quoi ?

    - Comment les adultes foutent la merde dans la tête des gosses.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation

> voir toutes (8)

Videos de Wally Lamb

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Wally Lamb


Wally Lamb - Ses influences
Interview vidéo de Wally Lamb à l'occasion de la parution de son roman "Nous sommes l'eau". Dans cette vidéo l'auteur nous parle de ces influences littéraires et de implication féministe.








Sur Amazon
à partir de :
5,59 € (neuf)
4,02 € (occasion)

   

Faire découvrir Le chagrin et la grâce par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (241)

  • Ils sont en train de le lire (1)

> voir plus

Quiz