AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290317136
Éditeur : J'ai Lu (2002)

Note moyenne : 3.97/5 (sur 462 notes)
Résumé :
Échappé de Salem lors de la grande chasse aux sorciers du XVllle siècle, Joseph Curwen vint s'établir à Providence où il mourut en 1771.
La découverte de sa tombe par son descendant, Charles Dexter Ward, va être le début d'un drame au cours duquel le jeune homme perdra l'esprit.
Un vieil ami de sa famille, le Dr Willett, enquête sur cette affaire diabolique où chaque pas en avant dans la découverte de la vérité révèle des horreurs innommables.
P... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (47) Voir plus Ajouter une critique
Walktapus
Walktapus29 avril 2016
  • Livres 3.00/5
Lu adolescent. J'avais tout oublié. Et pourtant !
Ca décrit une affaire tant intrigante qu'effrayante. Mais d'une manière un peu circonvoluteuse. Je veux dire par là que Lovecraft tourne autour du pot. Il chemine comme si ce qui lui servait à avancer n'était pas vraiment des pieds. Il part du présent, va dans le passé, revient au présent. Il annonce soudain des choses terrifiantes, et puis revient en arrière en faisant comme si de rien n'était, et puis laisse couler lentement son histoire dans l'horreur.
Il laisse deviner les choses, sans trop en dire, comme s'il voulait ménager un suspens, et construit, l'air de rien, un crescendo de tension, mais un crescendo un peu torsadé, comme dit plus haut, une torsette, ni dextrogyre, ni vraiment lévogyre, non euclidienne, s'enfonçant en tournant dans le tofu de la réalité. Il ne peut pas expliquer les choses trop crument.
Il ne décrit d'ailleurs pas grand-chose, se contente d'évoquer des formes hideuses. Tout semble se passer derrière des portes fermées, la nuit ou dans le secret de souterrains obscurs. On arrive toujours trop tard pour voir les choses. Par contre qu'est-ce qu'on entend comme bruits bizarres, dans ces souterrains obscurs et derrière ces portes fermées ! Et puis ces odeurs ! Par moments, ça pue franchement, quelle horreur. Si vous faites partie des amoureux de l'odeur du livre, vous allez être servi !
Lovecraft, pour sa défense, n'a rien vu de tout cela. Il a tout obtenu de seconde, troisième ou quatrième main, du Dr Willet (d'après mes ingénieuses déductions). Il est obligé de rapporter, s'efforce d'imaginer, est dans l'impossibilité de décrire. Il en est au même point que nous autres, lecteurs, malgré ses compétences exceptionnelles d'enquêteur.
Et surtout, Lovecraft NE PEUT PAS dire les choses franchement. Il sait qu'il écrit encore dans une période de relative liberté, mais que le temps est compté. Il a eu vent des résultats de l'expédition en Antarctique, affaire qui n'atteindra jamais la une des journaux. La chape de plomb de notre époque est en train de s'abattre. Il n'osera d'ailleurs pas faire publier le roman de son vivant.
Aujourd'hui, avec ce rideau de normalité orchestré avec précision masquant la réalité profonde et indicible de notre existence, la littérature lovecraftienne est hélas tombée au rang de distraction vaguement effrayante, vaguement démodée, vaguement ludique. Saurez-vous recevoir et comprendre le vrai message de HPL ?
Une belle lecture commune avec Siabelle et Ange77. Je vous invite à aller lire leurs critiques (sûrement plus sensées que la mienne), sinon je ne peux pas garantir qu'une chose à l'odeur désagréable ne vienne pas frapper à votre porte cette nuit, d'un toc toc mouillé, comme si ce qui lui servait à frapper n'était pas vraiment une main.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4115
Siabelle
Siabelle29 avril 2016
  • Livres 4.00/5
«Il observait souvent d'étranges choses dans la pièce : petites figurines de cire sur les tables ou les rayonnages; traces de cercles, de triangles et de pentagrammes, dessinés à la craie ou au fusain au centre du plancher.»
C'est mon deuxième livre de cet auteur et je suis un peu mitigée. C'est une bonne histoire certes mais j'ai eu du mal à m'orienter. Je me remets donc à découvrir cet auteur, plus vite que prévu dans une lecture commune avec Walktapus et Angie. En faisant une recherche, j'apprends que c'est publié en 1941 et on en convient à l'époque, que ce récit pourrait être situé entre un roman et une nouvelle. Ce qui est pertinent, on mentionne également, que c'est un des plus longs textes écrits par l'auteur.
«C'était une simple exhortation à la prudence, murmurée par Charles, et pourtant il lui inspira une mystérieuse terreur quand il entendit ces deux paroles très banales : Chut !... Écrivez… »
Maléfique, Puissance, Magnétisme
Je mentionne que le livre contient cinq parties. Dès les premiers chapitres, j'ai dû mal à embarquer dans l'histoire. J'avoue que je suis un peu désorientée, je dois identifier les personnages. Ensuite, on énumère des dates et des lieux sur des événements. Je suis également mêlée, ça m'a pris un certain temps pour me situer dans le roman.
Après le chapitre 4, je commence à me familiariser avec le récit et je me laisse happer par le climat angoissant et mystérieux. Je suis alors avec intérêt, Charles Dexer Ward. On l'accompagne dans sa quête car il veut savoir qui est le sorcier Joseph Curwen, son ancêtre.
Le sujet est plus qu'une passion, ça devient une obsession, il en vient même à faire des expériences secrètes. On le soupçonne de faire de l'incantation, on entend des bruits inhabituels et on murmure tout bas des formules indéchiffrables. Qu'est-ce qu'il fabrique donc ?
Ensuite, à cause de son comportement étrange, son père est inquiet et avec l'aide du Dr. Willet, il fait une enquête. On pense qu'il serait pris d'une folie soudaine mais le Dr. Willet est loin d'en être convaincu. Alors il s'aventure dans son antre pour tenter y découvrir des preuves. Et c'est là qu'il capte vraiment mon attention. Quelle découverte, je n'en dis pas plus !
«Mr. Ward ne pouvait saisir les paroles, et qui pourtant le bouleversait jusqu'au fond de l'âme.»
Intéressant, Troublant, Fascinant
Je ne suis pas encore une habituée à ses écrits mais je trouve que le livre est bien construit, ses chapitres sont bien devisés, ils ne sont pas trop longs. Il suit très bien sa ligne directrice. Je ne peux pas dire que j'ai tout retenu, lors de sa recherche sur ses ancêtres. On peut suivre très bien l'histoire et tu te lasses transporter davantage par le personnage inquiétant, par les lieux obscurs et surtout par les odeurs inusitées.
Je constate qu'il possède un talent de conteur, sa plume est vive et son imagination est débordante. Je trouve que son sujet est bien recherché malgré qu'il dispose beaucoup de détails. Je le mentionne car pour moi, j'ai perdu un peu mes repères. Je constate que ses descriptions sont bien détaillées, et son intrigue est bien amenée. Je remarque aussi qu'il y a souvent des longueurs et des répétitions au cours du roman. Je me suis un peu lassé mais quand le Dr. Willet poursuit son enquête, c'est une partie du livre qui m'interpelle vraiment.
Pour terminer, c'est une autre belle incursion dans le monde de Lovecraft. Je trouve que son livre «L'affaire Charles Dexer Ward» contient tous les éléments qui font un bon livre : on suit une enquête, avec des éléments fantastiques et un repaire à explorer. Intriguant, n'est-ce pas ?
« J'ai des raisons de penser qu'il ignorait le goût du sang, et son anémie croissante constitue la meilleure preuve à l'appui de ma théorie. Ward a touché à des choses terribles, mais il n'a jamais été un monstre.»
Comme c'est un roman de l'époque, j'ai beaucoup apprécié lorsqu'il mentionne des faits dans les journaux anciens, lorsqu'il nous démontre aussi les lettres de correspondance. Dans ce roman, les bibliothèques, les livres ont une place essentielle. Je crois que l'instruction, le savoir sont importants et c'est une des forces du roman. Il met aussi l'importance sur une date clé au cours de l'histoire. Il faut être attentif.
Je crois que la fin, elle complète bien l'histoire. Il y a une phrase, reformulée dans mes mots, qui suscite mon intérêt : «Il nous met en garde lorsqu'on s'aventure dans un terrain inconnu.» Qu'est-ce qu'il veut dire par là ? C'est à vous de le lire, si vous voulez le découvrir…
C'est une bonne lecture, malgré quelques lacunes, j'en garde une belle impression. Je remercie mes deux amis, Walktapus et Angie, pour leurs partages et leurs échanges. C'est toujours plaisant et agréable, je vous conseille d'aller voir leurs critiques sur notre lecture commune. Je dis aussi un ''merci'' spécial à mon ami AlbertHenri, qui m'a permis de découvrir cet auteur talentueux et grâce à lui, moi et mes amis on découvre ce livre. On le communique avec enthousiasme sur Babelio. Vous pouvez aussi aller voir sa critique sur ce livre.
C'est un autre auteur à découvrir et ce n'est pas les livres qui manquent.
Isabelle
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3326
ange77
ange7729 avril 2016
  • Livres 3.00/5
H.P. Lovecraft est un des rares auteurs que j'arrivais à lire lors de mes plus jeunes années (triste époque où la lecture ne provoquait pas encore l'engouement qu'elle suscite aujourd'hui chez moi...).
Plus tard et pendant longtemps, j'étais "angoissée" à l'idée d'en relire un - ou même d'en découvrir un jamais compulsé -, non tant pour le contenu de ses textes que par crainte de la déception ; les goûts changeant avec l'âge et le temps... Serait-ce possible que l'écrivain ayant bercé mes soirées d'adolescente me déçoive ? Je n'osais y penser...
Puis quand Isabelle m'a proposé L'affaire Charles Dexter Ward en lecture commune avec Denis (expérience renouvelée par ailleurs avec beaucoup de plaisir!), j'ai sauté sur l'occasion d'autant plus qu'il s'agissait là d'un ouvrage encore non lu pour ma part.
Alors qu'en est-il ?
Entre longue nouvelle et court roman, le récit se lit assez rapidement malgré un certain temps d'adaptation et l'effet de répétitions, à mon sens peu utiles.
D'aucun le trouveront trop lent et complexe alors que d'autres en apprécieront le dynamisme, mais beaucoup s'accordent à dire que c'est l'oeuvre phare de Lovecraft et que c'est là le titre idéal pour découvrir le génialissime écrivain. J'avoue être assez d'accord avec cette assertion.
Le mode de narration est indéniablement bien choisi pour suivre ce qui n'est au départ qu'une simple enquête généalogique et qui vire au fil des pages en véritable quête satanique.
Notes, lettres et témoignages savamment distillés tout au long du livre rythment agréablement la lecture.
Horreur et suspense montant crescendo jusqu'au paroxysme de l'épouvante. Chaque nouvelle révélation intriguant d'avantage, l'étau se resserrant chaque fois un peu plus sur ce pauvre Charlie, au point d'étouffer le lecteur déjà fortement magnétisé.
On notera aussi les nombreuses références à d'autres oeuvres non moins mythiques...
Le point fort de cette sordide affaire réside sans doute dans le pouvoir de suggestion qu'elle fait naître rapidement, pouvoir nettement plus féroce que n'importe quelle description détaillée serait bien en peine d'égaler.
En revanche, et c'est bien dommage, des personnages par trop insipides nuisent à un ensemble pourtant réellement attrayant.
Beaucoup ont ou auront aussi tendance à reprocher le côté raciste de l'auteur, certes assez présent dans ses écrits, mais je pense, sans pour autant nier la justesse de ces reproches, qu'il faut aussi se remettre dans l'époque - s'imaginer ce qu'était la vie en ce début de XXe siècle - pour sinon comprendre, au moins accepter qu'en ce temps-là (pas si éloigné que cela d'ailleurs) de telles pensées ou réactions étaient monnaie courante malheureusement.
Et pourtant, cette même époque veut qu'une telle imagination, que de tels écrits (et je parle ici de l'oeuvre lovecraftienne dans son entièreté) soient ceux d'un indéniable génie littéraire.
Au final et malgré quelques points sombres, je n'ai nullement été déçue et ce livre aura au moins eu le mérite de me faire renouer avec une littérature trop longtemps mise de côté.

Je vous renvoie également aux critiques de mes co-lecteurs, Siabelle et Walktapus ;)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3210
LePamplemousse
LePamplemousse18 mars 2016
  • Livres 5.00/5
J'ai parfois du mal à lire des nouvelles car je trouve que le nombre peu important de pages réduit les chances de pénétrer dans un univers véritablement construit et de s'attacher aux personnages.
Ici, la nouvelle fait une centaine de pages, ce qui me convient davantage, et le style est de toute beauté.
L'histoire est un mélange entre une enquête généalogique, la découverte de vieux papiers et de livres anciens aux pouvoirs démoniaques, la plongée d'un jeune homme dans la folie après la découverte d'un secret sordide, et le tout baigne furieusement dans une ambiance glauque, dans des lieux sombres, immondes et putrides, avec des créatures aussi abominables que terrifiantes.
C'est un des récits de l'auteur que je préfère car on y trouve tout ce qui fait sa marque de fabrique : des vieilles légendes horribles, des maisons isolées où il se passent des choses atroces dont personne n'ose parler, des bêtes ou du moins des créatures vivantes non identifiées et qu'on préfère ne jamais voir ou entendre sous peine de perdre totalement la raison, des secrets à n'en plus finir et des odeurs pestilentielles.
Lovecraft est un maître dans le domaine de l'épouvante, en plus de décrire merveilleusement les lieux et les créatures qui hantent ces récits, il crée des ambiances vraiment cauchemardesques, où les lumières tamisées et les remugles viciés sont tout aussi angoissants que les êtres innommables sorties du néant ou d'un enfer quelconque qui semblent vouloir nous happer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          354
julien33
julien3303 février 2014
  • Livres 5.00/5
« La pensée du passé nous rend fous.»
Charles Baudelaire
« Crains dans le mur aveugle un regard qui t'épie (...) »
Gérard de Nerval. « Vers dorés. »


Les spécialistes de Lovecraft s'accordent parfois à dire que figure dans ce roman, la quintessence de l'oeuvre de l'écrivain. Ce roman, il est vrai est un des plus terrifiants, qui ait jamais vu le jour dans toute la littérature fantastique.
Lorsque Charles Dexter Ward, un archéologue d'une vingtaine d'années, découvre parmi ses ancêtres le sorcier Joseph Curwen, il manifeste aussitôt un vif intérêt pour la chose. Grand maître de la magie noire, Joseph Curwen s'est échappé de Salem lors de la grande chasse aux sorciers du dix-huitième siècle, et est venu s'installer à Providence, où il mourut en 1771. Ward commence alors dans les années 1920, d'importantes recherches généalogiques concernant son ancêtre. Progressivement, la passion du jeune homme va se pervertir, et le faire basculer dans la folie. Il finit par laisser tomber l'approche purement généalogique, pour se consacrer à l'étude des sciences occultes, et finalement, s'inscrire dans la continuité des travaux de son terrible aïeul.
le docteur Willett, médecin de la famille Ward, enquête sur cette affaire diabolique, où l'horreur et l'inconcevable ne sont pas en reste... Pourquoi l'écriture de Ward devient-elle peu à peu semblable à celle de Curwen ? Pourquoi des sépultures sont-elles profanées ? Quelles sont ces mystérieuses invocations psalmodiées par le jeune homme dans la demeure familiale ? Que signifient ses métamorphoses physiques et morales qui l'amèneront à être interné dans une maison de santé ? Quelle est cette chose interdite venue de l'autre côté du temps, troubler le sommeil des habitants de Providence ? C'est après avoir découvert un portrait de Joseph Curwen, ainsi que des documents lui ayant appartenus, que Ward ne sera plus. le sorcier avait pris la précaution de laisser la recette alchimique de sa résurrection. Ward croyait avoir découvert un simple portrait, mais en vérité c'est le portrait qui l'attendait... le monstre n'attendait que le moment de sa résurrection pour assassiner son descendant (qui est aussi son sosie), prendre sa place, s'intégrer dans le monde moderne, et continuer ses pratiques de magie blasphématoire.
Peu à peu, et avec une rigueur quasi policière, se dévoile une sombre nécromancie, une effroyable histoire de possession au-delà de la Tombe et du Temps. En effet, grâce à sa sinistre alchimie, Joseph Curwen avait réussi à faire surgir des formes corporelles, à partir de certains Sels essentiels.
Lovecraft nous entraîne alors dans les dédales d'un ésotérisme satanique, où les frontières entre horreur, merveilleux, et fascination, tendent à s'abolir. La confusion et le malaise gagnent le lecteur avec une aisance peu commune. A partir d'un certain stade de la lecture, il devient impossible de distinguer l'ancêtre du descendant, et l'on ne peut savoir lequel est devenu le miroir de l'autre. La symbiose Ward-Curwen, abominable mélange entre deux siècles, nous fait accéder à cette terreur cosmique, si chère à Lovecraft.
Comment ne pas voir dans ce texte un magnifique sujet pour la psychanalyse ? le passé n'y incarne t-il pas le meurtre et la férocité universelle ? le désir de récapituler le temps, le désir de se confondre avec nos propres origines, ne nous exposent-ils pas à une destruction certaine ? Tel est l'avertissement de Lovecraft. La passion du passé est une maladie. Devons-nous appeler cela « hérédité », « déterminisme » ? Pourquoi pas. Mais l'important c'est cette chose féroce qui nous guette, tapie dans l'ombre du temps, et qu'il vaudrait mieux ne pas réveiller. Elle pourrait bien nous rattraper si on la réveille, et nul ne saurait dire alors ce qu'elle pourrait faire de nous. Curwen ne parlait-il pas de son descendant, quand il écrivait dans sa correspondance : « Et de la Semence d'Autrefois naîtra Celui qui regardera en Arrière sans savoir ce qu'il cherche. » ?

Histoire d'épouvante, récit initiatique, magistrale variation sur le thème du double, L'affaire Charles Dexter Ward, est bien un roman de la transcendance, symbolisant avec une rare puissance la déchéance de l'homme, face à une force qui lui est supérieure. A mettre au même niveau que le Procès de Kafka, dans la bibliothèque du vingtième siècle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          131
Citations & extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
TatooaTatooa15 mai 2015
En mai 1925, le jeune voyageur entra dans le port de New York à bord du Homeric. Il gagna ensuite sa ville natale en autocar, et, tout le long du trajet, il contempla avec délices les collines ondulées, les vergers en fleurs et les villes aux blancs clochers du Connecticut. Quand le véhicule, au terme d'un après-midi ensoleillé, entra dans Providence en suivant Elmwood Avenue, le cœur de Charles Ward se mit à battre violemment. Au croisement de Broad Street, Weybosset Street et Empire Street, il vit au dessous de lui les maisons, les dômes et les clochers de la vieille ville, baignés dans la lumière du crépuscule, et il fut pris d'une sorte de vertige lorsque l'autocar s'arrêta au terminus, derrière le Biltmore, révélant au regard, sur l'autre berge de la rivière, l'antique colline ronde couverte d'un doux manteau de verdure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
WalktapusWalktapus20 avril 2016
On y trouvait Hermès Trismégiste dans l’édition de Ménard, la Turba Philosophorum, le Liber Investigationis de Geber, la Clé de la Sagesse d’Artephius, le Zohar, l’Albertus Magnus de Peter Jamm, l’Ars Magna et ultima de Raymond Lulle dans les éditions de Zetzner, le Thesaurus chemicus de Roger Bacon, le Clavis Alchimiae de Fludd, le De Lapide Philosophico de Trithème. Les Juifs et les Arabes du Moyen age étaient fort nombreux, et Mr Merritt blêmit lorsque, en prenant un beau volume étiqueté Quanoon-e-Islam, il s’aperçut que c’était en réalité le Necronomicon de l’Arabe dément Abdul Alhazred, livre interdit qui avait été l’objet de rumeurs monstrueuses, quelques années auparavant, après la découverte de rites innomables dans le petit village de pêcheurs de Kingsport, Massachussetts.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          116
SiabelleSiabelle21 avril 2016
Ces visites, faites par le praticien à la requête des parents de Charles, avaient un caractère assez curieux. Ward ne repoussait pas le médecin, mais ce dernier comprenait fort bien qu'il ne pourrait jamais connaître la psychologie du jeune homme. Il observait souvent d'étranges choses dans la pièce : petites figurines de cire sur les tables ou les rayonnages; traces de cercles, de triangles et de pentagrammes, dessiné à la craie ou au fusain au centre du plancher.
Et, toutes les nuits, on entendait retentir les incantations tonitruantes, si bien qu'il devient très difficile de garder des domestiques ou d'empêcher de murmurer que Charles Ward était fou.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          138
SiabelleSiabelle19 avril 2016
Les sels essentiels des Animaux se peuvent préparer et conserver de telle façon qu'un Homme ingénieux puisse posséder toute une Arche de Noé dans son Cabinet, et faire surgir, à son gré, la belle Forme d'un Animal à partir de ses cendres : et par telle méthode, appliquée aux Sels essentiels de l'humaine Poussière, un Philosophe peut, sans nulle Nécromancie criminelle, susciter la Forme d'un de ses Ancêtres défunts à partir de la Poussière en quoi son Corps a été incinéré.
Borellus
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          119
GleskerGlesker27 janvier 2014
Un de ces monstres vous a autrefois écrit de n’invoquer Personne que vous ne pourriez renvoyer. Vous avez été défait une première fois, peut-être de cette manière et votre magie noire vous défera cette fois encore. Curwen, un homme ne peut altérer l’ordre naturel au-delà de certaines limites, toutes les horreurs que vous avez tramées vont se dresser contre vous et vous anéantir.
Commenter  J’apprécie          130
Videos de Howard Phillips Lovecraft (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Howard Phillips Lovecraft
? PLUS D?INFOS EN BARRE D?INFO ? Mets la HD, on y voit plus clair !
On se retrouve une nouvelle fois pour le rendez-vous mensuel des LIVRES HAUTS EN COULEUR où je vous présente trois bande-dessinées, comics, manga empruntés à la médiathèque... et où je vous donne mon avis.
Toutes mes vidéos : http://bit.ly/1BgTU0u ________________________________ Livres présentés dans la vidéo : - Locke & Key, tome 1 : Bienvenue à Lovecraft de Joe Hill - Les carnets de cerise, tome 3 : le secret des cinq trésors de Joris Chamblain et Aurélie Neyret - Axolot, de Patrick Baude
Pour me joindre/trouver : Le BLOG : http://croquelesmots.blogspot.fr/ FACEBOOK : Croque les mots ou la page perso Cassandra Croque les mots Le compte TWITTER : https://twitter.com/CroquelesMots LIVRADDICT : http://www.livraddict.com/profil/kyeira/ INSTAGRAM : _croquelesmots_
Par MAIL ? : croquelesmots@hotmail.com
N'oubliez pas de paramétrer votre Compte GOOGLE+ pour que je puisse vous répondre !
Je filme avec une SONY HDR-CX240 Je monte mes vidéos avec Sony Vegas pro 12
Pleins de bisous à vous ?
+ Lire la suite
autres livres classés : fantastiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

L'Affaire Charles Dexter Ward

Dans quelle ville débute l'histoire ?

A Providence
A New York
A Los Angeles
On ne sait pas.

9 questions
24 lecteurs ont répondu
Thème : L'affaire Charles Dexter Ward de Howard Phillips LovecraftCréer un quiz sur ce livre