Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2352875897
Éditeur : Archipoche (2014)


Note moyenne : 4/5 (sur 6 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
C'est moi sur la photo, j'ai quatre ans. J'étais très fière de ma nouvelle robe mais j ene pouvais pas sourire. Je me cache le visage parce que je suis terrifiée. Près de moi se tient un monstre, mon beau-père. L'homme qui m'a volé mon innocence et mon enfance. C'est à ... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (2)

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par LydiaB, le 27 février 2015

    LydiaB
    Années 70 en Angleterre. La petite Sharon aurait pu être heureuse avec son papa, sa maman Sandra et son petit frère Tom. Oui, elle aurait pu... En tous les cas, les quatre premières années de sa vie furent merveilleuses. Jusqu'au jour où ses parents se séparèrent. Elle dut gérer dans un premier temps, émotionnellement, son absence. Premier uppercut de la vie. Arriva ensuite Mick Garvey, un mauvais garçon, un rustre... un monstre ! Second uppercut. Sa mère le lui présenta d'abord comme un simple ami mais ce dernier s'installa très vite dans sa vie et dans sa maison, prenant possession de tout, même de l'inimaginable. Vous voyez certainement où je veux en venir... La mère ne lui suffisait pas. Il préférait la tabasser... Il s'attaqua donc à la fille, une petite gamine de quatre ans et demi sur laquelle il commença ses attouchements. Vous connaissez la suite...
    Si ce livre n'était qu'une fiction, on se dirait que l'auteur a l'esprit bien tordu pour mettre en scène une telle horreur. Malheureusement, il suffit de lire son prénom et de faire le rapprochement avec le petit personnage pour se rendre compte que cette histoire est un témoignage de ce qu'elle a pu vivre, endurer, avec cette mère, faible, qui lui demandait de faire tout ce que voulait Mick (sans savoir ce qu'il lui faisait subir), cet individu dont je ne trouve pas les mots pour le qualifier et son frère qu'elle n'aura de cesse de protéger.
    L'engrenage est souvent le même : déni de la famille - "Je ne vois rien ou je ne veux pas voir" -, violence verbale du bourreau - "si tu en parles, je tue ta mère" et les nombreuses variantes...-, et, bien entendu, physique (en éloignant souvent la victime pour mieux profiter d'elle).
    Ce livre a été écrit pour donner un peu de courage aux trop nombreuses victimes qui ont tendance, et c'est bien compréhensible, à se replier sur elles-mêmes et à avoir une image très négative de leur propre personne.

    Lien : http://www.lydiabonnaventure.com/litt%C3%A9rature-contemporaine/mcgo..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          12 58         Page de la critique

  • Par ayabella, le 10 avril 2014

    ayabella
    Quel témoignage poignant, violent, sombre...
    Ce livre est une preuve de courage, d'amour familial et d'amitié mais surtout une preuve sur la cruauté et perversité humaine.
    Ce témoignage m'a épuisée psychologiquement tellement les scènes sont dures et violentes.... Tout ceci est d'autant plus fort quand on sait que ses scènes sont réelles. Sharon McGovern donne sans équivoque les détails de son calvaire.
    Elle va subir à 4 ans 1/2 des attouchements sexuels qui vont s'intensifier en grandissant et passer "chaque étape", comme elle le raconte, avec beaucoup de violence... Pour préserver ses frères et sa mère battue, Sharon va se taire. Elle va supporter "Le Cinglé" qui sans relâche la mettra sous sa coupe et réduira son monde.
    13 années de viol, de coups mais aussi de fugues, essayant quelques fois d'en parler à l'extérieur, sans aucun succès...
    Puis viens la Demi-Délivrance...Une dernière fugue où elle laisse sa famille derrière elle, afin d'échapper à un destin de prostituée. Un Changement d'identité, des nouvelles rencontres, un conjoint, des enfants mais toujours se passé qui la rattrape.
    Sa délivrance augmentera, quand après 2 ans d'absence, elle décida de renouer avec sa mère. Elle apprendra que "Le Cinglé" ne fait plus partis de sa vie... Mais voilà, rien n'est vraiment acquis... "Le Cinglé" refera son apparition dans la vie de sa mère, seulement, c'est sans compter sur le caractère et le courage de Sharon qui le mettra à la porte grâce a des menaces.
    Mais sa délivrance définitive se fera en deux temps... Tout d'abord, quand elle arrivera enfin à tout dévoiler à sa mère qui s'effondrera en lui disant les mots tant attendus "Je te crois". Et ensuite avec le procès qui viendra des années plus tard... Un procès dû au hasard... Une visite inattendue qui fera office de déclic...
    Dans toute cette douleur, elle a toujours pu compter sur l'amour de sa mère, ses frères et de sa meilleure amie.. D'autres personnes viendront compléter ce bonheur à peine perceptible...
    Aujourd'hui, on peut dire que Sharon est une battante, une femme courageuse mais aussi un espoir pour d'autres victimes.
    J'ai ressenti ses émotions au plus profond de moi, les douleurs, les sourires, l'amour... Je fus choqué par les non réaction de son véritable père, ou encore d'un assistant social a qui elle avait confié son calvaire. J'ai pleuré quand j'ai lu sa 1ère fois avec cet être abject.
    Un témoignage fort et bouleversant sur des actes malheureusement trop nombreux.

    Lien : http://tiabella-life-dream-books.blogspot.fr/2014/04/terrifiee-de-sh..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

> voir toutes (4)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par LydiaB, le 27 février 2015

    Dès son arrivée, tout changea. Pour le pire. Si ce n’est les sursis que nous procuraient ses déplacements professionnels, il envahissait notre vie tout entière. Pas question pour Tom et moi de faire le moindre bruit en sa présence. Nous apprîmes à nous déplacer sur la pointe des pieds. Il nous était interdit de nous asseoir sur son fauteuil. Je me souviens m’être demandé pourquoi il avait sa chaise à lui alors que la famille partageait tout. Bientôt, il nous imposa l’ensemble de ses règles. Il disait : « Sandra, tu devrais mieux tenir tes gosses » ou « Ne les laisse pas rester dehors si tard, ils vont mal tourner », comme s’il se souciait de notre éducation. En fait, seule la volonté de tout maîtriser le guidait. Tout contrôler était son obsession. Il s’arrangeait pour y parvenir.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 28         Page de la citation

  • Par Sasa0227, le 02 avril 2013

    "Le temps passant, les agressions sexuelles de Mick Garvey s'intensifiaient. Il m'envoyait dans ma chambre au prétexte de quelque bêtise imaginaire pour m'y rejoindre cinq minutes plus tard.
    - Ta maman m'a dit que si tu es assez gentille, tu pourras redescendre. As tu été gentille ?
    - Oh oui.
    - Non, pas encore assez.
    Et il dégrafait son pantalon...
    Après, je pouvais redescendre. Quand maman travaillait le soir, il montait dans notre chambre. Tom dormait dans l'autre lit. Il me dénudait et s'allongeait sur moi, branlant son entre mes cuisses tout en m'embrassant, sa langue fourrée dans ma bouche, certain ainsi de mon silence. Je savais que ces actes étaient honteux."
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par Sasa0227, le 02 avril 2013

    "J'avais mis au point une technique mentale : tout mon corps sous la taille lui appartenait. Entre ma taille et mes épaules se trouvaient mon coeur et mon âme qui souffraient. Ma tête en revanche n'était qu'à moi, et c'est là où je me réfugiais pendant qu'il abusait de moi. Je laissais vagabonder mon esprit."

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par Sasa0227, le 02 avril 2013

    "Pendant la période où maman ne fut pas là, j'étais violée cinq ou six fois par semaine. [...] Je pouvais bien multiplier les couches de vêtements - jusqu'à trois culottes superposées - et m'enrouler dans la couverture, il trouvait toujours son chemin. "

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

> voir toutes (1)

Video de Sharon McGovern

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Sharon McGovern

Interview de Sharon McGovern (en anglais)








Sur Amazon
à partir de :
20,00 € (neuf)
13,00 € (occasion)

   

Faire découvrir Terrifiée par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (20)

  • Ils sont en train de le lire (1)

> voir plus

Quiz

    Notre-Dame de Paris

    Ce Roman de Victor Hugo, publié en 1831, est intitulé Notre-Dame de Paris parce que:

    •   Il se passe exclusivement dans la cathédrale Notre-Dame de Paris
    •   la Cathédrale Notre-Dame de Paris y occupe une place importante
    •   le roman raconte, entre autre, toute l'histoire de sa construction
    •   parce que le personnage principal y était né et mort

    40 questions - 46 lecteurs ont répondu
    Thème : Notre-Dame de Paris de Victor Hugo

    Créer un quiz sur ce livre.