Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2070304345
Éditeur : Gallimard (2003)


Note moyenne : 4.22/5 (sur 73 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
A travers les destins de Jacques Thibault, idéaliste et révolté, et d'Antoine, sérieux, conservateur, deux frères que tout oppose, Roger Martin du Gard nous entraîne dans une vaste fresque sociale et historique.
Tandis que la guerre est sur le point de ravager l’... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (2)

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par LiliGalipette, le 13 avril 2012

    LiliGalipette
    L'été 1914
    Jacques est retourné en Suisse. Avec d'autres artistes ou ouvriers, il mène une vie de bohème aux accents syndicalistes et socialistes. « Ils formaient, à Genève, un vaste groupement de jeunes révolutionnaires sans ressources, plus ou moins affiliés aux organisations existantes. » (p. 9) Venus des quatre coins du monde, les jeunes et ardents révolutionnaires rêvent d'un monde meilleur, débarrassé du capitalisme et du machinisme, d'un monde où l'homme serait la seule valeur. Mais il n'y a que des discours, des théories et de vagues projets. « Parler ne devrait être qu'un moyen d'agir… Mais, tant qu'on ne peut pas agir, c'est déjà faire quelque chose que de parler. » (p. 84) L'action, l'évènement, voilà ce qu'ils attendent tous. C'est alors que meurt François-Ferdinand sous les balles d'un ouvrier balte. Ce n'est donc pas révolution qui s'en vient, c'est la guerre !
    « On obtient bien davantage de soi, quand on s'obstine à revenir sans cesse au point de départ, quand il faut, chaque fois, recommencer, et aller plus loin. » (p. 355) Ce sont les propos de Daniel de Fontanin, mais le cadet des Thibault aurait pu les dire. À chaque retour dans la maison familiale et dans l'univers que fut sa jeunesse, Jacques se débarrasse un peu plus de l'héritage de son père et s'oppose à tout ce que l'homme incarnait. le jeune homme ne garde que le nom : « Jacques, depuis la mort de son père, [signait] maintenant ses articles de son vrai nom. » (p. 16) Il aura fallu que le patriarche décède pour que le fils fasse sien un patronyme lourd de mémoire, en le détournant et en lui donnant une résonnance bien différente. Et c'est dans son éducation que Jacques trouve la justification de son engagement socialiste. « Ce qui a fait de moi un révolutionnaire, […], c'est d'être né ici, dans cette maison… C'est d'avoir été un fils de bourgeois… C'est d'avoir eu, tout jeune, le spectacle quotidien des injustices dont vit ce monde privilégié… C'est d'avoir eu, dès l'enfance, comme un sentiment de culpabilité… de complicité ! Oui, la sensation cuisante que, cet ordre des choses, tout en le haïssant, j'en profitais. » (p. 197) La rupture avec la lignée des Thibault est consommée : Jacques sera un Thibault rouge !
    En France, Antoine a développé son activité médicale et se consacre de plus en plus à la recherche sur les pathologies infantiles. Plus que jamais, il veut devenir un maître de cette spécialité. Son esprit tout entier est tourné vers la science, à tel point qu'il ne perçoit pas la menace de la guerre. En dépit du lien qui vibre encore en eux, parfois, Antoine et Jacques sont trop différents pour se comprendre et s'accommoder des choix de l'autre. « Il y avait des moments où il goûtait une satisfaction rageuse à constater que le fossé était infranchissable. » (p. 158) Confortablement installé, Antoine suit les traces bourgeoises de son père : bonhomme avec son frère, il peine à remettre en question sa façon de vivre et de penser.
    La tentative de suicide de Jérôme de Fontanin rassemble les frères Thibault et les enfants du mourant dans une seule pièce. Jacques est l'objet de toutes les attentions. Daniel, devenue peintre, effectue son service à Lunéville et sent que la vieille amitié se délite. Jenny, toujours aussi dure et intransigeante, ne pardonne pas à Jacques d'avoir fui pendant trois ans. « Nous n'avons pas cessé, en secret, de nous défendre l'un de l'autre. » (p. 410) Enfin, l'aveu s'amorce et il est également une révélation. « Maintenant, je comprends ce que je traînais en moi de si douloureux, toujours et partout : une nostalgie profonde, une blessure. C'était… c'était votre absence, mon regret de vous. C'était la mutilation que je m'étais faite, que rien ne pouvait cicatriser. » (p. 411 & 412) le Grand Soir de Jacques n'est pas socialiste, il est intime et amoureux.
    Ce troisième tome est bien long et lent, avec assez peu d'action et beaucoup de discours. Jean Jaurès traverse quelques pages, mais c'est bien peu pour soulager des longs débats révolutionnaires entre les socialistes regroupés en Suisse ou de la discussion ombrageuse entre les deus frères. Il est surtout pénible d'être aux portes de la guerre et de ne pas y plonger. On pressent que Daniel de Fontanin connaîtra un funeste avenir, que la romance enfin déclarée entre Jacques et Jenny ne fera pas long feu et que le paisible Antoine devra faire craquer le vernis bourgeois qui le pétrifie.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par jsgandalf, le 25 mai 2012

    jsgandalf
    Les deux dernières histoires sont pour moi les meilleurs. On voit ici que Roger Martin du Gard n'aime pas la guerre. J'aime aussi la constance de Jacques face à ses idéaux qui ira sans jamais fléchir vers une fin prévisible. J'aime les longs discours passionnés de ces hommes qui aimeraient réaliser le rapprochement de tous les hommes, même si on sait ce qu'a donner le communisme, c'est pleins d'idéaux qui dépassent leurs natures, ils sont transcendés par un but supérieur à leurs vie, ils sont beaux. Même Antoine dans le dernier épisode change face à la mort. le meilleur de cette longue saga familiale.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

> voir toutes (8)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par LiliGalipette, le 13 avril 2012

    « Ce qui a fait de moi un révolutionnaire, […], c’est d’être né ici, dans cette maison… C’est d’avoir été un fils de bourgeois… C’est d’avoir eu, tout jeune, le spectacle quotidien des injustices dont vit ce monde privilégié… C’est d’avoir eu, dès l’enfance, comme un sentiment de culpabilité… de complicité ! Oui, la sensation cuisante que, cet ordre des choses, tout en le haïssant, j’en profitais. » (p. 197)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par LiliGalipette, le 13 avril 2012

    « Maintenant, je comprends ce que je traînais en moi de si douloureux, toujours et partout : une nostalgie profonde, une blessure. C’était… c’était votre absence, mon regret de vous. C’était la mutilation que je m’étais faite, que rien ne pouvait cicatriser. » (p. 411 & 412)

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par LiliGalipette, le 13 avril 2012

    « Parler ne devrait être qu’un moyen d’agir… Mais, tant qu’on ne peut pas agir, c’est déjà faire quelque chose que de parler. » (p. 84)

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par LiliGalipette, le 13 avril 2012

    « On obtient bien davantage de soi, quand on s’obstine à revenir sans cesse au point de départ, quand il faut, chaque fois, recommencer, et aller plus loin. » (p. 355)

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par LiliGalipette, le 13 avril 2012

    « Ils formaient, à Genève, un vaste groupement de jeunes révolutionnaires sans ressources, plus ou moins affiliés aux organisations existantes. » (p. 9)

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

> voir toutes (3)

Video de Roger Martin du Gard

>Ajouter une vidéo

Jean Delay
Jean DELAY, médecin, ancien professeur à la Faculté, écrivain littéraire avec des ouvrages consacrés à André GIDE et Roger MARTIN DU GARD, se tourne aujourd'hui vers l'histoire. C'est par hasard, intrigué par un courrier adressé à son grand père, qu'il fait appel à la généalogie et écrit "Avant mémoire 2" Un contrat de mariage datant de 1702 et impliquant ses ancêtres de la 8ème...








Sur Amazon
à partir de :
8,10 € (neuf)
4,25 € (occasion)

   

Faire découvrir Les Thibault, tome 3 (3/3) : L'été 1914 (suite et fin) - Epilogue par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez la collection Folio

> voir plus

Lecteurs (230)

  • Ils sont en train de le lire (1)

> voir plus

Quiz