Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Christine Le Boeuf (Traducteur)

ISBN : 2253155578
Éditeur : Le Livre de Poche (2004)


Note moyenne : 3.65/5 (sur 20 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Qu'est-ce que lire ? Que peuvent pour nous les livres ? Qu'advient-il si nous entrons dans leur domaine comme Alice franchissant le miroir ? Romancier, essayiste, traducteur, auteur du Dictionnaire des lieux imaginaires, Alberto Manguel nous entraîne ici dans sa vie de ... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (2)

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par mariecesttout, le 25 mars 2014

    mariecesttout
    Né en Argentine, écrivain, traducteur, éditeur, Alberto Manguel est de nationalité canadienne, mais a installé sa bibliothèque en France.....Et quelle bibliothèque, ça fait envie!
    C'était la première fois que je lisais Alberto Manguel. Sous le regard d'Alice et de ce qu'elle trouva de l'autre côté du miroir ( et de ce que chaque lecteur ,individu unique, découvre à la lecture d'un livre, ce que ce livre fait résonner en lui), cet écrivain a rassemblé quelques textes écrits à des périodes et occasions diverses. Tous ayant comme point commun d'être une ode à la littérature , à la fiction, "seule entreprise capable de donner au monde une cohérence à laquelle d'aucuns censeurs, de siècle en siècle, cherchent à substituer un chaos propice au maintien des esprits en esclavage."
    Ces textes traitent donc de plusieurs aspects de la littérature, analyses de certaines oeuvres , de certains genres , de l'importance primordiale de la traduction, du rôle de l'éditeur,du critique, etc.
    C'est très érudit, et même si ,comme c'est extrêmement bien écrit ( et bien traduit), cela se lit avec plaisir, faute d'une culture littéraire suffisante, bien des choses me sont passées largement au dessus de la tête!
    Il y a par contre 3 ou 4 chapitres qui traitent à plus proprement parler de Manguel, l'homme et son histoire personnelle. C'est à eux que je me suis le plus attachée.
    Dans le premier, intitulé "La mort de Che Guevara", il raconte sa découverte, à peu près contemporaine de celle d'Ernesto Guevara ,des "injustices fondamentales de la condition humaine". mais, dit il, " contrairement à nous, il avait agi . le fait que ses méthodes fussent douteuses, sa morale impitoyable, sa réussite en fin de compte impossible paraissait- parait encore, peut-être) moins important que le fait qu'il ait pris sur lui de combattre ce qu'il croyait mal même s'il ne fut jamais tout à fait certain de ce qui, à la place, serait bien."Et oui, Mr Manguel, mais on pourrait dire que l'important est peut être la prise de conscience. Après, chacun fait ce qu'il peut, certains dans l'action, d'autres dans l'écriture?
    Le deuxième , "In Memoriam" est presque une confession . Au lycée de Buenos Aires est arrivé un jour un professeur qui ouvre à ces jeunes étudiants " les digues de la littérature". " Mais, avant tout, il nous a appris à lire. Je ne sais pas si nous avons tous appris, sans doute pas, mais écouter Rivadavia nous guider au travers d'un texte, au travers des relations entre mots et souvenirs, entre idées et expériences, a constitué pour moi un encouragement à une vie entière de passion pour la page imprimée dont je n'ai jamais réussi à me désintoxiquer . Ma façon de penser, ma façon de sentir, l'individu que j'étais dans le monde et cet autre individu , plus sombre , que j'étais , seul avec moi-même, sont nés en majeure partie de ce premier après midi où Rivadia a fait la lecture à ma classe."
    Et puis.......et puis la dictature militaire, et Manguel se trouve en Europe. Là aussi, je le laisse parler: " Pendant quatorze années, l'Argentine a été dépecée vive. Quiconque vivait en Argentine pendant ces années avait le choix entre deux options: combattre la dictature militaire, ou la laisser s'épanouir. Mon choix fut celui d'un couard: je décidai de ne pas rentrer. Mon excuse ( il n'y a pas d'excuse) est que je n'aurais pas su me servir d'une arme".......
    Beaucoup de ses amis disparaissent , certains se suicident, et ce n'est que plus tard que Manguel découvre que celui qui renseignait si bien les militaires sur les sympathies et antipathies politiques de ces étudiants, ce qui permettait leur capture et élimination était son mentor en littérature, le professeur Rivadavia...
    Dès lors, dit Manguel, trois options lui apparaissent:
    - "Je peux décider que l'être qui a eu le plus d'importance dans ma vie, qui d'une certaine façon m'a permis de devenir ce que je suis aujourd'hui, qui me paraissait l'essence même du maître capable d'inspirer et d'illuminer, était en réalité un monstre et tout ce qu'il m'a enseigné, tout ce qu'il m'a encouragé à aimer était corrompu.
    - Je peux essayer de justifier ses actes injustifiables et ignorer le fait qu'ils ont entrainé la torture et la mort de mes amis.
    - Je peux admettre que Rivadavia était à la fois le bon professeur et le collaborateur des bourreaux, et laisser cette description en rester là, tels l'eau et le feu.
    Je ne sais pas laquelle de ces options est la bonne."
    Je pense , après avoir lu Journal d'un lecteur et La bibliothèque ,la nuit , qu'il a choisi la troisième option. Comment faire autrement?
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          6 26         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par blogoculture, le 01 novembre 2010

    blogoculture
    “Nous sommes ce que nous lisons”.
    Editeur, journaliste, écrivain mais avant tout lecteur. Alberto Manguel nous parle de livres, d'auteurs, d'Argentine, de politique, de société, de ce que nous sommes et devenons au travers de nos lectures.
    ...
    La suite sur le blog !

    Lien : http://blogoculture.com/2010/10/dans-la-foret-du-miroir/
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (11)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par MarianneDesroziers, le 12 septembre 2010

    Je crois que, comme l'acte érotique, le fait de lire devrait être fondamentalement anonyme. Nous devrions pouvoir entrer dans un livre ou dans un lit de la même façon qu'Alice traverse la forêt du miroir, sans emporter avec nous les préjugés de notre passé et en abandonnant pour cet instant de communion nos harnachements sociaux. Que nous lisions ou que nous faisions l'amour, nous devrions être capables de nous perdre dans l'autre, en qui - j'emprunte à Saint-Jean cette image - nous sommes transformés : de lecteur en auteur en lecteur, d'amant en amant en amant. "Jouir de la lecture", disent les Français, qui ont le même mot pour signifier atteindre l'orgasme et prendre plaisir.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la citation

  • Par MarianneDesroziers, le 12 septembre 2010

    Symboliquement, le monde antique finit avec la destruction de la bibliothèque d'Alexandrie ; symboliquement, le XXème siècle s'achève avec la reconstruction de la bibliothèque de Sarajevo.

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la citation

  • Par blogoculture, le 31 décembre 2010

    Avec l’invention de l’espèce homosexuelle, l’intolérance se créa une proie. Dès lors qu’un préjugé est établi, il piège dans ses limites un groupe hétérogène d’individus dont le seul dénominateur commun est déterminé par ce préjugé même. La couleur de peau, les degrés variables d’appartenance à une certaine foi, certain aspect des préférences sexuelles peuvent et deviennent l’inverse d’un objet de désir - un objet de haine. Aucune logique ne gouverne ces choix : le préjugé peut réiunir un juriste indonésien et un poète rasta en tant que “gens de couleur”, et épargner un homme d’affaires japonais en tant que “Blanc honorable” ; d’injurier un Juif éthiopien et un hassidim américain, mais rendre hommage à Salomon et à David, piliers de la tradition chrétienne ; condamner un adolescent gay et le pauvre Oscar Wilde, mais applaudir Elton John et ignorer l’homosexualité de Léonard de Vinci et d’Alexandre le Grand.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par blogoculture, le 26 novembre 2010

    Edmund White, auteur de l’un des romans autobiographiques gay les plus influents en Amérique du Nord, Un jeune Américain (1982), a fait remarquer que “puisque personne n’est élevé dans la perspective d’être gay, au moment où on s’aperçoit de sa différence, il faut l’assumer”. Les non-gays apprennent leurs moeurs sexuelles (surtout de sources sexistes et conservatrices) en cent lieux différents : maison, école, travail, télévision, cinéma, lecture. Les gays sont, dans l’ensemble, privés d’une telle géographie. Ils grandissent avec le sentiment d’être invisibles, et doivent passer par l’apprentissage de l’adolescence dans une solitude presque toujours totale. Le roman gay - en particulier le roman gay autobiographique - fonctionne comme une guide qui reflète l’expérience du lecteur tout en lui offrant des possibilités de comparaison.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par blogoculture, le 26 novembre 2010

    Index des sujets, genres littéraires, écoles de pensée et de style, littératures classées par nationalité ou par race, recueils chronologiques et anthologies thématiques ne suggèrent au lecteur que l’un des multiples points de vue possibles, dont aucun n’est global, dont aucun n’effleure seulement l’ampleur et la profondeur d’un mystérieux écrit.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

> voir toutes (12)

Videos de Alberto Manguel

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Alberto Manguel


Le Voyageur et la tour - Alberto Manguel | La Grande Librairie
Extrait de l'émission La Grande Librairie diffusée le dimanche 20 mars 2014, à propos d'Alberto Manguel. En savoir plus : http://bit.ly/1j3O6y8.











Sur Amazon
à partir de :
6,27 € (neuf)
5,98 € (occasion)

   

Faire découvrir Dans la forêt du miroir : Essai sur les mots et sur le monde par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz