Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> William Olivier Desmond (Traducteur)

ISBN : 2020593459
Éditeur : Editions du Seuil (2005)


Note moyenne : 3.57/5 (sur 88 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Pellestrina, petite île située dans la lagune de Venise. Deux pêcheurs de palourdes sont retrouvés noyés dans les débris de leur bateau, leurs corps lardés de coups de couteau. Le commissaire Brunetti doit mener l'enquête au sein d'une communauté unie par un code de loy... > Voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (10)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 2.00/5
    Par Angelye, le 14 juillet 2013

    Angelye
    Pellestrina, petite île située dans la lagune de Venise. Deux pêcheurs de palourdes sont retrouvés noyés dans les débris de leur bateau, leurs corps lardés de coups de couteau. le commissaire Brunetti doit mener l'enquête au sein d'une communauté unie par un code de loyauté et une méfiance instinctive vis-à-vis des étrangers. Loin du monde raffiné de la Sérénissime, dans cette ambiance digne d'un village sicilien, la loi du silence est de mise. Pour tromper la méfiance des insulaires, Brunetti a l'idée d'envoyer sur place sa secrétaire, la signorina Elettra. Celle-ci accepte de jouer les espionnes et de séjourner dans l'île, où elle a des parents. Mais Brunetti ne tarde pas à regretter sa décision lorsqu'il apprend qu'un troisième meurtre vient d'être commis à Pellestrina. Il se retrouve alors déchiré entre son désir de démasquer le coupable, son inquiétude pour la sécurité d'Elettra et les sentiments quelque peu ambigus qu'il nourrit pour elle …
    J'avais lu "La petite fille de ses rêves" il y a quelques mois et je m'étais juré que je ne dépenserais plus un centime pour lire du Dona Leon. J'avais trouvé que l'intrigue était mauvaise, mal amenée et très (trop) vite résolue et j'avais l'impression que ce bouquin était plus un guide touristique et culinaire de Venise. Bref, je m'étais fortement ennuyée... Et puis je suis allée faire le plein de lecture à la FNAC pour l'été et "Mortes-eaux" était offert pour l'achat de 2 autres livres de poche. J'ai voulu donner une seconde chance au produit... Il n'y en aura pas une troisième !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par sandrine57, le 17 décembre 2010

    sandrine57
    Pour une fois, Brunetti quitte Venise le temps d'une enquête à Pellestrina, petite île de la lagune. Mais les rudes pêcheurs de palourdes de l'île n'entendent pas pactiser avec l'ennemi étranger et l'enquête sur l'assassassinat de deux habitants de l'île s'avère difficile, chacun taisant les renseignements qu'il pourrait détenir. C'est donc Elletra, habituée des lieux, qui va jouer les espionnes sur place. Mais rien n'y fait. Les langues ne se délient pas, un autre meurtre est commis et Elletra, inconsciente du danger, ne souhaite d'autant pas rentrer à Venise qu'elle vient de nouer une relation amoureuse avec Carlo, un jeune pêcheur de l'île.
    Pour moi, un des meilleurs de la série. Donna LEON qui excelle dans les descriptions de Venise, est aussi brillante quand il s'agit de reconstituer l'atmosphère lourde, méfiante et violente qui règne dans l'île. Pour une fois le suspense est bien présent jusqu'au bout et l'histoire se terminera par deux morts de plus dont un collaborateur de Brunetti...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par umezzu, le 27 février 2015

    umezzu
    Un Donna Leon dont l'essentiel de l'action n'est pas précisément à Venise, mais à Pellestrina, une île de de la lagune dont les habitants vivent notamment de la pêche à la palourde. Deux pêcheurs sont retrouvés au fond de l'eau dans leur propre bateau coulé. Pas vraiment noyés, car quelques coups de couteaux ont précédé leur séjour aquatique. L'enquête est difficile pour Brunetti. A Pellestrina, comme dans toutes les îles de pêcheurs, les gens sont taiseux. Pour obtenir des renseignements Brunetti finit par y envoyer la signorina Elettra, secrétaire de la questure, qui est originaire de l'île. A elle d'obtenir des confidences...
    Un Donna Leon mineur. L'ambiguïté des rapports Brunetti – Elettra amènent Elettra à foncer tête baissée dans ce rôle d'infiltrée et Brunetti à s'inquiéter de la sécurité de sa précieuse auxiliaire. le contexte local très refermé sur lui-même, et les rivalités autour de coquillages qui sont appréciés depuis des siècles, mais dont la présence se rarifie, sont bien décrits. Les spaghetti alle vongole sont en danger. Mais cela s'accompagne aussi des promenades longuettes d'Elettra sur ses lieux de jeunesse et des incertitudes de Brunetti qui n'apportent pas un grand rythme.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par hellza24, le 25 août 2014

