AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Anne Weber (Traducteur)
ISBN : 2259194516
Éditeur : Plon (2002)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 8 notes)
Résumé :

A l'origine de ce livre se trouve une série d'articles, publiés en 1959 par le journaliste Norbert Lebert dans la revue Weltbild, sur les enfants des principaux dignitaires nazis. Quarante ans après, son fils Stéphan Lebert, également journaliste, reprend contact avec ces mêmes personnes et, en les interrogeant sur leur parcours, complète le récit de son père. Ainsi se superposent deux instantanés de la vi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (4) Ajouter une critique
vieuchamp
vieuchamp20 décembre 2013
  • Livres 3.00/5
Il y a des gens qui portent des noms compliqués, gênants, drôles, idiots, mais il faut vivre avec, on y peut rien, c'est ce qu'on nous transmet.
Certes ce n'est pas forcément évident de s'appeler Lecon, Soulard ou Lacrotte, surtout à l'époque de l'enfance ou les reflexions vont bon train sur le chemin de l'école, quoique après, dans la vie courante, les moqueries sont toujours présentes, mais plus dissimulées.
Dans ce livre, les enfants s'appellent Himmler, Göering, Göebels, Hess, von Shirach, Bormann. Des noms qui feront à jamais froids dans le dos.
Ce livre, c'est la vie de ces enfants en deux périodes, en 1959, soit quatorze années après la fin du 3ème reich, avec des interviews réalisés par Norbert Lebert. On y retrouve des enfants aux caractères très différents, il y a ceux qui veulent oublier la période noire, qui veulent passer à autre chose. Il y a les autres, qui ne reculeraient devant rien pour suivre la voie tracée par leurs pères, leurs parents.
C'est un reportage bouleversant, on comprend le ressenti de cette génération, même dans leur haine. Ils ont grandi dans ce climat violent mais qui ne leur parvenait pas forcément.
Ce livre est découpé en deux parties, la partie écrite par le père, Norbert, et celle écrite par le fils, Stephan Lebert, il y a seulement quelques années, qui a voulu retrouver les intéressés pour une nouvelle interview. Ca a marché pour certains, d'autres noms, certains sont morts. Cette partie est pour moi, moins intéressante, car les années ont passé, la guerre est finie depuis plus de cinquante ans, même si les souvenirs sont présents, et la moralité des intervenants n'est pas forcément des plus saine.
Livre intéressant, qui aborde le sujet par un chemin assez détourné.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
FanActuel
FanActuel14 février 2016
  • Livres 4.00/5
Ce livre regroupe des entretiens avec des enfants de dirigeants nazis, en 1959 et 1999, par un père et fils journalistes.
Walter Lebert était journaliste au Bildzeitung, entre autres. Une quinzaine d'années après la guerre, il avait réalisé une série de portraits – entretiens avec une douzaine de fils et filles de dirigeants nazis -. Bambins à l'époque du Reich, ils étaient inconscients pour la plupart des activités de leurs pères devenus tristement célèbres. Hitler était le parrain ou l'oncle affectueux. Walter Lebert voulait savoir comment ils vivaient cet héritage : se sentaient-ils coupables? Aimaient-ils encore ce père, maintenant qu'ils savaient?
Après la mort de W. Lebert, son fils Norbert, journaliste lui aussi, a lu ses portraits. Il est reparti à la recherche de ces personnes, quarante ans après. Avaient-ils réussi à se libérer de l'ombre de leur père? Qu'avaient-ils fait de leur vie : suivi ses traces ou au contraire fui son exemple?
Gudrun Himmler, elle, continue sans doute d'idolâtrer son père, comme quand Lebert père l'avait rencontrée. Elle a refusé toute autre interview depuis. Discrète, elle cache son ascendance, mais soutient Stille Hilfe (« aide discrète »), une association d'aide aux anciens nazis.
Wölf-Rudiger Hess a passé sa vie d'adulte à essayer de faire libérer son père, Rudolf Hess, de la prison de Spandau. Il est convaincu que son père avait raison et que les alliés l'ont assassiné pour l'empêcher de parler. Il l'a essentiellement connu au travers d'une centaine de visites à la prison et d'une lettre tous les 28 jours.
A l'inverse d'eux, l'un des fils de Martin Bormann, nommé comme lui, est devenu missionnaire et a rejeté en bloc l'idéologie, alors qu'il avait été élevé dans le pensionnat national-socialiste Matrei, dans le rejet de la religion. Il a trouvé une certaine paix en séparant, comme il le dit, le père des crimes du père.
Niklas Frank, l'un des fils de Hans Frank, a écrit un livre dans les années 60 pour dire sa haine du père. Cela lui avait valu bien des critiques, car il est entendu qu'on ne doit pas traîner ses parents dans la boue, fussent-ils des meurtriers de masse.

Les enfants du fondateur des Jeunesses Hitlériennes, Baldur von Schirach, ont soutenu leur père pendant et après sa détention, en se convaincant que les idéaux du début avaient été trahis par Hitler.
Dans le rejet ou le regret, chacun a tracé sa voie et chacun a porté sa croix. Peu en sont sortis indemnes. La plupart ont mené après-guerre une vie aussi compliquée que les autres orphelins de guerre : brinquebalés, adoptés par des paysans, des ouvriers, ils ont mené des vies simples. Leur destin est, en filigrane, celui de leur pays : sur les ruines et les tombes, il faut affronter ou nier le passé. Les enfants Frank ont refusé de chercher à récupérer des biens de leur père, porteurs de culpabilité.
Lien : https://fjva.wordpress.com/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
JeanPierreV
JeanPierreV07 novembre 2015
  • Livres 3.00/5
Comment vivre quand on porte un nom maudit, Göring, Himmler, Hess?
Comment affronter le regard des autres, leur haine?
Innocents ils l'étaient, mais aux yeux de tous ils étaient maudits..Certains ont tout fait pour fuir les idées de ce père indigne, qu'ils ont malgré tout aimé…d'autres au contraire ont toujours porté aux nues ce père dont ils ont repris aujourd'hui encore les idées. Beaucoup avaient pour parrain Adolf Hitler!
Un ouvrage sur l'héritage familial, culturel, qui ne peut manquer d'interpeller chacun de nous…Comment aurait été ma vie, si j'avais eu un nom célèbre ou infamant?….Quelles portes se seraient ouvertes, ou fermées?
Lien : http://mesbelleslectures.wor..
Commenter  J’apprécie          60
Nikoz
Nikoz12 septembre 2013
  • Livres 5.00/5
Une très bonne évocation d'une question essentielle, le poids subit de l'héritage.
Commenter  J’apprécie          60
Citations & extraits (4) Ajouter une citation
JeanPierreVJeanPierreV17 octobre 2015
C'est resté un tabou pendant longtemps : quel est le destin d'un enfant de national-socialiste, d'un criminel, d'un meurtrier ? Comment en vient-on à bout ? Quelle est la souffrance qu'on endure ? Ou pour poser la question autrement : les fils et filles d'un nazi sont ils eux aussi des victimes? On pourrait dire que les enfants de nazis se trouvent au point de jonction entre les coupables et les victimes. La position du coupable les concerne en ce qu'ils doivent prendre position par rapport aux actes de leurs pères. Nous devons nous demander : sont-ils pareils, pensent-ils comme leurs pères ? Et ne sont-ils pas victimes dans la mesure où ils sont poursuivis toute leur vie par une malédiction dont au fond ils ne sont pas responsables directement ? (P. 172)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
vieuchampvieuchamp20 décembre 2013
Elle travailla comme modiste, ouvrière aux pièces, aide-bureau et finalement secrétaire. Elle changea souvent de postes et de chambres en sous-location, elle changea de coiffure, avec le temps, elle changea de personnalité, mais une chose n'a jamais changé: où qu'elle se présente, où qu'elle apparaisse, on lui pose invariablement la question: "Himmler? Mais vous n'êtes tout de même pas de la famille de ...?"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
FanActuelFanActuel14 février 2016
Schirach m'a parlé de la force esthétique des Jeunesses hitlériennes, qui étaient l'oeuvre de son père Baldur von Schirach. Et brusquement je revois une photo qui a été beaucoup reproduite récemment. On y voit cinq jeunes hommes impeccablement habillés, de jeunes écrivains qui discutent de la situation du monde et qui se prennent pour une élite, appartenant à une classe supérieure. Ce sont ces cinq hommes-là qui passent d'une certaine façon pour être des représentants de notre époque, probablement parce qu'ils ont l'air si arrogants et mysogynes. Et soudain je ne peux pas m'empêcher de me demander si ces messieurs ne seraient pas allés drôlement bien avec les garçons de jadis. Je ne veux pas dire par là que, de notre point de vue d'aujourd'hui, ce soient des nazis. Je me demande simplement si, à cette époque-là aussi, ils n'auraient pas été pris pour les représentants idéals de l'esprit - glacial - de l'époque.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
NikozNikoz26 août 2014
on lui pose invariablement la question: "Himmler? Mais vous n'êtes tout de même pas de la famille de ...?"
Commenter  J’apprécie          40
>Allemagne : histoire>Allemagne : 1866...>1945-1999 : classer ici la République fédérale (7)
autres livres classés : allemagneVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
624 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre