Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2356415017
Éditeur : Audiolib (2012)

Édition audio (Voir tous les livres audio)



Note moyenne : 3.8/5 (sur 617 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Dans ce sixième roman de la série nous retrouvons une Erica enceinte (encore? oui, encore!) mais très en forme. Bien que gênée dans ses déplacements par une énorme bedaine (elle attend des jumeaux), Erica est toujours aussi curieuse de ce qui se passe dans la bourgade c... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (106)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par Marple, le 11 juillet 2012

    Marple
    J'étais une grande fan de la série des polars de Fjällbacka... jusqu'à ce que je discute avec une copine qui trouve Erica Falck complètement niaise. Apparemment, elle m'a refilé le virus, parce que j'ai été bien agacée par les tentatives d'Erica d'attendrir son mari quand elle fait des boulettes en rapport avec l'enquête en ''prenant l'air adorable'', par les 36 références au fait qu'elle soit trop grosse pour se lever (c'est bon, on a compris qu'elle est enceinte de jumeaux !) ou par les scènes de gavages avec sa sœur (pourtant je suis gourmande !). Bref, je ne sais pas si Camilla Läckberg a forcé le trait dans la personnalité normale/gnangnan d'Erica ou si la discussion mentionnée ci-dessus m'a ouvert les yeux dessus. Mais le résultat est là : autant j'ai accroché avec le personnage d'Erica dans les tomes précédents, autant là ben non.
    Idem d'ailleurs dans une moindre mesure pour Patrick, que j'ai trouvé un peu lent à la détente et vraiment pas efficace dans ses relations avec les témoins ou dans l'enquête. Sans parler de Mellberg à la bêtise abyssale dont l'incompétence s'aggrave à chaque épisode. Honnêtement, il était suffisamment con au début, pas la peine d'en rajouter à chaque fois, ça devient énervant.
    En revanche, l'intrigue est à mes yeux tout à fait à la hauteur, comme toujours : prenante, imprévisible et bien construite. Les personnages de Christian, Kenneth, Erik, Louise, Cia et Sanna sont crédibles et complexes, ça sonne juste. On comprend assez vite de quoi il retourne, mais on garde toujours un petit doute qui fait qu'on avale les pages jusqu'à la fin. Comme dit dans un autre commentaire, les thèmes abordés sont nombreux, intéressants et riches : maltraitance, difficultés de couple, cancer, maladie mentale... L'alternance des points de vues fonctionne bien. Au final donc une lecture passionnante et agréable (si on fait abstraction des personnages principaux trop caricaturaux à mon sens)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 48         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par Lolokili, le 29 août 2013

    Lolokili
    La Sirène plonge dans les eaux troubles de la schizophrénie avec une intrigue qui, bien que prometteuse et habilement construite, ne m’a finalement pas enthousiasmée. Ecriture paresseuse, personnages caricaturaux, dénouement tiré par les cheveux (de la sirène, qui les a semble-t-il fort longs), sans compter ces dernières lignes exaspérantes genre « la suite au prochain numéro… », m’ont laissée sur un sentiment d’irritation confuse.
    Pas évident pour l'éditeur de continuer à surfer sur la vague des Millenium au caractère si bien… trempé. On en est loin, La Sirène est peut-être bonne pour la plongée mais pour le surf c’est pas gagné.

    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          9 36         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par canel, le 07 juin 2012

    canel
    Sixième opus, le dernier paru en France à ce jour, donc spoilers probables sur les précédents volumes, mais je ne dévoile rien de celui-ci !

    Vous vous souvenez de Christian ? Un bibliothécaire de Fjällbacka qui écrivait un livre, dans le précédent épisode ? le revoilà, à l'heure de la parution de son ouvrage 'La Sirène'. Alors qu'il devrait être fier, soulagé, l'auteur est anxieux. La dépresion "post-partum" de l'écrivain ? Peut-être, mais ce sont surtout des lettres anonymes qui le poursuivent partout et le perturbent. Des menaces de châtiment laissent entrevoir un passé trouble. Tandis qu'Erica, enceinte jusqu'aux oreilles, essaie de résoudre discrètement le mystère, Patrik et son équipe enquêtent sur la disparition d'un homme.

    Une intrigue d'emblée captivante. Comme dans les précédents opus de la série, on change de décor et de personnages à chaque paragraphe sans être trop longtemps dans le flou, et les chapitres alternent avec une voix off - ici celle d'un enfant visiblement en souffrance morale dans sa famille. A nouveau des thématiques sombres ou crispantes, à tout le moins : enfance traumatisante, épuisement des parents de bébés, adultère, couple en crise, cancer... et d'autres sujets à découvrir au fil de la lecture.

    Pas le meilleur pour moi, mon préféré reste le 5e : 'L'Enfant allemand', notamment pour la trame historique. Mais un régal de lecture malgré tout !

    Les bémols : les scènes neuneus entre les frangines (ouf, elles sont rares), et la nullité professionnelle de Mellberg ainsi que la profondeur de sa bêtise, totalement caricaturales. Et quelques réserves sur la fin.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 21         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par ladesiderienne, le 09 février 2013

    ladesiderienne
    Me voilà une nouvelle fois à Fjällbacka, charmante petite bourgade suédoise où la police locale a presque plus d'affaires scabreuses à résoudre qu"au 36, quai des Orfèvres à Paris. Et bien, figurez-vous que c'est justement ce que j'adore chez Camilla Läckberg, Tous les antagonismes que l'on trouve dans ses romans et qui en font sa signature.
    D'un côté, nous avons un commissariat de province qui, à première vue, ne rassemble pas Tous les premiers de la classe. Leur chef, (plus caricatural que lui, tu meurs), tout en occupant la plupart de son temps à faire la sieste, à promener le chien et maintenant à changer le bébé, n'a de cesse de houspiller ses hommes sur la lenteur de l'enquête. Je vous passe les gros plans sur leur vie privée et sur le quotidien (somme toute assez semblable à celui de Mr et de Mme Tout le Monde et leurs enfants) d'Erica et de Patrik.
    L'autre face du miroir est beaucoup plus sombre. L'intrigue qui, à l'aide de nombreux flashbacks (autre spécialité de l'auteure), se met en place va nous faire basculer dans l'horreur la plus insupportable, car liée à l'enfance. Les thèmes évoqués sont difficiles : le cancer, la schizophrénie, l'alcoolisme, la maltraitance. La personnalité des protagonistes rencontrés est plus travaillée, plus complexe.
    Prise à l'hameçon, je suis partie, sans me poser d'autres questions que celles liées à l'enquête, à la poursuite de ce fantôme surgi du passé qui hante les trois "amis", le quatrième n'ayant plus son mot à dire.
    Avec Camilla Läckberg, j'ai l'impression parfois de passer de l'univers de "Petit Ours Brun" à celui de Zola, simplement en tournant une page (que les puristes me pardonnent de rapprocher deux mondes qui n'auraient jamais dû l'être !)
    Que dire de la grosse ficelle de la fin pour obliger le lecteur à acheter le prochain opus..... et bien, chez moi ça a marché : j'ai hâte qu'il paraisse.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 17         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Eve-Yeshe, le 04 octobre 2013

    Eve-Yeshe

    Un homme, Magnus a brusquement disparu à Fjällbacka où vivent nos héros habituels, l'inspecteur Patrick Hedström et son épouse Erika, journaliste et écrivain.
    Personne ne sait ce qu'il est devenu, sa femme vient toutes les semaines au commissariat pour voir où en sont les recherches jusqu'au jour où on retrouve son corps sous la glace assassiné.
    Un ami de Magnus, Christian qui vient de publier son premier roman sous le titre « La Sirène » et on apprend qu'il reçoit des lettres anonymes depuis plusieurs mois. Deux autres personnes reçoivent ce genre de courriers avec menaces de mort : Erik un pervers narcissique qu'on déteste dès la première minute, Kenneth son associé qui se conduit comme un toutou, car bien sûr Erik a un ascendant énorme sur lui.
    Erika et Patrick connaissent les protagonistes puisqu' Erika a aidé Christian à publier son livre, ce qui rajoute un peu de piment.
    Bien-sûr on comprend très vite que ces quatre personnes ont un lien peut-être même un secret mais je vous laisse découvrir.

    Ce que j'en pense :

    Ce cinquième roman de Camilla LÄCKBERG est moins abouti que « L'Enfant allemand ». Les personnages sont un peu essouflés . Erika est toujours aussi attachante avec sa curiosité qui la pousse à s'immiscer dans les enquêtes de Patrick son inspecteur de mari. On ne sait pas bien qui est le héros : Erika journaliste écrivain reconnue ou Patrick inspecteur consciencieux qui doit subir un patron nul grotesque même, mais qui devient attachant au fil des romans. Pour ma part, je dirais que c'est le couple le héros du livre tant ces deux là sont complémentaires mais cette fois un bémol car si ce sont plutôt des antihéros qui nous amusent, ici cela devient trop caricatural.
    L'intrigue atroce est superbe, pleine de rebondissement et comme souvent chez Camilla Läckberg, on alterne le passé et le présent. D'un côté le meurtre, de l'autre l'histoire du meurtrier sans qu'on ne devine jamais son identité. Les personnages sont étudiés avec beaucoup de finesse, leurs personnalités sont analysées, passées au crible avec une très bonne connaissance de la pathologie mentale.
    Erika est pour moi le miroir de Camilla. Elle reconstruit le puzzle mis en place et dispersé aux 4 vents par l'auteur. Son instinct et ses connaissances psychologiques font qu'elle trouve les liens que Patrick pourra ensuite prouver.
    Il y a des scène hilarantes, avec les coups de pieds des jumeaux dans son ventre qui viennent adoucir le tragique de la situation présente et lui rappelle la douceur de la vie dans ce monde de cruauté, ou encore la scène où le commissaire change les couches du bébé de la fille de la femme de sa vie dont l'homosexualité est notoire…
    Nos héros sont faillibles, le stress les rongent, ce qui en fait des êtres comme vous et moi. J'ai passé un bon moment avec ce livre car j'avais besoin de ne pas trop réfléchir après mes récentes lectures et aussi parce que j'aime les intrigues où la psychiatrie est à l'honneur.
    Attention seulement à ne pas entrer dans la facilité comme cela s'est produit avec Marie Higgins-Clarke par exemple. Néanmoins je lui maintiens mes 4 étoiles car Camilla Läckberg ne joue pas dans la même cour que Joël Dicker ou Elisabeth George.


