Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2858150729
Éditeur : Audie-Fluide glacial (2007)


Note moyenne : 3.88/5 (sur 34 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Carmen Cru est une vieille dame. Une très vieille dame.

Pas de celles qui font sauter leurs petits-enfants sur leurs genoux. Pas non plus le genre à participer à des oeuvres de bienfaisance en faisant bénéficier les autres de son temps libre.

> voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (6)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par marina53, le 08 mars 2014

    marina53
    Carmen Cru n'a pas sa langue dans sa poche, ne connaît pas les bonnes manières ni la politesse et s'il faut quelqu'un pour taper sur un autre, elle se porte garante! Bref, une mamie qu'on n'est pas sûr d'aimer jusqu'à ses derniers jours, surtout quand elle ne veut même pas vous filer un petit bifton pour les étrennes. Son argent, elle préfère le garder pour elle et le placer soigneusement à la banque, encore faut-il que les gens devant veulent bien la laisser passer! Parce qu'elle n'a pas que ça à faire! Il faut s'arrêter boire un coup dans tous les bars qu'elle a sur sa route, histoire de pouvoir manger en plus gratos, il faut emmerder les voisins avec leurs compteurs électriques, s'en prendre au gros matou qui vient squatter chez elle, recevoir les vieux du club qui veulent l'inciter à s'inscrire... Pas de tout repos la vie d'une vieille!
    Avec ou sans dentier, avec son vélo, à pied, seule ou (évidemment, mal) accompagnée, cette vieille bique en fait voir de toutes les couleurs à son entourage. de son petit-neveu à ses voisins, chacun en prend pour son grade. Lelong nous sert de petites scénettes inégales tant sur la chute que sur le scénario mais les aventures de cette mémé que l'on aime détester se dégustent tout de même le sourire en coin. L'on espère ne pas lui ressembler plus tard! le dessin est juste et travaillé, le noir et blanc apporte une petite touche rétro très agréable.
    Carmen Cru, Rencontre du 3ème âge... du tout cuit...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 37         Page de la critique

  • Par Lorraine47, le 28 décembre 2012

    Lorraine47
    Ayant été initiée à la lecture de "Fluide glacial" par mon frère aìné, qui dans mes vertes années me paraissait hautement subversive et délicieusement transgressive, j'ai voulu y tâter à nouveau, histoire de voir si cela pourrait réveiller L'ado qui sommeillait en moi.
    J'ai donc opté pour Carmen Cru, cette petite vieille aux allures de Tatie Danielle des années 50, beaucoup moins classieuse et un tantinet portée sur la bouteille.
    Le dessin est plutôt sympathique, assez sobre contrairement à l'héroïne, version noir et blanc.
    Là où je reste impassible c'est sur la qualité du scénario.
    Quant au côté humoristique de cette BD, soit je suis complètement hermétique, soit elle a mal vieilli comme son auteur, qui hélas est mort prématurément en se donnant la mort, je vais peut-être en choquer certains mais parfois mon humour à la Reiser prend le dessus et je peux hélas laisser ressortir le côté cynique de ma force et toute la noirceur de mon âme!
    Carmen Cru, qui l'eut cru, m'a laissée de marbre, peut-être ce premier tome était-il un mauvais cru, une basse piquette?
    Néanmoins,je ne retenterai pas l'aventure avec un deuxième tome, sauf si l'un d'entre-vous trouve les arguments pour piquer ma curiosité: chiche capon!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 32         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par manU17, le 18 mars 2013

    manU17
    Elle est vieille. Elle est laide. Elle est édentée. Quand elle met son dentier, c'est pire, elle est encore plus effrayante.
    Elle n'aime pas les enfants, ils braillent. Elle n'aime pas les vieux, ils puent. Elle n'aime pas sa famille. Elle n'aime pas ses voisins. Elle n'aime pas les gens, en général. Elle n'aime personne en particulier.
    Que vous soyez guichetier, banquier, prêtre, photographe, n'ayez crainte, vous serez tous traités de la même façon, c'est-à-dire avec le plus grand dédain et le plus profond mépris.
    Elle est vieille donc elle a tous les droits et elle ne se gêne pas pour en user et en abuser. Elle est vieille donc vous lui devez le respect mais elle, elle vous emmerde !
    Tous ceci pour notre plus grand plaisir, bien sûr. On pense inévitablement à Tatie Danielle, un de mes films cultes, que je revois chaque fois avec le même plaisir jubilatoire.
    Et surtout, je ne peux que penser à Madame Lavalette, cette cliente râleuse, odieuse, teigneuse mais unique Dieu merci, dont je garde de nombreux souvenirs mémorables dont ce jour où elle m'invectiva d'un « de toute façon, vous êtes un con ! » et que je lui répondis « Et vous, vous êtes charmante Madame Lavalette ! » Cet échange scella à tout jamais notre amitié…
    Carmen Cru existe, je l'ai rencontrée…et j'en ai bavé !

    Un grand merci à Cristina pour ce judicieux conseil de lecture.


    Lien : http://bouquins-de-poches-en-poches.blogspot.fr/2013/03/carmen-cru-1..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 36         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par MonsieurChat, le 11 novembre 2012

    MonsieurChat
    Pas encore cuite la vieille dame indigne et même encore bien crue la carmen : quartier de viande tassé, massif, sans le moindre vide où la réflexion pourrait résonner un peu, rien qui donne prise ni au regard qui glisse sur la forme, ni à une quelconque agression physique. Que pourrait-on attraper qui dépasse ? le bob soulignant encore plus le côté "rocher" et pas Yves Rocher parce qu'elle cherche pas trop à séduire son monde avec son allure, à se demander comment ce tas de femme tient en équilibre sur son vélo et même seulement comment les pieds peuvent bien encore toucher les pédales. Ontologiquement, visuellement, physiquement, Carmen Cru est un concentré d'elle-même. Véritable boulet pour ceux, êtres verticaux, pauvres quilles, qui la croise. Quoique... Tous les autres personnages sont tout aussi pleins et entiers qu'elle même. Lelong, observateur sans la moindre pitié des travers de notre époque, a su voir et croquer au vitriol les traits de caractères de quelques uns de nos contemporains et les rendre avec la même intensité que la pauvre petite vieille. Effroyable !
    Post-scriptum à l'usage de ceux qui ne comprennent rien au génie
    Carmen Cru n'est pas drôle, bien au contraire elle est l'incarnation désespérante de ce qui nous pend à tous au nez : une vieillesse solitaire, une déchéance physique et sociale. Sauf que c'est un héros - pardon : une héroïne solitaire - qui a bien accepté son univers perso, bien dans sa peau même si elle flotte autour de son corps décharné, frémissante aux quatre vents du quotidien le plus sordide. Alors ça peut ne pas plaire, c'est même pas à sa place dans Fluide Glacial - quoique, ce soit peut-être la seule BD qui soit digne du titre - et ça se comprend aisément : comment pourrait-on trouver un plaisir à contempler l'image de notre propre laideur sans la distance de l'humour qui nous évite de penser que c'est, malheureusement, un miroir branché sur le futur que nous tend l'auteur.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par canel, le 30 décembre 2013

    canel
    "Sale vieille bique, vieille peau, vieille vache, vieille garce !" - ça défoule d'insulter une teigne, même virtuelle.
    1ère tentative de 2e lecture de cette "Rencontre du 3e âge" avec Carmen Cru la dure-à-cuire, et non, vraiment.
    Quelques avis enthousiastes sur Babelio m’ont laissé espérer la possibilité d’une (réconc)il(iation) avec cette mémé rencontrée au lycée, et vite évitée. C’est loupé, je n’ai pas réussi à l’aimer après trente ans d'oubli.
    Carmen Cru est l’anti-Mamette par excellence, je ne dois pas être la première à le dire. Elle est aussi répugnante, crado, aigrie et détestable que la vieille petite Marinette est pimpante, douce, généreuse et joviale.
    Vraiment odieuse et sadique, la mémère, et futée : elle calcule bien ses offensives. Elle en rajoute, s'amuse, noircit son image, et ça doit être ce qui plaît aux fans !?
    Mais elle ressemble trop à quelques vieilles peaux (ou sadiques de tous âges) croisé(e)s ici ou là pour m'amuser. Et qui sait si on ne deviendra pas comme elle ? Ou si on ne l'est pas déjà (un peu) !?
    Elle m'agace et me plombe, cette dame.
    Dessin en noir et blanc et texte denses, indigestes, en plus.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          8 18         Page de la critique

> voir toutes (4)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par CerfVolant, le 26 mars 2011

    Monsieur le Procureur de la République,
    Je ne peux plus passer un dimanche tranquille. Il y a des énergumènes sans nom qui viennent m'agresser chaque dimanche. Je vis seule et je suis très âgée. Je ne peux pas me défendre contre ces gens que je ne connais pas. Je n'ai plus d'intimité, ils troublent le repos que, vu mon grand âge, je dois prendre chaque dimanche. Ils m'insultent et profitent de ma sénilité pour m'abuser. J'ai donc l’honneur et l'avantage de porter plainte contre ces individus afin que vous les arrêtiez. Signé, Carmen Cru.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

  • Par manU17, le 18 mars 2013

    "La famille, elle est bien où elle est. Quelle y reste."

    Commenter     J’apprécie          0 19         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :

5,00 € (occasion)

   

Faire découvrir Carmen Cru, Tome 1 : Rencontre du 3ème âge par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (55)

> voir plus

Quiz