AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2359495917
Éditeur : Don Quichotte éditions (05/01/2017)

Note moyenne : 4.64/5 (sur 37 notes)
Résumé :
Si ce soir-là Charlotte n’était pas sortie dîner entre filles, elle promènerait Isis dans les allées d’un square. Il lui achèterait des livres qu’elle laisserait traîner sur la table de nuit. Chaque jour, elle serait plus belle. Chaque jour, il serait plus amoureux. Ils boiraient du Sancerre au bonheur de leurs 30 ans, danseraient sur Christine and the Queens. La vie ne tient parfois qu’à un bas filé…
Le miracle n’arrivera pas : cette nuit-là, Karim perd tout... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
canel
10 mars 2017
★★★★★
★★★★★
A travers les destins de Karim, Aurélien, Lila, Adam et de quelques autres plus ou moins anonymes, l'auteur dresse un tableau très sombre de l'Etat Islamique, de leurs têtes pensantes/dirigeantes à leurs exécutants. Approche et recrutement par internet, départ de jeunes volontaires ultra-motivés, combats en Syrie, implication de petits enfants (qui doivent s'entraîner à tuer en éventrant des peluches, en égorgeant des volailles...), embrigadement d'adolescentes, au 'mieux' pour être soldates, au pire pour servir de putes à qui-n'en-veut.
Pascal Manoukian n'épargne pas grand chose à son lecteur. J'avais pu le constater dans son excellent premier roman 'Les échoués', consacré au parcours de quelques migrants arrivés clandestinement en France au début des années 90.
Ce dernier ouvrage est très instructif, certes, et il montre bien le pouvoir des images et des baratins de propagande véhiculés via le net, mais cette vision apocalyptique m'a dérangée, même si elle correspond à la réalité - je n'en doute pas.
Le portrait de cette organisation terroriste est tellement terrifiant qu'il risque de rendre parano le lecteur occidental 'non averti'. L'auteur a beau souligner à quel point les jeunes recrues de l'EI sont les premières victimes, on peut craindre que certains confondent ses véritables intentions avec un discours prônant un repli franchouillo-nationaliste, un appel à une méfiance accrue à l'égard de l'islam et des étrangers (du genre 'attention, les terroristes sont partout !').
J'ai préféré les approches plus nuancées d'Ingrid Desjours dans 'Les fauves', et de Thierry Jonquet dans 'Ils sont votre épouvante et vous êtes leur crainte'.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          382
QueLire
24 janvier 2017
★★★★★
★★★★★
Parfois, il y a des romans qui vous marquent. Ce que tient ta main droite t'appartient est de ceux-là. Un roman qui retrace le parcours d'un jeune homme qui a emprunté le chemin de la radicalisation pour répondre aux questions qui le taraudent. Dont une, de haute importance : qui est le commanditaire de l'attentat qui a tué ma femme ?
La joie, les pleurs, l'enquête
Charlotte et Karim sont heureux. Dans quelques mois ils accueilleront leur premier enfant et pour l'instant, ils savourent ces derniers moments à deux. Un soir, la jeune femme décide de faire la fête avec ses amies de toujours, direction un bar pour parler de tout et de rien, mais surtout de leur avenir.
Cet avenir n'existe pas. Deux hommes arrivent et balayent la terrasse de rafales de balles. On est à Paris, on est le 13 novembre 2015, les filles font partie des victimes.
Karim est effondré. L'un des terroristes est français, il s'appelle Aurélien et a grandi dans la même cité que lui.
C'est là que Pascal Manoukian nous montre les visages multiples et anonymes de ceux qui appâtent les futurs candidats au djihad, un nouveau danger qui rôde insidieusement dans les quartiers, mais aussi et surtout, sur le net.
Mon avis :
Je lis beaucoup de livres sur le terrorisme, la radicalisation, les religions, mais ce que tient ta main droite t'appartient de Pascal Manoukian, paru aux éditions Don Quichotte, est celui qui m'a le plus marqué. À plusieurs reprises dans ma lecture, je me suis dit « Mais ce n'est pas vrai ! », pas parce que je remettais en cause les propos tenus dans le roman, mais parce qu'on y découvre des personnages étonnants. Certains sont d'une bêtise qui fait peur, à l'image d'une jeune fille qui croyait partir en excursion et qui avait l'impression de pouvoir choisir de revenir en France si jamais elle ne se « plaisait » pas en Syrie. On y croise aussi un couple, qui part à la recherche d'un monde meilleur pour leur fils de 4 ans. Et puis, il y a Karim, parti pour voir de ses propres yeux l'homme qui a indirectement tué sa femme et son bébé.
Ce roman respire la vérité. Des gens désabusés qui pensent retrouver une légitimité en Syrie, des jeunes paumés même pas croyants qui ont le cerveau complètement lavé par le prosélytisme d'hommes qui ne recherchent que de la chair à canon.
Ce qui m'a marqué dans ce livre, c'est la facilité avec laquelle, les terroristes trouvent des nouvelles recrues et le peu de risques qu'ils courent. Internet est une toile qui les dissimule parfaitement, les aspirants djihadistes doivent rejoindre la Syrie par leurs propres moyens, ainsi, pas de risques pour le réseau.
Pascal Manoukian décrit Alep et les bombardements que subit la ville d'une façon si réelle, qu'on a l'impression de respirer la poussière de ses rues. Les femmes, comme cette jeune fille qui fait le voyage avec Karim, doivent se soumettre aux lois coraniques, mais surtout aux moindres désirs du chef de guerre. Puis il y a les autres, celles qui ont déjà tout vu et qui se sont transformées en passionaria, prête aux pires atrocités pour faire respecter la loi coranique.
Ensuite, il y a les terroristes, contournant des règles qu'ils imposent pourtant à la population et aux nouvelles recrues. On y découvre les camps d'entrainements, où des hommes venus du monde entier, occident y compris, viennent apprendre à tuer et à se suicider en faisant un maximum de morts.
Dans ce livre, au travers de l'histoire de Charlotte, de Karim, d'Aurélien, d'Adam, d'Anthony... on découvre se qui se trame tous les jours entre ici et là-bas et on se pose des questions.
Comment le jeune garçon intelligent d'hier est-il devenu un bourreau aujourd'hui ? Quel a été son parcours pour en arriver là ? Pourquoi les aspirants djihadistes ne voient-ils pas que même non-croyants, on les accepte au nom d'un dieu qui sert de façade à une bande de sauvages ? Comment les autorités ont-elles pu se laisser déborder de la sorte ? Que faire pour arrêter ses crimes contre les femmes et les populations jugées "impures"?
Ce que tient ta main droite t'appartient est un très bon livre sur le sujet, on sent le professionnalisme de l'ancien reporter de guerre et accessoirement, c'est aussi un roman passionnant.
Je vous conseille vraiment de le lire. Je ne vais pas dire que c'est un coup de coeur, même si je le classe dans cette catégorie du blog, ça serait déplacé. Mais c'est un roman qui compte, qui doit être lu et dont on doit parler.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          272
AudreyT
22 février 2017
★★★★★
★★★★★
Mais quel deuxième roman !!! Pascal Manoukian vous êtes un auteur, un vrai... Vous avez ce don, ce petit supplément d'âme qui font de vos mots une magie... Et pourtant le sujet de votre livre n'en est pas une... Bien au contraire...
Paris, à la terrasse d'un café, alors qu'elle fête avec ses amies sa toute nouvelle grossesse, Charlotte meurt sous la bombe d'un terroriste. Et avec elle, c'est tout l'univers de Karim, son conjoint, qui s'effrite. Il doit trouver un sens à tout ça, des réponses à ses questions et surtout un coupable. Il part alors pour la Syrie avec la ferme intention de tuer celui qui lui a tout pris...
Dès les premières pages, on sait que ce roman ne nous laissera pas indemne. Sans aucun jugement, Pascal Manoukian décrit avec précision l'embrigadement, la propagande et la perte de repères de tous ces hommes et ces femmes qui partent pour un meilleur Islam. Mais Karim est celui qui sauve cette religion de partage et de paix. Il est la figure qui nous raccroche à l'espoir de voir un jour l'intelligence revenir. Il est la force de croire en ce Dieu qui n'a jamais prôné la guerre et les tueries...
