AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266022644
Éditeur : Pocket (08/01/1993)

Note moyenne : 4.01/5 (sur 83 notes)
Résumé :
En 1921, dans une forêt mal famée du nord d’Arkham, la demeure ancestrale des Billington, abandonnée depuis des décades est rouverte par un de leurs descendants.
D’étranges papiers de famille lui révèlent les nom de Dagon, Nyarbuthotep, et l’existence d’un chef indien fantôme qui aida son ancêtre à appeler Quelque Chose à venir du Ciel dans la Nuit.
Il découvre son appartenance à l’espèce infâme qui voulut ouvrir les portes de la terre à des monstres... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Siabelle
11 avril 2016
★★★★★
★★★★★
«Madame Bishop, avez-vous déjà entendu parler de Misquamacus ? C'était l'grand sage des Wampanaug. J'ai entendu mon grand-père en causer. C'en était trop pour qu'il n'y ait pas au moins une part de légende.»
C'est mon premier livre de Lovecraft, il est écrit en co-écriture avec Delerth. Il se lit facilement pour une débutante. Ce roman-là m'est référé par Masterton, à la fin de son entrevue, dans son livre numérique de «Manitou», tome 1. Cet auteur aussi vanté par «AlbertHenri» alors j'ai décidé d'élargir ma culture littéraire. C'est une belle découverte, une histoire bien ficelée qui capte l'attention du lecteur…

Envoûtement, Énigmatique, Ténébreux

L'histoire se résume alors en trois parties :
- La forêt de Billington, la première partie.
- Le manuscrit de Stephen Bates, la deuxième partie.
- Le récit de Winfield Philips, la troisième partie.
C'est un peu difficile pour moi d'expliquer mon ressenti, c'est ma première lecture. C'est une histoire qui se passe vers les années 1921, voilà pourquoi son écriture est ardue et son langage n'est pas toujours familier à mes yeux. Je trouve que le livre est bien construit, les parties sont bien divisées, les chapitres ne sont pas trop longs et c'est quand même facile à suivre.
Angoissant, Menaçant, Hallucinant

Au cours de ma lecture, je suis vite captivée par «l'histoire de la Forêt de Bellington» (la première partie.) On rencontre Dewart qui lit des récits écrits par des ancêtres. Il veut en savoir plus sur les Indiens, sur les légendes de l'époque. Il y fait sa petite enquête. Je suis très attentivement lorsqu'il aborde le sujet du vieux sorcier «Misquamacus». L'histoire se place, les sujets sont bien amenés ainsi que les odeurs qui s'y dégagent.
Ensuite, je suis vite intriguée par le récit du «Manuscrit de Stephen Bates» (la deuxième partie.) La narration est différente, elle est racontée à la deuxième personne. On suit alors Stephen avec son cousin. On voit qu'il se questionne beaucoup quand il aperçoit quelque chose d'étrange. On perçoit très bien les odeurs, les sons, la musique. Tu sens qu'il a peur, il ressent constamment une ombre derrière lui et il se méfie de l'identité de son cousin. Il essaie d'en découvrir le mystère.
Pour finir, je suis moins intéressée par le «récit de Winfield Philips» (la troisième partie.) C'est l'histoire d'un ancêtre qui dit avoir vu le diable. Il aborde ici le sujet tel que la sorcellerie, il explique qui était les Grands Anciens, il mentionne également le Necronomicon, le Grand Cthulhu, et aussi pleins d'autres thèmes. Il y a un livre qui se nomme : «Des sortilèges Diaboliques de Démons aux Formes Inhumaines». Je trouve que la finale est bien et la poésie dans ce cadre est à sa place. Je n'ai pas tout retenu car il y a beaucoup d'éléments qui sont pris dans le contexte lors de la discussion.

Ce que je retiens le plus, j'ai beaucoup aimé me retrouver dans cet univers à la fois mystérieux, dans un environnement inquiétant, et au coeur de la forêt obscure.
Au fil des pages, je reconnais déjà les odeurs, je suis souvent sur le qui-vive lorsque j'entends des bruits différents. Je me suis souvent demandé: «Est-ce que c'est la vérité qui se cache vraiment dans les livres chez nos ancêtres ?»
Et plus que tout, je ressentais souvent un ombre qui épie ou une créature qui se cache, est-ce que c'est réel ou est-ce que c'est notre imagination ?

Quelques phrases qui piquent la curiosité, je les rajoute :
- «La fenêtre est étrange, le verre différent - elle a été conçue ainsi, c'est évident.»
- «Vous pensez à une influence alors - du Dehors. de quelle nature ?»
- «Au-dehors, car Elle ne peut venir sans être appelée.»
- «Just' par-ci, par-là, quèqu'chose drôle, tout comme si qu'les empreintes z'avaient été effacées, pour qu'personne y voye.»
Pour terminer, le livre le «Rôdeur sur le seuil» m'a laissé une très belle impression et je suis même prête à recommencer l'aventure… C'est vrai, une lecture commune s'en vient bientôt avec un ami Babelio. (Walktapus) -)
C'est une lecture où j'ai pris plaisir à retourner à chaque fois. Je ne connaissais pas l'auteur, que j'ai découvert avec joie. J'ai apprécié beaucoup l'énigme autour de la forêt et de ses ancêtres. Je me suis laissé happée par les odeurs, je me suis laissé envelopper par les senteurs et tu te laisses entraîner par le mystère. Tu flaires aussi le danger qui rôde aux alentours.
Je trouve qu'il y a une belle prose, les détails sont bien décrits, les descriptions sont bien choisies. Dans le récit, l'imaginaire, les frayeurs et les créatures détiennent une bonne place. Je déclare donc que les trois récits ne sont pas ennuyants, ils se lisent bien et on veut toujours savoir ce qu'il va arriver. Je remarque qu'il y a peu de répétitions et de longueurs. On ne peut pas tout retenir des thèmes assemblés mais le contenu reste pertinent dans son ensemble.
Pour une débutante comme moi, je me suis vite retrouvée à mon aise et je suis prête à recommencer bientôt.
Encore une fois, je ne vois plus le «Seuil» de la même façon et j'ajouterais : «Les livres servent à faire rêver et aussi à nous mettre en garde» Je suis tout à fait d'accord, n'est-ce pas ?
Isabelle
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          538
Walken
06 janvier 2013
★★★★★
★★★★★
Lovecraft, je suis tombé dedans lorsque j'étais adolescent. Depuis le jour où j'ai lu "Le rôdeur devant le seuil", je sais qu'ils existent, qu'ils attendent notre appel et notre soumission afin de dominer la Terre de nouveau.
Mais tel Alijah Billington, passé maître dans l'art des réincarnations successives, certains croient encore pouvoir réveiller et dompter ces créatures fantastiques, tapies dans les abysses infernaux, au risque de damner leur âme à jamais, à l'instar d'Ambrose Stewart.
Si vous pensez que l'expérience est également tentante, il convient alors de lire certains livres sacrés, certains textes oubliés, certaines lettres cachées, parfois emmurées. Vous devrez maîtriser certaines langues disparues, reconnaître certains signes dans la nature, des ombres monstrueuses, des chuchotements psalmodiés, des gargouillements incantatoires, des odeurs indescriptibles, des grattements abominables, des lieux maléfiques à l'orée d'obscures forêts où se dressent d'imposantes et anciennes demeures chargées d'histoires épouvantables.
Surtout, préparez-vous à percevoir l'innommable, l'indicible, l'insondable, l'informe. Lovecraft décrit peu de manière factuelle, il dépeint par défaut, par la négation, par ce qui n'Est pas, laissant votre imagination seule donner corps à ces êtres hideux surgis D Ailleurs. Soyez alors prêt à laisser succomber votre âme à la folie, votre corps à la déchéance, jusqu'à ce que "Ceux du Dehors" prennent entièrement possession de vous pour asseoir leur nouvel ordre infernal, asservissant l'espèce humaine pour l'éternité.
A bien y réfléchir, peut-être tout cela n'est-il qu'une immense illusion, qu'un cauchemar aussi terrifiant que fascinant. Mais si le risque qu'un tel cataclysme soit toujours possible, tapi dans les profondeurs de certains esprits malveillants, alors il vous faut impérativement plonger ou replonger dans ce panthéon démoniaque... car il est encore temps de sceller à jamais certaines portes intemporelles, certains puits abyssaux, avant que l'inconcevable devienne réalité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Fionasuna
04 octobre 2014
★★★★★
★★★★★
Il y a quelques mois, sur un marché, une personne vendait plusieurs livres pour 1€ seulement et il faut dire que je regardais sans vraiment me dire que j'allais trouver quelque chose d'intéressant et pourtant… Mon cher et tendre m'a tendu ce livre « le rôdeur devant le seuil ». En petite inculte, je lui ai demandé ce que c'était et de là il m'a répondu que ça devrait me plaire et que c'était un écrivain reconnus pour ses écrits. Je me suis dit que pour 1€, je n'allais pas me ruiner.
Depuis cette découverte, je ne me passe plus de l'univers de H.P. Lovecraft. Cthulhu, Dagon et bien d'autres encore. Des monstres tout aussi étranges les uns que les autres.
Dans une prochaine rubrique, je parlerai plus en détail de l'écrivain Lovecraft et de son univers.
Revenons donc à ce livre. Il a été écrit avec la collaboration de Derleth, un de ses plus grands amis et collaborateur. Qui, d'ailleurs, ne rencontrera jamais, mais collaboreront par lettre. Il y a beaucoup de questionnement sur ce roman vis-à-vis de Derleth et Lovecraft. Apparemment, il ne viendrait pas vraiment de Lovecraft, mais serait l'oeuvre de Derleth lui seul (L'histoire a été écrite 8 ans après la mort de Lovecraft). Il n'y a pas que ça non plus, apparemment la vraie raison est que ce roman viendrai des notes de Lovecraft lui-même et Derleth aurai finit de l'écrire. Mais je ne vais pas m'aventurer dans ce débat. Qu'il soit de Lovecraft à 100% ou non, j'ai apprécié ma lecture.
Il est découpé en trois parties et est raconter par trois personnages différents. En premier lieu, la forêt de Billington, cette partie pose les bases et l'intrigue de l'histoire. La deuxième partie est raconter à la première personne et celle-ci nous raconte ce qu'elle voit, apprend, etc. sur les faits étranges qui se passe dans la forêt et la troisième partie est le récit d'un personnage qu'on rencontrera bien plus tard et qui terminera l'histoire.
C'est une lecture que j'ai pas mal apprécié. L'ambiance est angoissante, on se sent mal à l'aise face aux faits étranges qui s'y passe.
Petit bémol, il y a beaucoup d'éléments à assimiler et certaines phrases sont assez longues et lourdes. Mais dans l'ensemble, c'est pas mal.
Il ne me reste plus qu'à m'aventurer dans les autres écrits de Lovecraft pour en apprendre davantage. Sachant que son univers est riche et passionnant.
Lien : http://lightsbook.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Olivia_Lanchois
04 novembre 2014
★★★★★
★★★★★
Au nord d'Arkham, à peu de dis-tance de la rivière Miskatonic, s'étend la forêt Billington. C'est là qu'Alijah, le sorcier, et son âme damnée, l'Indien Quamis, se livrèrent jadis à d'abominables pratiques.Lorsque Ambrose Stewart vient habiter dans la demeure de son ancêtre Alijah Billington, des phénomènes étranges commencent à se produire. II ne tarde pas à appeler à l'aide son cousin Stephen Bates, mais lorsque celui-ci arrive au domaine Billington, il est déjà trop tard, Ambrose est sous la domination d'une influence maléfique.Chaque nuit, Stephen Bates lui-même perçoit la présence de créatures monstrueuses, qui, hantent la maison et cherchent à s'emparer de l'esprit de ses occupants. Mais ce sont surtout ses découvertes dans la bibliothèque qui achèvent de le terrifier : Alijah Billington, l'homme qui avait trouvé le moyen de sou-mettre des êtres venus des abysses infernaux, était aussi passé maître dans l'art des réincarnations successives..Source : J'ai lu
Commenter  J’apprécie          30
Pando
02 juillet 2016
★★★★★
★★★★★
Le rôdeur devant le seuil est un roman qu'August Derleth, grand ami de Lovecraft, termina à partir d'un manuscrit de ce dernier, c'est pourquoi le roman porte le nom des deux auteurs.
Que peut-on en dire ?
Déjà que c'est une nouvelle très proche de celles qu'a déjà écrit Lovecraft: il est ici question d'envoûtements et d'invocations de créatures maléfiques.
Si vous avez déjà lu l'Abomination de Dunwich ou l'Affaire Charles Dexter Ward de Lovecraft, l'histoire est ici extrêmement similaire.
Ensuite, le roman a été principalement écrit par Derleth, se basant sur un manuscrit de Lovecraft. Je trouve que cela se ressent beaucoup à la lecture. J'ai pensé que le style d'écriture était plus faible que celui auquel Lovecraft
a habitué ses lecteurs. D'où une certaine déception, si tenté que ce ne soit pas la faute de la traduction. J'ai aussi été un peu gêné par quelques (rares) phrases du livre à connotation ouvertement raciste.
On sent également dans ce livre, notamment dans la troisième partie, la volonté de Derleth de fournir un "cadre" au Mythe des Grands Anciens imaginé par Lovecraft, en inventant davantage de relations et d'éléments d'histoire
concernant les grands Anciens que ce à quoi Lovecraft, qui laissait planer un large voile de mystère sur ces créatures extraterrestres, s'était toujours cantonné. C'est pour moi plutôt un point positif car la
cohérence et la complexité de l'univers qu'a apportées Derleth (entre autres) font, il me semble, partie des éléments du Mythe de Cthulhu qui ont aidé à le rendre si populaire.
Au final, le livre n'est pas mauvais, mais n'apporte pas beaucoup de nouveautés par rapport au reste du Mythe et est globalement moins bien écrit que d'autres oeuvres de Lovecraft.
Il n'empêche qu'il saura probablement plaire aux fans de son univers comme aux néophytes.
Lien : http://www.scylardor.fr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations & extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
SiabelleSiabelle09 avril 2016
J'aperçus quelque chose bouger dans l'obscurité grandissante de ce côté de la maison face à l'allée qui y menait, et sans réfléchir, je courus rapidement dans cette direction - je vis un individus invraisem-blablement loqueteux disparaître dans les broussailles qui poussaient le long du chemin pour sortir de la forêt. Je lui donnai la chasse, et je l'attrapai par le bras en courant. Je me rendis compte que je tenais un jeune homme qui essayait désespérément de se dégager.
- Laissez-moi ! fit-il à moitié sanglotant. J'ai rien fait.
- Qu'est-ce que vous fabriquiez ? demandai-je.
- J'voulais just'voir s'il était rev'nu et j'L'ai vu. Ils disaient qu'il était de r'tour.
- Qui cela, ils ?
- Z'entendez pas ? Les grenouilles, pour sûr ! Je frémis et cette réaction involontaire me le fit serrer un peu plus fort que je ne voulais, si bien qu'il hurla de douleur. Relâchant mon étreinte, je lui ordonnai de me dire son nom en lui promettant de le laisser aller.
- Lui dites pas, implora-t-il.
- Promis.
- J'suis Lem Whately, pour sûr.
Je le relâchai et il partit aussitôt comme une flèche, manifestement sans croire une seconde que je n'avais pas l'intention de le poursuivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
SiabelleSiabelle03 avril 2016
Du fait que les Whateley, comme les Bishop, vivaient dans cette partie du Massachusetts depuis de nombreuses générations et avaient vraiment eu des ancêtres contemporains non seulement du Vieux Billington, mais encore du tout premier Bellington, celui qui avait construit cette grande maison et sa ''Rosace'' comme on l'appelait, bien que ce n'en fût pas une, on supposait que les histoires qu'ils racontaient leur étaient parvenues à travers les générations disparues et que, si elles n'étaient pas absolument exactes, elles devaient cependant comporter une part de vérité, si bien que la Forêt de Billington et M. Dewart lui-même connurent immédiatement un regain d'intérêt.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
SiabelleSiabelle07 avril 2016
Le vieux sauvage affirmait que cet endroit ne devrait être troublé sous aucun prétexte sous peine que le Démon, ce qui se passerait si la Pierre plate avec le Signe des Anciens était déplacée. À la question de savoir à quoi ressemblait le Démon, Misquamacus répondit en dissimulant son visage de telle façon que seuls ses yeux apparaissent et donna ensuite une description très curieuse et très détaillée expliquant qu'il était parfois petit et dur, comme un crapaud de la taille d'une marmotte mais parfois grand et vaporeux, sans forme, avec un visage cependant au-dessus duquel poussaient des serpents.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          146
SiabelleSiabelle01 avril 2016
Les vieux arbres noueux n'attiraient aucun curieux, la forêt sombre n'appelait aucun voyageur, pas même la horde des fouineurs en quête de coutumes, légendes et habitations anciennes, qui auraient bien pu être séduits par la vieille maison Billington.
On évitait la forêt; le voyageur occasionnel se hâtait de passer, comme poussé par une aversion étrange et inexplicable ainsi que par ses pensées et son imagination, ce qui, finalement, ne lui laissait aucun regret et le ramenait en toute sécurité chez lui, qu'il vienne d'Arkham, de Boston ou d'un hameau éloigné de la campagne du Massachusetts.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          144
SiabelleSiabelle07 avril 2016
Je me risquai à regarder par la fenêtre Ouest de sa chambre, je me rendis compte qu'une sorte de lueur bleu-vert s'élevait au-dessus des arbres du Val dans les collines qui s'étendaient vers l'Ouest, à mon grand étonnement d'ailleurs, car les bruits que j'avais entendus m'avaient semblé provenir de cette direction et continuaient de le faire - les mêmes grands cris qu'aucune voix humaine n'aurait pu proférer, pas plus que celle d'aucun animal que je connaissais; comme je restais là, devant la fenêtre entrouverte, pétrifié de crainte et de stupeur, il me sembla que d'autres voix analogues arrivaient du fond de la nuit du côté de Dunwich ou d'innsmouthm, montant très haut dans le ciel comme des échos grandioses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Video de Howard Phillips Lovecraft (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Howard Phillips Lovecraft
Vidéo de H-P Lovecraft
autres livres classés : fantastiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Howard Phillips Lovecraft

Quelle est sa nationalité ?

Anglaise
Galloise
Américaine

5 questions
111 lecteurs ont répondu
Thème : Howard Phillips LovecraftCréer un quiz sur ce livre