Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2890187241
Éditeur : Le Noroit (2011)


Note moyenne : 4/5 (sur 4 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
J'atteins les merles incarnats
brise les violons bourgogne
réduis en cendres les décors pour ne
pas figer

devant Dieu
j'éventre les chimères
que délivre ma guerre
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (2)

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par Lali, le 17 avril 2012

    Lali
    Il y a le rouge, mais il y a aussi des Rouges. Des Rouges de toutes les couleurs. Comme le prouve Jean-François Leblanc avec son premier recueil justement intitulé Rouges, qui dépose ici et là ses couleurs comme le ferait un peintre voulant mettre de l'avant un détail qui passerait inaperçu autrement. Des Rouges pas toujours explicites, mais qui sont bien là, dans la mort ou dans la passion, figures dominantes de ce recueil aux textes courts et révélateurs de la douleur de vivre.
    « Rien n'est deviné
    écrire ton prénom
    danser
    dire ce qu'il me faut traverser
    la haine
    l'arrogance la mort
    ces doigts de ma peur
    de vivre. »
    En quelques lignes surgissent des images, dans lesquelles le sang domine sans qu'il soit inscrit nommément à même les vers. Mais il est là. On ne peut douter de son effet même si on n'en connaît pas la cause. Il enveloppe les mots, leur donne leur rouge.
    « Si tu veux je t'offre celui qui réclame le
    vertige foudroyant que tu portes »,
    écrit plus loin Jean-François Leblanc. Et l'image du rouge destructeur surgit. Plus forte que tout.
    Comme elle l'est aussi dans ces vers, alors que le rouge s'éteint :
    « Je cherche notre droit de passage sorte
    d'offrande indiscutable consignée par les
    photographies décolorées. »
    D'une image à l'autre, d'un rouge à l'autre, nous apprivoisons l'univers du poète. Ou nous croyons le faire. Sans en avoir l'assurance. Et cela n'est pas important puisque la réponse est ailleurs, dans la perception du lecteur, dans ce qui le touche et qui n'est peut-être pas écrit. La poésie suggère.
    Ou, comme l'affiche l'auteur, en guise de dernier poème :
    « La poésie est un cœur qui existe à l'épicentre du monde. »
    Rouge, il va sans dire.

    Lien : http://lalitoutsimplement.com/des-rouges-de-toutes-les-couleurs/
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Biomed, le 21 juin 2013

    Biomed
    Une voix aussi blanche que la lumière du jour!
    À découvrir!

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

> voir toutes (7)

Citations et extraits

> Ajouter une citation







Acheter sur Amazon
   

Faire découvrir Rouges par :

  • Mail
  • Blog

Autres livres de Jean-François
Leblanc(1) > voir plus

> voir plus

Quiz