Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Catherine Ludet (Traducteur)

ISBN : 2352870186
Éditeur : Archipoche (2007)


Note moyenne : 3.91/5 (sur 176 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Dans la chaleur étouffante du bush australien, Mathilda, treize ans, fait ses adieux à sa mère. Quelques voisins sont rassemblés autour de la tombe, pour rendre un dernier hommage à cette femme courageuse. Un peu à l'écart, le père de Mathilda n'a qu'une hâte : que tout... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (31)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par missmolko1, le 16 mai 2012

    missmolko1
    Alors la, chapeau!!!
    Ce roman est une petite merveille.
    Déjà, rien que l'action qui se déroule en Australie et les descriptions des lieux font rêver. Cette terre rouge, cette chaleur, les kangourous, les montagnes, les moutons.... Ce continent si loin du notre est fascinant car tellement différent du notre.
    Jenny, la narratrice est attachante et Mathilda, cette jeune femme courageuse que l'on découvre a travers son journal intime est incroyable.
    C'est le deuxième livre de Tamara McKinley que je lis, et je découvre un point commun entre les deux : ses personnages féminins sont toujours des femmes fortes, pleine de courage souvent peu épargnées par la vie.
    L'intrigue du livre est très bien menée et jusqu'à la dernière page, on va de rebondissements en rebondissements sans aucun moment de répit ou de temps mort.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 24         Page de la critique

    • Livres 1.00/5
    Par Aurorechan, le 16 janvier 2013

    Aurorechan
    Fin de la 1ère Guerre mondiale : Mathilda vient de perdre sa mère. Restée seule avec son père, elle va devoir apprendre à survivre dans un monde d'hommes et gérer Churinga, le domaine australien appartenant à sa famille. 50 ans plus tard, Jenny, veuve de fraîche date, découvre qu'elle est propriétaire de l'exploitation et décide de s'y installer. Des carnets écrits par Mathilda vont lui en apprendre davantage sur cette terre, son histoire, et les tragédies qui y ont eu lieu.
    Ce livre est une saga, plébiscitée par les lectrices de Suède dixit le bandeau de première de couverture. Déjà ça partait mal pour que j'apprécie vraiment ce roman (je me demande toujours en quoi le fait que des lecteurs d'un autre pays aient apprécié un roman peut nous intéresser mais passons).
    Ceci étant posé, j'ai commencé ma lecture avec un plutôt bon feeling durant les 10 premières pages. La nature sauvage de l'Australie, un personnage principal –Mathilda- fort, un pays que je connais peu… Bref, que du bon. Ça se gâte quand on découvre Jenny, la seconde héroïne des années 70. Une vraie tête à claques, l'héroïne typique de saga, dans le genre "soit belle, nunuche mais rebelle". Dans le genre inconsistant, on est servis ! Je n'ai pas cru une seconde à la douleur de son veuvage et à la perte de son enfant. C'est hyper stéréotypé. Elle part pour son domaine et rencontre le directeur du dit domaine, bien sûr il est… tadaa !! Super beau, viril, avec du charme et du caractère. Héros typique de ce type de ro… Hein quoi je me répète ? Ouais bon. Forcément, le monsieur et la madame se détestent au premier coup d'œil (perso je ne sais pas trop pourquoi… L'auteur s'évertue à nous expliquer qu'ils se cherchent des poux mais les raisons qu'ils ont de le faire sont ridicules et improbables). Sur leur histoire, le reste du roman va faire un copier/coller des romans de Barbara Cartland : je ne m'avoue pas que je l'aime, mais je l'aime, mais il me rend folle, mais il est gentil, et je croyais que je lui plaisais pourquoi il est encore avec cette fille… Bref, vous voyez le genre.
    Concernant Mathilda les choses sont meilleures. Tout d'abord, c'est un personnage plus vivant que Jenny. Son histoire est plus intéressante, elle est plus attachante. Bref, si j'ai pas mal élagué au niveau des passages concernant Jenny, j'ai lu avec plaisir ceux consacrés à Mathilda. Au début… Passé la première moitié du roman, là aussi ça commence à être pesant et plus trop intéressant. le pompon ça a quand même été la fin : les rebondissements s'enchaînent mais sont tellement invraisemblables que la révélation finale qui aurait dû me faire pleurer m'a fait exploser de rire ! Nerveux certes, mais ce n'était certainement pas l'effet voulu par l'auteur !!
    Pour ce qui est du style, zéro. C'est plat de chez plat : l'encéphalogramme d'une limace neurasthénique morte est moins plat que le style de l'auteur. Ça ne rattrape donc pas le reste. En plus, j'ai vraiment regretté que les passages concernant Mathilda n'aient pas été écrits à la première personne : Jenny lit ses carnets, mais c'est écrit à la troisième personne dans le même style que le reste du roman.
    Bref, un roman à fuir de mon point de vue.Je mets une étoile parce que je suis arrivée au bout, mais c'est tout. Dommage, car l'histoire de Mathilda aurait pu donner matière à une roman plutôt sympathique.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par stephanieplaisirdelire, le 23 juillet 2014

    stephanieplaisirdelire
    Dans la valse de Mathilda, on progresse ainsi entre deux vies peu communes : Mathilda et Jenny. L'auteure retranscrit à merveille la rudesse des lieux qu'elle soit climatique ou liée au travail de l'exploitation. L'outback est beau, magique, mais aussi sauvage et impitoyable à bien des niveaux. Tamara McKinley développe deux histoires que l'on suit en alternance, entremêlées plus intimement qu'on ne pourrait le croire.
    Ce roman se lit très facilement et tellement agréablement, qu'on passe largement sur le fait que ça sonne souvent mélo, qu'on tombe parfois dans le cliché et que les histoires de cœur ne sortent pas de l'ordinaire (et sont même un peu convenues). Que voulez-vous, la plume de Tamara McKinley est tellement plaisante ! Elle embarque le lecteur dans cette Australie sauvage et nature qu'on se laisse finalement prendre au jeu de cette lecture. Elle ménage le lecteur en instaurant un soupçon du suspens (le prélude est une bonne entrée en matière), donne envie de toujours plus tourner les pages et finit par nous toucher..................

    Lien : http://stephanieplaisirdelire.blog4ever.com/tamara-mckinley-la-derni..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par nena, le 20 juillet 2014

    nena
    Un très beau livre, où l'amour de la terre est très présent, une vie rude au fin fond de l'Australie, loin de tout et de tous. Un domaine : Churinga que nous découvrons sur plusieurs générations. Une exploitation tenue à bout de bras par des femmes, malgré les difficultés, les années de sécheresse, les incendies, elles ne lâchent rien, ne vendront pas cette terre si chère à leur cœur. On imagine ces immensités à perte de vue, les chevaux, les moutons, les semaines de tonte où le domaine s'anime. C'est Jenny qui nous fera découvrir cette terre, citadine, peintre, elle va devenir propriétaire de Churinga, cadeau d'anniversaire de son mari décédé, elle y va par curiosité et n'en partira plus, elle aussi sera envoûtée par ce lieu. Elle va trouver le journal intime de Mathilda et remonter le temps, comprendre l'histoire de cet endroit et s'en imprégner, il fera partie d'elle et ne pourra plus s'en détacher. L'amour est là aussi, même si cette rencontre avec cet homme nous réserve très peu de surprise (on devine d'avance ce qui va se passer entre eux), il n'en reste pas moins que ce livre est merveilleux, plein de mystères, d'abnégation, on prend un grand bord d'air. A lire, vous passerez un très bon moment. Nena
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Lizouzou, le 23 juillet 2014

    Lizouzou
    Jenny vient de vivre une tragédie : elle a perdu son mari et son fils dans un accident de voiture. Avant de mourir son mari lui avait fait une surprise de taille : acheter une propriété d'élevage de moutons au fin fond de l'Australie. Elle en hérite et se demande ce qu'elle doit en faire. Pour prendre sa décision, elle décide de se rendre sur les lieux. D'étranges rumeurs circulent sur Churinga. Là-bas, Jenny va découvrir les journaux intimes de Mathilda, l'ancienne propriétaire des lieux. Mathilda a vécu plein de choses et Jenny va tout de suite se sentir très proche de cette femme au caractère assez fort.

    Les copines bloggeuses m'avaient énormément parlé de cette auteure et de l'ambiance qui découlent de ces bouquins, il me tardait donc de découvrir tout ça. J'ai profité d'une lecture commune pour sortir ce petit pavé de ma PAL !

    Ce livre se déroule sur deux époques : celle de Jenny et celle de Mathilda. Grâce au prologue, nous découvrons tout d'abord le personnage de Mathilda à l'âge de quatorze ans. Sa mère vient de mourir, celle ci lui a laissé le domaine et son père Melvyn enrage de ne pouvoir revendre ces terres. Un épisode tragique va se déroulait et déterminera la personnalité de Mathilda : une femme qui ne se laissera plus jamais marché sur les pieds, une femme forte et déterminée pour sauver son domaine : Churinga !
    Puis nous faisons la connaissance de Jenny qui se retrouve propriétaire d'une station d'élevage de moutons dont elle ne connait rien du tout. Elle se demande pour quelles raisons son mari lui a légué ceci. Heureusement, sur place, elle fera la connaissance de Brett qui gère la station au quotidien. Il lui fera découvrir Churinga à sa manière et lui apprendra à aimer ce lieux si particulier.

    A côté de ça, Jenny va trouver les journaux intimes de Mathilda et à travers sa lecture, nous fera découvrir la vie passionnante mais dure de Mathilda. J'ai adoré ces flash-backs, j'ai aimé me retrouver avec Jenny à certains moments et repartir avec Mathilda dans d'autres.
    J'ai passé un agréable moment à découvrir l'univers et l'ambiance si particulière que souhaite nous transmettre l'auteure Tamara McKinley. On sent que la vie n'est pas facile : les conditions climatiques, la guerre qui approche, les rumeurs qui circulent, ... mais j'ai adoré la descriptions des lieux, j'avais l'impression d'y être !

    Concernant l'histoire en elle-même, je me suis doutée dès le départ d'un lien qui pourrait exister entre Jenny et Mathilda même si je ne voyais pas lequel. J'ai du coup été bluffé par le dénouement au point de dire plusieurs fois "C'est pas vrai !" à voie haute ! J'aime être surprise et pour le coup c'est le cas ici ! Je comprends à présent l'engouement pour cette saga australienne et je ne peux que vous la recommander !

    Bref, j'ai passé un très bon moment avec Jenny et Mathilda dans ce bush australien !


    Lien : http://lespetitslivresdelizouzou.hautetfort.com/archive/2014/07/23/l..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (4)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par missmolko1, le 14 mai 2012

    En quelques heures, le train était passé d'une chaîne de montagnes à une autre, ne s'arrêtant que quelques minutes dans des petites gares reculées et poussiéreuses, pour prendre quelques passagers.
    La jeune femme ne se lassait pas de contempler les moutons broutant l'herbe jaune et cassante. Les montagnes l'avaient éblouie, mais cette terre rouge, ornée d'arbres rabougris, touchait en elle quelque chose de profond. Ses voisins saluèrent avec des cris de plaisir un troupeau de kangourous qui traversait la prairie en bondissant.
    La nuit survint rapidement. Grâce à l'obscurité, ajoutée au bercement du train, Jenny réussit à s'endormir.
    Dans un flamboiement magique, le jour se leva. Des lambeaux rouge orangé se déployaient au-dessus de la terre et projetaient sur elle leurs nuances chaudes. Jenny but son café en contemplant le ciel incandescent, magnifiant les étendues désolées, où les arbres dressaient bravement sous le soleil leur tronc couleur de cendre, aux feuilles desséchées. Une fois de plus, elle succombait à l'envoûtement qu’exerçait sur elle son pays.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 20         Page de la citation

  • Par missmolko1, le 14 mai 2012

    Soudain, sa résistance céda et les larmes inondèrent son visage. Pour la première fois depuis l'accident, elle s'abandonna aux sanglots profonds qui la secouaient. Diane avait raison. Nul ne pouvait s'opposer à la cruauté du destin. Le rêve de fonder une famille, que son amie et elle avaient caressé à Dajarra, s'était violemment brisé. Étrangement, Peter lui offrait, par-delà la mort, la possibilité de vivre un autre rêve, qu'il ne pourrait partager avec elle, mais qui lui indiquait peut-être un chemin vers une nouvelle vie.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la citation

  • Par ninamarijo, le 16 mars 2014

    Magnifique mais aussi violent et dévastateur, comme l'Australie pays des l'extrêmes dans le climat, les éléments (pluies, vents, orages, soleil ardent) , les sentiments et les relations entre éleveurs. J'aime l'Australie et les romans de Tamara qu'on avale ...

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par alainetnath85, le 13 octobre 2013

    carnet intimes

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

> voir toutes (3)

Videos de Tamara McKinley

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Tamara McKinley


Tamara McKinley - Les pionniers du bout du monde (1)
A l'occasion de la sortie des "Pionniers du bout du monde", Tamara Mckinley parle d'elle et de son amour pour l'Australie dont elle est originaire. Elle y pr...








Sur Amazon
à partir de :
5,50 € (neuf)
1,95 € (occasion)

   

Faire découvrir La dernière valse de Mathilda par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (322)

  • Ils veulent l'échanger (1)

> voir plus

Quiz