Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Nathalie Lebailly (Éditeur scientifique)
> Matthieu Gamard (Éditeur scientifique)

ISBN : 2210754690
Éditeur : Magnard (2004)


Note moyenne : 3.83/5 (sur 59 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Sélectionnée pour la particularité de sa chute, chacune des nouvelles de ce recueil peut vous réserver une surprise si vous vous laissez guider par l'auteur... ou vous entraîner dans un véritable défi intellectuel si vous décidez de ne pas vous laisser surprendre.
> voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (7)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

  • Par Eleve2COVECorot, le 28 janvier 2014

    Eleve2COVECorot
    Critique de Constantin Istrate
    "Pauvre petit garçon ! ". Nouvelle écrite par Dino Buzzati.
    "Pauvre petit garçon ! " retrace l'histoire d'un personnalité historique, son enfance d'un autre point de vue que celui qu'on connaît. Il s'agit d'un petit garçon de seulement 5 ans qui selon l'auteur est plutôt pitoyable. Dolfi va au jardin public comme tous les petits garçons de son âge mais il n'arrive pas à se faire d'amis : tous les autres enfants le rejettent, en grande partie à cause de ses différences physiques. Lui était brun et laid tandis que eux étaient blonds et beaux . Il restait dans son coin la plupart du temps . Mais un jour tout a changé : les autres enfants sont venus le voir car il avait un nouveau jouet. Dolfi accepta, mais en réalité, c'était une ruse des autres enfants qui lui ont tendu un piège dans le seul but de se moquer de lui. Après cela, couvert de sang et de terre Dolfi retourna voir sa maman. Celle-ci, désespérée a beaucoup de mal à envisager son avenir, surtout un avenir où il serait quelqu'un d'important. Cette aprés-midi retrace un jour de la vie de cette personne .
    J'ai vraiment beaucoup aimé ce livre car la chute m'a vraiment surpris, je ne m'y attendais pas. C'était vraiment très surprenant.
    Ce qui ne m'a pas trop plu, c'est le fait qu'il n'y ait pas de suite.
    Je conseille vivement la lecture de ce livre car il a tout d'une bonne nouvelle à chute. Si vous voulez être surpris c'est « LA » nouvelle à lire, elle préserve le mystère jusqu'au dernier moment.

    Critique de Jérémy
    « Lucien » de Claude Bourgeyx
    Au début de la nouvelle, nous apprenons que Lucien est heureux et qu’il se sent bien. Alors que Lucien profitait du bonheur, des douleurs épouvantables le prennent subitement, c’est l’incompréhension totale ! On nous décrit alors la terrible souffrance de Lucien. On peut voir que le cadre spatio-temporel est très vague tout le long de l’histoire. On ne sait pas précisément où se passe l’action ni quand, c’est seulement à la fin de l’histoire, lors de la chute, que l’on comprend où se passait l’action. On constatera que la douleur finira par être si forte qu’il faillit perdre la raison. Et puis soudain ce fut comme si les mains de Dieu l’écartelaient. Une lumière intense l’aveugla …

    Mon avis :
    Cette histoire me donne envie de savoir la fin car elle attire l’attention du lecteur. On pense que Lucien est une vieille personne qui va bientôt mourir. J’aurais aimé que l’histoire soit plus longue. Je conseille cette nouvelle à d’autres lecteurs qui aiment les histoires à suspense et les histoires courtes.

    Critique de la nouvelle "Lucien" par Océane Marie

    La nouvelle à chute « Lucien » de Bourgeys est une histoire inattendue car depuis neuf mois un jeune garçon nommé Lucien était détendu, heureux de vivre lorsque tout d'un coup il fut réveillé par des douleurs épouvantables. Il était seul dans son épreuve, il crut qu'il allait mourir et nous aussi.
    J'ai bien aimé cette nouvelle car on ne s'attend pas à cette fin. Cela montre ce que peut subir un bébé à la fin des neuf mois de grossesse.
    J'ai moins aimé que l'histoire soit courte, on aimerait savoir plus de choses sur le premier mois qui va suivre
    Je conseille de le lire, car c'est une histoire très passionnante.
    Critique de la nouvelle "Lucien" par Tara Chettouh
    La nouvelle que j'ai lue se nomme Lucien. D'après le titre de ce récit, l'on ne peut pas se faire une une idée de l'histoire. Nous supposons qu'elle se déroule au XXIème siècle, lors d'un accouchement. Le récit met en scène un bébé s'apprêtant à sortir du ventre de sa mère. Le suspense est maintenu le long de l'histoire, puisque l'on ne comprend pas ce qui arrive à Lucien.
    Ce qui m'a plu dans cette histoire, c'est la manière dont l'auteur a réussi à jouer avec la curiosité du lecteur, il le laisse dans l'ignorance et l'incompréhension jusqu'à la fin. Et ce que vit l'enfant est expliqué avec tellement de détails et de précision que l'on a l'impression d'y être aussi. Ce qui m'a déplu en revanche, c'est le fait que le récit s'arrête brutalement. Une histoire aussi bien rédigée ne mérite pas une fin aussi baclée (bien que ce soit une nouvelle à chute, une fin plus originale gardant le même sujet aurait été préférable). Je ne déconseillerais pas la lecture de cette nouvelle, non seulement parce qu'elle est courte (et au vu du sujet évoqué une longue histoire n'aurait pas été agréable à lire), qu'elle est très facile à lire et que l'histoire est sympathique et bien trouvée.
    Je trouve que l'idée de ne parler que du « périple » de l'enfant et de sa souffrance change un peu. On a plus l'habitude d'entendre parler des mères et de ce qu'elles ressentent lors de leurs accouchements.

    Critique de la nouvelle "Lucien" par Simon Regnault et Jérémy Rabache
    Lors de cette première partie nous apprenons que Lucien est heureux et se sent bien. Alors que Lucien profite du bonheur, il est pris subitement de douleurs épouvantables, c’est l’incompréhension totale ! On nous décrit alors la terrible souffrance de Lucien. On pourra voir que le cadre spatio-temporel est très vague tout le long de l’histoire. On ne sait pas précisément où se passe l’action ni quand, c’est seulement à la fin de l’histoire, lors de la chute, que l’on comprend où se passait l’action. On pourra constater que la douleur finira par être si forte qu’il faillit perdre la raison. Et puis soudain ce fut comme si les mains de dieux l’écartelaient. Une lumière intense l’aveugla …

    Cette histoire me donne envie de savoir la fin car elle attire l’attention du lecteur. On pense que Lucien est une vieille personne qui va bientôt mourir. On ne sait pas pourquoi il a mal tout d’un coup alors qu’il nageait dans le bonheur. Malgré cela j’ai aimé cette histoire surtout à la fin car on ne s’y attend pas. On pense qu’il va mourir. Cette nouvelle je la conseille à d’autre lecteurs qui aiment les histoire à suspense et les histoire courtes.
    Critique de la nouvelle "Lucien" par Grégoire Hairon et Mathis Joret
    Lors de cette première partie nous apprenons que Lucien est heureux et se sent bien. Alors que Lucien profitait du bonheur, des douleurs épouvantables lui prennent subitement, c’est l’incompréhension totale ! On nous décrit alors la terrible souffrance de Lucien. On pourra voir que le cadre spatio-temporel est très vague tout le long de l’histoire. On ne sait pas précisément où se passe l’action ni quand, c’est seulement à la fin de l’histoire, lors de la chute, que l’on comprend où se passait l’action. On pourra constater que la douleur finira par être si forte qu’il faillit perdre la raison. Et puis soudain ce fut comme si les mains de dieux l’écartelaient. Une lumière intense l’aveugla …

