AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Catherine Ludet (Traducteur)
ISBN : 2352870186
Éditeur : Archipoche (2007)

Note moyenne : 3.95/5 (sur 347 notes)
Résumé :
Dans la chaleur étouffante du bush australien, Mathilda, treize ans, fait ses adieux à sa mère. Quelques voisins sont rassemblés autour de la tombe, pour rendre un dernier hommage à cette femme courageuse.

Un peu à l'écart, le père de Mathilda n'a qu'une hâte: que tout cela se termine afin qu'il puisse vendre le domaine de Churinga. Mathilda, elle, comprend que les choses ne seront jamais plus comme avant... Cinquante ans plus tard, Jenny découvre le... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (67) Voir plus Ajouter une critique
missmolko1
16 mai 2012
  • 5/ 5
Alors la, chapeau!!!
Ce roman est une petite merveille.
Déjà, rien que l'action qui se déroule en Australie et les descriptions des lieux font rêver. Cette terre rouge, cette chaleur, les kangourous, les montagnes, les moutons.... Ce continent si loin du notre est fascinant car tellement différent du notre.
Jenny, la narratrice est attachante et Mathilda, cette jeune femme courageuse que l'on découvre a travers son journal intime est incroyable.
C'est le deuxième livre de Tamara McKinley que je lis, et je découvre un point commun entre les deux : ses personnages féminins sont toujours des femmes fortes, pleine de courage souvent peu épargnées par la vie.
L'intrigue du livre est très bien menée et jusqu'à la dernière page, on va de rebondissements en rebondissements sans aucun moment de répit ou de temps mort.
Commenter  J’apprécie          370
jeunejane
21 novembre 2016
  • 2/ 5
Deux histoires parallèles :
- Mathilda vit dans une ferme du bush australien avec ses parents : sa mère qui décède quand elle a treize ans et son père, un alcoolique brutal blessé dans on âme et son corps à la première guerre mondiale. Il n'est plus bon à rien si ce n'est violer sa fille avec les conséquences que cela entraîne.
- Jenny vit dans les années 1970 à Sidney. Elle perd son mari et son petit enfant dans un accident et hérite de la ferme de Churinga où Mathilda vivait. Elle va s'y rendre et va découvrir les journaux intimes de Mathilda écrits entre 1924 et 1948. Ils constitueront une leçon de vie pour elle.
La ferme dont elle est propriétaire est dirigée par Brett, un très bel homme mais les rapports entre eux sont conflictuels au début.
Bref, ce roman est bourré de clichés. J'ai fini par le lire très vite tellement il m'énervait.
Cela sonne faux : l'état d'esprit de Jenny après la perte de son mari et de son enfant, la prise de conscience de Mathilda et de sa grossesse.... Très, très superficiel...
Je comprends pourquoi les chroniqueurs de notre émission littéraire belge "livrés à domicile" avaient éludé les conseils de lecture de la dame qui les recevait. J'adore cette émission pour la liberté d'expression des animateurs et j'avais été attirée par la présentation du livre. Raté pour moi!!
Challenge pavés 2016-2017
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Aurorechan
16 janvier 2013
  • 1/ 5
Fin de la 1ère Guerre mondiale : Mathilda vient de perdre sa mère. Restée seule avec son père, elle va devoir apprendre à survivre dans un monde d'hommes et gérer Churinga, le domaine australien appartenant à sa famille. 50 ans plus tard, Jenny, veuve de fraîche date, découvre qu'elle est propriétaire de l'exploitation et décide de s'y installer. Des carnets écrits par Mathilda vont lui en apprendre davantage sur cette terre, son histoire, et les tragédies qui y ont eu lieu.
Ce livre est une saga, plébiscitée par les lectrices de Suède dixit le bandeau de première de couverture. Déjà ça partait mal pour que j'apprécie vraiment ce roman (je me demande toujours en quoi le fait que des lecteurs d'un autre pays aient apprécié un roman peut nous intéresser mais passons).
Ceci étant posé, j'ai commencé ma lecture avec un plutôt bon feeling durant les 10 premières pages. La nature sauvage de l'Australie, un personnage principal –Mathilda- fort, un pays que je connais peu… Bref, que du bon. Ça se gâte quand on découvre Jenny, la seconde héroïne des années 70. Une vraie tête à claques, l'héroïne typique de saga, dans le genre "soit belle, nunuche mais rebelle". Dans le genre inconsistant, on est servis ! Je n'ai pas cru une seconde à la douleur de son veuvage et à la perte de son enfant. C'est hyper stéréotypé. Elle part pour son domaine et rencontre le directeur du dit domaine, bien sûr il est… tadaa !! Super beau, viril, avec du charme et du caractère. Héros typique de ce type de ro… Hein quoi je me répète ? Ouais bon. Forcément, le monsieur et la madame se détestent au premier coup d'oeil (perso je ne sais pas trop pourquoi… L'auteur s'évertue à nous expliquer qu'ils se cherchent des poux mais les raisons qu'ils ont de le faire sont ridicules et improbables). Sur leur histoire, le reste du roman va faire un copier/coller des romans de Barbara Cartland : je ne m'avoue pas que je l'aime, mais je l'aime, mais il me rend folle, mais il est gentil, et je croyais que je lui plaisais pourquoi il est encore avec cette fille… Bref, vous voyez le genre.
Concernant Mathilda les choses sont meilleures. Tout d'abord, c'est un personnage plus vivant que Jenny. Son histoire est plus intéressante, elle est plus attachante. Bref, si j'ai pas mal élagué au niveau des passages concernant Jenny, j'ai lu avec plaisir ceux consacrés à Mathilda. Au début… Passé la première moitié du roman, là aussi ça commence à être pesant et plus trop intéressant. le pompon ça a quand même été la fin : les rebondissements s'enchaînent mais sont tellement invraisemblables que la révélation finale qui aurait dû me faire pleurer m'a fait exploser de rire ! Nerveux certes, mais ce n'était certainement pas l'effet voulu par l'auteur !!
Pour ce qui est du style, zéro. C'est plat de chez plat : l'encéphalogramme d'une limace neurasthénique morte est moins plat que le style de l'auteur. Ça ne rattrape donc pas le reste. En plus, j'ai vraiment regretté que les passages concernant Mathilda n'aient pas été écrits à la première personne : Jenny lit ses carnets, mais c'est écrit à la troisième personne dans le même style que le reste du roman.
Bref, un roman à fuir de mon point de vue.Je mets une étoile parce que je suis arrivée au bout, mais c'est tout. Dommage, car l'histoire de Mathilda aurait pu donner matière à une roman plutôt sympathique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
argali
03 décembre 2016
  • 3/ 5
Sidney, Jennifer White perd son mari et son fils dans un accident de voiture. A la lecture du testament, elle découvre qu'elle hérite d'une exploitation dans l'outback australien. Son mari et elle avaient toujours rêvé de retourner à la terre mais seule, quel sens a encore ce rêve ? Respectant les dernières volontés de son mari, elle décide malgré tout d'aller voir à quoi ressemble ce domaine de 65 mille hectares.
Citadine, elle n'est pas la bienvenue sur ces terres. Il faudra qu'elle fasse sa place patiemment. Désireuse d'en connaitre plus sur l'histoire de la région et de la maison, elle se lance dans la lecture du journal intime de Mathilda, la dernière propriétaire des lieux, trouvé dans une vieille malle.
J'ai aimé le récit de Mathilda : un beau portrait de femme forte, dans un pays d'hommes, une région rude et une époque où on attendait de la femme qu'elle soit obéissante et servile. Malgré l'adversité, elle a toujours levé la tête, affronté les obstacles et s'est battue jusqu'au bout pour son domaine et la terre de ses ancêtres.
J'ai trouvé le récit de Jennifer plus convenu, plus stéréotypé. Mis à part la révélation finale inattendue, on n'est pas surpris par les rebondissements de l'histoire et sa progression. La disparité entre les deux parcours est trop grande à mon goût.
L'écriture sans surprise nous dépeint cependant de belles images du bush australien à différentes époques, les rivalités entre voisins d'origine anglaise ou irlandaise, la touffeur, la sécheresse, la pluie tant attendue...
Un récit dans le style des « Oiseaux se cachent pour mourir », mêlant histoire de famille, aventure, paysages australiens et romance. Ce n'est pas un grand roman mais il est cependant addictif et permet de passer un moment agréable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Mar-Khe
17 juin 2016
  • 5/ 5
Une petite merveille! Quelle belle découverte faite avec ce livre.
Rien que la description des paysages donne l'impression d'être soi-même au coeur du bush australien, une réelle invitation au voyage, un vrai dépaysement! On ressent sa dureté, sa chaleur, sa sécheresse. On imagine très bien le décor, sa faune et sa flore, le soleil brûlant qui illumine cette terre aride. Oh et cet orage à la fin, tout simplement magique comme description.
L'intrigue va de rebondissement en rebondissement, et le dénouement est à la hauteur du reste du roman, même si on se doute quand même de ce que l'on va découvrir.
C'est le premier roman de cette auteure que je lis, et je pense que ce ne sera pas le dernier!!
Ce livre nous plonge dans une double intrigue en parallèle:
L'histoire de Mathilda qui commence après la première guerre mondiale, pour aller se terminer après la seconde guerre mondiale. Elle vient de perdre sa mère et hérité de la station d'élevage de celle-ci, Churinga.
L'histoire de Jenny, qui vient de perdre son mari et son fils, dans les années 1970, et qui hérite de Churinga.
On commence par découvrir la vie de Mathilda à la station, après la mort de sa mère et l'incapacité de son père pour l'aider afin de maintenir à flot l'exploitation. Puis, on découvre l'histoire de Jenny, une orpheline en plein deuil, qui va hériter de Churinga. Elle y découvrira les carnets de Mathilda, via lesquels nous connaîtrons la suite de son histoire, mais aussi les origines de Jenny. Je ne m'attarde pas sur le détail des malheurs qui sont arrivés à ces deux femmes, au risque de spoiler la fin du roman
J'ai vraiment adoré ce roman que j'ai dévoré! Je vous le conseille vraiment.
Challenge tour du monde illimité
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Citations & extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
jeunejanejeunejane21 novembre 2016
Elle évoqua la petite fille solitaire et silencieuse qui ne pleurait que très rarement, quelle que fût l'étendue de son désarroi...
Pourtant Diane savait que cette façade indestructible en apparence dissimulait une âme sensible et effrayée, en proie à la souffrance et à la compassion.
Commenter  J’apprécie          120
missmolko1missmolko114 mai 2012
En quelques heures, le train était passé d'une chaîne de montagnes à une autre, ne s'arrêtant que quelques minutes dans des petites gares reculées et poussiéreuses, pour prendre quelques passagers.
La jeune femme ne se lassait pas de contempler les moutons broutant l'herbe jaune et cassante. Les montagnes l'avaient éblouie, mais cette terre rouge, ornée d'arbres rabougris, touchait en elle quelque chose de profond. Ses voisins saluèrent avec des cris de plaisir un troupeau de kangourous qui traversait la prairie en bondissant.
La nuit survint rapidement. Grâce à l'obscurité, ajoutée au bercement du train, Jenny réussit à s'endormir.
Dans un flamboiement magique, le jour se leva. Des lambeaux rouge orangé se déployaient au-dessus de la terre et projetaient sur elle leurs nuances chaudes. Jenny but son café en contemplant le ciel incandescent, magnifiant les étendues désolées, où les arbres dressaient bravement sous le soleil leur tronc couleur de cendre, aux feuilles desséchées. Une fois de plus, elle succombait à l'envoûtement qu’exerçait sur elle son pays.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
missmolko1missmolko114 mai 2012
Soudain, sa résistance céda et les larmes inondèrent son visage. Pour la première fois depuis l'accident, elle s'abandonna aux sanglots profonds qui la secouaient. Diane avait raison. Nul ne pouvait s'opposer à la cruauté du destin. Le rêve de fonder une famille, que son amie et elle avaient caressé à Dajarra, s'était violemment brisé. Étrangement, Peter lui offrait, par-delà la mort, la possibilité de vivre un autre rêve, qu'il ne pourrait partager avec elle, mais qui lui indiquait peut-être un chemin vers une nouvelle vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Mar-KheMar-Khe29 mai 2016
L'éclair éventra le ciel et déversa sa fureur, faisant vibrer la maison. Des veines bleues striaient les nuages bas, déversant dans la nuit des lueurs aveuglantes. L'électricité claqua comme un fouet, lacérant les nuages un par un dans une rage aveugle. Tandis que le tonnerre explosait, rebondissant sur le toit de tôle ondule, la terre parut trembler. Une langue de lumière frôla un arbre isolé dans un pâturage, laissant derrière elle un halo funeste avant de s'évanouir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
millyjessmillyjess23 avril 2016
" Effleurant le feuillage des poivriers, le vent tiède murmurait ce nom. Churinga. Terre âpre, que les grands-parents de Mathilda avaient taillée dans le bush et le scrub. Aux yeux de la fillette, qui y était née, treize ans auparavant, ce lieu n'avait rien perdu de la magie, du mys­tère sacré de ses origines. Peu importait que les corps et les cœurs y fussent souvent mis à rude épreuve, Churinga représentait tout ce qu'elle avait jamais connu, tout ce qu'elle avait jamais désiré.
Alors que son regard se portait au-delà du cimetière familial, vers l'étendue sauvage, sa gorge se contracta. Elle ne devait surtout pas pleurer ; la dignité sans faille de sa mère, face à la maladie, le lui interdisait. Les larmes n'atténueraient en rien le sentiment d'abandon qui la submergeait. Son enfance venait de prendre fin. Devant elle se déroulait un chemin solitaire, déjà tracé dans l'austère immensité de ce domaine, dont la beauté primitive la retenait tout entière. "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Tamara McKinley (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tamara McKinley

Tamara McKinley - Les pionniers du bout du monde (1)
A l'occasion de la sortie des "Pionniers du bout du monde", Tamara Mckinley parle d'elle et de son amour pour l'Australie dont elle est originaire. Elle y pr...
autres livres classés : australieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
2219 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre