Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique


ISBN : 2846263744
Éditeur : Au Diable Vauvert (2011)


Note moyenne : 5/5 (sur 1 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Robert Louison.Lauréat 2011
Pas de deux et autres nouvelles du prix Hémi,gway 2011
Comment un jeune garçon dénigré par tous gagne sa revanche dans un orchestre d'arène? C'est la nouvelle lauréate,face à Violette et, où se dévoilent les fantasmes d'une épou... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (1)

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par brigittelascombe, le 06 janvier 2012

    brigittelascombe
    Pas vraiment passionnée par la tauromachie,mais ayant assisté dans ma jeunesse à plusieurs férias, corridas et ferrades entre Nimes,Béziers et Madrid, j'ai toutefois désiré découvrir à travers les treize textes de Pas de deux: Et autres nouvelles du prix Hémingway 2011 les différentes sensibilités des auteurs récompensés.
    Je n'ai pas été déçue, au contraire. Les différentes nationalités et cultures des nouvellistes primés (France, Etats Unis,Argentine,Colombie) donne une richesse de tons et de sujets exceptionnelle à ce recueil.
    Bravo aux jurés qui n'ont pas privilégié la mise à mort mais une puissance émotionnelle identique à celle de Les bestiaires de Montherlant.
    Certains, comme Robert Louison, le lauréat (Pas de deux), s'axent sur la sublimation chez l'enfant de la violence née du désamour maternel; d'autres comme Lydia Lunch (Motherfucker) ou Rozenn Guilcher (Vivre ne suffit pas) se mettent dans la tête d'un taureau; Antoine Deschamps (Violette et..) relate les fantasmes, empreints de bestialité, d'une épouse de matador passionnée mais frustrée; on retrouve des anti-corridas chez Marc Thorel (Echelle 7,5) ou Caïn Marques (Les astéroïdes troyens); on passe successivement du rêve à la réalité avec Wena Poon (Dialogue entre novillera et Minotaure); on philosophe d'après Tao avec Philippe Laideberie (Le livre de la corne et la vertu), on s'évade d'une bien étrange manière pour fuir les siens avec Nadège Vidal (La porte de sable);on boit plus que de raison en classe d'espagnol chez Jacques Bruyère (Le papachuelo);on cherche la fierté dans les yeux des siens chez Philippe Soudée (Tienta), on se souvient du mentor de jadis, ami à présent mort avec Jorge Andres Acévédo (Souvenir pour un ami); on aime jusqu'à en mourir chez Marcelo Galliano (Les mains de Rachel).
    Originalité,éciture sans failles,multitudes d'émotions,styles divers du cru à l'imagé en passant par du plus poétique,des téléportations de ci de là même dans le fantastique, les signatures sont souvent déjà connues des lecteurs; je me suis sentie revivre la fête du goût maximoise de l'an dernier, passant successivement de l'épicé au sucré,puis de l'alcoolisé au poivré; ce qui donne un mélange détonnant mais fort divertissant.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

> voir toutes (11)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par brigittelascombe, le 06 janvier 2012

    Quand quelqu'un meurt,on ne sait quel souvenir choisir.Seule reste alors l'option de porter so pâle visage sans vie dans la mémoire, ou son sourire plein de vie au fond de la poche,pour ne pas pleurer chaque fois que le souvenir fuyant l'oubli se présente à genoux.
    (Jorge Andres Acevedo)

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par brigittelascombe, le 06 janvier 2012

    Lao-tseu n'avait-il pas continué de dire:Celui qui possède tout ne possède rien.Celui qui fuit le monde le trouve.Celui qui s'éloigne du tumulte se rapproche des symphonies célestes.
    (Philippe Laideberie)

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par brigittelascombe, le 06 janvier 2012

    Ils disent que le suicide est l'issue des lâches.Si vous voulez bien me passer l'expression,c'est vraiment une théorie de merde.
    (Lydia Lunch)

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par brigittelascombe, le 06 janvier 2012

    Violette habite plusieurs peurs.La plus évidente dans son effrayante banalité reste celle partagée par les femmes de militaires, marins,pilotes de course ou braqueurs de banque.Violette craint son homme ouvert et répandu.
    (Antoine Deschamps)

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par brigittelascombe, le 06 janvier 2012

    "Poète,tu seras poète", phrase à laquelle il répliquait "Matador,je serai matador".
    (Marcelo Galliano)

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
11,00 € (neuf)
5,70 € (occasion)

   

Faire découvrir Pas de deux : Et autres nouvelles du Prix Hemingway 2011 par :

  • Mail
  • Blog

Autres livres de Robert
Louison(1) > voir plus

> voir plus

Quiz