Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Jean Sola (Traducteur)

ISBN : 2290313181
Éditeur : J'ai Lu (2001)


Note moyenne : 4.34/5 (sur 608 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Jouet de perfides intrigues nouées dans l’ombre par ceux qui n’attendent qu’une occasion pour se rebeller, Eddard Stark, Main du roi, tente en vain de faire régner l’ordre et la justice au nom de son souverain, Robert Baratheon.
Comment protéger l’imprévisible mo... > Voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (44)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par fnitter, le 18 novembre 2013

    fnitter
    Vaincre ou périr.
    Second tome dans le découpage à la française après le trône de fer ou seconde partie de "Le trône de fer : L'intégrale" (qui respecte lui l'intégrité du roman original).
    Tyrion est aux mains de Catalyn, Ed Stark est sérieusement blessé et s'oppose maintenant quasi ouvertement aux Lannister. Les alliances se font et se défont, le jeu du trône commence et toujours, la garde de nuit veille.
    Ce second tome (seconde partie) est bien plus nerveux que le premier qui apparaît maintenant clairement comme un tome de présentation. le background est bien posé et on se concentre plus sur les personnages. le manque de "ferraillage" évoqué comme critique du premier opus est tombé. Une guerre vous aurez et elle donne du corps au roman sans pour autant l'alourdir de descriptions interminables de combats acharnés (même si j'adore cela en général, ici que nenni). La politique et les jeux de pouvoir tiennent toujours une part importante, crédibilisant encore plus le récit. L'horizon s'assombrit pour toutes les parties en jeu et l'histoire tient toutes ses promesses.
    Une histoire de Fantasy médiévale qui prend ici tous ses titres de noblesse et qui préfigure une grande saga à venir (même si je n'ai pas de mérite à dire cela puisque cela est :-) ).
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 93         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Gwen21, le 26 février 2014

    Gwen21
    Une très belle montée en puissance avec ce deuxième volet de la saga du "Trône de fer".
    Après un premier tome qui a servi à bien planter le décor, l'action se fait plus guerrière et plus décisive. L'alternance des personnages donne à la narration un rythme très soutenu qui tient véritablement le lecteur en haleine de l'incipit à l'explicit. Un suspense voisin de celui que l'on peut éprouver à la lecture d'un thriller l'envahit et lui fait dévorer les chapitres sans même qu'il s'en rende compte.
    Toute la mécanique de G. R. R. Martin se met en place aussi inexorablement que les rouages bien huilés d'une horloge et la maîtrise de son univers force mon admiration autant que la précision de son imagination. Ses personnages deviennent des connaissances intimes, je commence à pénétrer leur psychologie que j'apprécie toujours autant car là où on pourrait attendre du manichéisme, finalement, on a plaisir à découvrir une analyse assez fine de la nature humaine, et bien qu'elle soit appliquée à un monde fantasy, elle n'en sonne pas moins juste.
    L'auteur, scénariste émérite, aime jouer avec les nerfs de ses lecteurs et leur réserve des rebondissements souvent inattendus. D'ailleurs, il vaut mieux avoir le coeur et les tripes bien accrochés, ce tome donnant au récit une tonalité vraiment plus dure et plus cruelle qui n'épargne aucun personnage, qu'il soit de premier plan ou secondaire. G. R. R. Martin annonce clairement la couleur : Westeros n'est pas le monde des Bisounours.
    C'est donc avec un plaisir croissant que je poursuis mon épopée vers l'hiver ; mes nuits commençant sérieusement à se peupler de dragons, de loups et autres lions...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 35         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par florencem, le 08 juillet 2014

