Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Bertrand Abraham (Traducteur)

ISBN : 2070774384
Éditeur : Gallimard (2007)


Note moyenne : 4.27/5 (sur 11 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
" Au début de 1999, j'ai quitté Amsterdam pour entreprendre un périple d'un an à travers l'Europe. Un dernier état des lieux, en quelque sorte: où en était te continent en cette fin de xxe siècle ? Et en même temps un voyage dans l'histoire, dont j'ai suivi littéralemen... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (4)

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par miriam, le 06 octobre 2012

    miriam
    Le plan du livre est symbolique : en 1999, Geert Mak, journaliste néerlandais, entreprend un voyage de 12 mois qui le conduit dans sur les lieux-mêmes où se déroule l'Histoire.
    Le voyage est réel. L'auteur confronte les villes visitées en 1999, avec les lieux où se sont déroulés les épisodes les plus marquants du siècle.
    Il cherche des traces qu'il trouve (des hôtels, la villa sur le bord du Wannsee où s'est dessinée la solution finale) ou qu'il ne trouve pas (les restes du ghetto de Varsovie, un bout de trottoir).
    Surtout il rencontre les acteurs de l'histoire, interroge leurs descendants, ou cite des écrits, études ou romans. La bibliographie est impressionnante. Il dresse des portraits saisissants : Guillaume II raconté par son petit-fils, Lénine dans le wagon plombé, Churchill dans son manoir, De Gaulle, Kohl... mais aussi de personnages moins connus en France. Deux Néerlandais, interviennent . Max Kohnstamm, un des acteurs de la Communauté européenne du charbon et de l'Acier, précurseur de l'Europe actuelle, collaborateur de Jean Monnet, prend la parole à la première personne. Il m'a fallu prendre du recul pour me rendre compte que ce n'était plus Geert Mak le narrateur. Même procédé pour Rudd Lubbers, ancien premier ministre des Pays Bas, lui aussi acteur de l'Union Européenne. La surprise fut moindre, j'étais déjà prévenue. Histoire des Grands Hommes, mais aussi quotidien d'inconnus, dans cette frontière mouvante de la Pologne et de l'Allemagne, à Novi Sad en Serbie... foule de personnages que j'aimerais retenir.
    Comme correspondant de guerre, l'auteur excelle. Il raconte les tranchées, Ypres ou Verdun, le blitz sur Londres ou Coventry mais aussi Stalingrad, les bombardements alliés sur Berlin ou Dresde, les bombardements américains sur les ponts serbes, Srebrenica...Les récits de guerres n'ont jamais été mes lectures préférées mais il faut dire que j'ai été scotchée.
    Auschwitz se trouve au cœur du livre, pile au milieu. Comme le noyau incompressible du siècle. Il me semble que tout a été raconté pour en arriver là, depuis les premières manifestations viennoises du tout début du siècle, depuis le traité de Versailles, la débâcle des spartakistes et de la République de Weimar, mais aussi les complaisances de la collaboration, des milices, des voisins. Geert Mak raconte, explique, démontre, que la déportation des Juifs n'était pas une fatalité, que la Bulgarie n'a rien cédé, ni le Danemark.
    Il faut attendre 660 pages pour retrouver la Libération, l'arrivée des Russes à Berlin.
    Je suis impatiente : comment Geert Mak va-t-il raconter mon 20ème siècle, les années 50 et après, ce qui a été pour moi l'actualité? J'ai hâte de confronter mes souvenirs à son analyse. Éclairage néerlandais mais beaucoup de voyages à l'Est : Prague et le procès Rajk, 1956 à Budapest bien sûr. L'Indochine, l'Algérie, c'est loin de l'Europe et la décolonisation est traitée rapidement. Vu de Paris, c'était cela l'actualité! 1968 occupe une place de choix. 68, ce n'est pas que Nanterre ou la Sorbonne! Cohn Bendit est cité 2 fois, quand même! Les années de plomb qui ont suivi en Allemagne et en Italie sont racontées. je retrouve mes souvenirs, avec du recul. Curieusement, l'auteur a zappé les deux phénomènes issus de 68 en France tout du moins : l'Écologie et le Féminisme, je ne lui en tiens pas rigueur, le livre est déjà si gros! Mais là aussi je ne m'y retrouve pas.
    1989, 9 novembre,chute du mur. 1989 année charnière. le livre est passionnant. L'auteur non emmène en Pologne à Gdansk, à Prague, Noël à Bucarest. 89, année de tous les espoirs.
    La dernière décennie se termine à Sarajevo après des années de guerres balkaniques. Désillusions?


    Lien : http://miriampanigel.blog.lemonde.fr/
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par unclemeat, le 24 avril 2014

    unclemeat
    (Rédigé en 11/2007 pour mon blog - lien ci-dessous)
    Ce pavé a pour auteur Geert Mak, un hollandais journaliste qui, à la veille de l'an 2000, a décidé de célébrer la chose à sa façon. Il a, pendant un an, sillonné l'Europe dans tous les sens, faisant halte dans toutes les villes qui ont eu un rôle important dans le 20è siècle. Celles où sont nées des guerres (Sarajevo) ou des dictateurs (Predappio), où ont été signés des armistices (Compiègne) annonciateurs de guerre plus que de paix, celles où il y a eu des morts, par dizaine (Oradour) ou dizaines de milliers (le choix ne manque pas), celles où on a creusé des tranchées ou des charniers (Verdun, Kiev). Celles qui ont changé plusieurs fois d'identité (St. Petersbourg), de paternité adoptive (Vilnius), de camp (Vichy ), celles qui ont été libérées (Paris), se sont relevées (Dresde), ont résisté (Londres), ont été divisées (Berlin); celles synonymes d'embarquement (Dunkerque) ou de débarquement (Reggio). Ce Voyage d'un européen à travers le XXè siècle, l'auteur le fait avec l’œil du citoyen effaré qui traque les destins de l'histoire et des hommes, qu'ils soient de simples rencontres, des citoyens oubliés ou au contraire grandis (pas forcémént de manière positive) par l'histoire, en portant un regard sur le présent de ces villes et leur passé. Ce récit aide à comprendre la continuité de faits qui paraissent indépendants les uns des autres, à percevoir la genèse douloureuse de notre Europe fragile, et surtout à se situer dans le temps et l'espace. C'est banal ce que je dis, mais à une époque où on peut rencontrer facilement des personnes de toutes origines et de toutes nationalités, rien qu'en sortant de chez soi (d'ailleurs avant il fallait aller au front ou en camp pour cela...), je trouve que c'est bien de connaître un peu de notre histoire commune. Et puis il y a quelque chose dans ce livre qui me plait : c'est que le regard et l'analyse sont ceux d'un hollandais. c'est à dire qu'ils ne sont pas français et qui plus est, sont ceux d'un citoyen d'un "petit" pays. Ce livre est un monument d'intelligence qui se lirait d'une traite s'il n'était aussi volumineux !


    Lien : http://unclemeat.musicblog.fr/542599/Le-guide-rouge-sang-de-l-Europe..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 1         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Erzulie, le 19 juillet 2012

    Erzulie
    Un livre très précieux pour les amateurs d'histoire et de récits de voyage, l'auteur remonte le fil de l'histoire tout en visitant les différents pays européens. Il confronte avec justesse, la vie actuelle avec les évènements du passé. Les drames d'hier éclairent avec finesse et clairvoyance les situations actuelles. A lire et relire
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par luocine, le 22 juillet 2009

    luocine
    Livre passionnant que je lis, relis, prête, offre avec le même succès depuis 2 ans.
    Le principe du livre est simple, l'écrivain journaliste part en 1999 retrouver les traces du siècle.
    Chaque mois de son voyage, il traite un moment de l'Europe, par exemple Janvier 1999 il va chercher les traces de 1900 à 1914 à Paris l'affaire Dreyfus, puis en Grande Bretagne l'enterrement de la reine Victoria ….
    C'est passionnant car il s'oblige ainsi, à décaler son point de vue suivant le pays où il est pour des évènements qui concerneront l'ensemble de l'Europe.
    Comme j'ai une formation de française et que lui est hollandais son regard m'a semblé très novateur, j'ai eu l'impression de revisiter toute l'histoire et de mieux la comprendre. le livre est long mais comme il s'arrête de mois en mois on peut le laisser et le reprendre sans être perdu.


    Lien : http://luocine.over-blog.com/15-index.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

> voir toutes (5)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par luocine, le 19 août 2009

    Sabino de Arena fondateur du mouvement indépendantiste basque (avait évoqué dans sa dernière pièce "libe" le destin d’une femme préférant mourir plutôt que d’épouser un espagnol) prit pour épouse une jeune paysanne, uniquement à cause de la « pureté » de son sang. Après sa mort, elle eut tôt fait de se trouver un mari … un agent de police espagnol.

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par luocine, le 22 juillet 2009

    Freud obtint l'autorisation de quitter la ville dans laquelle il avait vécu depuis sa prime jeunesse. Il partit à Londres, où il allait mourir un peu plus d'un an après. Avant son départ, les nazis exigèrent du patricien mondialement connu une déclaration écrite certifiant qu'il avait été parfaitement bien traité. Freud signa sans sourciller et n'ajouta qu'une phrase :"Je peux cordialement recommander la Gestapo à tous".
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par luocine, le 19 août 2009

    Nulle part ailleurs (qu'à la télévision suédoise) je n'ai eu l'occasion de voir cinq acteurs rester si longtemps muets et immobiles à l'écran . Ils devaient être en train de se bouffer le nez je pense.


    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par luocine, le 19 août 2009

    Jusqu'en 1968, la majorité des garçons étaient encore en vestes et portaient les cheveux courts, la prédominance des pulls, des barbes ou des moustaches, et des longues chevelures ne cessa ensuite de se renforcer. Le caftan de berger afghan, doublé de fourrure, était très apprécié, été comme hiver.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par luocine, le 19 août 2009

    En 1954, les Français ont torpillé le plan de Communauté européenne qu'ils avaient eux-mêmes conçus.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

> voir toutes (1)

Video de Geert Mak

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Geert Mak

"Et si on revenait à l'Europe des patries" .
Un idée pour réinventer l'Europe ? le député européen et membre du Parti pour l'indépendance du Royaume Unis, William Dartmouth, le journaliste et écrivain Geert Mak et l'ancien président finlandais , prix Nobel de la paix 2008, Martti Ahtisaari, venus débattre aux Journées de Bruxelles : "Réinventer l'Europe" organisées par "le Nouvel Observateur" du 10 au 12 octobre, répondent.











Sur Amazon
à partir de :
59,00 € (neuf)
14,20 € (occasion)

   

Faire découvrir Voyage d'un Européen à travers le XXe siècle par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez la collection Folio

Autres livres de Geert
Mak(1) > voir plus

> voir plus

Quiz