    hellza24
    Dépaysement garanti, avec Venise et ses environs, la gastronomie italienne.Les magouilles politiques et les préoccupations écologiques sont des sujets très présents dans chacun des romans.
    Ici, étude d'un microcosme : une île de pêcheurs. Un père et son fils sont assassinés, leur bateau incendié. Silence de plomb : personne ne parlera. le commissaire envoie sur le terrain Elettra, secrétaire de son supérieur. Ce personnage que nous ne faisons habituellement que croiser a ici un rôle central.
    Mission d'espionnage dangereuse. Les décisions du commissaire vont être lourdes de conséquence à bien des titres.
    C'est une enquête intéressante, dans un cadre vraiment sympa. Les évènements prennent une tournure inattendue.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Didier_Tr, le 30 mars 2014

    Didier_Tr
    J'avoue que j'apprécie tout particulièrement Donna Leon et son commissaire Brunetti. J'ai lu les autres critiques avant de rédiger la mienne et j'en trouve certaines très sévères. Je prends beaucoup de plaisir à lire les aventures vénitiennes. Je les trouve bien construites avec des personnages fouillés. Ce dixième épisode trouve son origine dans la mort de deux pécheurs de palourde, on aime ou on n'aime pas les fruits de mer, mais on doit déguster ce roman avec grand plaisir.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

> voir toutes (8)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Groucho, le 07 avril 2015

    - Signorina, dit Brunetti d'un ton calme mais officiel, cette affaire pourrait s'avérer dangereuse (elle ne répondit pas). Vous n'avez pas les aptitudes pour cela.
    - Vous préféreriez envoyer Alvise ou Riverre ? demanda-t-elle d'un petit ton provocateur, nommant les deux plus piètres policiers de la questure. Puis elle répéta :
    - Les aptitudes ?
    Il ouvrit la bouche, mais elle l'interrompit une nouvelle fois.
    - De quelles aptitudes vais-je avoir besoin, commissaire ? Savoir tirer au pistolet ? Immobiliser un suspect ? Sauter par la fenêtre du troisième ?
    .../...
    - Et à quelles aptitudes croyez-vous que j'ai fait appel, depuis que j'ai été engagé ici ? Ce n'est pas moi qui vais sur le terrain arrêter les gens, d'accord, mais c'est moi qui vous dis quels sont les gens qu'il faut arrêter, qui vous fournis les preuves qui vous aideront à les faire inculper. Et ça, je le fais en posant des questions à des gens, en réfléchissant à ce qu'ils m'ont dit et en allant poser d'autres questions à d'autres gens.
    .../...
    - Que j'utilise ce truc là, reprit-elle en agitant une main aux ongles rouges au-dessus de son ordinateur, ou que j'aille passer quelques jours à Pallestrina chez des gens que je connais depuis des années, voilà qui ne fait pas beaucoup de différence.
    - C'est pour votre sécurité que je m'inquiète, signorina, dit-il quand il vit qu'elle s'arrêtait.
    .../...
    - Sans compter que je n'ai pas l'autorité pour vous envoyer là-bas. Ce serait tout à fait irrégulier.
    .../...
    - Mais moi j'ai celle de m'octroyer une semaine de vacances, monsieur. C'est tout à fait régulier.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par Groucho, le 07 avril 2015

    Chioggia, ville de la terre que les guides touristiques ne manquaient jamais de surnommer "la fidèle fille de Venise," était effectivement restée loyale vis-à-vis de la Sérénissime tout au long de son règne. L'animosité violente et soutenue qui existait à présent était récente et tenait à l'affrontement auquel se livrait les pêcheurs des deux villes pour des ressources en poissons qui allaient en s'amenuisant, dans des eaux qui souffraient de plus en plus des règlements imposés par le Magistro alle Acque - et qui consistaient avant tout à interdire la pêche dans des secteurs de plus en plus étendus de la lagune.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par 7878751021, le 26 avril 2015

    Brunetti et son épouse Paola :

    "Elle acquiesça.
    Et il est sûr que nous n'avons aucun sens de la mémoire historique, pas en tant que société. J'ai jeté un coup d'oeil dans le livre d'histoire de Chiara, l'autre jour, et ça m'a fait peur. Dans les chapitres sur le XXe siècle, on parle de la Seconde Guerre mondiale comme en passant, en quelques lignes. Mussolini vient faire un petit tour dans les années 20, puis il est détourné du bon chemin par les méchants Allemands - et c'est terminé: Rome est de nouveau libre.Mais pas avant que nos vaillants soldats ne se soient battus comme des lions et ne soient morts en héros.
    - Nous, on ne nous a jamais rien appris de tout ça à l'école, pour autant que je m'en souvienne, dit Brunetti en se servant un autre demi-verre de vin.
    - Quand nous allions en classe, observa Paola après avoir pris une gorgée dans son propre verre, la droite était au pouvoir et ne tenait pas à avoir une vraie discussion sur le fascisme. Et une fois conclue l'alliance avec la gauche, il devenait gênant de parler du communisme (nouvelle gorgée). Et enfin, étant donné que nous avons changé d'alliance pendant la guerre, je suppose qu'il est délicat pour eux d'expliquer qui sont les bons et qui sont les méchants.
    - Qui ça, "eux" ?
    - Les gens qui rédigent les manuels d'histoire. ou plutôt, les politiciens qui décident quels seront les auteurs des livres d'histoire, ceux, du moins, qui sont destinés aux écoles.
    - Et l'idée de dire la simple vérité historique ? demanda Brunetti.
    - Tu passes ton temps à lire des ouvrages d'histoire, Guido : tu devrais savoir depuis longtemps que c'est quelque chose qui n'existe pas."
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par infosix, le 02 juillet 2013

    Sa tenue proclamait son veuvage aussi bien, sinon mieux, que si elle avait tenu un panneau à la main, ou eu un V géant agrafé sur la poitrine.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par infosix, le 02 juillet 2013

    Peu de cités s’autocontemplent avec autant de complaisance que Venise : ses représentations bon marché et vulgaires s’alignent le long de nombreuses rues ; il n’est pas un kiosque à journaux sans ses gondoles en plastique aux couleurs criardes ; Venise prostitue partout son image à coups d’œillades salaces. Sa beauté, pourtant, restait sans tache, sa suprématie incontestable.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

> voir toutes (6)

Videos de Donna Leon

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Donna Leon

Interview de Donna Leon : "J'aimerais transporter Brunetti hors de Venise"
De passage à Paris à l'occasion de la sortie de son nouveau roman "L'inconnu du Grand Canal" (Calmann-Lévy), la romancière Donna Leon nous a confié vouloir emmener son célèbre Commissaire Brunetti dans deux nouvelles villes...








Sur Amazon
à partir de :
3,00 € (neuf)
1,75 € (occasion)

   

Faire découvrir Mortes-eaux par :

  • Mail
  • Blog

Listes avec ce livre (2) > voir plus

> voir plus

Lecteurs (186)

  • Ils sont en train de le lire (1)

> voir plus

Quiz

    La Venise de Donna Leon

    Le premier roman paru en France (1992) "Mort à la Fenice" est un roman à clef. Qui se cache derrière le chef d'orchestre très médiatique assassiné ?

    •   Wilhelm Furtwängler
    •   Antonio Toscanini
    •   Herbert von Karajan
    •   Agostino Steffani

    13 questions - 31 lecteurs ont répondu
    Thème : Donna Leon

    Créer un quiz sur ce livre.