Ce livre est essentiel... Il ne cache en rien la réalité, il n'apporte aucune solution, mais il a le mérite de nous faire réfléchir, de nous faire ouvrir les yeux, sans baisser la tête...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          302
motspourmots
09 janvier 2017
★★★★★
★★★★★
Tous ceux qui ont lu Les échoués, fantastique et essentiel premier roman de Pascal Manoukian attendaient forcément celui-ci avec impatience. Une pointe d'inquiétude aussi, après une telle émotion, c'est normal. C'est peut-être pour cela que l'auteur a pris soin de placer deux têtes connues dans les premières pages, deux personnages des échoués, comme un petit signe de connivence, comme pour signaler qu'on ne s'est pas trompé, qu'on va bien retrouver ici les éléments qui nous ont fait vibrer, qu'on va bien repartir pour un voyage marquant, inoubliable.
Et marquant, c'est peu de le dire. Car si pour Les échoués, Pascal Manoukian avait pris soin de positionner son intrigue dans les années 90, un recul nécessaire pour peut-être mieux faire écho aux drames actuels, Ce que tient ta main droite t'appartient vous arrive en plein front, directement, sans filtre. Pas de recul cette fois-ci. On est dans l'actualité chaude, celle qui nous colle au corps depuis deux ans, celle de l'état d'urgence, du danger terroriste au coin de chaque rue, des chaînes d'infos en continu, de l'escalade dans la violence. Mais c'est bien le même auteur qui est à la manoeuvre. L'observateur de terrain, journaliste, reporter, photographe. Habile à décortiquer l'information au-delà des images et à rendre un contexte, une situation plus compréhensibles par la grâce de ficelles romanesques bien réfléchies et une dose d'empathie qui est sa marque de fabrique.
Ce que tient ta main droite t'appartient met donc en scène un drame qu'on n'a aucune peine à imaginer. Une jeune femme, Charlotte est victime d'une attaque terroriste alors qu'elle dînait en terrasse avec deux amies dans un bistrot parisien. Dévasté, son compagnon, Karim doit faire le deuil de sa future femme et de leur future fille qui n'a pas eu le temps de voir le jour. Comment admettre et surtout comprendre l'incompréhensible ? Lui le musulman athée, futur gendre d'une famille orthodoxe, français et laïc avant tout va recevoir un dernier choc. le terroriste ne lui est pas inconnu. Il s'appelle Aurélien, ils étaient à l'école ensemble il y a longtemps. Un converti, comme des centaines d'autres, radicalisé, ayant embrassé une cause comme la dernière des aventures d'un siècle qui se cherche encore un sens. Karim décide de remonter la piste. A son tour il se laisse recruter, embarque pour la Turquie via la Belgique avant de passer en Syrie... Comprendre, voir, savoir et puis, pourquoi pas, se venger ?
Aux côtés de Karim, le voyage est terrifiant. le mécanisme d'embrigadement, ces jeunes qui partent comme s'ils embarquaient pour le Club Med, les passeurs, les réalités d'un terrain en guerre, l'escalade de la violence toujours... et surtout, la mécanique implacable de la communication, arme stratégique au service du recrutement et de la terreur. Monteur-réalisateur pour la TV, Karim est une pièce intéressante pour la cellule média de l'état islamique. Ce qu'il découvre dans les coulisses de la réalisation des films de propagande a de quoi faire dresser les poils dans les chaumières.
Pascal Manoukian est journaliste et le regard qu'il pose sur l'utilisation des media et notamment des réseaux sociaux, sur la surenchère au sensationnel, sur la manipulation des esprits fait de ce livre un témoignage exceptionnel sur la mécanique d'un "état" sans foi ni loi qui sait parfaitement utiliser les outils qui permettent d'influencer des cerveaux crédules, naïfs, prêts à croire ceux qui leur expliquent que là-bas, ils auront tout, "tout ce que tient ta main droite t'appartient".
Il m'a fallu plusieurs semaines pour totalement digérer et assimiler le propos de ce livre qui donne à réfléchir bien plus que de longs discours ou reportages télévisés. Au-delà du drame lui-même et des épisodes de notre histoire récente qu'il revisite sans fard, il donne à voir une terrible réalité et surtout la difficulté pour les états à combattre ces tentacules terroristes qui s'infiltrent dans la moindre brèche. Encore une fois, Pascal Manoukian livre un roman aussi fort que didactique. Un roman qui est une nouvelle pierre à une oeuvre littéraire remarquable et surtout très cohérente. Car tout est lié. le monde est notre terrain de jeu, il serait temps que nous l'admettions et que nous joignions nos forces pour combattre ce qui doit l'être, sans se tromper de cible. Merci Pascal Manoukian de nous le rappeler avec autant de force.
Lien : http://www.motspourmots.fr/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          174
fuji
10 janvier 2017
★★★★★
★★★★★
Une plongée dans cette écriture trempée dans l'encrier de l'humanité, nous rappelle combien depuis "Les échoués" Pascal Manoukian, nous délivre du foisonnement tous azimuts des médias sur des sujets oh combien douloureux en éclaireur qui connait le terrain.
L'histoire nous est connue, celle d'un jeune couple, qui a tout pour être heureux, Karim et Charlotte, et au détour d'un acte haineux, Karim se retrouve à refaire sa vie avec des si....
Karim et Charlotte s'aiment et attendent leur premier enfant, loin des religions, qui pour eux symbolisent plus le parcours de leurs parents que le leur. Ils vivent dans le cosmopolitisme de leur jeunesse et essaient de ne pas heurter les susceptibilités familiales, ils respectent l'éducation reçue mais ils sont eux et vivent comme des jeunes de leur âge.
Karim, en perdant Charlotte et leur enfant, n'a plus rien à perdre et il va nous emporter dans les coulisses de l'embrigadement.
Vous connaîtrez le fonctionnement de cette fourmilière qu'est Daech et vous comprendrez si cela est possible, pourquoi Anthony et Sarah veulent éléver leur jeune fils Adam sur le territoire sacré des musulmans, "la terre de Shâm" et aussi avec quelles illusions est partie une adolescente Lila.
Pascal Manoukian nous livre le fonctionnement de Daech et oui c'est une fourmilière où chacun a sa tâche et l'accomplira jusqu'à la folie, l'acte final.
Ils savent mettre à leur service l'existant, donc pas de perte de temps à créer, juste s'approprier ce que les réseaux leur offrent.
A ce moment là de votre lecture, vous entrez dans les ramifications de l'embrigadement. Leur toile est vaste, et relayée par autant de fourmis besogneuses dans l'ignominie du fanatisme.
Il devient évident que l'Occident avec pour seul horizon le consumérisme, créer autant de frustrations que de vide sidéral dans les têtes de beaucoup de jeunes
Souvenons-nous, en 2004 des propos du PDG de TF1:
" Il y a beaucoup de façons de parler de la télévision. Mais dans une perspective ”business”, soyons réaliste: à la base, le métier de TF1, c'est d'aider Coca-Cola, par exemple, à vendre son produit(...).Or pour qu'un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible: c'est-à-dire de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à Coca-Cola, c'est du temps de cerveau humain disponible(...).
Rien n'est plus difficile que d'obtenir cette disponibilité. C'est là que se trouve le changement permanent. Il faut chercher en permanence les programmes qui marchent, suivre les modes, surfer sur les tendances, dans un contexte où l'information s'accélère, se multiplie et se banalise. "
C'est là que réside la force de Daech et qu'il peut vomir l'Occident.
C'est ainsi que les médias pullulent 24/24 et abreuvent les sillons de votre tête et de votre coeur d'images insoutenables, mais images manipulées car la vérité n'est plus qu'un leurre, il faut du sensationnel, souvenez-vous que la compréhension il faut la chercher ailleurs.
C'est ce que nous apporte Pascal Manoukian qui est un grand reporter, qui connait le terrain, car vous n'êtes pas aller dans tous ces pays bombardés, que pouvez-vous savoir si toute une ville est détruite ou seulement un quartier. La seule tangibilité est dans ces hommes, femmes et enfants qui fuient et échouent sur nos côtes, ces "échoués" qui sont des êtres humains avant d'être d'une nationalité ou d'une autre.
Le vrai contre-pouvoir aux informations est ici, dans ces romans.
L'échec de l'Europe est cuisant et notre diplomatie bien inopérante.
Le problème est très complexe mais si une mise à plat des éléments ne se fait pas, alors....
En refermant ce livre criant de vérité, sans surenchère dans le tragique, juste des personnages mis en relief dans le contexte mondial sur le plan historique, géo-politique et économique pour éclairer notre lanterne, je n'en ressors pas sans peur mais avec une lucidité accrue.
Un livre INDISPENSABLE qu'il faut prendre le temps de lire et relire.
©Chantal Lafon de Litteratum Amor 10 janvier 2017
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Les critiques presse (2)
LeJournaldeQuebec20 février 2017
Un roman qu’on n’est pas prêt d’oublier.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Lexpress06 février 2017
Pascal Manoukian signe une plongée à la fois terrifiante et salutaire dans l'antre de l'organisation terroriste.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations & extraits (41) Voir plus Ajouter une citation
nathavhnathavh16 mars 2017
La guerre fabrique des lâches ou des héros, et ceux qui la gagnent à la fin n'ont pas toujours les mains plus propres que ceux qui la perdent, mais la victoire absout leurs crimes et les transforme en actes de courage.
Commenter  J’apprécie          50
pieusaisepieusaise14 mars 2017
La Syrie est un passage stratégique pour l'acheminement de l'or noir. Tous les producteurs se disputent ses plaines et ses déserts.
En 2009, le Qatar, indéfectible allié des Etats-Unis, propose à Damas la construction d'un pipe-line pour faire parvenir jusqu'en Europe le pétrole de ses gisements du Nord.
Depuis la chute du mur de Berlin, Washington rêve de voir diminuer la dépendance des Européens envers le gaz et le pétrole russe au profit de cellui de son allié du Golfe. Ce pipe-line en est l'occasion.
Mais Moscou, très proche de Bachar al-Assad, réussit à convaincre le dictateur de favoriser le projet concurrent, celui des Iraniens, grands pourfendeurs des Américains.
La Syrie a la tête sur le billot. Son sort va se jouer sans elle, en dehors de ses frontières.
Pour les uns, il est urgent de faire tomber le président syrien avant qu'il ne pactise avec l'Iran.
Pour les autres, il est urgent de le maintenir debout pour lui faire signer l'accord.
C'est le début du chaos.
Quatre mois plus tard, dans le palais présidentiel assiégé, les diplomates iraniens arrachent in extremis un accord autorisant leur gazoduc.
Voilà pourquoi aujourd'hui le Qatar arme Daech, pourquoi les Russes veulent à tout prix asseoir Bachar à la table des négociations et pourquoi les Iraniens envoient leurs gardiens de la révolution mourir pour Damas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
nathavhnathavh16 mars 2017
Aucun esprit sain ne peut imaginer la terreur qui règne sur les routes du désespoir, comme aucun esprit sain n'était capable d'imaginer l'horreur qui se dégageait des cheminées des camps. C'est le propre des bourreaux d'inventer des douleurs qui dépassent l'imagination. Ils peuvent ainsi assassiner les mains libres.
Commenter  J’apprécie          00
nathavhnathavh16 mars 2017
La force des barbares est d'utiliser les faiblesses de ceux qu'ils combattent. Il a suffi à Daech d'ouvrir Télé Z pour découvrir les nôtres.
Commenter  J’apprécie          10
nathavhnathavh16 mars 2017
Le Coran, c'est le prolongement de la Bible et de la Torah, on y salue juifs et chrétiens. Ils sont considérés comme des peuples du Livre. Nous leur devons respect et protection. Tout musulman qui t'affirme le contraire ne mérite pas de mettre un pied dans ma mosquée.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : État islamiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
non
il était Zen
chrétien

10 questions
793 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre
. .