Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 208128295X
Éditeur : Flammarion (2012)


Note moyenne : 4.07/5 (sur 30 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Lors d un ultime bain de foule, le candidat PS Idder Chaouch, favori de la présidentielle, reçoit une balle tirée à bout portant par le jeune Krim Nerrouche. Le vrai cerveau de l'attentat, Nazir Nerrouche, s'enfuit vers la Suisse dans une fausse voiture diplomatique. En... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (4)

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par Olivia-A, le 09 octobre 2013

    Olivia-A
    Une digne suite au premier tome, qui ne nous laisse absolument aucun répit: les actions et rebondissement s'enchainent à un rythme effréné, prenant inexorablement le lecteur dans leurs filets et l'empêchant de reposer le livre.
    Sabri Louatah manie toujours aussi bien l'ironie, la subtile moquerie. Il n'épargne aucun de ses personnages, chacun a le droit à sa petite réflexion décalée. On avait déjà une belle galerie de personnages dans le premier tome, ici la variété est encore plus grande, entre les juges, les policiers, les avocats, la famille Nerrouche, Nazir et ses complices, les ministres, les préfets, les hommes de mains, les gardes du corps, les petits délinquants, les médecins... Il y a beau avoir un nombre incalculable de personnages, on s'y retrouve assez bien.
    L'intrigue est merveilleusement bien montée, mêlant des rebondissements absolument imprévisibles, parfois même complètement loufoques, et une rigueur dans les détails. On s'y croirait vraiment dans les interventions policières, dans les négociations ministérielles, tellement c'est bien décrit, plausible, incroyablement bien fait. On a tout: le détail des équipements, les techniques, les procédures, tout tout tout. Et on y croit, on fonce dedans, ça parait tellement réel.
    Cette trilogie est à lire absolument !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 4         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par CelineCDI, le 15 février 2013

    CelineCDI
    Le 6 mai 2012, jour du second tour de l'élection présidentielle, le candidat du PS Chaouch, favori des sondages face à Sarkozy, est abattu par un jeune homme de St-Etienne, Krim, qui lui a tiré une balle dans la tête. Les banlieues grondent et crient à l'injustice, la police et toutes les forces de sécurité sont sur les dents, les cabinets ministériels s'affairent dans l'ombre pour essayer de retrouver le commanditaire de cet attentat... La situation est inédite : Chaouch est élu mais, dans le coma, incapable de prendre ses fonctions...
    Je me suis précipitée sur le tome 2 des "Sauvages" presque le jour de sa sortie, tant j'étais impatiente de connaître la suite de cette histoire, d'autant plus que je la lisais quasi en temps réel (ce volume commence le 6 mai 2012, jour du second tour de la Présidentielle). Et je dois dire que je n'ai pas été déçue, j'ai été immédiatement captivée par l'histoire, qui bascule dans la politique-fiction, délaissant un peu l'histoire familiale des Nerrouche. Un rythme palpitant et des intrigues croisées ne nous laissent pas de répit, on se croirait dans une bonne série télé et les pages se tournent à la vitesse de l'éclair, nous laissant une fois de plus dans un suspense insoutenable. le style de Sabri Louatah a trouvé son rythme de croisière, mêlant le langage parlé et des phrases d'une beauté stupéfiante, je suis définitivement fan !!! A découvrir de toute urgence !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par ChezLo, le 24 février 2013

    ChezLo
    On retrouve la famille Nerrouche, dans la difficulté : celui qui a tiré sur le candidat PS à la présidentielle en ce jour d'élections du 6 mai 2012, c'est Krim. Alors que le donné vainqueur Idder Chaouch est dans le coma, que Krim est en garde à vue, que les équipes de la police, du ministère, des brigades anti terroristes sont sur les dents, Nazir Nerrouche, le cerveau de l'attentat, manipulateur en chef, déploie toujours ses stratagèmes pour fuir vers l'Allemagne, changeant sans cesse de véhicule, de carte sim, de profil Facebook.
    Après un premier tome, dont l'action se déroulait sur une journée, avec comme double évènement fédérateur un mariage et des élections nationales (voir critique du tome 1), on retrouve ici la même famille en cours d'implosion, avec un fils accusé de meurtre, un autre recherché par les services de police, un autre isolé de sa bien aimée, d'autres perdus, entre Saint Etienne et Paris.
    La France non plus ne va pas bien : un président élu dans le coma, des émeutes citadines, de traditionnelles luttes intestines entre les différents services de police. du coup, ce tome se lit complètement comme un roman policier contemporain, avec, sur 3 journées cette fois, une enquête rythmée, un suspense, des personnages dans la tourmente. Avec une belle importance donnée au juge Wagner (un lorrain de Longwy, sûrement quelqu'un de bien), juge d'instruction au pôle antiterroriste du tribunal de Paris, une figure imposante, en proie aux rivalités de service, respectant la confidentialité de l'enquête sans informer son épouse de ce qui va le retenir jour et nuit, sans savoir encore pourquoi sa propre fille serait indirectement impliquée dans l'affaire...
    Au final, on dévore toujours autant les chapitres, à une folle allure car l'écriture aboutie ne gâche rien de ce plaisir.

    Lien : http://chezlorraine.blogspot.fr/2013/02/les-sauvages-tome-2.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par ivane, le 22 mars 2014

    ivane
    Chouette, j'ai retrouvé les péripéties avec autant de bonheur ... un poil moins bien que le premier, je trouve, mais un véritable régal ! La suite, la suite !

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique


Critiques presse (2)


  • LePoint , le 23 mai 2012
    Les sauvages parle d'une famille et d'un pays déchirés, du danger nihiliste, de la tentation communautaire, du rêve d'un président fédérateur, de la possibilité de réunir "wesh wesh" et Marcel Proust, raï et Jean-Philippe Rameau. Nul besoin ainsi de sondage pour prédire à Sabri Louatah un plébiscite chez les lecteurs. Car, avec lui, le changement, c'est vraiment maintenant.
    Lire la critique sur le site : LePoint
  • Lexpress , le 03 mai 2012
    Moins polémique -même si elle ne manque pas d'égratigner la politique de sécurité menée ces dernières années -, plus polardeuse, cette deuxième "saison" vient surtout confirmer le talent de conteur de Sabri Louatah.
    Lire la critique sur le site : Lexpress

> voir toutes (5)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par nadejda, le 18 septembre 2013

    Quand elle fut seule, la Vermorel ouvrit un de ses tiroirs et jeta un Doliprane dans le verre d'eau qu'elle s'était servi avant la réunion. Elle observa l'inéluctable effervescence de cette pastille de paracétamol, secouée aux quatre coins du verre et pourtant douée d'une forme de placidité résignée, qui paraissait presque noble à la ministre fatiguée. Cette effervescence, c'était sa loi, son sort, son devoir, le devoir des grands commis de l'état et de tous ceux qui avaient l'intérêt supérieur de la France à coeur : il fallait être prêt à se dissoudre pour servir
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 14         Page de la citation

  • Par ChezLo, le 24 février 2013

    Au moment où les satellites de nos services secrets enregistrèrent les premiers mouvements de foule inquiétants à la périphérie de Paris, au moment où les stades, bars et places à écrans géants de tout le pays parurent imploser sous l'effet simultané de la stupéfaction et de la colère, Henri Wagner, juge d'instruction au pôle antiterroriste du tribunal de Paris, admirait paisiblement les saints pétrifiés qui veillaient sur la place Saint-Pierre, au Vatican.
    Il avait rejoint sa femme la veille et comptait repartir le lendemain ; Paola voulait visiter à nouveau la chapelle Sixtine, où ils s'étaient rencontrés vingt ans plus tôt, mais une demi-heure après avoir acheté les billets le juge était précipitamment sorti, incapable de se concentrer, l'esprit assailli de contrariétés professionnelles.
    Mme Wagner était une pianiste assez célèbre. Le public mélomane la connaissait surtout sous son nom de jeune fille, Paola Ferris. Elle se dirigea bientôt vers son mari immobile, accoudé comme un jeune homme à l'une des barrières qui encadraient les files d'attente étrangement désertes en ce beau dimanche de printemps.
    - Mais qu'est-ce qui te met dans cet état ?
    Le juge haussa les épaules et parut hésiter à lui en parler. Il avait les cheveux blancs, les sourcils noirs et touffus. Il se dégageait de ses traits pourtant marqués une forme de jeunesse incoercible : sa haute stature était un peu dégingandée, sa pomme d'Adam épanouie et son port désinvolte aggravé par son col de polo ouvert de deux boutons. Il mit les poings sur ses hanches et leva le front vers le ciel.
    Le premier des deux officiers de sécurité du juge s'éloigna pour prendre un appel sur son téléphone. Le second finit par regarder dans la même direction que le juge. Appartenant au Service de protection des hautes personnalités qui renouvelait régulièrement les gardes du corps des magistrats menacés, ces deux nouveaux se ressemblaient jusque dans leur façon de se choisir un look informel pour un week-end avec leur «client» : blousons en cuir, chaussures de sport et lunettes teintées. Le juge Wagner était persuadé qu'ils ne s'étaient pas concertés. Il avait appelé ça le «mimétisme professionnel» au déjeuner - un mot d'esprit qu'aucun de ses gorilles rasés de près n'avait jugé bon de gratifier d'un sourire.
    - Étonnant, tu ne trouves pas ?
    Le juge s'adressait à sa femme qui entendit son portable vibrer pour la troisième fois consécutive contre le cuir de son sac à main. Elle demanda ce qui était étonnant mais n'attendit pas la réponse et appuya sur la touche verte de son portable. Mains derrière le dos, le juge Wagner fit quelques pas au pied de la galerie suspendue. Le ciel sur lequel se silhouettaient puissamment les statues était un vrai ciel de printemps, pommelé de courts nuages espiègles et vifs. Le vent qui leur faisait la chasse pouvait être mordant, aussi le juge Wagner releva-t-il le col de sa veste en méditant sur une illusion d'optique qui le ravissait autant qu'elle lui causait de l'inquiétude et du vertige : il lui semblait que ce n'étaient pas les nuages qui cheminaient sur le ciel mais ces altières figures de saints soudain réveillées de leur sommeil éternel, exactement comme il peut nous sembler, depuis un train arrêté, que le train d'à côté qui s'est ébranlé est celui à l'arrêt, tandis que le nôtre se serait imperceptiblement mis en mouvement.
    - Paola, regarde...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par Olivia-A, le 07 octobre 2013

    Le lieutenant le plus brutal de l'équipe de jour ressemblait à un raton laveur et parlait comme un entraineur de rugby.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par Olivia-A, le 07 octobre 2013

    Cette effervescence, c'était sa loi, son sort, son devoir, le devoir des grands commis de l’État et de tous ceux qui avaient l'intérêt supérieur de la France à cœur: il fallait être prêt à se dissoudre pour servir.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par girafe83500, le 01 décembre 2013

    Aîe déçue par ce tome 2. On en voit pas la fin même s'il y a de très bons passages. L'histoire reste originale. Les coulisses du pouvoir politique sont elle vraiment une fiction ?

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

> voir toutes (6)

Videos de Sabri Louatah

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Sabri Louatah

Tropismes - le blogueur Julien Delmaire chronique 'Rebâtir les jours' de Salah al Hamdani .
Retrouvez Tropismes tous les dimanches à 11h00 sur France Ô. L'invité : Loïc Merle/ Sabri Louatah. Suivez les chroniques littéraires de Julien Delmaire sur le blog 'Nous Laminaires' : http://bit.ly/16dDg5M.








Sur Amazon
à partir de :
19,95 € (neuf)
10,88 € (occasion)

   

Faire découvrir Les sauvages-tome 2 par :

  • Mail
  • Blog

Autres livres de Sabri
Louatah(2) > voir plus

> voir plus

Lecteurs (54)

> voir plus

Quiz