Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 220505466X
Éditeur : Dargaud (2004)


Note moyenne : 3.86/5 (sur 86 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Guerre 14-18: les autorités ne comprennent pas pourquoi les soldats désertent le front, et se demandent ce qui peut bien les effrayer à ce point.
Voilà pourquoi ils veulent confier la mission d'aller sur le front dessiner la guerre à un peintre. Ce peintre n'est ... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (12)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par marina53, le 24 décembre 2014

    marina53
    Que de mauvaises nouvelles pour le Président du conseil! Les Allemands attaquent de toutes parts, mettant à mal les soldats français déjà sur le front. Qui plus est, ça risque de chauffer pour ses fesses! Ne comprenant pas pourquoi ses hommes rechignent tant à aller combattre l'ennemi et par la même occasion défendre l'honneur de sa patrie (et/ou mourir si cela se passait mal), il décide d'envoyer quelqu'un en première ligne. Trop peu pour lui ce genre de mission! Et qui mieux placer pour dépeindre ce qui se passe là-bas qu'un artiste-peintre? En voilà une bonne idée! Ça tombe bien, Vincent van Gogh n'a pas son pareil pour faire de jolis tableaux (de nature morte essentiellement). Mis au pied du mur, Caporal van Gogh n'a pas le choix, c'est cela ou le peloton d'exécution... Ainsi, pinceaux et tubes de peinture dans le sac et flanqué d'un bon à rien de général, le peintre s'en va au front... dans l'espoir d'y revenir vivant...
    Encore une fois, Manu Larcenet met en scène un personnage connu et le plante dans un milieu qui lui est inconnu. Ici, il envoie Vincent van Gogh en première ligne. En pleine guerre mondiale, ce Président du Conseil qui voulait avoir une idée bien nette de ce que vivent les hommes n'a rien eu d'autres comme idées que d'envoyer le peintre, lui suggérant par là-même de mettre un peu moins de jaune dans ses toiles! Qu'à cela ne tienne, il y aura certes moins de cette couleur, néanmoins le génie du peintre ne s'éclipse pas de la sorte. Quels que soient les sujets à peindre... Tout est dans l'absurde et l'originalité mais une certaine noirceur émerge de ces situations de guerre. Les dialogues sont percutants et la mise en page dynamique. Les deux frères Larcenet ont eu le génie de mettre en scène ce génie de la destruction de la nature...
    Une aventure rocambolesque de Vincent van Gogh... en avant!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 45         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par lehane-fan, le 15 mars 2015

    lehane-fan
    Vincent van Gogh sur le front et c'est vous qui allez me taxer d'être bas...du front.
    D'autant plus qu'il s'y trimballe avec l'attirail complet du parfait petit peintre en milieu hostile, ce qu'il deviendra finalement.
    Issue de l'esprit ô combien fertile de supérieurs s'interrogeant sur le compteur de désertions qui s'affole sans discontinuer, ce brillant anachronisme devra y dépeindre la guerre dans ce qu'elle a de plus factuel et ainsi lever le voile sur cet épais mystère.
    Et gare à celui qui aurait l'outrecuidance de lui souligner que ses tableaux pètent le jaune à vous en décoller la rétine, il pourrait bien se manger une palette à travers la tronche pour tout remerciement...
    Horriblement décalée, cette nouvelle aventure rocambolesque de l'artiste maudit par excellence prête bien plus à pleurer qu'à sourire. Les frères Larcenet y dénoncent une absurdité sans nom, une horreur absolue que rien ne saurait atténuer, pas même les rares saillies verbales de notre Vincent de combat qui aurait du arboré sur son casque l'adage Born To Pain.
    La guerre, c'est moche. Tout le contraire de ce nouvel album beaucoup moins léger qu'il y parait.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 29         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Titania, le 19 février 2015

    Titania
    Rien de tel que l'humour et la fable pour dénoncer l'absurdité de la guerre. C'est ce que fait Manu Larcenet qui réécrit l'histoire de Vincent van Gogh et de la guerre de 14 -18, en jouant la carte de l'anachronisme.
    En effet, vous croyez sans doute Vincent mort en 1890, et enterré à Auvers sur Oise, que nenni !
    le voilà embarqué avec un général peureux sur la ligne de front, où les hommes meurent par milliers chaque jour. Il doit aller peindre la vérité de la guerre, à la demande de Clémenceau, qui ne comprend pas pourquoi des soldats désertent et se mutinent.
    Ne cherchez pas longtemps, la mission est impossible, et sombre vite dans le fantastique et l'horreur.
    L'histoire de la peinture du début du XXème siècle est également revisitée de façon très drôle. On ne résiste pas à la parodie du vocabulaire des critiques d'art. Ainsi lorsque Vincent se fâche après le général qui met en doute son talent, on a....
    "j'ai fait exploser la palette chromatique, j'ai déstructuré la nature, donné un
    sens à la matière, bien avant que tu ne sois en âge de jouer avec ton caca !"
    ou encore...en peignant les Tournesols, il commente ainsi son travail.
    "J'aime beaucoup chromatiser les masses et structurer l'espace avec ces jolies feuilles vertes toutes tarabiscotées, avec le jaune des pétales, ça en jette un maximum".
    La peur, la mort, la boue, l'inutilité du sacrifice, l'absurdité de la répression des mutineries, tout y est cependant, même si cette "rocambolesque aventure" est loin de la précision historique. C'est un croquis d'ambiance, qui rend hommage aux morts de cette guerre, et au pouvoir d'évocation de l'art auquel Larcenet participe, comme dessinateur et scénariste, en faisant revivre de façon loufoque, l'auteur des Tournesols.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 19         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Davalian, le 15 septembre 2013

