AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2849531103
Éditeur : La Boîte à Bulles (06/01/2011)

Note moyenne : 3.8/5 (sur 25 notes)
Résumé :

Pourtant doué à l école, le jeune Jacques préfère devenir apprenti dans les imposants ateliers de construction navale, à Bordeaux. Mais si le besoin d un salaire de plus se fait sentir à la maison, où la maman est souvent alitée, Jacques a aussi envie d acquérir une certaine autonomie...A l usine, Jacques apprend son travail dans l atelier des moteurs, au traçage, puis sur la coque du navire « L ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
canel
10 mai 2013
Les auteurs de "BD documentaires" consacrent souvent un de leurs ouvrages à leur père, en travaillant directement avec lui ou à partir des souvenirs qu'ils en gardent s'il est décédé - cf. Art Spiegelman, Etienne Davodeau, Tardi, Michel Kichka... Ces albums sont d'autant plus riches qu'ils sont tissés d'émotion, et, selon la formule consacrée, de grande et petite histoire.
Au milieu des années 1930, Jacques a seize ans. Bien que son père se soit affranchi du patronat en devenant chauffeur de taxi, le jeune homme entre en apprentissage dans les chantiers navals bordelais. Il vient d'abandonner sa formation d'ingénieur : la famille a besoin d'argent. Rude entrée dans la vie active : salaire de misère et long bizutage de la part des anciens - "on a toujours besoin d'un plus petit que soi"... pour se venger de l'oppression subie.
Le contexte socio-historique présenté est très intéressant, je ne le connaissais que sommairement. 1936, victoire de la Gauche avec l'arrivée de Blum au pouvoir, grèves pour obtenir les congés payés et la réduction du temps de travail, mais aussi solidarité, création des auberges de jeunesse, aventure et camping... L'album est agréable à lire : juste assez de couleur pour éveiller le graphisme sans le surcharger - il faut dire que le "bleu de travail" ouvrier s'imposait ! Une postface complète parfaitement le récit : documents d'époque, photos de famille...
On peut éventuellement trouver le propos un peu léger, anecdotique. Mais il s'agit d'une tranche de vie, plus que d'un strict documentaire. Il suffit d'éviter de comparer avec d'autres albums plus engagés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Gegeotte
22 janvier 2011
L'APPRENTI n'était pas mon 1er choix mais toute à ma joie de participer pour la 1ère fois à Masse Critique, j'ai accueilli ce livre avec enthousiasme.
1ère impression : ce livre est BEAU !
Le toucher : une couverture épaisse, douce agréable sous la main. Ca compte cette 1ère impression, surtout pour une BD ; l'esthétique est primordial. Les pages sont aussi dans un grain de papier épais, on les manipule avec délicatesse.
Je feuillette une première fois. Encore une fois l'esthétique me parle : 1 dominance de bleu-gris, des détails en contraste - rouge, orange - des insertions de références historiques réelles : journal, banderolles, ... Puis, dans les dernières pages, des photos de famille, d'amis, les carnets de notes, ... Rien que par ce 1er feuilletage rapide on entre dans l'intimité du livre et de cette famille ... comme si on avait déniché une boite à souvenirs.
Le contenant met en appétit, maintenant le contenu.
1935, Jacques a abandonné ses études pour devenir apprenti dans un chantier naval. Nous suivons son parcours initiatique : l'étudiant devient ouvrier, l'enfant devient soutien de famille, le garçon devient homme, cela dans un environnement physique et historique de lutte. Lutter pour faire sa place, lutter pour y arriver, lutter pour des avancées sociales, lutter dans la mouvance politique.
Il faut rechercher dans ce livre un témoignage et non une intrigue.
J'ai apprécié ce livre comme tel, comme j'aimais quand mes grand-parents me racontaient leur jeunesse, dans cette vie qui ressemble de loin à ce que nous vivons aujourd'hui mais avec un goût d'exotisme, de "c'était plus dur avant", "de c'était mieux avant", ...
Trés agréable moment de lecture pour moi qui ne suis pas une inconditionnelle de la BD.
Ce livre est commenté dans le cadre de l'opération Masse critique du site Babelio, réseau social littéraire. Je remercie Babelio et les éditions la Boite à bulles pour l'envoi gracieux de ce livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
IreneAdler
07 septembre 2012
C'est toute la vie de la jeunesse des années 30 que nous donne à voir cet album. C'est à travers les yeux de Jacques Loth, père de l'auteur, que l'on découvre la dure vie d'apprenti dans les chantiers navals de Bordeaux Bacalan. Mais aussi la vie en communauté des Auberges de Jeunesse, la vie proche de la nature, l'engagement politique aux côtés des républicains espagnols, le Front Populaire et les grèves de 36.
Une période pleine d'espoir et d'utopie, de foi en la paix.
Commenter  J’apprécie          100
mangeclous
16 janvier 2011
Fraîcheur est le mot qui vient à l'esprit dès que l'on a tourné la dernière planche de cette bande dessinée : Apprenti : mémoires d'avant-guerre de Bruno Loth (La Boite à bulles, 2010).

A partir des mémoires de son père, Bruno Loth raconte deux années de la vie de Jacques Loth entre 1935 et 1937. 1935, ce n'est pas encore le Front populaire. La condition d'ouvrier n'est guère reluisante. le père de Jacques, c'est-à dire le grand-père de Bruno réussit à s'échapper de l'usine, plus précisément du chantier naval en achetant un véhicule pour devenir taxi, être son propre patron. Et rêve que son fils ne suive pas le même chemin. Mais, Jacques abandonne des études prometteuses pour devenir apprenti sur le chantier naval honni. Destin social ? Non, Jacques a choisi de devenir ouvrier. Dès lors, on suit son parcours, sa difficile acceptation au sein de ses collègues de travail. 1936 sonne. Léon Blum impose les 40 heures et les deux jours de congés hebdomadaires. On suit en filigranne la Grande Histoire sans que l'on ne tombe ni dans le pathos ni dans une vision idyllique de 36. Bruno Loth est un raconteur d'histoire intimiste. Il suit la psychologie de ses personnages et ne perd jamais la vérité qui guide leurs pas. Les collègues de Jacques ne sont pas de doux agneaux, emplis de désirs de fraternité et de révolution, mais des êtres réels pleins de lourdeurs et de bêtises. Fraîcheur est le mot qui vient à l'esprit en refermant cette bande dessinée, au discours jamais manichéen.

Quant au trait, au dessin et à la mise en scène, ils sont sobres, non racoleurs et finalement, très efficaces. La planche ci-dessus pourrait évoquer les dernières oeuvres de Tardi avec Blanqui comme fil conducteur. Mais on n'y pense qu'après. le scénario de Bruno Loth coule sans avoir besoin de cette prestigieuse filiation. Espérons que cet histoire aura une suite. Qu'est devenu Jacques pendant et après la guerre ? Mais tout cela est une autre histoire.
Cet apprenti est le second travail de Bruno Loth qui, en 2006, a réalisé Ermo, dans sa propre maison d'édition « Libre d'images ». Ermo est l'histoire d'un jeune garçon de 12 ans, débrouillard, sans attache ni parents, qui va suivre des saltimbanques à travers leur tournée. L'histoire se déroule en 1936 autour de la guerre civile espagnole.
Saluons les éditions la boite à bulles qui ont su repérer ce nouveau talent qui enrichit cette maison qui publie déjà les travaux de Roosevelt (Derfal le magnifique notamment) et de Clement Baloup, jeune auteur marseillais.
Ce livre est commenté dans le cadre de l'opération Masse critique du site Babelio, réseau social littéraire. Je remercie Babelio et les éditions la Boite à bulles pour l'envoi gracieux de ce livre passionnant.
Silence

Lien : http://naturewriting.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
jovidalens
20 février 2013
J'avais très envie de lire cet ouvrage, et je n'ai pas été déçue.
Bruno Loth met en images la période d'apprentissage de son père entre le printemps 1935 et 1937. Son père avait seize ans et choisissait de devenir apprenti au chantier naval de Bordeaux pour aider sa famille. C'est une époque difficile mais riche en espoir.
On y découvre la vie de ces Chantier Maritimes du Sud Ouest, plus particulièrement vue du côté des ouvriers mais aussi les randonnées du dimanche avec les copains, les premiers émois tant amoureux que politique. C'est plein de frâicheur, de tendresse et d'enthousiasme. La vitalité et la joie de vivre y explose à chaque page. Et quel plaisir de feuilleter, en fin d'ouvrage, le "Carnet d'appenti" avec photos familiales, cartes postales du quartier de Bacalan, premières pages de magazines.
La palette est toujours toute en nuances douces privilégiant les gris, avec quelques pointes de couleur.
Un régal.
Commenter  J’apprécie          30
Citations & extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
canelcanel14 mai 2013
Ce matin du 4 mai 1936, en arrivant à l'usine, se tient un comité d'accueil inhabituel... Les délégués syndicaux distribuent des tracts sur lesquels on peut lire : grève générale, usine occupée...
- La grève ? mais on [la gauche] a gagné les élections...
- Justement, les patrons, faut qu'ils casquent... On veut les congés payés, la semaine de 40 heures, des salaires décents et que Blum prenne le pouvoir tout de suite !
(p. 26)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
canelcanel10 mai 2013
[Bordeaux, mars 1935]
(...) chantiers maritimes du sud-ouest, rue Blanqui... Un comble : cette rue, haut lieu de l'exploitation des ouvriers, portait le nom de celui qui, le premier, avait lancé à la face des bourgeois : "Ni Dieu, ni maître."
(p. 5)
Commenter  J’apprécie          70
IreneAdlerIreneAdler07 septembre 2012
Nous avons gagné ! Léon Blum accède au pouvoir et impose la semaine de 40 heures avec deux jours de repos, et on parle de deux semaines de congés payés pour l'été prochain...
Commenter  J’apprécie          50
jovidalensjovidalens20 février 2013
Quand on entend cent fois les mêmes histoires, on en rit, on se lasse et on ne fait plus attention, puis un jours on se rend compte qu'elles font partie de vous, qu'elles vous appartiennent un peu, mais qu'elles vous échappent indubitablement.
Commenter  J’apprécie          10
jovidalensjovidalens20 février 2013
- C'est toujours aussi bruyant l'atelier ?
- Essayer donc de frapper avec un marteau sur de la ferraille sans faire de bruit !
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : front populaireVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
2606 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre
. .