Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2253155225
Éditeur : Le Livre de Poche (2003)


Note moyenne : 3.71/5 (sur 93 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
« Emilie fut la seule à remarquer que son fils avait dans le regard quelque chose de nouveau, d’indéchiffrable, une lumière impalpable qui lui rappelait ce bonheur intérieur qu’elle-même ressentait lorsqu’elle allait visiter son propre secret. Elle sut que Pierre taisai... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (27)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par argali, le 08 avril 2011

    argali
    Frédéric Lenoir signe ici un conte philosophique passionnant.
    Nous sommes dans le sud de la France à la fin du XIXe siècle, dans un village où tout le monde se connait, se côtoie, sans pour autant s'apprécier. On retrouve le maire et le curé, ni amis ni ennemis, le cafetier du village qui rassemble tout le monde à l'heure de l'apéro, l'instituteur, le notable… comme on nous les a déjà dépeints cent fois dans d'autres récits. Alors qu'est-ce qui fait la différence ?
    L'écriture tout d'abord. Fine, délicate, précise, elle croque à petites touches subtiles la personnalité de chacun au fil des pages et célèbre une ode à la nature et à la sensibilité.
    Le ton ensuite. On se plonge dans une parabole moderne sur les valeurs universelles de l'existence. Pureté, simplicité, sincérité s'oppose naïvement à la cupidité et à la bêtise des hommes.
    D'abord considéré comme l'idiot du village, Pierre sera ensuite l'objet de nombreuses convoitises puis de jalousies. Rêveur, poète, sincère et pur, il ne trouvera pas sa place dans ce monde de faux semblants, d'hypocrisies et d'envie.
    Un court roman poétique et beau, un récit plein de fraîcheur dans un monde brutal et cruel, qui nous amène à réfléchir sur nos propres valeurs.
    "Là où est ton trésor, là aussi sera ton coeur."
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la critique

  • Par Zazette97, le 11 mars 2015

    Zazette97

    "Le Secret" est un conte philosophique de l'écrivain et philosophe français Frédéric Lenoir publié en 2001.
    Pierre Morin a 19 ans. C'est un rêveur, un amoureux de la nature et un jeune homme gentil, désintéressé, un garçon "à part", si naïf que les villageois le soupçonnent de ne pas avoir toute sa tête.
    Un jour, Pierre est retrouvé inanimé dans un champ où il a passé deux jours. le garçon a cette lueur dans les yeux qui fait dire aux gens qu'il doit avoir un secret à cacher.
    Personne ne le prend au sérieux jusqu'à ce qu'il hérite de la maison et des terres d'une vieille dame à qui il avait rendu une bourse pleine d'argent perdue quelques temps plus tôt.
    Dès le moment où Pierre accède à la richesse et à ses privilèges, les villageois changent d'attitude à son égard et le prennent en sympathie, prêts à tout, y compris à donner leurs filles en mariage, pour s'enrichir. le scandale éclate lorsque Pierre manifeste son intention d'échanger ses terres et sa somptueuse maison contre une terre abandonnée et sans valeur où il aime passer ses nuits. Cette transaction semble tellement ridicule aux villageois qu'ils décident de mener l'enquête et de découvrir le secret que le jeune garçon s'évertue à cacher près de la vigne...
    Difficile de ne pas s'attacher à ce jeune héros, tour à tour vilain petit canard et objet de toutes les convoitises, si gentil que cela en devient suspect aux yeux des villageois, alors que le lecteur se surprend à vouloir sauver ce jeune homme de toute cette cupidité ambiante.
    Pierre se montre fermement décidé à ne pas dévoiler ce qu'il cache dans la vigne et le moins que l'on puisse dire c'est que le lecteur se surprend, non sans en éprouver une certaine culpabilité, à vouloir également percer le fameux secret, tant celui-ci doit lui sembler merveilleux (et qui m'a surprise je dois bien l'avouer).
    "Le Secret" est donc plus qu'un conte aux allures de fable, il contient en lui une intrigue qui pousse le lecteur à tourner les pages pour en avoir le coeur net.
    Un petit roman tout en poésie qui sonne à la fois comme une fable visant à dénoncer l'injustice et la cupidité des hommes et comme une ode à la gentillesse, une parenthèse dans ce monde de brutes transcrite dans un style qui m'a rappelé un je ne sais quoi de Philippe Claudel.

    Lien : http://contesdefaits.blogspot.be/2010/03/le-secret-frederic-lenoir.h..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Litterature_et_Chocolat, le 02 décembre 2011

    Litterature_et_Chocolat
    une très belle fable, pleine de douceur et de lucidité
    .
    On aimerait y croire, à la solidarité entre les habitants des campagnes, cette fraternité dont les habitants des villes sont persuadés qu'elle existe encore, retranchée dans les derniers bastions de verdure des petits villages. Faut-il aller la chercher dans les pays bouddhistes, cette sagesse qui unie les hommes, cette joie de vivre dénuée de jalousie et d'envie? Ne peut-on pas trouver dans notre culture occidentale, chrétienne, dans la patrie des Droits de l'homme et des Humanités, des fragments d'une richesse intérieure qui prévaudrait sur les biens matériels?
    .
    Frédéric Lenoir ne laisse pas le lecteur se bercer d'illusion, et l'emmène dans ce qui semble être un conte qu'on se racontait lors des veillées, une fable un peu sombre sur la vie de village et la perversité des hommes, des femmes et même des enfants qui torturent des animaux pour le plaisir. Derrière une belle écriture sobre et douce, très agréable à lire, Frédéric Lenoir porte un regard implacable et inexorable sur les choix et les valeurs qui guident notre existence. C'est cependant habilement suggéré puisque l'auteur laisse nous le choix de lire ce petit roman comme un polar campagnard ou une parabole sur les valeurs qui prédominent dans nos vies, dans notre société.
    .
    Quelle que soit la lecture retenue, l'issue inéluctable laisse comme une amertume, des regrets et une inquiétude : est-ce vraiment cela, l'humanité?

    Lien : http://litteratureetchocolat.wordpress.com/2011/12/01/le-secret-de-f..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Gwordia, le 14 juin 2012

    Gwordia
    Frédéric Lenoir est un auteur que l'on trouve habituellement au rayon religion. Peu de chances a priori que je lise un de ces livres. Si besoin est de le rappeler, il ne faut jamais dire "Fontaine...". C'est donc à l'occasion de l'opération été du Livre de poche que j'ai eu l'occasion de découvrir la plume de cet auteur qui donne aussi dans le roman court (même si bien sûr, un de ses personnages est un prêtre).
    Le secret est une magnifique histoire pleine de poésie, de douceur, de délicatesse... et aussi de cruauté. Avec un magnifique crescendo dans le suspens, Frédéric Lenoir fait de son roman un véritable page turner et nous dresse un portrait sans concession de la bonté comme de la bassesse humaine. Plus qu'un roman, c'est une réflexion philosophique sur le matérialisme et la cupidité tout autant qu'une ode aux merveilles de la Nature.
    Chaudement recommandé, pour tout public.

    Lien : http://gwordia.hautetfort.com/archive/2012/06/14/le-secret-de-freder..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la critique

  • Par wayana, le 07 juillet 2012

    wayana
    « Emilie fut la seule à remarquer que son fils avait dans le regard quelque chose de nouveau, d'indéchiffrable, une lumière impalpable qui lui rappelait ce bonheur intérieur qu'elle-même ressentait lorsqu'elle allait visiter son propre secret. Elle sut que Pierre taisait l'essentiel, mais elle resta silencieuse. »
    Que s'est-il donc passé dans la vieille vigne abandonnée où l'on a retrouvé Pierre Morin inanimé après deux jours d'absence ? Dans le village, tous s'interrogent, se passionnent, et cherchent à percer à tout prix son secret.
    Voilà un récit plein de poésie, un conte philosophique, une histoire sur la valeur des choses, sur la valeur que l'on donne aux choses. le personnage de Pierre est très touchant, sa différence lui nuira-t-elle ? L'homme est un loup pour l'homme, mais on le savait déjà. C'est bien entendu très bien écrit puisque c'est de Frédéric Lenoir, une écriture juste et simple adaptée à ce récit épuré.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

> voir toutes (14)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Gwordia, le 14 juin 2012

    Pierre aimait surtout s'étendre dans l'herbe, à une courte distance de la rivière, fermer les yeux et écouter le chant de la nature. L'écoulement de l'eau formait une sorte de grondement continu sur lequel venaient danser une multitude de voix les plus variées : le cri aigu du pinson, le sifflement du vent dans le feuillage des peupliers, le piaillement des mésanges, le frêle grésillement d'une sauterelle. Il lui arrivait d'être si intensément présent à cette symphonie pastorale qu'il se sentait fondre dans cet univers de sons jusqu'à perdre toute conscience de lui-même : il ne faisait plus qu'un avec l'eau, le vent, le chant des oiseaux. Il n'était plus dans la nature, il était la nature.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par Litterature_et_Chocolat, le 02 décembre 2011

    La nature humaine est ainsi faite (souvent) :

    Si la plupart des villageois médisaient dans son dos, tous lui témoignaient de vives marques d’amitié lorsqu’ils le croisaient: en partie parce qu’ils se sentaient soudain plus proches de Pierre, qui avait su faire preuve d’une grande sagacité pour hériter de la veuve Verdeuil, aussi parce qu’il était devenu en l’espace de vingt-quatre heures l’un des hommes les plus riches du village.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par Gwordia, le 14 juin 2012

    Il craignait que l'homme n'en vienne progressivement à ne plus savoir savourer les plaisirs humbles et profonds de l'existence pour devenir un perpétuel insatisfait, toujours en quête de nouvelles possessions.

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par itzamna, le 28 juillet 2012

    Vous ne vivez que pour l'argent. Vous vendriez vos filles pour de l'argent. L'argent est le seul dieu que vous adorez. Laissez-moi vivre en paix avec mon secret. Il ne vous rapportera pas un centime.

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par Mieke, le 03 juin 2015

    Ils traversèrent un hameau fait de trois ou quatre fermés accroché au faîte de la colline comme une rangée de dents cariées sur une mâchoire de travers.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

> voir toutes (56)

Videos de Frédéric Lenoir

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Frédéric Lenoir

Le teinturier de la lune de Violette Cabesos .
Violette Cabesos est une femme énigmatique, à l?image de ses romans. Après des études d?histoire, de lettres et de sciences-politiques dans son Sud natal, elle s?installe à Paris en 1994. Elle se veut rationnelle, athée et c?est pourtant dans une écriture empreinte d?ésotérisme qu?elle va s?épanouir. Passionnée d?Histoire, de littérature, de musique, mais aussi de danse orientale, Violette Cabesos a plusieurs cordes à son arc. Et quand elle pratique le chant lyrique, telles les sirènes de la légende, elle peut vous prendre dans ses filets. C?est un peu la même chose avec ses romans, on s?y plonge avec un brin d?amusement, et en quelques pages, on est happé par l?intrigue, les personnages mais aussi une écriture originale, très construite, recherchée, loin de toutes facilités. Après un premier roman « Sang comme neige » en 2003, elle collabore avec son ami Frédéric Lenoir, par ailleurs spécialiste des religions. Ensemble, ils publient « La promesse de l?ange » et « La parole perdue », vendus à plusieurs milliers d?exemplaires et traduits en une vingtaine de langues. Aujourd?hui, volant de ses propres ailes, Violette Cabesos nous offre un nouveau roman « Le teinturier de la lune » et vous n?êtes pas au bout de vos surprises. Entre un jeune alchimiste De La Renaissance et une apprentie journaliste de 20 ans dans le Paris des années 1930, quel peut être le point commun. Et si un vieux grimoire au papier jauni révélait les secrets les plus enfouis ? Et si la ville de Prague était le point de départ de tous les mystères de notre monde ? Mêlant Histoire et fiction, Violette Cabesos nous propose un formidable thriller ésotérique qui défie les lois de l?espace et du temps. « Le teinturier de la lune » de Violette Cabesos aux éditions Albin Michel Violette Cabesos est sur WTC.








Sur Amazon
à partir de :
4,85 € (neuf)
13,00 € (occasion)

   

Faire découvrir Le Secret par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz