Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique


ISBN : 2253138916
Éditeur : Le Livre de Poche


Note moyenne : 3.86/5 (sur 380 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
"Le destin passe et repasse à travers nous, comme l'aiguille du cordonnier à travers le cuir qu'il façonne."

Pour Tanios, enfant des montagnes libanaises, le destin se marque d'abord dans le mystère qui entoure sa naissance : fils de la trop belle Lamia,... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (19)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par Aaliz, le 05 janvier 2013

    Aaliz
    Ne connaissant toujours pas Amin Maalouf, j'ai donc jeté mon dévolu sur Le rocher de Tanios.
    Et je ne le regrette absolument pas !
    La construction du récit est originale, la plume de l'auteur est fluide et sans fioritures et le sujet ne pouvait qu'attiser ma curiosité.
    Dès les premières pages, le lecteur mord à l'hameçon que lui tend Amin Maalouf : d'où vient donc cette étrange légende qui interdit à quiconque de s'asseoir sur Le rocher de Tanios sous peine de disparaître ?
    C'est ce que le narrateur va chercher à savoir. S'appuyant sur la mémoire d'un ancien du village et sur des documents historiques, il fera revivre l'histoire de son village au XIXème siècle. Attention car l'auteur précise bien que ces sources historiques et la légende en question sont purement fictives bien que le récit soit basé sur un fait réel. Mais pourtant, le talent de l'auteur fait que l'on y croit malgré tout.
    J'ai donc été charmée par ce roman aux allures de conte avec en toile de fond le conflit entre l'empire ottoman et l'Egypte, conflit arbitré par les puissances européennes qui cherchent leur part de gâteau. L'influence britannique et sa concrétisation sur le terrain dont Amin Maalouf nous dévoile certains aspects est particulièrement intéressante. Les enjeux de pouvoir et la lutte entre les différentes hiérarchies de la politique locale sont expliquées de façon très simple et j'ai beaucoup apprécié cette imbrication du récit fictif dans un contexte historique réel. Sous ses allures de conte , c'est donc une parcelle de l'histoire du Liban qu'illustre ce roman.
    Les personnages sont attachants et tous profondément humains, l'importance accordée à l'honneur est bien mise en évidence et sert de fil rouge tout au long du récit, chaque personnage cherchant à le défendre et à garder tête haute en toutes circonstances mais est contraint malgré lui de subir son destin et les épreuves qu'il lui impose. Quête d'identité, amour et exil attendent Tanios et bien d'autres personnages. C'est donc aussi toute la mentalité d'un peuple attaché à ses croyances, à ses traditions et à sa terre qui nous est montrée que ce soit dans ses travers ou dans sa grandeur.
    Le roman est court et s'engloutit rapidement. Une fois en main, j'ai eu du mal à le reposer prolongeant ma lecture jusqu'aux petites heures du matin.
    Bref c'est un très beau voyage auquel nous invite Amin Maalouf et je suis prête à repartir en sa compagnie à tout moment.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 31         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Ellane92, le 07 janvier 2014

    Ellane92
    "Dans le village où je suis né, les rochers ont un nom" nous confie le narrateur de cette histoire. L'un de ces rochers, en forme de siège ou de trône, porte le nom d'un homme : Tanios. La légende dit que celui qui s'assoit dans ce siège disparait, et la coutume interdit aux enfants de l'escalader.
    Intrigué par cette légende et cette coutume, le narrateur demande au vieux Gebrayel de relater l'histoire associée à ce rocher, pour démêler ce qui a trait à la réalité et ce qui n'est que fiction.
    Au Liban, au milieu du 19ème siècle, les seigneurs ont droit absolu sur leurs villages et leurs habitants. le Cheick de Kfaryabda s'éprend de la belle Lamia. Il faut dire qu'elle était à nulle autre pareille :
    " - Elle se parfumait au jasmin, comme la plupart des filles du village. Mais son jasmin ne ressemblait à aucun autre.
    - Pourquoi cela ? demandai-je naïvement.
    - Parce que ce jasmin-là sentait la peau de Lamia.
    Gébrayel ne souriait pas. Il regardait ailleurs. "
    Quand le fils de Lamia nait, contre toutes les coutumes, le Cheick, en lieu et place du père, lui donne le nom sous lequel il sera à présent connu : Tanios.
    Prix Goncourt 1993, Le rocher de Tanios évoque, à la façon d'un conte dans lequel se mêlent légende et réalité, une période trouble du Liban, dans lequel tournoient les Cheick locaux, qui s'affrontent entre eux, la montée en puissance des autres religions, des pays annexes, notamment l'Egypte de Mehemet Ali et ses soifs de conquêtes, et les puissances européennes. Au milieu de ces courants contraires, il y a un jeune homme aux cheveux blancs lui aussi en quête d'identité, d'amour, voire de haine, qui sert de catalyseur aux évènements rapportés : partout où ses pas le mènent, le changement arrive, les coutumes tombent, le pouvoir change de main, et l'histoire, celle du village ou celle de ses habitants, prend un autre tournant.
    Qu'il est beau, ce texte d'Amin Maalouf : l'écriture est évocatrice, poétique, sensitive, et je me suis reprise à lire plusieurs fois un même paragraphe juste pour la beauté des sons, des images et des associations qu'il propose. Je me suis laissée portée en douceur par cette histoire belle et triste. J'ai été séduite par Lamia la belle, j'ai mis mes pas dans ceux de Tanios, et je garde de cette lecture la certitude qu'il y a un rocher, dans le village de Kfaryabda, qui porte le nom d'un homme. Et qu'importe si c'est une légende, c'est le vieux Gébrayel qui le dit : « Les faits sont périssables, crois-moi, seule la légende reste, comme l'âme après le corps, ou comme le parfum dans le sillage d'une femme »
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 26         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Luniver, le 20 janvier 2014

    Luniver
    En ce 19ème siècle, le sultan de l'empire ottoman et le pacha d'Égypte s'affrontent pour l'hégémonie de la région, soutenus et favorisés par de grandes puissances occidentales. Coincé entre ces deux blocs, un petit village de montagne va devoir lutter pour ne pas se faire broyer et conserver tant bien que mal son identité.
    Dans cette situation déjà complexe, la naissance de Tanios va servir de catalyseur : l'identité de son père est suspecte, le cheick du village ayant poursuivi de ses assiduités sa mère, ce qui ne plaît ni à la famille puissante de la femme du cheick, ni au patriarche qui a organisé le mariage. Un cycle de représailles se déclenche, dans un coin du monde où personne n'oublie jamais une offense.
    Le ton du roman est assez mélancolique : le héros est obligé de subir son destin, dépassé par le cours des événements qu'il a provoqué. On assiste également à la fin d'un mode de vie et de privilèges séculaires, imposé à une population qui n'avait pourtant rien demandé. Bien écrit assurément, mais aussi un brin déprimant.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 25         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par fredho, le 04 novembre 2012

    fredho
    Au XIXème Tanios, enfant des montagnes du Liban, fils de la très belle Lamia et Gérios l'intendant du cheikh seigneur féodal, se voit porter le fardeau du mystère de l'identité de son père, rumeur diffusée dans son village à sa naissance.
    Tanios grandit dans la suspicion , fragilisé mais protégé par le cheikh celui-ci lui voue une constante bienveillance égale à celle qu'il porte à son fils Raad, et se sent impliqué dans son éducation et son instruction. Tanios devient un jeune homme érudit, et s'entoure de personnalités influentes qui bouleverseront la vision de son environnement.
    Suite à l'assassinat de l'acariâtre patriarche, beau-père du cheikh, Tanios et Gérios (dont la rumeur a fragilisé leur relation), se voient contraints à s'exiler...
    Dans un style pittoresque, Amin Maalouf émane de par ses écrits tout le charme oriental, une écriture dotée d'élégance, de pureté et de poésie.
    A travers l'histoire de Tanios, nous découvrons une partie de l'Orient avec ses mythes, ses croyances, ses superstitions, sa philosophie, ses combats et ses personnages légendaires, un récit passionnant conté avec tout l'art et la magie d'Amin Maalouf.
    Amin Maalouf merveilleux conteur, nous fait de nouveau voyager dans un Orient tout en couleur.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 20         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par najnaje, le 25 avril 2014

