Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

Ajouter une citation

Citations sur Les silences de Médéa (8)


Classer par:       Datecroissant     Les plus appréciéescroissant


  • Par verobleue le 10/05/2011


    Il rencontrait des gens, pétris de désenchantement, allergiques à tout pouvoir et de ceux qui leur sont complaisants, sensibles à la mélodie laconique d' un retour aux sources, d'un retour à Dieu. Des hommes qui l'initièrent aux subtilités du Coran, celles qui échappent aux lecteurs modernes repus d'esprit critique.

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation



  • Par verobleue le 11/05/2011



    Tu ne peux pas changer l’homme et le monde. Il y a des hommes qui ne toucheraient pas à l’aile d’une mouche en temps de paix et qui pourtant, une fois guerriers, kidnappent, violent et tuent. Ils parlent de cette jouissance violente comme d’un bonheur ineffable, qui apaise leurs blessures de guerre, jugule, pour un temps, la passion et la haine qui les animaient. Les conflits ont toujours été et resteront des situations exceptionnelles dans lesquelles l’homme est aussi en confrontation avec lui-même. Pour lui, la femme restera l’exutoire le plus tentant, avec ou sans son consentement

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation



  • Par verobleue le 11/05/2011


    Toute sa vie, une femme, quelle que soit la société dans laquelle elle vit et même lorsqu’elle a l’impression que tout lui réussit, restera la victime privilégiée de l’homme. Être une femme est une bataille de tous les instants. Et plus l’homme est un homme de pouvoir, plus il a la certitude que la femme est à sa disposition. Quand je parle de pouvoir, je ne parle pas uniquement d’un pouvoir effectif, ce peut-être un pouvoir affectif, moral, économique, intellectuel… Quelles que soient les intentions de l’homme de pouvoir, il reste dangereux pour la femme. Il pense soigner, par la sexualité, cette pathologie incurable que sont ses peurs et ses angoisses, mais la sexualité n’est qu’un analgésique ; une fois les effets dissipés, il se retrouve face à sa détresse. Son seul but alors, est de repartir à la recherche d’un nouveau sédatif. La femme n’est pas une potion magique. La seule personne qui peut le guérir, c’est lui, lorsqu’il en prend conscience.

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation



  • Par verobleue le 11/05/2011


    Parfois, elle songeait: "Quelle sorte d'être vivant l'homme est-il? Chaque animal recèle une férocité qui lui est propre et qui connait des limites. Où sont celles de l'homme?"

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation



  • Par verobleue le 10/05/2011


    [...] Mohammed Salah était un homme " qui parlait pour informer et non pour ouvrir un débat " [...]

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation



  • Par mireille.lefustec le 05/07/2013


    Dans la salle d'embarquement,elle pleura sincèrement Médéa.
    Médéa et ses collines,Médéa et ses rivières,Médéaet ses magnolias. Elle pleura Médéa de toutes les larmes de son corps,parce qu'elle l'avait quittée comme on quitte un mari passionnément aimé mais qui,par sa violence,vous a conduit au seuil de la mort.

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation



  • Par verobleue le 11/05/2011


    Combien de temps penses-tu pouvoir tenir de cette façon ? faire corps avec chacune des victimes. T’impliquer dans leur malheur sans prendre de distance. Alimenter chaque jour un peu plus une compassion qui se veut illimitée. Si tu refuses d’établir des frontières, tu prends de grands risques. Le premier sera ton incapacité à te reconstruire après t’être éclatée en chacune d’elles. Tu dois, dans l’urgence, créer une autre Hanna. Celle que tu prêtes à cet endroit, pendant que, précieusement, tu gardes l’original pour toi…

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation



  • Par verobleue le 10/05/2011


    Il y avait en lui une terrible ambition de grandeur, qui le hantait, qui le rongeait, mais qu'il savait, dans l'Algérie d'aujourd'hui, impossible à assouvir. Il était un bloc de rancoeur, le champ de bataille d'aspirations contradictoires. Ce même jour, il avait confié à Zohra, que depuis peu, il s'était lié avec d'autres jeunes, tourmentés par les mêmes interrogations. Ils se réunissaient sous la conduite d'un penseur, un érudit à la parole merveilleuse, qui leur ouvrait les yeux, qui leur ouvrait l'âme pour que l'emplisse l'abolue grandeur de Dieu.

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation






Sur Amazon
à partir de :
11,40 € (neuf)
7,80 € (occasion)

   

Faire découvrir Les silences de Médéa par :

  • Mail
  • Blog

Autres livres de Malika
Madi(2) > voir plus

> voir plus

Quiz