AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290325856
Éditeur : J'ai Lu (01/04/2004)

Note moyenne : 3.89/5 (sur 202 notes)
Résumé :
La destinée d'Aléa se complique. L'île entière semble dépendre de ses actes. Et tous sur l'île veulent mettre la main sur la jeune fille : Maolmordha, qui lance à ses trousses un mystérieux guerrier revenu d'entre les morts ; le Conseil des druides, plus impliqué encore depuis le décès de Phelim ; le Grand-Druide Finghin, qui cherche à la protéger ; le comte Feren Al'Roeg, avide de la convertir...

Même Imala, la louve blanche, à la tête d'une meute g... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
Tatooa
05 février 2015
★★★★★
★★★★★
Il n'y a pas de doutes, ça se lit facilement. Un peu trop peut-être. Je ne sais pas, j'ai comme un goût de superficialité qui me reste de la lecture de ce second tome.
Il y a de l'action, on ne peut pas le nier, ça n'arrête pas, mais les motivations de ces actions sont assez peu évidentes, cela manque vraiment de profondeur, histoire comme personnages, à mon goût, et frôle par moments l'incohérence, tout comme le caractère bizarre d'Aléa... Les intrigues font vraiment "enfilées" comme des perles au hasard sur un fil, à aucun moment je n'ai eu l'impression que l'auteur savait où il voulait m'emmener, ça se disperse, ça se dissipe, et ça fait plus ou moins n'importe quoi au bout du compte.
Je vais finir la trilogie, mais sans conviction, j'avoue être un peu déçue. Par rapport à du Bottero, à lecture "pour ados" équivalente, ça vaut pas tripette... Des jeunes peu exigeants pourront en être satisfaits, je pense...
C'est dommage car il y avait un bon potentiel, l'univers était plutôt pas mal construit dans le tome 1 qui se laisse lire, mais c'est vraiment trop léger...
Attention spoiler sur la fin de ce tome :

Ma note c'est 3 sur babelio, mais en fait c'est 2,5/5, pas plus... J'ai du mal à raccrocher l'auteur de l'éblouissant "L'apothicaire" à ça !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
meygisan
07 mars 2017
★★★★★
★★★★★
La plume de Loevenbruck me plait de plus en plus, elle se bonnifie avec le temps. L'auteur précise son style dans ce tome 2 ainsi que son histoire en profondeur. Il la développe en lui apportant moult détails mais jamais tomber dans l'excès ou la lourdeur. Il lui donne de l'ampleur en insistant sur les personnages importants, en l'alimentant de leurs histoires. Il fait d'ailleurs vivre à ces personnages des expériences marquantes, qui bouleverseront à jamais leurs vies. La louve blanche fait de brèves apparitions, remarquées, essentielles, et apporte un brin de mystère quant à son rôle, qui ne semble pas encore défini avec précision. Cette aura d'incertitude est amplifié par le titre du tome et de la série entière, qui nous rappelle qu'elle joue un rôle pourtant déterminant. Henri Loevenbruck nous abreuve d'ailleurs de sa passion pour les loups qui transpire à travers tous les comportements de la louve. Leurs descriptions, détaillées et documentées s'intégrent parfaitement au récit tout en l'enrichissant à un point tel qu'il se repose complètement sur elles. L'auteur ne commet pas l'erreur de l'abondance d'informations, de l'encyclopédie ou du documentaire pédagogique.
Henri Loevenbruck alimente enfin son histoire de nombreuses références mythiques. Il pioche autant dans les légendes bretonnes, irlandaises, celtiques, que chez les Indiens. la présence des loups et la nature des liens et des moyens de communication qu'ils entretiennent avec les humains rappellent fortement le shamanisme. Tout cela contribue à donner du corps à l'histoire qui semble se dérouler dans un monde imaginaire issu de la réalité.
Et l'histoire de ce tome donc...? Et bien procurez vous cette série et faites vous plaisir. Sachez seulement qu'une fois entrés dans l'univers de la Moira, vous ne pourrez en sortir....
Le seul petit reproche que je ferais à la lecture de ce tome, c'est sa longueur, ou sa langueur, car il est à noter que certains passages auraient pû être écourtés, ou approfondis. Des événements importants concernant des personnages principaux auraient mérités de s'y attarder; ils donnent en effet l'impression d'avoir été bâclés ou vite oubliés pour passer à autre chose. Volonté de l'auteur, maladresse, manque d'inspiration....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
cats26
16 mars 2016
★★★★★
★★★★★
Je n'avais pas trop accroché au premier tome de cette saga et comptais sur ce deuxième volet pour entrer vraiment dans l'histoire.
Malheureusement ce ne fut pas le cas.
Je ne sais pas à quoi cela tient exactement mais je me suis ennuyée tout le long, n'ayant même plus le plaisir de la découverte.
Pourtant, il y a de la magie, des batailles, des artéfacts magiques, des monstres mais cela ne prend pas.
D'abord, lorsque j'ai commencé le roman, la narration a fait allusion à des événements du tome précédent dont je n'avais aucun souvenir.
Moi qui tique à chaque incohérence dans un récit; là, j'avais l'impression d'être prise en défaut (ah, bon, Aléa a déjà rencontré Imala et l'a caressée?). Donc acte.
Et cela est arrivé à plusieurs reprises; cela montre que je n'ai rien suivi du tome un (même si ce sont des détails) et c'est embêtant pour suivre le tome deux; ou alors, il y a des incohérences dans l'intrigue et cela ne m'aide pas plus à pénétrer dans la saga.
D'autre part, le monde me paraît trop classique, pas assez caractérisé. Il ne se dégage rien des rares descriptions et du coup, j'ai aussi du mal à imaginer la quête des personnages dans leur cadre.
Enfin, les protagonistes eux-mêmes ne me sont pas sympathiques, Aléa la première.
Elle est d'une arrogance pour une gamine de 14 ans! Une vraie tête-à-claques. Qu'elle soit le Samildanach lui monte un peu à la tête, surtout quand on se demande si ce n'est pas un hasard qu'il lui a été échu. Elle donne des ordres à tout le monde (des gens bien plus âgés et plus sages), s'entête dans une quête qui n'a pas réellement de sens (préfère aller chercher un livre plutôt que de combattre pour sauver des vies tout en demandant que des gens se rallient à elle).
Bref, j'ai eu l'impression en lisant d'avoir des pantins qui gesticulent sur un fond vaguement fantasy sans que je ne me sente concernée par leur histoire.
D'autre part, la quatrième de couverture mettait en avant la relation entre Aléa et Imala. Cette dernière a la part congrue dans le roman.
Autant dans le précédent volet, il y avait un peu de "psychologie lupine", autant ici elle apparaît comme un accessoire de l'intrigue. Aléa besoin de quelqu'un pour aller chercher Erwan, on envoie Imala (cela dit, Erwan savait que la louve allait le guider car Aléa le lui a dit en rêve mais pourquoi ne pas lui avoir dit où la rejoindre, ç'aurait été plus rapide).
Aléa est en mauvaise posture, Imala arrive avec une horde de loups (d'où viennent-ils? Comment les a-t-elle rassemblés? Mystère).
Les monstres eux-mêmes ne "rendent" pas bien : les gorguns, par exemple, sont humanoïdes; on ne sait pas d'où ils viennent mais ils tuent, pillent, violent. Bon, ils auraient été humains, c'était du pareil au même, hormis le fait que cela montre que le méchant est vraiment méchant car il fraie avec des êtres monstrueux.
En résumé, je n'ai pas trouvé ni le souffle épique, ni les descriptions merveilleuses, ni les personnages bien campés de l'oeuvre de Tolkien auquel la quatrième de couverture a osé comparer ce livre.
J'ai eu toutes les peines du monde à lire ceci alors que j'ai lu sept ou huit fois (anglais et français) "Le Seigneur des Anneaux" sans me lasser. Donc comparaison malheureuse, s'il en est!
Et je ne lirai pas le tome trois qui est déjà pourtant dans ma pile de lecture.
Une étoile et demie
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Galounette
22 février 2016
★★★★★
★★★★★
Je dois dire qu'après un début un peu lent, j'ai beaucoup plus accroché à ce tome, qui voit enfin se déployer intrigues, enjeux, mystères que l'on souhaite comprendre.
Le personnage d'Aléa s'étoffe et s'enrichit, on apprend à l'apprécier ainsi que tous les autres, même s'ils restent encore un peu trop simplistes à mon goût.
L'ensemble donne une belle saga fantasy, dont j'ai cette fois grand hâte de lire le tome 3.
Commenter  J’apprécie          100
pandaroux
15 juillet 2014
★★★★★
★★★★★
Second tome de la série de la Moira. Aléa est toujours accompagné de ses compagnons et est à la recherche de sa destinée à savoir être la Samildanach.
L'histoire est bien écrite, elle est plein de rebondissement. Toutefois je persiste et je signe : c'est un roman à réserver à des débutants de la fantasy voir à de jeunes lecteurs.
L'héroîne est à mon goût à la limite du supportable : elle est un coup revêche, une autre fois un peu "gnian gnian" une autre fois "super chef. Bref ce n'est pas l'idée que je me fais d'une héroine.
Idem pour son antagoniste : la super ami qui devient la super méchante !!!
J'ai un autre regret : la louve qui dans le précédent tome avait une grand place ne fait que de brèves apparitions. C'est dommage car je trouvais qu'allier à une jeune fille à un loup avait quelque chose de magique.
Ne vous découragez pas en lisant ma critique. Lisez ce livre et faites vous votre opinion !!!
A sa décharge encore une fois il est bien écrit et se lit très vite.
Commenter  J’apprécie          30
Citations & extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
meygisanmeygisan28 février 2017
Puis venait le repas, l'occasion pour les bardes de faire entendre au plus grand nombre leurs poëmes et leurs chants pendant que l'on goutait les mets délicieux préparés par les cuisiniers du palais. Les Sarrois ne mangeaient jamais aussi bien qu'au soir de Lugnasad. A chaque auberge sa spécialité. Dans celle ci on préparait des rognons de veau avec des feuilles d'oseille et de cresson, dans celle là on goûtait une délicieuse fricassée de lapereau à la crème d'olives,baignée de vin blanc et que l'on relevait de sel, de poivre et de basilic, dans une autre encore, les clients s'empressaient pour partager les râbles de lapin au cidre que l'aubergiste servait avec des pleurottes sautés et quelques grains de raisin qu'il avait fait soigneusement chauffer dans la sauce de cuisson du lapin...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          83
TatooaTatooa01 février 2015
- Quand le besoin de l'individu est plus fort que celui du groupe, il vaut alors mieux que l'individu soit exclu du groupe, ne serait-ce que provisoirement, pour préserver son équilibre. Et cela peut très bien fonctionner. IL faut savoir s'exclure. Ce qui compte, Phelim nous l'a appris, c'est d'être fidèle à soi-même. Même quand être fidèle à soi-même vous empêche de rester... dans un groupe.
(Ernan à Finghin)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
TatooaTatooa04 février 2015
Parfois le temps transforme les gens. Je ne saurais compter les amis que j'ai eus quand j'étais une enfant, que j'aimais tendrement et qui me sont aujourd'hui complètement étrangers.
(Faith)
Commenter  J’apprécie          80
EleiwenEleiwen17 septembre 2014
"Il s'était demandé ce qui avait pu motiver Phelim, Galiad et Erwan. Comment une fille aussi jeune avait pu ainsi éveiller leur intérêt; pire encore : leur passion. Mais aujourd'hui il comprenait. Il pouvait voir la sincérité de leur foi. Aléa était le Samildanach. Telle était la seule vérité. Et on pouvait mourir pour elle."
Commenter  J’apprécie          30
TatooaTatooa03 février 2015
Les Tuatanns étaient habités par la fureur de vaincre, une folie meurtrière qui leur brûlait les yeux, animait leur bras comme ceux de marionnettes aveugles et durcissait leurs coups, alors que les Brunois commençaient à perdre confiance, submergés par la peur.
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

l'apothicaire

Comment s'appelle le héros du livre?

Andras Saint-Loup
André Saint-Loup
Andréas Saint-Loup

10 questions
70 lecteurs ont répondu
Thème : L'apothicaire de Henri LoevenbruckCréer un quiz sur ce livre
. .