    Mon avis
    J’ai bien aimé cette nouvelle parce qu’avec le titre, on ne peut pas savoir du tout ce qui va se passer. On se trompe totalement à propos de l’idée qu’on se fait lorsqu’on lit le titre parce que l’on pourrait croire qu'il s'agit d’un jeune homme mais non l’auteur parle à la 1ère personne donc à la place du bébé lorsqu’il est encore dans le ventre de sa mère, ce qui est impossible dans la vraie vie. C’est cela qui m’a beaucoup plu.
    Critique de Loïs Mc Ateer
    Quand Angèle fût seule...de Pascal Mérigeau
    Aujourd'hui, en France, dans un un petit village c'est l’enterrement du père Baptiste . On adresse à Angèle, sa veuve, de nombreuses sincères condoléances. Mais il y a de ça quelques années Cécile une amie du couple apprend à Angèle que son mari Baptiste parle à Germaine. Angèle se met à détester cette catin .
    J'ai bien aimé cette nouvelle car elle révèle la naïveté de certaines personnes . On peut constater que la jalousie a envahi Angèle jusqu'à la folie . Cette femme aux airs très tranquilles est-elle vraiment celle que l'on croit ? Il ne faut jamais se fier aux apparences
    Ce que j'ai le moins aimé dans cette histoire est le début . Il y a beaucoup de noms avec tous ces personnages, ce qui peut nous perturber dans la compréhension de la nouvelle .
    Je conseillerais de lire cette nouvelle aux personnes qui aiment le suspense et les nouvelles à chute . De plus le vocabulaire est simple à comprendre .
    Critique de « Quand Angèle fût seule » de Pascal Merigeau par Lilian Vautier
    L’histoire commence quand le mari d’ Angèle souffre. Elle appelle le médecin qui arrive chez elle et examine son mari. Après l’avoir bien observé il lui dit que son mari ne souffre pas à cause de son ulcère.
    Céline, une amie , vient la voir pour lui parler d’une chose importante sur son mari et Germaine (une connaissance). Quand Angèle a su cela elle a décidé de se venger sur la personne qu’elle aime…
    J’ai aimé cette histoire car cela montre qu’une personne qui apprend une nouvelle qui fait mal peut changer et devenir méchante alors que c’était quelqu’un de gentil, juste pour une vengeance.
    Sa vengeance de tuer son mari par la mort aux rats à la fin de l’histoire m’a plu, car on ne s’y attend pas. Le suspense est gardé jusqu'à la fin.
    Ce qui m’a moins plus c’est que l’on n’a pas de description physique des personnages, et que l’on ne nous dit pas comment Baptiste le mari d’Angèle souffre avant de mourir.
    Je conseille de lire cette nouvelle car elle est facile à lire et en plus elle est passionnante, on se prend vraiment dans la lecture.

    Critique de "Quand Angèle fut seule" par Olivia Feuillet
    Angèle est la femme de Baptiste. Baptiste était malade, on pensait qu'il avait un ulcère. Quelquefois il appelait le médecin parce qu'il n'allait pas bien. Cécile est une amie d'Angèle. Il y a des années elle a cru voir Baptiste parler avec Germaine Richard qui est une femme très légère. Cécile le dit à Angèle qui fut tellement furieuse qu'elle rendit malade Baptiste. Il appela le médecin qui ne comprit pas ce qui se passait .
    J'ai beaucoup aimé cette histoire parce que souvent c'est ce qui se passe dans la vie réelle. Parfois à la télé, nous voyons des reportages qui annoncent qu'une personne est morte. Des enquêtes sont faites et presqu'à chaque fin de reportage on découvre que c'est l'époux ou l'épouse qui a tué pour cause de mésentente ou de tromperie.
    Je vous conseille de lire cette nouvelle. Vous allez vous rendre compte que même dans des nouvelles, les histoires peuvent être réelles ou irréelles. Au fond, on se dit que la personne qui a agi ainsi peut sembler être touchée.
    Critique de Lucas Picault
    Cette nouvelle raconte l'histoire d'Angèle, une vieille femme qui assiste à l'enterrement de son mari Baptiste. Au fil de l'histoire, on apprend les liens qu'il y a entre les personnages. Angèle est veuve de Baptiste et avant sa mort Angèle avait appris par son amie Cécile que son mari la trompait avec Germaine, qui était considérée comme la catin du village. Mais qui est Angèle en réalité ?
    J'ai bien aimé cette œuvre car c'est une nouvelle qui est courte, l'intrigue est très bien menée tout au long de l'histoire.
    L'histoire est intéressante car l'esprit des personnages est très bien raconté. Je conseillerais de lire cette nouvelle à tout le monde car c'est une histoire avec une chute intéressante. Ce que j'ai bien aimé, c'est le fait que le suspense est maintenu par le narrateur jusqu'à la fin. Le seul point négatif est la lenteur au début de la nouvelle mais elle devient intéressante au fur et à mesure que l'on connait les personnages.

    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par RoroBouquine, le 02 janvier 2013

    RoroBouquine
    Alors, au tout début je n'avais lu que Happy meal d'Anna Gavalda et puis dans le site de Babelio, une professeure ma gentiment proposée de m'envoyer un recueil avec plusieurs Nouvelles à chute, j'ai accepté bien entendu pour le challenge. Alors comme le dit la règle il faut chroniquer le recueil et pas faire une chronique pour chaque nouvelle. Mais avant je vais quand même donner mon avis en bref sur chacune des Nouvelles et je donnerai mon avis total du recueil en dernier.
    Alors, la première nouvelle est " Happy meal " d'Anna Gavalda. J'en avais déjà fait la chronique mais je la refais en vite fait, nouvelle toute mimi, on commence le sujet dans un mcdo tel le titre peut nous l'indiquer. On part sur un point de vue et on chute sur un autre pour au final donné un autre sens à l'histoire. J'ai vraiment adoré cette histoire, que j'avais déjà lue en étant au collège.
    Je n'ai pas trop compris la nouvelle suivante " Pauvre petit garçon ! " de Dino Buzzati. Vu que je n'ai pas trop compris, vous pouvez en déduire que je n'ai pas aimé non plus ! L'histoire est bof et puis on ne ressent pas trop la chute à la fin, enfin perso je ne l'ai vraiment pas comprise c'est vraiment dommage mais bon tant pis lol.
    Nous continuons avec la nouvelle suivante " Continuité des parcs " de Julio Cortazar, qui est une courte nouvelle et encore une fois je ne l'ai pas compris !! Décidément, je n'y arrive pas avec celle-là !! Je ne sais pas pourtant l'histoire est simple mais il y a, un moment donné, où j'ai dû décrocher : c'est sûr même ! Je n'ai vraiment pas ressenti la chute malheureusement et je trouve ça dommage..
    Poursuivons avec " Lucien " de Claude Bourgeyx. Alors là, c'est beaucoup mieux ! Une nouvelle qui fait un recto-verso, pas trop compliqué à comprendre et j'envie de dire que dès la lecture des premières lignes on s'attend déjà à la chute mais on se laisse quand même emportée et surprendre sur la fin. Une des Nouvelles que j'ai beaucoup appréciées.
    En avant-dernier, retrouvons " Iceberg " de Fred Kassak : l'auteur parle de son titre une fois, en début de texte et puis c'est tout. Mais je veux bien avouer que je ne m'attendais pas à cette chute ! Je pense que personne ne s'y attend vraiment. le narrateur, comme dans toutes les nouvelles je pense, joue l'illusion totale et pour cette nouvelle ça marche. J'ai adoré, un peu long j'avoue mais ça fait son petit effet et franchement j'ai adoré.
    Nous allons terminer maintenant avec " Quand Angèle fut seule..." de Pascal Mérigeau. J'ai compris toute l'histoire sauf la chute ! Dommage j'envie de dire, car l'histoire est bien en elle-même mais la fin je n'ai vraiment pas compris. Alors c'est peut-être moi qui " déconne " mais voilà, j'avoue que je n'ai pas compris.. Donc petite déception et puis c'est tout !
    Avant de donner un avis sur le recueil, je voudrais vraiment remercier ma correspondante sur Babelio... Donc voilà, merci pour cette confiance !
    Et pour finir avec mon avis sur le recueil en lui-même, c'est la première fois que je lis un livre de ce genre et cela ne m'a pas déplu. J'ai vraiment aimé à par les deux petites déceptions..! Voilà, si vous avez la chance de le lire, je vous le conseille vraiment car la lecture est très facile, simple et surtout rapide !