    najnaje
    J aime beaucoup Maalouf c est un auteur très érudit le premier livre que j ai lu de lui m a donné un très bon aperçu de son talent. Ma seule erreur a été de lire Léon l africain avant le Rocher de Tanios, on ne peut pas lire un chef-d oeuvre et ensuite un autre récit quand bien même il peut-être bon. Si pour le récit de Tanios il reçu le prix Goncourt pour Leon l africain il mériterait le Prix Nobel. Vous l aurez bien compris j ai été beaucoup moins transporter par le Rocher de Tanios, alors un conseil commencer par celui-ci et ensuite Léon l africain vous ne serez pas déçu.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          3 17         Page de la critique

> voir toutes (39)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par latrace, le 13 septembre 2010

    La parole du sage s’écoule dans la clarté. Mais de tout temps les hommes ont préféré boire l’eau qui jaillit des grottes les plus obscures.

    Commenter     J’apprécie          0 60         Page de la citation

  • Par philo15, le 02 mai 2008

    Lorsqu' un cataclysme se produit, moi je pense bien sûr aux gens et à leurs souffrances mais je tremble tout autant pour les vestiges du temps passé (...) Ce sont aussi des fragments d' humanité, c'est justement cette part de nous que nous espérons immmortelle. Quel peintre voudrait survivre à ces oeuvres ?

    Commenter     J’apprécie          0 23         Page de la citation

  • Par najnaje, le 25 avril 2014

    Ce que tu as appris est suffisant. Crois-en mon expérience, si tu étudies trop, tu ne supporteras plus de vivre au milieu des tiens. Tu dois t instruire juste ce qu il faut pour occuper ta place. C est cela, la sagesse. Tu vas m aider dans mon travail, je t apprendrai tout . Tu es un homme, maintenant. Il est temps que tu commences à gagner ton pain. Tanios s est levé comme un mort.
    - Je ne mangerai plus de pain. (Il commença sa grève de la faim).
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la citation

  • Par Ancolie, le 18 septembre 2013

    J'ai dit à Tanios, quand nous étions ensemble sur le rocher : Si à nouveau les portes se fermaient devant toi, dis-toi bien que ce n'est pas ta vie qui s'achève, mais seulement la première de tes vies, et qu'une autre est impatiente de commencer. Embarque-toi alors sur un navire, une ville t'attend.

    Commenter     J’apprécie          0 17         Page de la citation

  • Par Ancolie, le 08 octobre 2013

    En ce temps-là, le ciel était si bas qu'aucun homme n'osait se dresser de toute sa taille. Cependant, il y avait la vie, il y avait des désirs et des fêtes. Et si l'on n'attendait jamais le meilleur en ce monde, on espérait chaque jour échapper au pire.

    Commenter     J’apprécie          0 17         Page de la citation

> voir toutes (26)

Videos de Amin Maalouf

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Amin Maalouf


Pierre Hazette présente Amin Maalouf, "Les désorientés", Grasset
Dans Les désorientés, je m'inspire très librement de ma propre jeunesse. Je l'ai passée avec des amis qui croyaient en un monde meilleur. Et même si aucun des personnages de ce livre...








Sur Amazon
à partir de :
5,00 € (neuf)
0,88 € (occasion)

   

Faire découvrir Le rocher de Tanios par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (823)

> voir plus

Quiz