Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2203019689
Éditeur : Casterman (2009)


Note moyenne : 4.11/5 (sur 55 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Quatorze personnes ont péri et 7 étaient portées disparues vendredi après le naufrage, au large de Mayotte, d'une barque chargée de clandestins venus chercher fortune sur l'île française de l'océan Indien. Les recherches se poursuivaient vendredi après-midi pour tenter ... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (15)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par LiliGalipette, le 25 mai 2013

    LiliGalipette
    Mayotte. Petit territoire français perdu au large des côtes africaines, au nord de Madagascar. Île paradisiaque ? C'est ce que pensent les centaines de Malgaches, de Comoriens et d'Anjouanais qui tentent, chaque mois, de rejoindre les côtes de l'île aux parfums. Au risque de leur vie, ils s'entassent dans des kwassas, barques rudimentaires qui peuvent se retourner ou s'échouer sur les platiers qui entourent l'île. Mais tout vaut mieux que la vie de misère qu'ils ont dans les autres îles de l'océan Indien. Et tant pis si les autorités françaises les rattrapent et les renvoient chez eux : ils rassembleront encore tout l'argent possible pour se payer une traversée vers l'El Dorado français. Parmi eux, il y a des femmes qui sont prêtent à tout pour accoucher en terre française, pour que leurs enfants bénéficient du Droit du sol et, peut-être, d'une chance de vivre mieux que leurs parents.
    Pour Danièle, sage-femme fraîchement débarquée de métropole, Mayotte est pleine de beautés. Même sa saleté et son manque d'organisation la charment. Enfin, Danièle va exercer auprès de populations qui ont vraiment besoin d'elles. Enfin, son travail aura du sens. Et l'accueil qu'elle reçoit est bien plus chaleureux que celui qui attend les malheureux qui débarquent de nuit. « C'est quand même merveilleux d'être accueillie sur une île par des types qui pêchent dans un lagon et vous font coucou. » (p.11)
    Il y a d'autres métropolitains sur l'île, comme ce philosophe qui a fui Paris pour échapper à la drogue et qu'une belle Mahoraise a pris dans ses filets, entre amour vache et vache à lait. Il y a Serge, vendeur en téléphonie mobile, grand romantique qui cherche le grand amour et qui a des idées très nettes sur ce qu'il faut faire pour endiguer le flot de clandestins qui essayent de rejoindre l'île. « Ah, les rigolos, ils sont censés arrêter les clandestins qui arrivent par la mer […] Et toutes les gendarmeries sont dans les terres, loin des plages, avec les fenêtres orientées vers la forêt… Ils surveillent les lémuriens. Ouais ! Belle efficacité, la gendarmerie française ! » (p. 119) Il y a Pierre, médecin volontaire en pleine quête existentielle. Mayotte accueillerait-elle ceux que l'Hexagone ne juge plus dignes de lui ? « Il est vrai que trop de personnes ici ne pouvaient plus être ailleurs, tant ils sont désocialisés… Ce sont des gens dont plus personne ne veut en métropole ! » (p. 157) Où s'arrête donc le paradis mahorais et où commence l'enfer ?
    On suit les destins de ces Blancs sur plusieurs chapitres. Perdus dans une communauté composée à 99 % de Noirs, ils vivent pour la plupart repliés dans la sécurité relative de la communauté d'expatriés, pour échapper à la violence et aux vols. Ces « mouzoungous », ou étrangers, sont tous aussi français que les Mahorais, mais l'intégration semble impossible en raison des différences culturelles, religieuses et économiques entre Blancs et Noirs. Et pourtant, il y a des rapprochements entre eux : ce sont surtout de belles et très jeunes Mahoraises qui cherchent des Blancs pour les faire vivre. Attention, il ne s'agit pas de faire entretenir, mais bien de survivre dans une île où tout coûte très cher en raison des taxes et des frais d'importation. Alors, quand un Blanc passe, même s'il est vieux, laid ou gros, les Mahoraises sont prêtes à l'aimer.
    Dans ce très beau roman graphique, Charles Masson se garde bien de choisir un camp ou de donner raison à une population plutôt qu'à une autre. Mayotte est française, la plus africaine des îles françaises, avec ce que cela suppose de pauvreté, de corruption et de retard de développement. Sans complaisance, l'auteur évoque la politique métropolitaine à l'égard de ce petit caillou qui flotte dans les eaux de l'océan Indien. Mayotte a refusé l'indépendance en 1974, au contraire des Comores : elle est française et elle attend que l'État la reconnaisse pleinement comme telle.
    Que dire des clandestins qui tournent leurs espoirs vers Mayotte ? N'ont-ils pas raison de vouloir échapper à la misère dans laquelle ils ont été plongés après l'indépendance ? Ce n'est pas l'avis de nombreux métropolitains expatriés qui s'étonnent que la France soit encore vue comme une terre d'asile. « La gabegie doit s'arrêter : les illégaux doivent comprendre que cette île peut vivre sans eux. » (p. 280) Mais eux, peuvent-ils vivre sans elle ? La fin du roman graphique déchire le cœur, coupe le souffle et retourne les tripes. On a envie de gerber sur l'injustice, parce que crever sous les tropiques, dans une eau fabuleusement bleue, c'est toujours crever.
    Le dessin n'est que noir et blanc. Ce minimalisme s'accorde à merveille à la rapidité du trait. Chaque image semble croquée à toute allure : pas le temps de raffiner, il y a trop à dire et trop à montrer. Et on tourne les pages de ce roman graphique avec une émotion avide, impatiente. Non, Charles Masson ne nous envoie pas une carte postale de Mayotte, mais plutôt le négatif de la carte postale, l'envers du décor. Mayotte, ce n'est pas que les plages de sable noir, les lémuriens aux mimiques adorables ou les tenues bigarrées des Mahoraises.
    Quelle émotion de reconnaître cette île sous la plume de Charles Masson ! Les questions et les sujets qu'il soulève, je les ai vus, vécus ou approchés. Les bons souvenirs sont revenus, les mauvais aussi. le Droit du sol est une notion que je connais, mais que je ne comprends pas, n'ayant pas eu à me battre pour obtenir la nationalité française. Droit du sol n'est pas un pamphlet antigouvernemental, c'est un plaidoyer en faveur de ceux qui ne pourront jamais se défendre.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 21         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Laurence64, le 19 janvier 2013

    Laurence64
    Mayotte et son statut de Département d'Outre Mer en cours (nous sommes en 2009), ses expatriés français, ses autochtones mahorais, ses clandestins comoriens.
    Mayotte au crible du social et non carte postale de vacances réussies avec lagon, crabes, soleil. Pourtant y a du soleil et des nanas darladiladada… Et on s'en met jusque là de ces cinglants portraits au travers desquels Charles Masson échographie l'Île.
    Ah le gérant du magasin SFR! Des claques!!! Que dis-je des claques? Un uppercut, un coup de pied dans les parties et dans son romantisme collégien ridicule étalé dans un journal intime (on le plaint le papier!). L'as de la bêtise, le Dieu de la complaisance pétainiste, le gratin de l'humain que l'on ne voudrait jamais côtoyer, lui qui se paye une histoire d'amour autochtone en cautionnant (dans le sirop) les pires injustices.

    Le médecin dont la vie amoureuse hésitante s'écartèle entre île et métropole, par paresse, veulerie. Pas méchant dans le fond. Mais dont les actes parlent et ne disent aucun bien.

    Le carré indispensable des femmes d'expatriés habitées par les muses. Peinture, sculpture, cuisine, broderie. Manque le macramé.
    La sage femme qui arrive pleine de foi dans sa mission et va se heurter à une administration obtuse. Sans renoncer.
    Les cons divers mais pas variés. le bientôt retraité qui veut épouser la bientôt bachelière pour aider. le cul, c'est une oeuvre de charité. L'adipeux qui craint la mise en place du RSA. Ben oui, si elles ont le RSA, elles seront plus difficiles à b… les autochtones, non?
    L'exploitation sexuelle généralisée est aussi généralisée que le racisme ambiant.
    Entre blancs et noirs. Entre Mahorais et Comoriens. Entre celui qui a et celui qui a moins ou n'a pas. Entre celui qui a moins et celui qui n'a rien. Celui qui n'a rien c'est ce clandestin en quête du paradis français où l'herbe ne sera pas plus verte mais qui espère mieux que ses Comores affamées. Qui débarque (ou se noie) chaque nuit.
    Droit du sol c'est la dénonciation d'une France qui, en proposant un statut, exclut mieux et plus fort. Désormais, il convient d'expulser. Ce roman graphique n'est pas un prêchi-prêcha mais un témoignage qui s'achève dans l'apothéose d'une horreur ordinaire.
    Monsieur Masson, si vous n'existiez pas je voudrais qu'on vous inventât.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 28         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Under_The_Moon, le 31 décembre 2012

    Under_The_Moon
    Charles Masson s'est servi de son expérience de médecin ORL dans "les îles" pour témoigner de la misère sociale qu'il y a vu.
    Avec quelques destins croisés de personnages fraichement débarqués de métropole, ou non, il nous montre, sans fard, l'arrière du décor sur l'île de Mayotte. Et chacun en prend pour son grade, du vieux lubrique aux gentils médecins philanthropes en passant par des marginaux qui voulait décrocher de l'héroïne.
    L'auteur nous parle aussi des clandestins qui cherchent à tout prix à y arriver dans l'espoir d'une vie meilleure, mais à quel prix , ....
    Bien sûr, tous les lieux communs sur leur fainéantise et leur statut de profiteur y passent !
    Les lois et les mesures sur les expulsions passées sous notre précédent gouvernement prend un visage humain.
    Ce que j'ai surtout aimé, c'est le portrait sans complaisance qu'il fait des expatriés français, qui, il faut bien l'admettre sont absolument insupportables - plein de suffisance, de mépris pour les autochtones et chauvins à outrance !!!
    (mais pas d'inquiétude, les travers des mahorais y passent aussi !)
    Une BD qui fait réagir, ou du moins qui ne peut pas laisser son lecteur indifférent.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 23         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par ChezLo, le 12 décembre 2011

    ChezLo
    L'Afrique et la France se mélangent à Mayotte. Dernier département français depuis peu, Mayotte est une île qui attire chaque jour des dizaines d'immigrés des Comores ou de Madagascar. A Mayotte donc, on croise des Maorais qui découvrent partiellement le Service Public à la française, des immigrés dans le plus grand dénuement qui ont débarqué à bord d'embarcations de fortune, des expatriés médecins qui s'affairent face à la détresse des hospitalisés, des "Blancs" racistes aux allures de colons pervers... Il y a celle qui débarque fraîchement, sage-femme au tournant de sa vie, décidée à laisser ses enfants à son ex-mari en métropole pour aider les démunis dans cet ailleurs dépaysant et fascinant. Sur l'île, depuis pas mal de temps déjà, il y a le Français qui tient une boutique SFR, et va vivre une idylle inattendue avec la belle Lucie, il y a un ex-toxicomane, il y a le médecin consciencieux, humaniste et optimiste, et d'autres... Tout ce monde d'"expatriés" et puis en face, des prostituées, des malades, des habitants de Mamoudzou, et puis Anissa et Yamina, émigrées malgaches qui rêvent du prince charmant salvateur, à trouver parmi la riche faune venue de métropole...
    En ouvrant les pages de ce pavé dessiné lourd de plus de 400 pages, on est fermement invité à prendre en pleine face les réalités de cette île Française mais si lointaine, si paradisiaque et siège de tant d'inégalités et de drames humains. Comme dans un bordel à grande échelle, la prostitution va bon train, apparaissant presque comme le seul espoir de survie de milliers de jeunes femmes en situation irrégulière qui constituent pour une grande partie l'énorme population d'immigrés venus des îles alentours de l'océan Indien. Dans le même bateau mais logés dans une cabine bien plus confortable, on trouve des "expatriés", terme impropre d'ailleurs puisque nous sommes toujours en territoire français. Des expatriés hommes pour la plupart, qui ont laissé souvent femmes et enfants, et qui s'adonnent sans vergogne aux plaisirs de la chair dans les boîtes de nuit de Mamoudzou ou dans leur seconde vie conjugale sur l'île. Des hommes qui plaignent ces belles filles attirantes et démunies. Et puis, on trouve aussi forcément le gros raciste écoeurant, qui, loin d'être un mythe, se rencontre toujours dans les parties reculées du globe où les filles sont faciles à acheter et leurs propos immondes et racistes jamais décriés.
    (........)

    Lien : http://chezlorraine.blogspot.com/2011/12/droit-du-sol.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par pgremaud, le 25 janvier 2014

    pgremaud
    Je ne suis jamais allé à Mayotte, mais je connais un peu cette île et ses soeurs des Comores, car j'ai souvent accueilli des jeunes qui en venaient. Avec eux, j'ai pu découvrir la situation compliquée de ces lieux entre deux civilisations et le difficile équilibre.
    Ce livre de Charles Masson donne des éléments pour mieux comprendre cette situation. D'une manière générale, je trouve le dessin épais et peu clair. Je déplore également que la narration soit un peu hachée car il faut un peu de temps pour se mettre dans l'histoire et faire le lien entre les épisodes et les personnages que l'on y rencontre. Mais cette galerie de personnages fait toute la force du livre. Il y a l'idéaliste qui part là-bas pour se mettre au service de la population, il y a le profiteur, il y a le paumé, il y a le rêveur, il y a le pragmatique ; il y a les désespérés pour qui Mayotte est le seul salut et pour qui le rêve devient vite cauchemar.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (12)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Under_The_Moon, le 31 décembre 2012

    - (...) comme elle fait bien sa prière et son ramadan, elle croit connaître tous les commandements du prophète.
    - Ha, ça! C'est la loi de l'auto-proclamation : il suffit d'être musulman pour mieux connaître le Coran que n'importe quel Infidèle. Principe de base.
    - Et ça confond "croire et savoir". Croyant et savant. Sont considérés "savants" des types qui apprennent le Coran par coeur. ... Sans comprendre un seul mot d'arabe.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la citation

  • Par Under_The_Moon, le 30 décembre 2012

    - ... Les Noirs ont inventé l'humour noir. Laissons-leur cette belle invention.
    - Oui, mais moi, c'est le cynisme qui me tue !
    - Ha, non ! Le cynisme, c'est une invention de colon. Faut pas confondre.

    Commenter     J’apprécie          0 18         Page de la citation

  • Par Under_The_Moon, le 27 décembre 2012

    A moi le plaisir d'une vie sans mec.
    Au lit de temps en temps je ne dis pas...mais plus jamais à la maison!
    Le matin après le petit déjeuner, tu dégages...
    Et même, si possible avant le petit déjeuner.

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la citation

  • Par Under_The_Moon, le 31 décembre 2012

    - (...) L'instinct maternel, c'est un truc inventé par les mecs pour garder les femmes à la maison.
    - C'est un dogme moderne et social, pour culpabiliser les femmes et les asservir. Pour pas qu'elles aillent bosser.
    - C'est quand la psychologie prend le relais des religions pour écraser les femmes (...).

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la citation

  • Par ChezLo, le 11 décembre 2011

    C'est une belle fille...
    Et quand t'es une belle fille, l'infinie misère est toujours moins profonde que quand t'es un mec. Surtout quand des Blancs avec des cartes bleues traînent en boîte de nuit.
    Quand t'as trouvé une minijupe, t'as déjà fait la moitié du chemin pour t'en sortir de ta misère.

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la citation

Lire un extrait

> voir toutes (1)

Video de Charles Masson

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Charles Masson

Interview Charles Masson pour Droit du sol (Ed. Casterman). Angoulême-2010








Sur Amazon
à partir de :
22,68 € (neuf)

   

Faire découvrir Droit du sol par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (89)

> voir plus

Quiz