Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2756405876
Éditeur : Pygmalion-Gérard Watelet (2012)


Note moyenne : 4.14/5 (sur 203 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
A présent que Stannis Baratheon est parti reprendre Winterfell aux Bolton pour s’assurer la domination du Nord, Jon Snow est redevenu le seul maître du Mur. Cependant, le roi autoproclamé a laissé sur place Mélisandre, la prêtresse rouge, qui semble décidée à apporter s... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (17)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par Dionysos89, le 11 octobre 2013

    Dionysos89
    « Les Dragons de Meereen », si le titre est aussi simple qu'évident, il a au moins le mérite de mieux exposer le sujet que celui du tome précédent : en effet, ici tout tourne autour des enfants de Daenerys car tout le monde, ou presque, veut se les approprier de près ou de loin.
    À la suite de « le bûcher d'un roi », il est toujours question des « mots qui ne sont que du vent ». le thème du mensonge est plus qu'au cœur des intrigues de Westeros et d'Essos : les faits rapportés se sont-ils vraiment déroulés ainsi ? On sait combien l'auteur peut nous faire tourner en bourrique et nous trimballer dans la mauvaise direction ; et l'auteur nous dit-il seulement la vérité quand il annonce une vérité ? Clairement non, il convient de toujours se méfier et c'est cette expérience qui nous permet d'éviter les écueils classiques. George R. R. Martin, lui-même, se joue de nous de plus en plus puisqu'il n'arrête pas multiplier les chapitres avec, non plus un prénom en guise de titres, mais plutôt une expression comme « le chevalier en exil » ce qui fait toujours davantage planer doute et précautions d'usage.
    Les « détraqueurs » du style de l'auteur trouveront bien sûr de l'eau pour alimenter leur moulin. Entre les intrigues à n'en plus finir dont les atermoiements semblent inextricables (mais moi, j'adore !) et certains personnages évoluant moins que d'autres, cela peut ennuyer quelquefois. Par exemple, Daenerys en fait toujours plus qu'à sa tête (en même temps, elle est en pleine crise d'adolescence…), mais cela est tellement bien amené que cela passe comme un dragon au-dessus de nos têtes.
    Pour rester sur les personnages, car c'est bien là le cœur des intrigues (un choix, une intuition ou une lubie peuvent tout faire changer ou transformer un paradis en boucherie), le positionnement de chacun est extrêmement varié, et cela se remarque d'autant mieux qu'ils se positionnent par rapport aux armes en devenir que sont ces trois Dragons de Meereen. Cette caractéristique peut d'ailleurs être étendue aux personnages que nous pouvons considérer comme « en marge », vu leur situation : il en va ainsi de Tyrion en premier lieu, mais également d'Asha par sa position de femme ;
    George R. R. Martin n'est jamais aussi bon que quand il doit nous décrire un personnage en proie aux tourments de la société qui l'entoure. Un nain, une femme, puis un déshérité, un bâtard, une fillette solitaire… ne trouverez-vous donc pas de personnages vers qui orienter votre affection ?
    Encore un tome conséquent (malgré le découpage commercial et affligeant de l'éditeur français) et qui nous mène en bateau, au propre comme au figuré (on découvre des contrées encore jamais abordées), et qui nous confirme que les mots sont toujours autant du vent. G. R. R. Martin nous prépare immanquablement à une mortelle « Danse avec les Dragons ».
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 33         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par boudicca, le 01 août 2013

    boudicca
    Après « Le bûcher d'un roi » qui nous avait déjà mis l'eau à la bouche, voilà que se poursuivent les aventures de Daenerys, Tyrion, Jon et compagnie dans ce quatorzième tome intitulé « Les dragons de Meereen ». Je ne reviendrais pas sur le navrant découpage effectué par les éditions Pygmalion, néanmoins il est difficile de proposer une critique de seulement un tiers d'un ouvrage conçu à l'origine d'un seul tenant. Tentons toutefois l'exercice. On retrouve ici tous ces personnages qui nous avaient manqué depuis quelques tomes : Daenerys, toujours cernée par de multiple ennemis, aussi bien à l'extérieur qu'à l'intérieur de Meereen où elle tente de se former au dur métier de reine ; Jon, qui se doit lui aussi de faire face aux difficultés liées à ses nouvelles fonctions de Lord Commandant ; Tyrion, dont le destin prend un cour très inattendu ; Théon, qui n'est plus que l'ombre de lui-même... On assiste également à quelques occasions au retour de certains protagonistes tels Arya ou encore Jaime, signe que la chronologie de ce cinquième tome a finalement rattrapé celle du quatrième.
    Comme toujours G. R. R. Martin a le don pour nous offrir des scènes d'une intensité incroyable et des retournements de situation complètement improbables dont lui seul a le secret. Au moment où on croyait enfin avoir compris où on allait, quels étaient les enjeux et qui étaient les principaux acteurs, l'auteur fait encore une fois valser toutes nos certitudes. de nouveaux personnages font ainsi leur apparition, et avec eux une multitude de possibilités qui remettent tout en jeu et raniment le doute et l'incertitude chez le lecteur. Outre le renforcement du suspens, ce procédé permet également de faire réaliser au lecteur la richesse du monde de G. R. R. Martin : nous avons affaire à un univers bien plus vaste et bien plus ancien que ce qu'il nous a jusque là été dévoilé, et il ne s'agit là que d'une toute petite tranche de l'histoire du Royaume des Sept Couronnes. On assiste également avec plaisir dans ce quatorzième volume à des rencontres inattendues entre certains personnages que, personnellement, je ne m'imaginais pas un jour se croiser et dont je me garderai de dire plus afin de ne pas gâcher le suspens.
    G. R. R. Martin a décidément le don pour nous mettre les nerfs à vifs, et le pire, c'est qu'on en redemande ! Ce quatorzième tome ne fait pas exception à la règle, et nul doute que le suivant sera du même acabit. Aller, c'est parti pour « Une danse avec les dragons » !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 18         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par mariech, le 05 janvier 2013

    mariech
    En commencant ce nouveau tome pour la première fois , j'ai eu un peu de mal à rentrer dans l'histoire , il a fallu que je me force un peu et après quelques pages , j'ai retrouvé l'auteur passionnant .
    Ce qui est dommage , c'est le temps d'attente entre chaque tome , je ne me rappelais plus de certains personnages .
    Il y a autre chose aussi , c'est que j'ai parfois l'impression que l'auteur fait un peu trop dans le détail , qu'on n'avance pas beaucoup .
    Mais ne boudons pas notre plaisir , j'aime toujours autant le personnage de John , mon préféré , j'ai frémi aux atroces aventures ' du tourne -casaque ' , j'attends impatiemment le tome suivant , ah enfin des nouvelles de Brienne , elle me manque cette courageuse Brienne .
    En résumé , malgré un début un peu plus laborieux que d'habitude , un livre qui se dévore .
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 22         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Davalian, le 26 septembre 2012

    Davalian
    Les intrigues développées dans Les Dragons de Meeren intensifient la geste du Trône de Fer. Il faut le lire pour le croire : George R. R. Martin prouve une nouvelle fois qu'il a encore des idées pour approfondir une œuvre déjà immense. S'il faut compter quelques déceptions (peu de batailles, plus de nouvelles d'un certain groupe d'aventuriers à la source d'une révélation capitale du tome précédent, une œuvre qui glisse sur la pente dangereuse d'une sexualité trop récurrente et lassante), ce quatorzième tome (!) est un bon cru !
    Comme précédemment, les intrigues parallèles sont privilégiées. A la surprise générale… les nouvelles de Westeros sont de plus en plus nombreuses (le Mur puis Dorne mais aussi Winterfell et l'épopée de Stannis). Pour autant, le jeu des trônes ouestrien ne progresse pas de manière décisive mais gagne en complexité. Chaque pièce de l'échiquier poursuit sa route. Comme de coutume, variété et richesse sont au rendez-vous.
    Plusieurs personnages ont été laissés dans des positions pour le moins inconfortables. C'est donc un grand plaisir de les retrouver. Ainsi Tyrion qui faisant face à un mystérieux ravisseur, retrouve sa plus grande forme. le voici qui nous gratifie de certains de ses fameux traits d'esprits subtils et profonds. Son avenir, de plus en plus compromis, semble paradoxalement... toujours aussi prometteur ! le destin de Daenerys suit le même chemin. Alors que l'épisode du siège semble être mis en pause, sa position est de moins moins assurée. Les épreuves traversées et les décisions prises forgent le caractère de ce personnage unique.
    Ce livre ne fait pas "que poursuivre" l'intrigue. Si la fresque des Sept couronnes s'étoffe, l'auteur réveille des personnages quelques peu oubliés : Asha et Theon Greyjoy dont les péripéties rendraient la famille presque acceptable, Bran mais aussi Arya et Jaime perdus de vue depuis trop longtemps. Plus qu'a espérer qu'un jour viendra ou la saga trouvera une fin !

    Lien : http://kriticon.over-blog.com/article-les-dragons-de-meereen-george-..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 15         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Arakasi, le 12 septembre 2012

    Arakasi
    S'il y a une chose qui me fascine chez GRR Martin, c'est sa faculté à laisser à chaque fin de volume (voire de chapitre) ses personnages dans une situation légèrement plus exécrable que celle qu'ils occupaient dans le tome précédent. Qu'ils soient faibles ou puissants, haïssables ou sympathiques, les protagonistes du « Trône de fer » ont tous un point commun : ils sont généralement dans une gadoue noire – pour utiliser un terme poli. Bien entendu, « Les dragons de Meereen » ne fait pas exception à la règle.
    Débordé par ses responsabilités de commandant du Mur, Jon Snow doit lutter en sus contre l'influence pernicieuse de Melissandre, la garce rouge de Stannis. La situation de Daenerys n'est guère plus réjouissante : cernée de toutes parts par des ennemis de plus en plus hargneux, elle continue son périlleux apprentissage du pouvoir (pas assez vite à mon goût et ses inclinations sentimentales sont définitivement consternantes, mais c'est vrai qu'elle n'a même pas vingt ans…) Tyrion, quant à lui, découvre que s'il y a une chose pire que d'être nait nain, c'est d'être nain sans pouvoir, ni argent. Ce qui ne l'empêche pas de lancer des vannes à tout va pour le plus grand plaisir du lecteur, quoique de façon vaguement masochiste au vu des circonstances. Davos, Arya, Asha et les autres n'apparaissent que rapidement dans le récit, mais suffisamment pour constater qu'ils n'échappent pas à la guigne générale.
    « Les dragons de Meereen » est donc un livre qui ne respire pas par sa joie de vivre, mais un fort bon tome tout de même. Si l'action n'avance pas à une vitesse foudroyante, toutes les storylines se révèlent intéressantes ; avec un gros faible pour ma part pour celle de Théon – je n'aurais jamais cru que je finirais par le prendre en pitié, ce petit salopard… – de Jon et de Tyrion. GGR Martin continue à faire bouger ses pièces sur son gigantesque plateau de jeu fictif, lentement mais avec l'habilité et la maitrise d'un joueur d'échec surdoué. Je regrette un peu la quasi-absence de certains personnages qui me sont chers et l'aspect toujours un peu « tome de transition » de ce volume, mais je reste très optimiste pour la suite. Plus qu'à attendre la sortie du tome 15 pour se faire un avis définitif sur cette cinquième partie du « Trône de fer » : janvier 2013, ce n'est pas si loin ! (Et que les éditeurs de Pygmalion rôtissent en enfer…)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la critique


Critiques presse (1)


  • SciFiUniverse , le 09 novembre 2012
    Plus c’est long, plus c’est bon, semble être un adage adopté par l’auteur américain, qui connaît parfaitement le fantastique potentiel de son œuvre, remarquable par la cohérence et la richesse de son univers. Mais il y a de quoi faire trépigner les plus impatients.
    Lire la critique sur le site : SciFiUniverse

> voir toutes (42)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Dionysos89, le 08 septembre 2013

    Je veux vivre éternellement dans un pays où l’été dure mille ans. Je veux un castel dans les nuages d’où je pourrai contempler le monde à mes pieds. Je veux avoir de nouveau vingt et six ans. Quand j’avais vingt et six ans, je pouvais combattre tout le jour et baiser toute la nuit. Ce que les hommes veulent n’a aucune importance.

    Commenter     J’apprécie          0 30         Page de la citation

  • Par Dionysos89, le 24 septembre 2013

    Son khal a tué son frère pour la faire reine. Ensuite, elle a tué son khal pour devenir khaleesi. Elle pratique des sacrifices sanglants, elle ment comme elle respire, elle se retourne contre les siens par caprice. Elle a violé les trêves, torturé des ambassadeurs… Son père était fou, lui aussi. Ça se transmet par le sang.

    Commenter     J’apprécie          2 17         Page de la citation

  • Par boudicca, le 26 juillet 2013

    -« Della m'a dit quelque chose, un jour. La sœur de Val, l'épouse de Mance Rayder. Elle m'a dit que la sorcellerie était une épée dépourvue de poignée. Il n'y avait aucun moyen de la saisir sans risque ».
    -« Une femme pleine de sagesse ». Mélisandre se leva, ses robes rouges s'agitant sous le vent. « Une épée dépourvue de poignée reste une épée, toutefois, et il est bon d'avoir une épée lorsque des ennemis vous cernent de tous côtés. »
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la citation

  • Par Dionysos89, le 02 janvier 2014

    Une prophétie est comme une mule à moitié dressée […]. On croit qu’elle va vous aider, mais au moment où on lui fait confiance, elle vous flanque une ruade dans le crâne.

    Commenter     J’apprécie          0 26         Page de la citation

  • Par Dionysos89, le 02 décembre 2013

    Un lecteur vit mille vies avant de mourir […]. L’homme qui ne lit pas n’en vit qu’une.

    Commenter     J’apprécie          1 45         Page de la citation

> voir toutes (10)

Videos de George R.R. Martin

>Ajouter une vidéo
Vidéo de  George R.R. Martin

George R.R. Martin Reveals "Winds of Winter" Plans and Talks "Game of Thrones" Season 3








Sur Amazon
à partir de :
18,90 € (neuf)
13,00 € (occasion)

   

Faire découvrir Le Trône de fer, tome 14 : Les dragons de Meereen par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (420)

> voir plus

Quiz