Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> François Truchaud (Traducteur)

ISBN : 2266076620
Éditeur : Pocket (1997)


Note moyenne : 4.38/5 (sur 8 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Une série de meurtres spectaculaires secoue la ville de San Francisco.
Il est évident qu'ils ont le même auteur, mais impossible de trouver le moindre schéma récurrent, le moindre lien entre eux, si ce n'est leur caractère atroce. En fait, les seuls indices dont ... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (4)

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par greg320i, le 29 juillet 2013

    greg320i
    Restons en famille avec le tonton Graham Masterton . Car c'est devenu familier de lire ses textes et romans une fois l'homme coutumier de nos lectures.
    On le prend et l'apprend si facilement qu'on le connait désormais et le surnomme Maître dans son genre .
    Apprenons donc et diagnostiquons avec lui une nouvelle leçon d'horreur matière après matière ( et avec manière coutumière..)

    Français : très expliqué et détaillé dans les scènes violenté ,remarquable orthographe horrifique
    Math: quatre morts + trois blessés + deux transplanté + un crucifié = une boucherie
    Sport: Découpage, écorchage, arrachage et allongement de membres
    Histoire : L'enfer est présent tout au long du roman . le diable lui-même s'en mêle. Vieux démons antique. Combat héroïque mener à la main même .
    Géographie : On se ballade ici et là avec le héros pour une promenade de 377 pages rafraichissante et luxuriante
    Arts Plastiques : On peint bien en rouge sanglant le décor et redécore le roman en pastichant les meilleurs trouvailles d'épouvante.
    Éducation civique : Apprendre à mentir, trahir et mener de front un combat contre une entité ennemi
    Musique : cri d'horreur et silence glaçant arrachant le coeur de tourment
    Comportement : faisant souffrir le martyre à ses protagonistes , il s'en régale et en prône même le mérite .
    Bref Monsieur le professeur ose et s'interpose comme d'habitude en Saigneur.
    Son bulletin est donc très bon avec mention pour un début excellent qu'on aurait voulu plus long . Il passe en classe supérieur et décroche la mention Expert Horreur .
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 10         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Masa, le 25 décembre 2013

    Masa
    Ouvrir un livre de Graham Masterton est un peu comme savoir que l'on va passer un bon moment, savoir que l'on va frémir par la lecture de ses phrases hideusement horrifique. Rare son ses livres qui m'ont déçu, je pense notamment à Corbeau qui reste pour l'instant le seul roman en deçà de son niveau. A priori, Le maître des mensonges, parut sous le titre original Master of lies en 1992, s'annonce comme alléchant. En ces périodes de fête, il est temps de passer à table pour savourer cette cuvée.
    A San Francisco, sévit un tueur en série. Il n'est pas comme tous les autres, puisque ces meurtres n'ont absolument rien en commun, à part l'atrocité des meurtres. Chaque famille est assassinées dans d'atroce souffrance. L'enquête piétine et le lieutenant Lary est chargé de prendre l'affaire. Son collègue Dan se voit ainsi retiré l'affaire.
    Le premier chapitre est une claque. J'en ai lu des livres du Maître, mais c'est la première fois où l'auteur va aussi loin dans l'horreur. Jamais je n'ai été aussi déconcerté et mis à mal par son écriture allant même par décrire un viol. J'ai d'ailleurs failli lâcher le livre. Ce qui aurait été une erreur de ma part tant par ce qui allait suivre. Bien que les pages suivantes aient été un peu décevante, les trois quart du livre sont exceptionnel. Graham Masterton démontre son statut de Maître dans l'horreur et le fantastique. Avant d'approfondir ce qui m'a tenu en haleine durant les deux cents dernières pages, il faut bien évoquer le calme plat du début du livre. Parce qu'après l'horrible premier chapitre, on a le droit à une lente mise en scène. L'auteur prend son temps pour décrire la vie de Lary, de ses antécédents, de sa famille d'origine italienne et surtout de l'environnement de San Francisco. Alors que l'ennui me guettait, le Maître pose sa prose et l'histoire commence à s'intensifier. L'enquête prend une tournure fantastique avec un grand F et il n'y a plus de temps mort. Graham Masterton est un sadique qui aime torturer ses personnages. Une fois de plus, on découvre tout le talent et son imagination. Je suis toujours surpris par son univers mystique et sa culture des divinités maléfiques de toute civilisation. Graham Masterton est un grand écrivain et ce livre, bien que déconcertant par son premier chapitre et sa lenteur au départ est une réussite.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 3         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par nina2loin, le 17 janvier 2012

    nina2loin
    Ce récit est terrifiant . Dès le 1er chapitre , l'auteur décrit une scène
    de torture avec force détail d'un tel réalisme que cela fait froid dans le
    dos . Ici , frissons garantis dès le début , puis l'histoire commence
    et se poursuit à un rythme bien soutenu jusqu'au final .
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par SebastienCreo, le 12 février 2012

    SebastienCreo
    Bien avant la série Surnaturel.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (2)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par nina2loin, le 26 mars 2012

    Il y avait quelque chose à propos de ces tueries qui le bouleversait et l'irritait au-delà de toute raison. Soyez prévenus si vous devez l'être. Soyez poussière si vous ne le devez pas. Merde, qu'est-ce que cela voulait dire ? Cela n'avait pas de sens, c'était illogique. Mais en même temps, c'était terrifiant. Et d'une façon étrange, complètement louftingue, par la bande, il devinait la signification de ces mots, qui lui rappelaient l'une de ces chansons absurdes qu'ils chantaient jadis à l'école.
    Regarde les petits enfants pleurer
    Mange ta soupe, juré, craché.
    Linda l'observa pendant qu'il lisait et relisait ce que le tueur avait dit à KGO. L'autre côté, il vient depuis l'autre côté.
    L'autre côté de quoi ?
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par Masa, le 25 décembre 2013

    - Tu n'es pas obligé de conduire trop vite, mon chéri, dit Eleonara. Mieux vaut être en retard dans ce monde que d'être en avance dans l'autre.

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
4,90 € (neuf)
1,14 € (occasion)

   

Faire découvrir Maitre des mensonges par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (23)

> voir plus

Quiz