    florencem
    Ça y est, j'en suis enfin venu à bout ! Cela faisait longtemps que je n'avais pas passé autant de temps sur un roman… Non pas que je n'ai pas aimé le donjon rouge, mais je n'accroche décidément pas au style du traducteur qui a voulu rendre le texte plus « pompeux » que ne l'est l'original. Je trouve assez étrange, d'ailleurs, qu'il y ait une telle différence entre la version originale et la version française. du coup, à certains moments, le récit est très alourdi par des tournures de phrases qui n'en finissent pas. Je ne suis pas contre ce style d'écriture, mais je trouve dommage qu'il desserve l'histoire.
    Cela mis de côté, j'ai encore une fois beaucoup aimé redécouvrir le début de la saga. Comme je suis en parallèle la série américaine, il n'y a pas tellement de grandes découvertes mais il n'empêche que cela ne me dérange pas le moins du monde. Il est toujours très intéressant de voir certains détails ou même de les revoir, car il faut bien l'avouer entre les différentes intrigues et tous les personnages, on passe aux premiers abords toujours à côté de petites choses qui ont peut-être une grande importance.
    Du fait que le roman nous offre plusieurs narrateurs, on a cette impression que l'histoire avance tout doucement. Les récits de chacun sont entrecoupés, mais se jouent en parallèle, nous offrant ainsi différentes perspectives et la possibilité de comprendre le point de vue de chacun. Je trouve cela très adroit de la part de l'auteur. J'ai juste un peu peur de ce que va donner la suite, avec l'arrivée grandissante de nouveaux personnages. En parlant des personnages, d'ailleurs, j'ai cette impression que chacun d'entre eux ne prend que des mauvaises décisions. Cela ne m'avait pas forcément frappé dans le premier tome, mais là, et en connaissant un peu ce qu'il se passe ensuite, c'est assez flagrant. C'est comme voir échouer un à un chacun d'eux, d'une certaine manière. Je sais que la saga n'est pas censée être une partie de plaisir, mais c'est déprimant ! A croire que George R.R. Martin n'aime pas ses personnages, ou pire, qu'il aime les faire souffrir !
    Du coup, j'ai pris le parti de ne m'attacher à aucun personnage. Je vois déjà certains d'entre vous me dire que j'ai complètement raison ! J'ai, bien entendu, des personnages que j'affectionne plus que les autres : Arya, Daenerys, Jon, Bran… mais je suis leur épopée « de loin ». C'est presque comme lire une fresque historique, une légende ancienne. Pour moi, ce sont des récits où j'ai du mal à m'attacher aux êtres qui y évoluent. Par contre, je n'ai aucun mal à détester certains d'entre eux : Cersei, Jeoffrey (est-ce quelqu'un l'apprécie de toute façon ?), Tywin… On se cantonne un peu aux Lannister pour l'instant. J'ai aussi beaucoup de mal avec Catelyn. Elle est trop froide, trop distante, impossible de la voir comme une mère aimante et douce. Elle reste un roc que l'on ne peut atteindre. Sansa s'améliore un peu. Je ne la porte toujours pas dans mon coeur, mais les derniers moments du roman, lui permettent de basculer vers la lucidité et de se rendre plus agréable. J'avoue que les circonstances de ce changement sont très pénibles et j'aurais préféré qu'elle ne traverse pas cela, mais le fait qu'elle grandisse enfin, donne au personnage plus d'ampleur.
    Quant à l'histoire, elle se complexifie, mais en même temps, elle devient aussi plus claire d'une certaine façon. On commence à réellement appréhender tous les rouages qui font que ce monde imaginaire fonctionne. Les pions sont à leur place, nous ne sommes plus dans le début qui nous présentait l'univers de George R.R. Martin, mais bien dans le vif du sujet. Mis à part le côté surnaturel, je dirais aussi que le fait que ce qui se déroule aurait pu réellement exister est très poignant.
    Je ne lirais pas tout de suite les prochains tomes mais je ne manquerais pas de continuer l'aventure du Trône de fer. Ma curiosité a été piquée et je veux savoir ce que chacun adviendra.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          4 20         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par lilyrose87, le 08 avril 2014

    lilyrose87
    Je vous avais prévenu...alors voici la liste des choses à retenir pour ce tome. Attention, risque de spoilers pour ceux qui n'ont pas lu le tome 2. Il y a des choses avec lesquelles on ne plaisante pas : on ne met pas le Nutelle au frigo et on ne spoile pas Game of Thrones. Si vous attendez une critique sur le style littéraire de Georges Martin, passez vite fait les numéros (si, si, si, en avance rapide vous ne risquez rien). Promis, je fais une vraie critique du Tome à la fin!
    1) Ned Stark est un crétin : oui, c'est toujours d'actualité. Et pour les plus récalcitrants d'entre vous, je vais vous le prouver en 5 points...enfin 5 tirets :
    - Ta femme te dit que c'est une mauvaise idée d'accepter le poste de Main du Roi. Toi-même tu penses que c'est une mauvaise idée d'accepter ce poste. Que fais-tu? Tu acceptes le poste! En gros, ton meilleur ami te dis de sauter du haut de la Tour Eiffel en te promettant que tu ne risques rien...ben oui forcément, tu sautes!
    - Ta femme a l'idée du siècle de kidnapper le beau-frère du roi devant tout le monde. Que fais-tu? Tu revendiques l'idée du kidnapping. Alors, c'est très noble de prendre sur toi les actes inconsidérés et idiots de ta femme mais vu ce que ça t'a apporté au final, tu aurais mieux fait de la fermer.
    - Tu as le frère du roi qui te propose une alliance (sachant que le dis frangin dispose de l'appui des Tyrell...alors, c'est vrai, à ce stade-là on ne sait pas qui sont vraiment les Tyrell. C'est vrai que Ned n'a jamais rencontré Olenna Tyrell, sinon il n'aurait pas hésité une seconde.) pour destituer le roi (pas Robert, sa tête à claque de fiston). Que fais-tu? Tu privilégie l'alliance avec le type qui rêve de sauter ta femme...mais où avais-je donc la tête? C'est tellement plus simple!
    - Tu découvres THE secret, un truc vraiment dingue. Que fais-tu? Tu te précipite au chevet de ton meilleur ami pour révéler ce fameux secret! Comment ça non? Tu préfères révéler tes cartes à ton pire ennemi. Oui, c'est vrai, c'est toujours mieux d'aller dire à la personne visée : je sais que tu as couché avec ton frère et que par conséquent la blondasse n'est pas le fils de Robert. Je t'avertis que Robert va vous tuer tous les trois mais comme je suis un crétin fair play je vous laisse une chance de vous enfuir.
    - Tu t'en prends publiquement au roi : de toute, je crois que c'est la meilleure idée, mais devant un tel panel, j'hésite encore.
    2) Ne jamais faire confiance à Littlefinger : bon c'est évident je crois.
    3) Sansa est tout aussi gourde que sa mère : une perruche, voilà ce qu'elle est. Une foutue perruche qui ne sert à rien d'autre qu'à parader (dans ce tome, j'ai dit dans ce tome!)
    4) Premier meurtre pour Arya : on l'applaudit bien fort
    5) Jon Snow fait la gueule...tout le temps : il n'est pas content parce qu'il n'a pas été nommé patrouilleur, il n'est pas content parce que son père s'est fait capturé, il n'est pas content parce que son père s'est fait décapité...bref, il n'est jamais content
    6) Oui, Ned Stark se fait décapiter : c'est quand même un événement de ce tome, alors, oui je le signale.
    7) Quand Daenerys est déprimée, elle décide d'aller se faire un petit bûcher : au final, trois dragons et des hommes qui lui jurent fidélité. Ce serait donc ça le secret pour garder un homme...
    8) Si Catelyn est une gourde, sa soeur est fracassée de la cervelle...ça fait floc floc à l'intérieur
    9) Apparition de Bronn (oui, c'est un événement, il est génial ce personnage)
    10) La guerre des Cinq rois commence

    Chose promise, chose due, voici ma critique (je préfère faire les critiques par Intégrale que par Tome) ; J'avais un peu d'appréhension quand j'ai découvert le style narratif de Martin...que des POV, j'avais peur que l'histoire perde en qualité. Il n'en est rien. L'histoire se met lentement en place avec la découverte des personnages principaux et des principales familles.
    Car oui, le Trône de fer brille par sa richesse de personnages, de lieux, d'histoire. Car Martin fait aussi référence à des événements passés, afin de mieux comprendre les réels enjeux de cette guerre autour du Trône de Fer.
    Chaque famille a son importance (Stark, Targaryen, Baratheon, Lannister, Tyrell, Martell, Greyjoy). Certaines familles de bannerets vont avoir de l'importance (les Karstark, Bolton, Torth, Tarly seront des noms à ne pas oublier). Chaque personnage a son importance (Arya, Sansa, Bran, Jon, le Limier, Tyrion, Cercei, Jaime...tous auront un rôle à jouer). le passé à son importance (l'énigmatique promesse de la soeur de Ned, la bataille du Trident, la maison à la porte rouge qui représente tellement pour Daenerys). Les lieux ont leur importance (Winterfell, Castral Roc, Port Réal, le Mur...vous allez connaître par coeur l'emplacement de ces lieux).
    Tout est lié, passé et présent. Les destins de tous s'entremêlement pour ne former qu'un grand Tout. Il n'y a pas de hasard. Tel l'effet papillon (c'est l'effet papillon, petite chose, grandes conséquences), la mort de Jon Arryn (le type qu'on ne voit jamais mais dont on entend fréquemment le nom) va être le déclencheur pour la conquête de Westeros...et ce fichu Trône de Fer
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Biiip, le 26 août 2012

    Biiip
    Je tiens à préciser avant toute chose que cette critique comprend les deux premiers livres format poche, puisqu'ils forment en fait le premier tome Anglais (et Français depuis peu).
    Bon, je ne vais pas tourner autour du pot, le Trône de Fer est pour moi la Rolls Royce de la fantasy.
    Après la lecture du Seigneur des Anneaux, j'ai longtemps cherché d'autres oeuvres pouvant égaler les livres de (Maître) J.R.R. Tolkien, malheureusement en vain. J'ai bien fini par trouver des livres qui me faisait palpiter, mais jamais au point de cette oeuvre légendaire de la fantasy. J'ai finalement baissé les bras, pensant que plus jamais je ne lirai un livre (de fantasy) de cette qualité. Et puis un jour, je suis tombé par hasard sur une série de livres se nommant le Trône de Fer. J'étais intrigué par le côté "politique" de la quatrième de couverture. J'avais déjà lu et adoré Dune de Frank Herbert. Aussi, lire un livre dont les enjeux politiques auraient une place importante dans le récit ne me faisait pas peur, bien au contraire. Et pour ne rien gâcher, l'univers était complètement différent. Adieu donc les vaisseaux et place aux dragons. Je n'ai donc pas hésité bien longtemps et je me suis laissé tenter par le premier tome (histoire de me faire une idée).
    Hélas, après avoir entièrement lu ce premier volume, j'ai aussitôt eu des regrets. Quelle bêtise avais-je commise en prenant ce livre...pourquoi ne pas avoir écouté cette petite voix (au fond de moi) qui lors de mon achat me disait: "Juste un?! Tu es sûr que tu ne veux pas en prendre au moins un en plus?!". Oh oui, je m'en suis voulu, car à cet instant, je réalisais que j'était tombé sur le saint Graal de la fantasy.
    J'ai a-do-ré! Que dire qui n'ai pas déjà été dit sur le Trône de Fer? Pas grand chose en fait! Mais je peux au moins vous dire ce que j'ai apprécié dans ces trois premiers volumes.
    Les personnages. Sans eux, il n'y a pas d'histoire, tout simplement parce qu'ils SONT l'histoire. Evidemment, il y a une intrigue derrière ces personnages, mais ce sont véritablement eux qui font avancer le récit par le biais de leurs actions / émotions. J'ai rarement (je n'ai pas dit jamais) vu des personnages aussi bien travaillés. Chaque chapitre est dédié à l'un d'eux (et ils sont nombreux), prenant ainsi le temps de bien faire leur connaissance. La bonne nouvelle, c'est que George R.R. Martin n'en délaisse aucun. Ils ont tous leur importance dans l'histoire et l'auteur ne privilégie donc pas que les "bons" au détriment des "mauvais". D'ailleurs, Il n'y a pas forcement de gentils et de méchants. Il y a simplement des points de vu différents. Chacun ayant une bonne raison de vouloir "le pouvoir", et chacun ayant bien entendu ses propres méthodes.
    Toujours en rapport avec les personnages, ce que j'ai aimé, c'est la "cruauté" dont fait preuve George R.R. Martin à leur égard. Non pas que je sois sadique, mais j'aime ce côté réaliste de la guerre. Les "gentils" (si on doit en désigner dans cette oeuvre) ne sont pas plus épargnés que les "méchants" (même chose). Aussi, si vous aimez suivre un personnage du début à la fin (du livre ou de la saga j'entend), passez votre chemin. Encore une fois, l'auteur n'est pas un tendre, et la mort rode autour des personnages à chaque instant. Ainsi, chaque chapitre peut s'avérer être le dernier pour l'un d'eux. Cela peut paraître dur, mais ce n'est jamais gratuit. La mort de certains protagonistes va même parfois avoir pour effet d'en rendre certains autres, plus fort, plus intéressant. Rien n'est laissé au hasard, le récit suit son cours avec une logique et une précision d'horloger.
    Malgré la longueur des livres, je n'ai pas vu les pages défiler. La plume de George R.R. Martin est fluide et ce malgré les nombreuses descriptions. J'ai vraiment pris énormément de plaisir à lire le Trône de Fer. Je ne me suis pas ennuyé une seconde et j'ai retrouvé dans ces livres les ingrédients qui ont fait de certaines oeuvres, des classiques de l'imaginaire. Des personnages inoubliables, un univers travaillé et vivant, une histoire au nombreux (et inattendu) rebondissements...etc.
    La saga du Trône de Fer est devenu pour moi un classique de la littérature de part sa qualité et sa longévité. C'est un véritable coup de coeur. Une saga qui comme Dune ou le Seigneur des Anneaux à leur époque, traversa le temps et restera dans les mémoires.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la critique

> voir toutes (45)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Crazynath, le 22 août 2015

    Au Donjon Rouge, la sinistre salle du Trône ne prenait jour que par de longues meurtrières, et les feux du crépuscule qui en maculait le dallage zébraient de trainées vineuses les parois jadis ornées par les cranes de dragons.

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par Crazynath, le 22 août 2015

    Lorsqu'on s'amuse au jeu des trônes, il faut vaincre ou périr, il n'y a pas de moyen terme.

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation

  • Par Crazynath, le 22 août 2015

    Une véritable malédiction que d'avoir une si grande gueule quand on est si petit, rumina t-il,

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par Crazynath, le 22 août 2015

    Un Lannister paie toujours ses dettes.

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par fnitter, le 21 novembre 2013

    Un lâche peut être aussi brave que quiconque en l'absence de tout danger. Et chacun remplit ses devoirs quand les devoirs en coûtent rien. Avec quelle aisance se suit, dans ces conditions, le chemin de l'honneur ! Mais tôt ou tard vient pour tout homme l'heure où cesse l'aisance, l'heure inéluctable des choix contraignants.

    Commenter     J’apprécie          0 55         Page de la citation

> voir toutes (19)

Videos de George R.R. Martin

>Ajouter une vidéo
Vidéo de  George R.R. Martin

Game of Thrones with George R.R. Martin and Michelle Fairley What do fantasy fans, political tragics and HBO nerds all have in common? Think swords, scheming, dragons, nudity … and the most controversial wedding in television history. It could only be Game of Thrones.








Sur Amazon
à partir de :
8,08 € (neuf)
6,00 € (occasion)

   

Faire découvrir Le Trône de Fer, tome 2 : Le Donjon rouge par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (1338)

> voir plus

Quiz