Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Luc Carissimo (Traducteur)

ISBN : 2253152196
Éditeur : Le Livre de Poche (2002)


Note moyenne : 4.07/5 (sur 104 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Le monde a-t-il jamais connu semblable époque ? Jamais ! Et c'est ce qui en fait la gloire et la terreur. Si les hommes savaient ce qui les guette, jusqu'au plus humble d'entre eux... ils défailleraient, ils se couvriraient la tête et mordraient leur manteau pour s'empê... > Voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (7)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par Gwen21, le 14 décembre 2014

    Gwen21
    Merlin dit l'Enchanteur...
    Et bien, ce fut en effet un véritable enchantement pour moi de découvrir la genèse de sa légende, retranscrite par une plume captivante, forte et simple à la fois, en un mot, efficace.
    Je ne sais pas si j'aurais autant apprécié ma lecture si je ne nourrissais pas un réel intérêt pour la mythologie arthurienne mais le fait est que je me suis replongée avec délices dans cette dimension ambiguë entre fantastique et réalité historique et ce, de façon plus prégnante qu'avec "Le cycle d'Avalon" de Marion Zimmer Bradley (que j'ai également apprécié).
    Suivre cette biographie fictive de Merlin le Barde, c'est se préparer à mieux comprendre l'importance de l'émergence d'Arthur et c'est mieux appréhender les tenants et les aboutissants d'une crise politique et cultuelle qui, au IVème siècle, fut le contexte de la transition entre la domination romaine et l'autonomie bretonne.
    Le récit de Stephen Lawhead sonne juste. Une large place est laissée à la poussée irrésistible du christianisme dont les bardes, Merlin le premier, se font les hérauts. D'autre part, la menace barbare, l'instabilité politique et le déclin de Rome sont autant de facteurs entraînant le peuple de l'Ile des Forts vers une crise sans précédent.
    Ce qui est puissant avec la légende arthurienne (en plus d'être la saga fantasy la plus ancienne ayant inspiré un grand nombre d'auteurs du genre), c'est la résonance profonde qu'elle peut avoir en nous. Comme la Grèce, l'Egypte et Rome ont leur mythologie (avec les influences qu'on leur connait sur leur société respective), les îles britanniques ont la légende arthurienne, riche de ses multiples variantes et historiquement fondée sur une seule source écrite. A travers ses mythes, ce sont d'anciennes croyances païennes, d'anciens codes sociétaux et d'antiques us qui se dévoilent à nous et nous aident à mieux comprendre les mutations profondes vécues par les Bretons. Et la légende de nous apprendre que dès le IVème siècle, alors que l'Empire romain vacillait sérieusement sur ses pieds d'argile, Merlin l'Immortel, descendant des Atlantes, dit le "faiseur de rois", œuvrait déjà à un royaume uni pour la perfide Albion.

    Challenge PAVES 2014 - 2015
    Challenge ABC 2014 - 2015
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          6 35         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Philemont, le 31 décembre 2012

    Philemont
    Le cycle de Pendragon de Stephen LAWHEAD est l'une des nombreuses versions contemporaines de la légende arthurienne. Son originalité tient au fait qu'il remonte très en amont dans la vie des principaux protagonistes, autorisant ainsi l'auteur à poser un certain nombre d'hypothèses jusque-là inédites dans les oeuvres de Fantasy traitant de ce sujet.
    Ainsi le premier tome de la pentalogie est-il consacré à Taliesin. Figure emblématique de la mythologie celtique, il relève tant du personnage historique que de la légende, ce poète du VIème siècle étant parfois identifié à Merlin. Ce n'est toutefois pas le parti de LAWHEAD qui préfère le présenter comme son père dans le cycle de Pendragon.
    Merlin, dont les premières années de la vie sont narrées dans le deuxième tome du cycle, est le fruit de l'amour de Taliesin et de Charis, une princesse rescapée de l'Atlantide, dont une poignée de ressortissants a trouvé refuge en Bretagne. Les pouvoirs de Merlin sont ainsi justifiés par le fait que les atlantes ne sont pas des humains comme les autres, à commencer par le fait qu'ils bénéficient d'une longévité hors du commun, et que Taliesin est doté d'un don de visionnaire exceptionnel.
    Dans le troisième tome, consacré à Arthur, le cycle de Pendragon se démarque moins des autres interprétations modernes de la légende. On retrouve ainsi les repères habituels de la matière de Bretagne, de l'ascension d'un roi à la tête d'un pays jusqu'à son inévitable chute.
    Quant aux deux derniers tomes du cycle, ils sont transversaux de ce qui est narré dans le volume consacré à Arthur. Ils content des épisodes de la vie du Grand Roi passés sous silence dans le volume qui lui est consacré.
    L'intégralité du cycle est servie par une écriture simple mais efficace. On est loin de la finesse de la prose d'une Marion Zimmer BRADLEY, ou d'une Mary STEWART, mais Stephen LAWHEAD sait capter l'attention de ses lecteurs grâce à son sens de l'action. Il va toujours à l'essentiel, prenant toutefois son temps pour décrire les scènes de bataille et les moments relevant du mysticisme. Ces derniers sont particulièrement nombreux dans les deux premiers volumes du cycle, les premières occupant une bonne partie du troisième tome. Dans les trois romans, cela se traduit par des longueurs regrettables, tempérées toutefois par des changements de narrateur entre chaque volume, ce qui relance habilement l'intérêt de la lecture.
    Quant aux deux derniers tomes du cycle de Pendragon, leur écriture plus tardive est emblématique de leur statut de pièces rapportées. Ils sont totalement dispensables et n'apportent rien d'essentiel à la trilogie initiale, si ce n'est le plaisir de retrouver des personnages éminemment romanesques. On y retrouve aussi les mêmes ingrédients et longueurs que dans les romans précédents, à savoir des scènes de batailles innombrables dans Pendragon, et le mysticisme de la quête du Graal dans le roman éponyme.
    Au final, si le cycle de Pendragon est une oeuvre bien trop longue, il n'en demeure pas moins un divertissement de qualité. Les connaisseurs de la légende arthurienne y puiseront quelques idées originales, les autres y découvriront à moindre effort la plupart des éléments fondateurs de la matière de Bretagne.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par gilou33, le 26 décembre 2014

    gilou33
    Le récit commence quelques années après la fin du Tome1 pendant l'enfance de Merlin et retrace une grande partie de sa vie qui l'a amené à accompagner dans leurs épreuves les grands de son temps entre la chute de l'Empire Romain et les invasions barbares.
    Ce livre nous affranchi de l'idée première du "Merlin l'Enchanteur" avec son chapeau pointu, sa grande barbe blanche et ses tours de magie à outrance.
    Les descriptions de ces paysages et de l'ambiance de l'ancienne Bretagne nous plongent dans le grand bain de cette époque.
    On imagine très facilement (même si je ne suis pas très objectif étant d'origine bretonne) :-) ) ces grandes collines et autres forêts dans lesquelles Merlin a suivi son destin.
    Je me suis régalé du début à la fin et je me suis lancé dans le Tome3 (Arthur) quasiment dans la foulée.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par SCOman, le 18 février 2015

    SCOman
    Merlin est le deuxième tome du Cycle de Pendragon, saga écrite par l'Américain Stephen Lawhead, qui revisite la légende arthurienne. Aujourd'hui traduite en vingt-et-une langues, elle comprend au total cinq volumes : dans l'ordre chronologique Taliesin, Merlin, Arthur, Pendragon, le Graal. Une des particularités de Stephen Lawhead est de proposer pour chaque ouvrage un narrateur différent, à l'image du procédé utilisé par Glen Cook tout au long des Annales de la Compagnie Noire.

    Merlin dénote fortement par rapport au premier tome Taliesin, qui se contentait au final d'exposer les personnages fondateurs, même si l'apport du mythe de l'Atlantide ajoutait une touche d'exotisme légendaire bien exploitée. Ici le rythme est beaucoup plus enlevé, les complots s'ourdissent derrière les murs de sombres forteresses, les batailles sont épiques, la légende se nourrit de hauts faits. le narrateur de cette enivrante épopée n'est autre que Merlin (narration à la première personne), appelé par les uns Emrys, par les autres Myrddin, Merlinus, ou bien encore L'Enchanteur. Élevé enfant par (...)

    Lien : http://leslecturesdares.over-blog.com/2015/02/le-cycle-de-pendragon-..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par IsaTitMuguet, le 11 septembre 2012

    IsaTitMuguet
    Belle suite du cycle, même si la violence et la cruauté des hommes peut rendre certains passages extrêmement difficiles à lire...Âmes sensibles s'abstenir! On y découvre la vie de Merlin, dès son jeune âge, et on suit son évolution, ses rencontres, et avec lui, l'évolution du monde qui l'entoure et qui prépare la venue d'un certain Arthur...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (24)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Gwen21, le 05 décembre 2014

    Je finis par décider que les lieux, eux aussi, ont leur personnalité. Comme les hommes, une contrée peut être distinguée par les mêmes qualités qui caractérisent l'âme : aimable, triste, optimiste, désespérée... Les pays en viennent peut-être, avec le temps, à refléter le caractère de leurs maîtres, et ceux qui les traversent en recueillent des impressions. Je crois que certains événements puissants laissent derrière eux des traces qui colorent aussi la terre de manière subtile.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la citation

  • Par laulautte, le 19 juin 2015

    Je crois que ceux qui vivent au contact de la terre savent ces choses instinctivement, ils sentent les fluctuations de la fortune des hommes comme ils sentent les plus petits changements du temps. ils voient le soleil se coucher dans un ciel rouge et savent qu'il pleuvra le lendemain, ils hument le vent et savent que le givre recouvrira le sol à leur réveil. Ils perçoivent les subtils remous que les grands évènements causent dans l'air du temps. Ainsi, ils savaient sans avoir eu besoin qu'on le leur dise qu'un grand bien leur était échu et qu'ils n'avaient plus à avoir peur.
    Ils savaient, et pourtant ils étaient contents d'apprendre de notre bouche l'issue de la bataille.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par Gwen21, le 02 décembre 2014

    A l'époque, je ne savais pas que certaines régions du nord pouvaient être aussi douces que n'importe quelle contrée du sud. Mais j'appris bientôt que toutes les terres au-delà du Mur ne sont pas les étendues désolées balayées par les vents qu'imaginent la plupart des gens.

    Commenter     J’apprécie          0 16         Page de la citation

  • Par Gwen21, le 06 décembre 2014

    - Il est possible de chercher l'amour et de le trouver. Plus souvent, je crois, l'amour nous trouve alors que nous ne le cherchons même pas.

    Commenter     J’apprécie          0 22         Page de la citation

  • Par Gwen21, le 11 décembre 2014

    Il est étrange que, quand un homme consacre tout son temps à combattre un ennemi, il est incapable d'en reconnaître un autre, plus redoutable.

    Commenter     J’apprécie          0 17         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
5,00 € (neuf)
1,46 € (occasion)

   

Faire découvrir Le Cycle de Pendragon, tome 2 : Merlin par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (231)

  • Ils veulent l'échanger (1)

> voir plus

Quiz