Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 225313550X
Éditeur : Le Livre de Poche (1994)

Existe en édition audio



Note moyenne : 4.17/5 (sur 244 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
En vain Pierre de Siorac s'attarde-t-il au " nid crénelé " de ses aïeux ou dans le Montpellier de ses études de médecine : un duel le contraint de gagner la capitale pour y demander la grâce du roi. Voici donc Paris en 1572. La faveur du protestant Coligny auprès de Cha... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (8)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par Gwen21, le 06 juin 2013

    Gwen21
    Ce troisième volet de la formidable aventure de "Fortune de France" dégage une intensité particulière. Sans doute est-ce en partie dû au fait que dans les tomes 1 et 2, l'action se déroule en province tandis que c'est toujours avec une certaine émotion que le lecteur découvre les descriptions de la capitale française.
    Une ville qui comptait parmi les plus effervescentes que le voyageur du XVIème siècle pouvait découvrir. Immensément peuplée au regard de la densité de population, fortement abritée par des murailles gigantesques, aussi animée le jour par une activité économique fiévreuse qu’esseulée et dangereuse la nuit où rôde l’insécurité. Une ville énorme, agitée, sale, puante, riche, misérable et… royale que j’aurais bien aimé voir de mes propres yeux et que j’aime à me représenter.
    Dans ce tome, Pierre de Siorac, notre héros, va également s’attacher au service à la personne du futur roi Henri III, un souverain pour lequel j’ai une affection particulière et que je désespère de voir un jour réhabilité aux yeux de mes contemporains.
    Mariage de Marguerite de Valois avec le « Navarrais », massacre de la Saint-Barthélemy… l’aventure et l’action répondent une fois de plus présents sous la plume du grand Robert Merle qui sait si bien faire l’amour à l’Histoire de France pour qu’elle accouche de ses inoubliables romans.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 28         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par ibon, le 02 février 2013

    ibon
    Robert Merle évoque le 24 août 1572, la Saint Barthélemy, le jour du massacre des protestants par les catholiques à Paris.
    Le tome III de Fortune de France voit Siorac, empêtré dans une affaire de duel, aller à Paris demander audience au roi. Mais la tension est à son comble entre les princes catholiques et les chefs protestants lors du mariage de Margot et de Henri de Navarre.
    C'est un plaisir de lire ces pages où la truculence des mots et expressions en vieux français sert un récit souvent savoureux, parfois cocasse et aussi terrible.
    La vérité du fait historique est une des exigences de Robert Merle. Guise, Coligny, Charles IX et Catherine de Médicis y sont décrits fidèlement. Mais Robert Merle ne s'y attarde jamais sauf peut-être pour Henri de Navarre que Siorac rencontre souvent. Car ce roman est surtout une immersion dans cette époque avec la découverte de gens de toutes origines et des deux confessions grâce aux péripéties du héros.
    Que dire d'autre sinon que c'est un roman réjouissant, palpitant et passionnant.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 20         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par barjabulette, le 09 juillet 2014

    barjabulette
    J'avoue.... bien que fervente lectrice de livres d'histoire, je n'avais jamais lu de livres de cet auteur.
    Je le connaissais de nom mais sans plus.
    J'ai obtenu ce tome chez un bouquiniste,
    Une première découverte donc...
    Et tout ce qu'il faut pour un tout bon roman, un tout bon moment d'histoire. Enfin, si je peux dire car on vogue tout de même sur le massacre de la Saint Barthélémy durant tout le livre.
    Mais tous les ingrédients sont réunis. Robert Merle nous fait découvrir l'histoire de France à sa façon.
    Difficile de trouver un point "négatif", je ne vais donc pas en chercher juste pour la forme. Même le fait qu'il soit écrit en "vieux français" n'est pas dérangeant pour la lecture.
    Un auteur à suivre donc.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par gill, le 06 juin 2012

    gill
    Pierre de Siorac est contraint, suite à un duel qui le met en danger de perdre la tête, de gagner Paris pour quérir la grâce du roi.
    Traqué de rues en rues, durant le massacre de la St Barthélémy, il en réchappe après d'éprouvantes péripéties.
    Robert Merle confère à son récit, tout à la fois portrait du Paris merveilleux et fangeux du XVI siècle et récit hallucinant d'un évènement tragique, à la vérité des faits la qualité unique du vécu.
    Ce récit puissant est porté par une plume agile.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par sagebooker, le 30 mai 2013

    sagebooker
    Où Pierre de Siorac va découvrir la ville, la grande, Paris... mais au plus mauvais moment possible pour un protestant d'oc : la Saint-Barthelemy.
    Avec le nombre de tomes qui suit, ce n'est pas spoiler que dire qu'il s'en sortira, mais les embûches sont nombreuses, et les horreurs de l'époque dépasseraient l'entendement si Robert Merle ne resituait justement pas le contexte aussi bien.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

> voir toutes (9)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par gill, le 10 juin 2012

    D'une chose je suis bien assuré : il en est de nous comme de la mer, la bonace même n'est qu'apparence.
    Au dessous tout est branle, tumulte, émeuvement.
    Ainsi l'homme ne saurait mie être content, ni tenir son âme en repos.
    Possédé d'un bonheur, un autre lui fault dont il a appétit.
    A mon département du château de M. de Montcalm, si heureux que je fusse après une tant longue absence de retrouver mon père sain et gaillard, et réjoui que j'étais de chevaucher avec lui sur le chemin de Sarlat et mon bien-aimé Mespech, le coeur me battant à l'idée de le revoir et tous ceux qui vivaient dans ses murs, ma liesse n'était pourtant pas sans mélange.
    Et je ne laissais pas d'avoir quand et quand le coeur fort serré à laisser derrière moi Angelina de Montcalm et l'incertain bonheur dont nous avions fait le serment et dont je portais le gage au petit doigt de ma main senestre : l'anneau orné d'une pierre bleue qu'elle m'avait baillé dans la poivrière qui flanquait la tour Est de Barbentane....
    (extrait du chapitre premier)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par ibon, le 02 février 2013

    Voyez le Navarre et la Margot. Il ne l'aura point pucelette. Elle aimait trop le Guise.Et elle ne l'aura point seulette, il appète trop le cotillon. Mauvais bargouin que ces noces.

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la citation

  • Par babe83, le 13 juillet 2013

    "Fi donc des mornes et molles plaines! Est-ce pas rien que vivre? je remercie tous les jours le ,Seigneur de m'avoir en Paris gardé entier et en santé, pour qu'à la vie je puisse mordre encore à dents aigues et gorge sèche." Tel est Pierre de Soirac

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par sylou83, le 20 février 2014

    ...nulle autorité ne se doit souffrir au-dessus de la raison. C'est la raison, bien au rebours, la reine et la maîtresse de l'autorité. P.303

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par sylou83, le 20 février 2014

    Ce fut l'ultime assaut et le plus furieux qui me laissa m'émerveillant de la folle vaillance de ces gueux désespérés qui, ayant mon or, s'acharnaient à quérir ma vie au prix de la leur, au nom de cet étrange et vétilleux point d'honneur qui, chez les chétifs comme chez les grands, éternise les guerres. P. 85

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

> voir toutes (6)

Videos de Robert Merle

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Robert Merle

Malevil est un film français de science-fiction postapocalyptique de Christian de Chalonge sorti en 1981, librement inspiré du roman de Robert Merle, avec Michel Serrault, Jacques Dutronc, Jean-Louis Trintignant, Robert Dhéry et Jacques Villeret








Sur Amazon
à partir de :
7,22 € (neuf)
3,49 € (occasion)

   

Faire découvrir Fortune de France, tome 3 : Paris, ma bonne ville par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (621)

> voir plus

Quiz