    Lien : http://eveyeshe.canalblog.com
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 15         Page de la critique

> voir toutes (28)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par MarianneRichard, le 13 décembre 2014

    Il n'eut pas le droit de rester dans la caravane. Et ce ne fut que la première d'une suite de déceptions durant ce qui s'appelait des vacances. Rien n'était comme il l'avait espéré. P. 81

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par ladesiderienne, le 09 février 2013

    Quelque chose s'agita en elle et sa main s'ouvrit comme mue par une volonté propre. Le verre éclata en mille morceaux sur le sol en marbre noir, également importé d'Italie. C'était une des nombreuses choses qu'Erik avait manifestement en commun avec ses parents : ce qui était suédois n'était jamais assez bien. Plus ça venait de loin, mieux c'était. Sauf si ça venait de Taïwan, bien sûr. Louise pouffa, alla prendre un autre verre. Elle enjamba les éclats par terre et se dirigea droit sur le Bag-in-Box. Erik n'avait que mépris pour son vin en cubi. Seul du vin à plusieurs centaines de couronnes la bouteille trouvait grâce à ses yeux. Il n'aurait jamais accepté de souiller ses papilles avec une piquette à deux cents couronnes les cinq litres. Parfois, par vacherie, elle le servait à Erik à son insu, à la place d'un des crus français ou sud-africains prétentieux sur lesquels il s'extasiait toujours en long et en large. Bizarrement, son petit vin de pays bon marché semblait être tout aussi raffiné puisqu'il ne notait jamais la différence.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la citation

  • Par Eve-Yeshe, le 04 octobre 2013

    Parfois, elle aurait voulu qu’il soit mort sous ses yeux. Qu’il ait eu un infarctus ou se soit fait écraser par une voiture. N’importe quoi, pourvu qu’elle sache et qu’elle puisse s’occuper de l’enterrement, de la succession et de tous les détails pratiques qui accompagnent un décès. Le deuil lui aurait d’abord fait mal, l’aurait consumée, pour s’estomper petit à petit et ne laisser qu’une sensation lourde de manque mêlée aux souvenirs joyeux.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la citation

  • Par Pixie-Flore, le 02 septembre 2012

    - J'ai toujours trouvé que les cheveux, c'est complétement surfait. C'est beaucoup plus beau quand ça brille.
    Il rit. Elle avait toujours eu le don de le faire rire. Qui allait faire ça maintenant ? Qui allait embrasser son caillou pelé et dire qu'elle remerciait Dieu d'avoir fait une piste d'atterrissage pour ses baisers ? Kenneth savait qu'il n'était pas l'homme le plus canon qui ait marché sur cette terre. Mais aux yeux de Lisbeth, il l'avait toujours été.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la citation

  • Par Griffe, le 23 décembre 2012

    Quelqu'un s'était introduit chez eux pendant leur sommeil, était entré dans la chambre de leurs et les avait peut-être traumatisés pour toujours en leur faisant connaître la peur et la sensation d'insécurité. Sans doute avaient-ile déjà perdu la certitude rassurante que rien ne pouvait leur arriver quand ils étaient chez eux, dans leur lit. Que rien ne pouvait arriver quand maman et papa se trouvaient à quelques mètres seulement. Cette sécurité-là était vraisemblablement anéantie pour toujours. Pourtant leur papa restait calme, imperturbable, comme s'il n'était pas concerné. Et là, à cet instant précis, elle le détesta.....
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

> voir toutes (14)

Videos de Camilla Läckberg

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Camilla Läckberg

Camilla Läckberg "Har inte varit singel sen '95" - VAKNA med NRJ








Sur Amazon
à partir de :
15,90 € (neuf)

   

Faire découvrir La Sirène par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (1357)

> voir plus

Quiz