    Davalian
    Pour une première approche dans l'univers des aventures rocambolesque de Vincent van Gogh, ce deuxième opus est une agréable surprise. le style graphique est particulier mais il n'exige pas vraiment de temps d'adaptation. Il mêle une noirceur nécessaire à un talent comique à découvrir. Il n'existe guère de mots pour exprimer l'effet produit par l'insertion des œuvres de van Gogh. Encore faut-il évoquer la finesse et la qualité des reproductions ici offertes.
    Manu Larcenet s'en prend allègrement à l'arrière (ici les généraux et les décideurs politiques) pour rendre hommage aux combattants, tout en laissant la place à un débat sur l'incompréhension des artistes, avec une touche de fantastique. le tout ne déroute à aucun moment et il est impossible de lâcher la BD avant de l'avoir terminée.
    Mais le nec plus ultra demeure le sens de l'humour, les petites phrases bien senties, le comique quasi absurde de certaines situations (le général qui escorte un caporal au front pour se faire régulièrement cogner par celui-ci). le scénario n'est certes pas conventionnel mais il est un bel hommage rendu aux combattants. le registre mémoriel (incompatible avec la distanciation nécessaire à l'esprit critique) est omniprésent et compensé par une ambiance et un humour uniques ! Un univers à découvrir !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par moertzombreur, le 24 septembre 2014

    moertzombreur
    Une aventure rocambolesque de Vincent van Gogh
    La ligne de front est la parfaite synthèse entre l'humour parodique et potache de ses débuts à Fluide Glacial et ses oeuvres plus personnelles où il se livre beaucoup plus, même s'il s'en sert pour mieux dissimuler ses angoisses. Un général s'interroge depuis son bureau : «Partout, nos soldats renâclent à l'effort, se plaignent, geignent comme des pédérastes". Il décide d'une mission extravagante : envoyer un peintre au front afin de pouvoir se rendre compte de la réalité des combats dans les tranchées, il va choisir Van Gogh. L'humour est ici très noir, et son profond dégoût pour cette guerre transparaît de manière très crue, grâce à un dessin mordant et un texte plein de verve.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

> voir toutes (9)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par marina53, le 24 décembre 2014

    - Il y a quand même quelque chose que je ne saisis pas.... Partout, nos soldats renâclent à l'effort, se plaignent, geignent comme des pédérastes... C'est tout de même fâcheux sachant que nous avons une guerre à gagner...
    - C'est peut-être la perspective d'y mourir qui refroidit nos bougres..
    - Non, cela ne se peut, Morancet. Si l'on n'y risquait pas la mort, le guerre serait somme toute très ennuyeuse...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la citation

  • Par marina53, le 24 décembre 2014

    Le bourgeois n'a d'autre rêve que de posséder alors que l'artiste n'a d'autre possession que ses rêves.

    Commenter     J’apprécie          1 24         Page de la citation

  • Par tamara29, le 04 janvier 2015

    - Vous cherchez de la morale ?
    - Non, je cherche un sens...
    - Sur la ligne de front, il n'y a plus rien.

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la citation

  • Par EffeLou, le 19 octobre 2014

    " - ... l'exaltation de la confrontation, l'odeur de terre retournée et de poudre, l'imminence de l'ennemi... Peindre la guerre va être passionnant, elle est si jolie.
    - Je sens que ça va cruellement manquer de tournesols."

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par Davalian, le 15 septembre 2013

    - Lorsque j'étais encore caporal dans les forces artistiques spéciales, le Président m'avait assigné une mission très délicate... Éradiquer le cubisme.
    - Ah ?! Et pourquoi donc ?
    - Il disait que sa fille de cinq ans était plus habile que Braque.

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

Lire un extrait







Sur Amazon
à partir de :
9,00 € (neuf)
5,83 € (occasion)

   

Faire découvrir Une aventure rocambolesque de... Tome 2 : Vincent Van Gogh - La ligne de front par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz