Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Olivier Rolin (Traducteur)

ISBN : 2757805479
Éditeur : Points (2007)


Note moyenne : 3.97/5 (sur 118 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
À quoi rêve Onofre Bouvila en franchissant les portes de cette ville des prodiges, geyser bouillonnant que cette Barcelone qui s'apprête à accueillir la prochaine exposition universelle de 1887 ? Suivant le cours du fleuve de l'exode, Onofre qui... > Voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (14)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par litolff, le 13 septembre 2012

    litolff
    Onofre Bouvila, paysan catalan, va accomplir le prodige, entre les deux expositions universelles de 1888 et 1929 à Barcelone, de devenir un riche industriel dans une ville ravagée par la pauvreté : un (anti) héros sans scrupule qui sort tout droit des romans picaresques du XVIème siècle, parachuté dans une Barcelone grouillante, entouré de personnages louches, répugnants et malhonnêtes ...
    Un roman loufoque truffé de références historiques et politiques dépeignant la décadence et l'évolution de Barcelone vers la fin du XlXème et le début du XXème siècle, et qui, petit à petit, se transforme en une ville moderne. Très pittoresque !!!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 28         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par tolbiac, le 21 février 2015

    tolbiac
    c'est ouf, c'est fabuleux, c'est grandiose, c'est une apothéose, c'est osé, c'est déculotté.
    Il suffit d'ouvrir, de croire, d'ouvrir les yeux, de tenir la main de Mendoza et hop...
    Tout les livres qui sont paru après sur Barcelone, sur l'aspect gothique, sur la magie de l'air etc viennent de ce roman. Enfin bon, c'est ce que j'en dis, j'suis pas expert en romans Barcelonnais, même si je trouve que c'est vraiment une chouette ville pour un décor de roman. Ca change de New-York, de Londres ou de Paris. Bon, ce n'est pas non plus un guide touristique. Faudrais pas que je vous trompe. C'est un roman, pour l'histoire faite confiance aux autres Babeliotophiles ( on dirait le nom d' une espèce d'insectes inconnus - ben c'est nous, lecteurs compulsifs qui aimons déféquer nos lectures sur la toile) , ils se débrouillent très bien pour la résumer. En un mot allez foncez vous ne serez pas déçu du voyage...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par plumetis, le 08 septembre 2014

    plumetis
    Un jeune paysan, naïf et sans le sou, débarque à Barcelone à la veille de l'exposition universelle de 1887. Après des débuts difficiles, Onofre Bouvilla gravit peu à peu les échelons de la réussite sociale, faisant fi de toute moralité jusqu'à devenir un homme puissant.
    Roman historique rempli d'humour et d'une imagination débridée.
    Livre puissant, passionnant. Son charme réside dans son excès, son foisonnement d'histoires, de personnages, de références historiques mais c'est aussi cet aspect que j'ai perçu à la longue comme une surabondance inutile.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par chocobogirl, le 14 février 2011

    chocobogirl
    Onofre Bouvila, fils de paysan, fuit sa condition en allant chercher fortune à Barcelone. Nous sommes en 1888, la première Exposition Universelle va s'ouvrir et la ville est en pleine effervescence industrielle et urbaine.
    Nous allons suivre le parcours de cet homme jusqu'en 1929, date de la 2ème exposition universelle.
    Perdant son innocence, il commettra de nombreuses vilennies quite à écraser ses proches. D'audaces en crapuleries, Onofre va alors gravir les échelons de la richesse en même temps que grandit la cité de Barcelone.
    Roman à la forme picaresque, l'anti-héros sans scrupules reflète le mal d'une société atteinte dans ses fondements : corruption, criminalité, vices, lutte de pouvoir, ... On pourra même noter un petit côté Rastignac dans son personnage de jeune homme ambitieux qui atterit dans une pension sordide d'où il prendra son envol.
    Roman politique aussi qui dénonce la dictature et les mouvements extrémistes, comme les anarchistes.
    Mais roman historique également où Barcelone apparait aussi comme un des personnages que nous voyons évoluer, grandir et se perdre à l'image du héros.
    La lecture est passionnante, jamais ennuyeuse et les nombreuses digressions chronologiques et historiques éclairent le récit et le contexte historique et social. L'humour omniprésent allège le récit du constat navrant fait sur la société catalane.
    Sous le prétexte d'un destin hors-norme, Mendoza nous offre la vie de Barcelone, son histoire, ses habitants qui façonnèrent les temps modernes en supportant le progrès d'un siècle en marche.

    Lien : http://legrenierdechoco.over-blog.com/article-33170949.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par tynn, le 28 novembre 2012

    tynn
    Un livre référence sur Barcelone, sur son développement entre les deux expositions universelles de 1888 et de 1929.
    Une épopée fantasque et débridée, peuplée de personnages fictifs décalés et de références historiques, politiques, culturelles toujours passionnantes.
    Mélangeant parfois sans transition des anecdotes différentes, le récit devient parfois un peu trop touffu mais ce livre reste un plaisir pour qui aime cette ville.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la critique

> voir toutes (4)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par alicejo, le 12 octobre 2010

    Le voyageur qui arrive pour la première fois à Barcelone remarque vite où finit la vieille ville et où commence la nouvelle. Les rues sinueuses deviennent droites et plus larges ; les trottoirs, plus spacieux ; de grands platanes font une ombre agréable ; les constructions ont plus d'allure ; beaucoup s'étonnent , croyant avoir été transportés magiquement dans une autre ville.Sciemment ou non, les Barcelonais eux-mêmes cultivent cette équivoque : en passant d'un secteur à l'autre, ils paraissent changer de physique, d'attitude et de costume. Il n'en fut pas toujours ainsi ; cette transition a son explication, son histoire et sa légende.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

  • Par alicejo, le 10 octobre 2010

    L'Exposition universelle resta ouverte jusqu'au 9 décembre 1888. La clôture fut plus simple que l'inauguration : Te Deum à la cathédrale et brève cérémonie au palais de l'Industrie. Elle avait duré 245 jours et été visitée par plus de deux millions de personnes.Le coût de sa construction s'était élevé à 5 624 657 pesetas et 56 centimes. Certaines installations purent être récupérées pour d'autres usages. Le solde de la dette fut énorme et pesa sur la municipalité de Barcelone pendant de nombreuses années. Demeura aussi le souvenir de journées de splendeur et l'idée que Barcelone, si elle le voulait, pouvait devenir une ville cosmopolite.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par Silikani, le 25 mai 2013

    Que m'arrive-t-il ? pensait-il. Mais bien qu'il crût avoir les idées très claires, il ne pouvait donner de réponse exacte à cette question. En vérité, comme il arrive à tout le monde, il était incapable de se voir lui-même; il voyait seulement le reflet de sa personnalité et de ses actes sur les autres et il en inférait une idée de lui totalement erronée. Plus tard, cette idée ne résistait pas à une analyse plus minutieuse, ce qui créait en lui une insatisfaction imprécise et ravivait le désarroi.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par JeanRene43, le 15 juin 2015

    La grande guerre n'avait pas encore eu lieu, et les armes conservaient quelque chose de décoratif. Dans un poème composé pour l'occasion, Frederico Rahola synthétise cette idée de la façon suivante:
    "La canonnade sauvage
    Fait frisonner la terre.
    Ce sont les monstres de la guerre
    Qui à la paix rendent hommage?"
    Page 146.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

> voir toutes (8)

Videos de Eduardo Mendoza

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Eduardo Mendoza

Présentation de "sans nouvelles de Gurb" par Treky http://www.treky.fr











Sur Amazon
à partir de :
7,60 € (neuf)
3,90 € (occasion)

   

Faire découvrir La ville des prodiges par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (331)

> voir plus

Quiz