    Lien : http://librairiedubonheur.skyrock.com/3134601006-Nouvelles-a-chute.h..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par sylvicha, le 07 juillet 2013

    sylvicha
    6 nouvelles très différentes ayant pour point commun une chute inattendue. Une lecture très agréable, j'ai bien aimé me laisser surprendre par ces fins inattendues...
    Présentées dans un ouvrage destiné aux collèges et lycées avec questionnaires et approfondissement culturel, ces nouvelles sont accompagnées de poèmes "à chutes" eux aussi et d'une interview d'Anna Gavalda.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par olivberne, le 08 décembre 2012

    olivberne
    Un petit livre tout simple mais qui fera passer un bon moment au lecteur intéressé, car les nouvelles sont courtes, assez faciles à lire et surprenantes à la fin. On se laisse faire, on s'installe dans un confort de lecteur puis la révélation finale survient comme une claque. On relit alors le texte en se disant: "mais oui, bien sûr, comment n'y avais-je pas pensé!"
    Ce sont des nouvelles célèbres, mais le livre est un peu court, il ya aurait pu en voir d'autres, notamment Maupassant et les classiques.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

  • Par Eleve2GACorot, le 27 janvier 2014

    Eleve2GACorot
    Critique de Manon Roger :
    J’ai choisi la nouvelle « Happy Meal » dans ce recueil.
    L’histoire se passe dans un fast-food, un mercredi midi. La jeune fille se nomme Valentine.
    L’histoire parle de deux amoureux, le jeune homme veut l’inviter à déjeuner dans une brasserie avec des miroirs. Mais sa petite copine préfère le mac do ce qui lui déplaît car il déteste cet endroit. Mais ce que l’on découvre c’est que Valentine n’a pas 7 ans…
    Mon avis : J’ai bien aimé ce livre, car il est facile à lire, on comprend bien les phrases, et le vocabulaire n’est pas difficile.
    « Ce qui m’a plu, c’est la chute de l’histoire, on ne s’attend pas à ce qui se passe à la fin. Il y a un gros effet de surprise, bien entretenu tout au long du texte.

    Critique de Marie Houssière et Camille Caillet
    C’est une nouvelle extraite d’un recueil appelé « Nouvelles à chute » dont le titre est « HAPPY MEAL ». Elle est écrite par Anna Gavalda et a été publié en 2004.
    Un père décide de faire plaisir à sa fille, Valentine âgée de 6 ans, en l’amenant au mac donald même s’il n’aime pas cette nourriture.
    J’ai beaucoup aimé ce livre car au départ on pense qu’il s’agit d’un rendez-vous amoureux. Le mystère est maintenu jusqu'à la révélation de la fin.
    Ce qui ne m’a pas plu c’est qu’il y a des mots difficiles et qu’il faut regarder les notes en bas de page pour connaître le sens de ces mots.

    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (5)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par olivberne, le 14 avril 2014

    Très rapidement, j'ai donc été amené à conclure que ce serait un vrai service à lui rendre que de la débarrasser de Georges. Un service dont elle ne me saurait évidemment aucun gré si elle apprenait que je le lui avais rendu, mais il importe de savoir faire malgré eux le bien de ceux qu'on aime.
    Elle le pleurerait sans doute pendant quelques temps, mais tout s'oublie. Elle l'oublierait. Dans mes bras.
    Fred Kassak, "Iceberg"
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par sylvicha, le 07 juillet 2013

    On ne pouvait pas dire non plus que cet enfant qu'il était beau, au contraire, il était plutôt pitoyable même, maigrichon, souffreteux, blafard, presque vert, au point que ses camarades de jeu, pour se moquer de lui, l'appelaient Laitue.
    (Pauvre petit garçon, Dino Buzatti)

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

  • Par katalouna, le 16 novembre 2012

    La douleur finit par être si forte qu'il faillit perdre la raison. Et puis,soudain,ce fut comme si les mains de Dieu l’écartelaient. Une lumière intense l'aveugla. Ses poumons s’embrasèrent. Il poussa un cri.
    En le tirant par les pieds, la sage-femme s’exclama, d'une voix tonitruante:"C'est un garçons !"
    Lucien était né.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation










Sur Amazon
à partir de :
4,00 € (neuf)
1,79 € (occasion)

   

Faire découvrir Nouvelles à chute par :

  • Mail
  • Blog

Autres livres de Nathalie
Lebailly(1) > voir plus

> voir plus

Quiz