AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2809807213
Éditeur : L'Archipel (2012)

Note moyenne : 2.43/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Automne 1968. Holloman, ville moyenne du Connecticut, connaît une série de troubles sans précédent.

Il y a d'abord cette étudiante qui vient porter plainte après avoir été violée. Son agresseur ? Un homme nu au corps entièrement maquillé. Du coup, les langues se délient. Et les victimes du prédateur déferlent au commissariat...

Puis il y a cette boutique d'art vandalisée, recouverte d'immondices par un inconnu. Et enfin cette cache d'ar... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (5) Ajouter une critique
bilodoh
bilodoh20 octobre 2015
  • Livres 2.00/5
Zut ! La mayonnaise n'a pas pris, le polar n'a pas été à la hauteur…

Les ingrédients y étaient pourtant. C'est l'oeuvre d'une auteure australienne connue pour la qualité de ses reconstitutions historiques. En plus, c'était un polar qui m'avait été offert par une amie… Mes attentes étaient peut-être trop élevées.

Pour les points positifs, l'histoire commence d'abord avec fracas, avec un viol sordide perpétré par un psychopathe. Ensuite, il y a un certain suspense et beaucoup d'action, plusieurs enquêtes s'entrecroisent autour du capitaine de police américain, Aussi, on ne devine pas trop le dénouement et la fin apporte quelques surprises.

Mais pour moi, ça n'a pas collé du côté de la crédibilité des personnages qui me semblent caricaturaux et sans épaisseur ainsi que du point de vue le réalisme des dialogues qui ressemblent parfois à des sermons. Dans le roman, on trouve plusieurs situations humaines difficiles, des problèmes familiaux, des dépressions, on aurait pu espérer un peu plus de profondeur et d'authenticité dans les émotions.

Meilleure chance la prochaine fois !
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          280
Zazette97
Zazette9714 mars 2013
  • Livres 1.00/5
Publié aux USA en 2010 et disponible en français depuis juillet 2012, "Fleurs sanglantes" est le troisième volet, après "Corps manquants" et "Douze de trop", des enquêtes policières mettant en scène le capitaine Carmine Delmonico.
L'australienne Colleen McCullough est notamment célèbre pour ses romans "Les oiseaux se cachent pour mourir" et "Tim".
Dans "Fleurs sanglantes" (dont la signification du titre ne sera dévoilée que dans les toutes dernières lignes...), vous n'assisterez pas moins qu'à une série de viols perpétrés par un homme qui s'est lui-même surnommé "Didus Ineptus" (ancien nom scientifique pour qualifier le Dodo, oiseau disparu depuis plusieurs siècles), à un braquage de banque, à de multiples effractions dans un magasin d'objets en verre, à la découverte d'une cache d'armes dans une école ou encore au kidnapping d'un éminent scientifique allemand.
Le rapport entre toutes ces affaires ? Cherchez pas...
Sans être une accro aux thrillers, j'aime me faire peur de temps à autre. Je sais que dans mon cas, l'intrigue, les rebondissements (pour autant qu'ils soient bien dosés et pas expédiés dans les 10 dernières pages), la psychologie des personnages, les frissons suscités ont bien plus d'importance que l'écriture dont je n'attends finalement pas grand chose (il faut dire ce qui est, c'est quand même jamais du Balzac hein...).
Si vous avez l'intention de découvrir ce livre, sachez qu'il peut tout à fait se lire indépendamment des deux précédents volets.
"Fleurs sanglantes" démarre plutôt en force avec une scène de viol pas piquée des vers. Evidemment, l'effet de choc passé, on voudrait en savoir davantage sur la personnalité du bonhomme, ses antécédents, son mobile, son profil de victimes,...
Sauf que...on tourne les pages désespérément, d'abord surpris puis dépité par la succession d'enquêtes connexes. Peut-être que toutes ces affaires finiront par se relier d'une manière ou d'une autre ?
Pour faire languir encore un peu plus le lecteur, de (trop) longues pages sont aussi consacrées à la popote interne du service de police local.
J'avoue que les problèmes administratifs et conjugaux des uns et des autres ne m'ont que très peu intéressée (d'autant que les dialogues entre Delmonico et sa fadasse d'épouse manquent cruellement de naturel) et que je cherchais surtout à retrouver l'ambiance thriller du début.
Et finalement, même le personnage du Dodo que j'avais hâte de retrouver m'a semblé bien fade, si peu creusé.
Les autres personnages ne sont guère mieux lotis, entre Delmonico qui ne fait au fond que superviser les enquêtes, son insupportable stagiaire Helen MacIntosh qui balance des allusions à sa fortune familiale à longueur de temps, les horripilants jumeaux Wharburton et la famille bobo allemande du kidnappé qui a l'air tout droit sortie d'un épisode de Derrick.
Bref j'avais au moins 10 raisons d'arrêter ce "thriller" (mais où ? quand ?) avant la fin si je n'avais pas cherché jusqu'au bout à comprendre le sens de tout ceci.
Dernière précision, en plus d'être terriblement plan-plan, superficiel et dispersé, le roman se situe à la fin des années 60 et cela se ressent beaucoup dans cette écriture ringarde, comme si l'auteure avait été victime d'un bug en 1968.
Quelqu'un a-t-il lu "Les oiseaux se cachent pour mourir" ? Je tente le coup ou je laisse définitivement tomber cette auteure ?
Lien : http://contesdefaits.blogspot.be/2013/03/fleurs-..
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          30
Nyx
Nyx11 septembre 2012
  • Livres 4.00/5
Sans être une série à proprement parler, les romans classés sur le site sous la catégorie "Carmine Delmonico" regroupe des enquêtes menées par le même service de police avec en toile de fond les petits tracas quotidiens du commissariat.
Dans ce troisième tome, nous faisons un bond dans le temps plus important qu'entre les tomes 1 et 2. Mais là où je met en garde les lecteurs c'est à propos de la scène d'ouverture du roman : elle est très violente, peut-être trop détaillée pour certains, mais sera anecdotique pour le reste de l'histoire. Donc n'ayez pas peur de ce premier chapitre, il ne représente pas le reste de l'oeuvre.
En effet, le roman s'ouvre sur une scène de viol assez dure à lire (même si j'ai pu lire pire, ça reste assez extrême) qui va lancer l'enquête principale. Dans ce troisième opus, on va beaucoup plus se concentrer sur l'équipe du commissariat (les difficultés familiales, les stagiaires et autres) et multiplier les enquêtes. Là où les premiers tomes ouvraient une ou deux enquêtes, ici nous en aurons plus à suivre. Pari risqué puisque du coup le lecteur doit suivre plus de choses simultanément, d'autant plus que tout le monde ne sera pas intéressé par la vie privée des enquêteurs.
Là où j'ai fait la grimace, c'est sur la forme des premiers chapitres. Que ce soit un problème de l'auteur ou de la part du traducteur, le début est très maladroit. On a des phrases qui peinent à faire sens, presque comme si on jetait les mots les uns à la suite des autres. Cela m'a d'autant plus dérangée que les autres romans se lisaient tout seul. Finalement après quelques chapitres, cette impression se dissipe, mais je trouve dommage que l'on commence comme cela.
Concernant les enquêtes, elles sont plus éparpillées et du coup l'auteur détaille moins chaque étape. Mais du coup également, elles sont moins approfondies, plus pauvres en un sens. Je trouve ça décevant. J'aurai vraiment aimé moins d'enquêtes et que les 1 ou 2 choisies soient mieux traitées. Ceci dit, cela reste passionnant et j'avoue avoir été baladé de bout en bout par l'auteur. Grâce à des détails et des insinuations, elle arrive à garder le/les coupable(s) secrets ainsi que leurs motivations. Très bien joué.
La fin elle est rapide mais surprenante et laisse présager une suite plutôt musclée. C'est osé, mais c'est à suivre !
Lien : http://nyx-shadow.blogspot.fr/2012/09/carmine-de..
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          60
Capucine214
Capucine21401 novembre 2014
  • Livres 3.00/5
L'intrigue se passe en 1968 et pas question d'ADN, de recherches sur google et autres facilités dans ce genre pour mener l'enquête sur cet homme, violeur violent, se faisant appeler dodo, comme l'oiseau du même nom…
Le capitaine Carmine Delmonico doit mener ses investigations avec les moyens du bord, ceux de l'époque, pour tenter d'arrêter cet homme. A sa suite, on se retrouve dans la vie d'un commissariat et on observe plusieurs recherches ainsi que les tracas quotidiens des différents membres de son équipe…
Le problème principal en lisant ce livre, c'est qu'il y a trop de faits et d'enquêtes et que tout n'est pas relié. D'abord on se demande pourquoi l'auteur a éprouvé le besoin multiplier les histoires, genre morceaux de puzzle, plutôt que de traiter complètement une seule intrigue. D'autant plus que ces récits marginaux n'apportent pas grand-chose à l'enquête principale. Donc le lecteur décroche, se raccroche, s'éloigne, revient, c'est le syndrome de l'élastique….. du coup, on ne se passionne pas, on n'a pas le temps de prendre fait et cause pour un personnage car très vite d'autres arrivent..
Un polar assez reposant qui se laisse lire quand on n'a pas besoin d'une grosse dose d'adrénaline. Si vous cherchez un thriller palpitant, vous êtes priés de passer votre chemin.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          00
Fleurdelivres
Fleurdelivres14 novembre 2012
  • Livres 2.00/5
http://www.blogger.com/blogger.g?blogID=758903859588305237#editor/target=post;postID=6832137651769000749
Commenter    J’apprécie          00
Citations & extraits (1) Ajouter une citation
bilodohbilodoh20 octobre 2015
— …Les hommes sont brutaux de nature, c’est le propre de leur sexe. On réussit à peine à bannir l’idée de guerre qu’une autre forme de conflit se développe dans nos rues et nos écoles.
(l'Archipel, p. 382)
Commenter    J’apprécie          70
Videos de Colleen McCullough (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Colleen McCullough
Colleen McCullough: Internationally acclaimed Australian author
autres livres classés : littérature australienneVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
733 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre