Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : B0000DOHFU
Éditeur : Marabout


Note moyenne : 4/5 (sur 2 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Quatrième de couverture : Pétrograd, 25 octobre 1917 : un monde bascule vers son nouveau destin. En une nuit, les bolcheviks s'emparent du pouvoir. La Russie, qui sort à peine d'un long Moyen Âge, a opéré la plus profonde des révolutions, jeté les bases d'une force nouv... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (4)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Jcequejelis, le 11 décembre 2011

    On ne peut attendre d'un appareil (l'administration) aussi déficient ni efficacité ni autorité. Il est un instrument de l'autocratie et, ce qui n'arrange rien, un mauvais instrument. Ses meilleurs agents, conscients de l'urgence qu'il y a à transformer ou, tout au moins, à amender la nature du pouvoir et à y associer les couches supérieurs de la population, s'avèreront totalement incapables d'en convaincre le tsar. Les projets les pluys modérés de réformes se heurtent à son refus. Jusqu'à la veille de la révolution de 1917, le régime pratiquement demeurera égal à mui-même : l'arbitraitre fera office de règle de fonctionnement et l'incompétence achèvera d'en précipiter la ruine.

    [p. 15]
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par Jcequejelis, le 12 décembre 2011

    Alexandre III (1881-1895) (...) revient à l'autocratisme le plus rigide. Quand il monte sur le trône, celui qu'un de ses dignitaires appelle tour à tour "l'idiot couronné" et "l'auguste imbécile" déclare, dans son célèbre manifeste du 28 avril 1881, que "dorénavant il ne discutera plus qu'avec Dieu les destinées de son Empire". Ce dialogue n'ayant pas donné tous les résultats qu'en attend le tsar, il choisit pour confident supplémentaire C. Pobiedonostsev qui incarne de manière presque pathétique l'esprit réactionnaire. L'empereur en fait son conseiller favori et c'est à son souverain que Pobiedonostsev confie cette pensée à laquelle l'histoire ne demeurera pas sourde : " Une révolution en Russie, le plus sanglant des boulversements, est préférable à une Constitution". Faut-il s'étonner que la répression, qui avait été jusqu'alors, l'instrument de l'autocratie, en devienne, avec Alexandre III, la raison d'être ,

    [p. 16]
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par Jcequejelis, le 13 décembre 2011

    Nicolas II nous a laissé un journal qui en dit long sur les préoccupations réelles et sur son envergure. A côté de la mention des audiences qu’il accorde et des visites qu’il rend, on y trouve, plus longuement évoqués, les détails de sa vie de famille et, non moins minutieusement décrites, ses activités préférées : sports et jeux au grand air, qu’il s’agisse de se distraire avec ses chiens, d’équitation, de patinage ou, surtout, de chasse. A ce dernier propos, son journal énumère et précise le produit de ses batues. Là résidait sa véritable passion. L’incompréhenisble, et fatal paradox, c’est que ce même homme ait eu, jusqu’à la fin de son règne, la prétention de diriger les detinées d’une grande puissance.

    [p. 17-18]
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par Jcequejelis, le 13 septembre 2012

    ... ne souhaitait-il (Nicolas II) pas que le mot "intellectuel" soit rayé du vocabulaire ?

    542 - [Marabout-Université n°136, p. 18]

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation







Acheter sur Amazon
   

Faire découvrir La Révolution russe par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz