Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Jean Sola (Traducteur)

ISBN : 2290019445
Éditeur : J'ai Lu (2010)


Note moyenne : 4.42/5 (sur 911 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Le royaume des sept couronnes est sur le point de connaître son plus terrible hiver : par-delà le mur qui garde sa frontière nord, une armée de ténèbres se lève, menaçant de tout détruire sur son passage. Mais il en faut plus pour refroidir les ardeurs des rois, des rei... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (79)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par fnitter, le 24 mars 2014

    fnitter
    Second tome, en respectant l'oeuvre originale en trois parties (découpage à la française).
    La bataille des rois : un titre trompeur.
    Ned Stark est mort. Mais les rumeurs de bâtardise de Joffrey, actuel roi des sept couronnes, font que Stannis et Renly, frères de feu Robert Barathéon, se sont également proclamés roi et veulent ou vont marcher ou voguer sur Port Réal. Robb, autoproclamé roi du Nord poursuit également sa route. Voilà pour les rois.
    Nous suivons également Arya, en route pour le mur où se trouve John et les préparations de Tyrion désormais main du roi et probablement le seul Lannister avec un soupçon d'humanité. Daenerys n'apparaît que dans un seul chapitre.
    Le titre est trompeur, oui, car de bataille point il n'y aura. L'auteur continue de nous raconter une belle histoire, sans concession, sans mièvrerie, la dure réalité, certes des puissants et de quelques figures (John et Aria), mais sans fards. La bataille se trouve sur le terrain politique, et encore. Ce tome eût été un livre à part entière au lieu d'être un découpage artificiel voulu par l'éditeur pour des motifs financiers qu'il aurait été clairement déséquilibré (que les adeptes de la concordance des temps, n'hésitent pas au besoin à reprendre cette phrase :-)). On le qualifiera donc de tome charnière.
    Restent une lecture fluide (je ne vois toujours pas le problème de traduction, en dehors de quelques apostrophes trop présentes dans le parlé "paysan") et immersive et nombre d'aphorismes savoureux ponctuant régulièrement le récit.
    Suivi de L'ombre maléfique :
    Les frères ennemis baratheon sont prêts à s'affronter. Tyrion prépare la défense de Port Real qui crie famine. Robb accumule les victoires contre les Lannister et se rapproche de son objectif. Jon et Arya poursuivent leur bonhomme de chemin. Et Daenerys suscite les convoitises, maitresse des dragons.
    Que dire de ce tome ? la même chose que pour la bataille des rois. Il est certes plus rythmé, plus nerveux, mais là encore, il n'est au final qu'un tome de préparation pour le tome suivant qui s'annonce explosif (je n'ai pas de mérite à le penser, j'ai vu la série TV).
    Laissons-nous donc porter par la douce musique (vraiment ?) de George R.R. Martin, à grand renfort de coups tordus, de réalpolitique, d'amours fraternelles contrariées vers ce final que j'appelle de tous mes voeux.
    Et enfin : le trône de fer, tome 5 : L'invincible forteresse.
    Les destins de Theon, Tyrion, Jon, Catelyn et Daenerys se poursuivent.
    L'heure est enfin venue pour Stanis d'attaquer Port Real. Winterfell est en danger et Robb se trouve entre deux feux. Jon est toujours au-delà du mur et le destin de la mère des dragons ne sera encore dans ce tome que peu abordé.
    On a bien compris désormais que l'on n'a pas à faire à du Gemmell. Ici point de longues descriptions de batailles héroïques et sanglante. Oh, l'attaque de Port Real nous sera bien contée, mais l'auteur a tendance à passer assez rapidement sur ces combats. Il passe aussi assez rapidement sur d'autres aspects de l'histoire, nous mettant directement devant le fait accompli.
    Pour ceux qui, comme moi, ont vu la série avant de lire le livre, il y a parfois quelques déceptions, parce qu'on aurait bien voulu avoir un développement littéraire plus conséquent de certaines scènes, mais l'auteur se concentre surtout sur les interactions entres ses personnages et leur psychologie, leur donnant par contre une consistance exceptionnelle.
    L'histoire avance lentement, il faut bien l'avouer, mais elle avance et reste passionnante à lire.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          6 77         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par TheWind, le 23 février 2015

    TheWind
    Portrait Chinois 2ème édition.
    Le Trône de Fer. Intégrale 2

    Si j'étais un arbre, je serais l' « arbre-coeur », cet immense barral élevé au coeur du domaine des Stark. Bois sacré à l'écorce blanche et au visage sculpté dans son tronc, il est doté, selon les Nordiens, de pouvoirs magiques. Permettra-t-il aux Stark de se retrouver un jour ?

    Si j'étais un peuple, je serais le peuple libre. Les « Sauvageons » ont choisi de vivre au-delà du Mur pour échapper à la servitude des gens du Sud. Même si certains d'entre eux se montrent cruels et sanguinaires, la plupart des Sauvageons rêve de liberté et lutte pour leur survie quotidienne au coeur de l'Eternel Hiver. Je ne peux parler des Sauvageons sans parler d'Osha et d'Ygrid . Deux personnages secondaires que j'aime beaucoup. Combattantes, fières et indociles, elles apportent, chacune à leur manière, un attrait non négligeable aux épisodes vécus par Bran et Jon.

    Si j'étais un mets, je serais une soupe. Cette fameuse soupe amenée par Arya aux prisonniers du Nord, à Harrenhal. Encore un symbole du courage de la petite. Arya est tout simplement incroyable. Elle ne recule devant rien et son comportement fougueux et rebelle font d'elle un personnage très attachant.

    Si j'étais un surnom, je serais « petit oiseau ». Sobriquet donné par « le Limier » à Sansa Stark. Sandor Clegane est le garde du corps personnel de Joffrey Lannister. Colosse sans pitié, il n'en reste pas moins émouvant lorsqu'il veille sur Sansa. Au fil de cette intégrale 2, sa carapace de guerrier terrible s'effilochera pour montrer peu à peu un homme à l'âme blessée et non dénué de compassion.

    Si j'étais un rêve, j'aimerais être celui de Bran. Parce que j'aime les loups. Tout simplement.

    Si j'étais une pensée, je serais celle de Tyrion. Être dans la tête de Tyrion, quel plaisir ! Même dans les moments les plus difficiles, ce petit bout d'homme n'en continue pas moins à faire preuve d'humour ! Ses dialogues houleux avec sa soeur Cersei sont savoureux ! Et j'apprécie particulièrement que l'auteur nous fasse part des pensées intimes de Tyrion dans ces moments là, montrant ainsi toute sa perspicacité et sa lucidité.

    Si j'étais une ville, je ne voudrais pas être Qarth. Cité faste, luxueuse et confortable. Après un long difficile périple dans le désert, Daenerys aurait pu considérer Qarth comme un havre de paix. Et pourtant, la Khaleesi ne baissera pas la garde pour autant et elle aura bien raison... Qarth cité merveilleuse mais ô combien retorse !

    Si j'étais une cellule, je serais celle de Jaime Lannister. Ce dernier est détestable ; c'est un fait. Pourtant, je ne peux m'empêcher d'admirer son audace et son impertinence face à Catlyn, alors qu'il se trouve enchaîné à Vivesaigues et qu'elle vient le visiter. Elle-même ne peut s'empêcher de penser : «  Y a-t-il jamais eu au monde d'homme plus beau et plus ignoble que celui-ci ? ». J'ai déjà écrit dans le portrait chinois précédent de l'Intégrale 1 que le personnage de Catlyn était sans doute le plus proche de ma personnalité. Là encore, sans trahir ce qu'il se passera par la suite, je peux avouer que cet épisode le confirme.

    Si j'étais un accessoire, je serais le gantelet à l'écrevisse de Ramsay Snow, le Bâtard de Roose Bolton, qui d'un revers bien ajusté pulvérise la pommette de Theon Greyjoy. Ce traître l'a bien mérité, non ?
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          4 29         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Aline1102, le 05 avril 2013

    Aline1102
    Le royaume de Sept couronnes est en émoi. Cinq seigneurs se sont auto-proclamés héritiers légitimes du Trône de Fer et s'affrontent, à coup d'épee ou de plume, selon leurs affinités, afin de vaincre les opposants. Cela n'arrange pas la situation de la population, puisque la guerre qui fait rage détruit les récoltes. La famine commence à s'installer du fait du peu d'importance des réserves engrangées ; or l'hiver vient, les mestres de Villevieille l'ont affirmé, et il s'avère nécessaire de stocker des vivres pour survivre à cette terrible saison.

    En plus de la guerre, une autre phénomène inquiète les populations et leurs seigneurs : depuis quelques jours, une étrange comète écarlate est apparue dans le ciel. Chaque peuple l'interprète à sa guise, selon son allégeance, mais beaucoup y voient un mauvais présage...

    Difficile de résumer et commenter ce second volume de L'Intégrale du Trône de Fer sans spoiler le premier tome... Afin d'éviter une mauvaise surprise à ceux qui voudraient découvrir la sage de George R.R. Martin, je vais diviser mon commentaire en deux parties bien séparées : la première, très superficielle sera destinée à ceux qui souhaitent lire le Trône de Fer, la seconde pourra être lue par ceux qui ont déjà découvert le Trône de Fer ou qui préfèrent prendre connaissance des différents rebondissements avant de les lire eux-mêmes (si, si, de telles gens existent ! Ma maman, par exemple, qui sait tout ce qu'il se passe dans cette Intégrale 2 sans même avoir lu la première).

    Cette seconde Intégrale contient trois tomes de la saga du Trône de Fer (chaque tome étant également publié en volume individuel aux éditions J'ai lu) :

    - La Bataille des Rois (tome 3) ;

    - L'Ombre maléfique (tome 4) ;

    - L'Invincible forteresse (tome 5).

    Ce qui est étonnant dans ce volume de l'Intégrale, c'est la capacité de George R.R. Martin à jouer avec les sentiments de ses lecteurs : aucun personnage n'est totalement bon ou mauvais et il est donc impossible de haïr même les plus odieux d'entre eux (sauf peut-être Cersei, celle-là c'est une vraie peste) ou d'admirer inconditionnellement les plus honorables. Car aucun des personnages du Trône de Fer ne reste odieux ou honorable très longtemps...

    Malgré cela j'ai remarqué, au cours de ma lecture, que ceux des personnages que l'on peut qualifier de "bons" (parce qu'ils sont considérés comme tels par leurs contemporains) sont aussi ceux sur lesquels le sort semble s'acharner. Les malheureux subissent désastre après désastre et leur situation devient de plus en plus désespérée. Les "méchants", par contre, semblent s'en tirer à bon compte et devenir de plus en plus mauvais sans que cela ne leur attire aucun ennui.

    Mon personnage préféré, Tyrion Lannister (dit " le Lutin ") est toujours bien présent. Sa langue est toujours aussi bien pendue et ne lui amène pas que des succès...


    Attention, spoilers dans la suite du commentaire !!
    Pour illustrer la démarcation entre "bons" et "méchants" dont je parlais ci-dessus, voici deux exemples très frappants.

    Dans le camp des "bons", on retrouve tout naturellement les Stark. du moins ce qu'il en reste car la famille qui fût l'une des plus importante des Sept couronnes semble bien partie pour finir décimée et oubliée. Prenons l'exemple d'Arya, la plus jeune des filles d'Eddard et de Catelyn Stark. Arya est parvenue à quitter Port-Réal après avoir assisté à la décapitation de son père mais, depuis, elle parcourt les routes du royaume dans tous les sens sans jamais atteindre la destination souhaitée : d'abord en route pour Winterfell, elle doit ensuite changer ses plans et compte se rendre à Vivesaigues, le fief de son grand-père Tully, où se trouvent sa mère et son frère aîné, Robb. Au terme de cette seconde Intégrale, Arya n'est pas encore parvenue à bon port...

    Joffrey Baratheon, par contre, s'en sort à bon compte. Mioche cruel et à moitié fou (son Lutin d'oncle le compare d'ailleurs volontiers à Aerys II Targaryen qui, durant son règne, avait été surnommé le Fol...) Joff fait donc partie du clan des "méchants". Pourtant il n'est jamais puni, si ce n'est par Tyrion. Sa mère, la reine Cersei, lui passe tous ses caprices. Et l'affreux Joffrey peut maltraiter Sansa Stark (qui est toujours otage au Donjon Rouge) tant qu'il veut sans que personne ne réagisse. Drôle de souverain !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 24         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Marple, le 25 août 2014

    Marple
    Suite de la critique du tome 1.
    Ce qui rend cette saga intéressante, c'est que les tomes se suivent mais ne se ressemblent pas, en tout cas pas trop. Dans ce tome 2, point de mise en place ou de présentation des personnages, on est dans le vif du sujet, et le sujet tourne essentiellement autour des jeux de pouvoirs et des stratagèmes géniaux ou machiavéliques pour l'acquérir et le conserver. On passe beaucoup de temps avec Tyrion, aussi brillant qu'il est difforme et laid, aux Eyrié ou à Port-Réal, à réfléchir, à créer et à organiser. Beaucoup de temps aussi, et même un peu trop à mon goût, avec Daenerys, qui, de farouche est en train de virer illuminée...
    L'univers est toujours aussi cohérent, avec ses mestres, ses septas et septons, ses bannerets et suzerains, ses eunuques, ses moineaux et sa géographie matérialisée en début d'ouvrage par une carte des 7 royaumes, et les personnages sont bien plus riches et intéressants qu'ils le semblaient au début : Tyrion, évidemment, mais aussi Sansa Stark, la jolie dinde obligée d'ouvrir les yeux sur la réalité du monde et de la cour, la courageuse petite Aria qui fait des travaux d'aiguille particuliers, Jon confronté à l'âpreté du monde et à la camaraderie du Mur, le cruel benêt Joffrey qui se trouve malencontreusement être le roi de Westeros...
    Comme déjà écrit pour le tome 1, ce n'est pas de la "grande littérature", mais c'est agréable à lire... et impossible à lâcher ! Ce tome intelligent, astucieux et retors m'a vraiment donné envie de plonger dans le tome 3, ce que j'ai fait aussitôt. Suite donc dans la critique du tome 3.
    2/xx dans le challenge Pavés de Gwen21.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 29         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Auudrey, le 19 janvier 2012

    Auudrey
    Là où il m'aura fallu plusieurs mois et beaucoup de mal pour parvenir à terminer le premier tome, le second opus du "Trône de fer" n'aura attendu que dix petits jours pour être complètement englouti, si on m'avait dit que j'allais dévorer ce livre aussi vite, je ne l'aurait pas cru !
    Première chose à souligner et pas des moindres : la traduction qui, je trouve, s'est bien améliorée depuis le tome 1, le style reste assez médiocre à certains moments, quelques phrases tournées de façon plutôt foireuse ou encore la traduction de "Direwolf" en "loup-garou" qui me chagrine toujours autant (mais je crois que c'est un peu tard pour changer cela maintenant, je n'ai plus qu'à m'y faire...) mais globalement j'ai trouvé l'ensemble beaucoup plus "digeste", je n'ai pas eu à relire des passages plusieurs fois pour les comprendre et surtout je n'ai pas eu la sensation que le style était lourd comme lors de ma lecture du premier volume, bref il y a encore des progrès à faire de ce côté là mais je suis confiante quant à la suite, j'espère ne pas être déçue !
    La plume m'a donc aidé à achever ma lecture en un rien de temps mais ce n'est rien comparé à l'intrigue qui m'a tenue en haleine du début à la fin, je pensais lire quelques chapitres de ce second tome par ci par là en parallèle de mes autres lectures, mais cela a été tout simplement impossible pour moi de reposer ce livre pour me concentrer sur un autre, je voulais absolument connaître la suite des évènements et j'ai enchaîné les pages sans pouvoir m'arrêter, allant même jusqu'à dévorer les 300 dernières en une seule journée !
    A nouveau, l'histoire est riche en rebondissements qui m'ont laissée plus d'une fois sur le cul ! Mais surtout, cerise sur le gâteau : l'action est bien plus présente dans ce tome ci que dans le premier, je ne pensais pas cela possible mais ça me rend encore plus impatiente de voir la saison 2 de la série, car ça va saigner :D
    Pour parler plus en détails de l'intrigue, la forme du récit reste la même : les points de vue de plusieurs personnages se succèdent, nous retrouvons donc les Stark (Catelyn, Sansa, Arya et Bran), Tyrion Lannister, Jon Snow, et Daenerys Targaryen; s'ajoutent à eux deux petits nouveaux : Davos Mervault (chevalier de Stannis) et Theon Greyjoy (otage et pupille de la famille Stark).
    Première bonne surprise : Tyrion est le personnage le plus présent de ce tome, j'avais été assez mitigée à son propos durant le premier tome, mais là j'ai retrouvé le personnage que j'avais tant adoré dans la série, peut être même que je l'aime encore plus maintenant ! Toujours des reparties qui font mouche, une intelligence brillante, et un bon fond mais peut être pas en toutes circonstances, Tyrion nous montre de nouvelles facettes de sa personnalité dans ce tome et ça ne le rend que plus fascinant encore.
    Autre surprise : Sansa, moi qui ne pouvait pas la supporter au début de la saga mais qui avait tout de même eu une peu de pitié pour elle par la suite, j'ai été étonnée d'attendre ses passages avec impatience, peut être est-ce dû à sa situation peu enviable; bloquée loin de sa famille et entourée de rapaces qui la maltraitent psychologiquement et physiquement (excepté à la rigueur Tyrion, le Limier -bien qu'un peu "bourrin" sur les bords, et Ser Dontos; qui l'épargnent et qui font même preuve de gentillesse à son égard de temps à autre); qui a joué sur mon sentiment vis-à-vis d'elle, je vois mal comment j'aurais pu rester insensible à ce qu'elle endure, mais je trouve quand même que son caractère a bien évolué, elle ne semble plus être la gamine nunuche, capricieuse qui vivait dans un conte de fées qu'elle était auparavant, malgré les erreurs qu'elle continue à faire de temps en temps, et les moments de faiblesse qu'elle subit, elle parvient également à faire preuve d'intelligence et même de courage à divers reprises, évidemment elle n'est pas encore une battante comme peuvent l'être les autres femmes du livre (comme Catelyn, Daenerys ou encore Cersei Lannister) mais elle ne se laisse pas dépérir, elle tente vraiment de sauver sa peau et de regagner sa liberté. Elle a bien gagné en maturité, et je suis contente de constater que j'ai réussi à m'attacher à elle !
    Sans surprise cette fois, j'ai adoré retrouver ma petite choupinette : Arya qui n'a pas changé et qui essaie elle aussi de se sortir de la galère dans laquelle elle se trouve.
    Mais aussi Catelyn, et pourtant je n'avais pas réussi à accrocher à son personnage dans le premier tome (elle me paraissait froide et un brin cruelle par moment) mais elle m'a fait bonne impression ici, je suis même parvenu à avoir beaucoup de peine pour elle après toutes les épreuves qu'elle doit endurer, et le côté rude que je lui avais trouvé précédemment est totalement absent ici, ou du moins je ne l'ai pas ressenti (en même temps Jon Snow n'est pas dans les parages, donc ça influence probablement son humeur !) mais en tout cas, je me suis prise d'affection pour elle.
    Pour finir du côté des personnages qui ont remporté ma sympathie, il y a également Bran qui m'a plu dès le début mais qui a fini de me convaincre ici, les choses n'ont pas été faciles pour lui non plus, et j'ai été touchée plus d'une fois par ses réactions et par son désarroi, de plus son arc ne m'a pas ennuyée un seul instant.
    Contrairement à ces figures qui m'ont plu, je n'arrive toujours pas à me passionner pour Jon Snow et les aventures qu'il vit, que ce soit le tome 1, le tome 2 ou la série, cette partie là m'ennuie, le personnage me laisse indifférente, et je n'hésite même plus à survoler ces passages désormais car j'ai peu d'espoir de m'y intéresser un jour. J'aimerais juste savoir qui est la mère de Jon Snow, le reste ça m'est égal !
    Comme je le disais plus haut, nous avons le droit à deux nouveaux points de vue, tout d'abord : Theon, qui nous permet à la fois de visiter les îles de Fer mais aussi d'en connaître un peu plus sur lui vu qu'il faisait vraiment office de personnage secondaire par le passé. Je n'ai pas apprécié le personnage (un beau salopard doublé d'un pervers pour faire court !) et je n'ai pas toujours été captivée par les chapitres le concernant, mais de manière générale je m'y suis tout de même intéressée et on peut dire que le garçon amène pas mal d'action !
    Quant au deuxième, il s'agit de Davos, là malheureusement il n'y aura pas grand chose à dire sur lui, très peu de chapitres le concernent (deux ou trois si je ne me trompe pas) mais ça a le mérite de nous permettre de jeter un petit coup d'oeil du côté de Stannis Baratheon et de ce qu'il prépare.
    Vous allez me dire que j'ai oublié de parler de l'un des personnages, et oui je n'ai pas encore évoqué Daenerys mais il faut dire que je ne sais même pas quoi penser d'elle, j'apprécie toujours le personnage mais son intrigue ne m'a pas emballée, d'une part elle est nettement plus en retrait que les autres, si on excepte Davos Daenerys est celle qui a le moins de chapitres centrés sur elle, mais j'ai surtout trouvé que l'histoire finissait par tourner en rond et je n'ai pas été emportée par cette partie, j'espère que l'auteur proposera quelque chose de plus intéressant dans le tome 3...
    Aux côtés de toutes ces protagonistes, il y a une multitude d'autres personnages, je ne les citerais pas tous, je retiens surtout que Jaime Lannister et Robb Stark sont désespérément absents, mais ce n'est pas forcément dramatique pour le second vu que le peu de temps où il apparaît je l'ai trouvé bien arrogant, mais j'espère qu'on les verra plus dans la saison 2 de la série (et puis si je ne vois pas Richard Madden à l'écran, je risque de faire une dépression :D)
    Et puis il y a aussi Cersei (que j'adore détester), Joffrey Lannister (que j'ai envie de voir crever), Sandor Clegane alias "Le Limier" (que j'aimerais voir un peu plus par la suite), Gendry (qui m'intrigue), Petyr Baelish dit "Littlefinger" qui n'est pas un saint et qui va sûrement nous réserver des surprises, et bien d'autres encore, j'en oublie mais il y énormément de personnages à suivre et j'ai du mal à me souvenir de tous !
    Pour conclure je suis ravie d'avoir continuer cette saga sur papier, après avoir autant peiné sur le tome 1 j'avais peur de me lancer dans ce tome ci, d'autant qu'il est encore plus épais, mais il n'y avait aucune raison car cela a été un excellent moment de lecture, et maintenant j'ai vraiment hâte de me lancer dans le troisième tome, encore quelques jours d'attente et je m'y attaque, vivement !

    Lien : http://xx-au-fil-des-pages-xx.over-blog.com/article-le-trone-de-fer-..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la critique

> voir toutes (128)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par MissMarty, le 02 juillet 2015

    La colère durcissait les traits de Cersei. "Que ne puis-je personne lui trancher l'échine !" Elle commençait à bafouiller.
    "Quand nous étions petits, Jaime et moi nous ressemblions si fort que même notre seigneur père n'arrivait pas à nous distinguer. Il nous arrivait d'échanger nos vêtements pour rire et de passer l'un pour l'autre toute une journée. Eh bien, malgré cela, quand on donna à Jaime sa première épée, il n'y eut pas d'épée pour moi. "Et j'ai quoi, moi ?" je me rappelle que j'ai demandé. Nous étions tellement pareils , je n'arrivais pas à comprendre pourquoi on nous traitait si différemment. Jaime apprenait à se battre à l'épée, la lance et la masse, et moi, on m'enseignait à sourire, à chanter et à plaire. Il était l'héritier de Castral Roc, alors que mon destin à moi serait d'être vendue à quelque étranger comme un cheval, chevauchée chaque fois que mon nouveau propriétaire en aurait la fantaisie, battue chaque fois qu'il en aurait la fantaisie, mise au rancard en faveur, le moment venu, d'une pouliche plus piaffante. À Jaime étaient échus pour lot la gloire et le pouvoir, à moi les chaleurs et le poulinage.
    - Mais vous étiez reine de chacune des Sept Couronnes, objecta Sansa.
    - Quand les épées entrent dans la danse, une reine n'est jamais qu'une femme, en définitive."
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par MissMarty, le 02 juillet 2015

    Dans son dos s'évanouissait Accalmie mais la femme rouge n'en avait apparemment cure. "Êtes-vous un homme de bien, Davos Mervault ?"
    [...]
    Je dirais plutôt que je suis un mélange, dame. De bien et de mal.
    - Un homme gris, dit-elle. Ni blanc ni noir, mais participant des deux. Êtes-vous cela, ser Davos ?
    - Et quand cela serait ? La plupart des hommes me paraissent gris.
    - Si un oignon est à demi noir de pourriture, c'est un oignon pourri. On est un homme de bien ou un scélérat."
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par MissMarty, le 02 juillet 2015

    Lancel s'empourpra. Était-il bête au point de se figurer que son rôle dans la mort de Robert était passé inaperçu ? "Je suis un chevalier...
    - J'en ai pris note. Dis-moi un peu... Quand Cersei t'a-t-elle fait chevalier ? avant ou après t'avoir mis dans son lit."
    Le vacillement qu'il perçut dans les prunelles vertes de Lancel suffit à édifier Tyrion. Ainsi, Varys disait vrai.
    Eh bien, nul ne pourra du moins reprocher à ma sœur de ne pas aimer sa famille.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par euphemie, le 27 juin 2015

    Il était l'héritier de Castral Roc alors que mon destin à moi était d'être vendue à quelque étranger comme un cheval, chevauchée chaque fois que mon nouveau propriétaire en aurait la fantaisie, battue chaque fois qu'il en aurait la fantaisie , mise au rancart en faveur, le moment venu, d'une pouliche plus piaffante. A Jaime était échus pour lot la gloire et le pouvoir, à moi les chaleurs et le poulinage.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la citation

  • Par MissMarty, le 24 juin 2015

    Cersei dégagea vivement sa main. "Comment le saurais-je ?"
    - La veuve éplorée des Eyriés semble croire à ma culpabilité. D'où lui est venue cette idée farfelue ?
    - Ça je l'ignore ! Cet imbécile d'Eddard Stark m'en accusait aussi. Il insinuait que Lord Arryn soupçonnait ou..., bref, se figurait...
    - ...que tu baisais avec notre cher Jaime ?"
    Elle le gifla.
    "Me croyais-tu aussi aveugle que Père ?" Il se frotta la joue. "Peu m'importes avec qui tu couches..., encore qu'il y ait quelque injustice à ouvrir tes cuisses pour l'un de tes frères et pas pour l'autre."
    Elle le gifla.
    "Sois gentille, Cersei, je blague, voilà tout. Parce que, pour parler franc, je préfère une bonne pute. Je n'ai jamais compris ce que Jaime te trouvait, son propre reflet mis à part."
    Elle le gifla.
    Les joues lui cuisaient, mais il sourit. "Si tu continues, je finirai par me mettre en colère."


    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

> voir toutes (10)

Videos de George R.R. Martin

>Ajouter une vidéo
Vidéo de  George R.R. Martin

George R.R. Martin Reveals "Winds of Winter" Plans and Talks "Game of Thrones" Season 3








Sur Amazon
à partir de :
16,62 € (neuf)
44,00 € (occasion)

   

Faire découvrir Le Trône de Fer, Intégrale 2 : A Clash of Kings par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (2068)

> voir plus

Quiz