AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 222113706X
Éditeur : Robert Laffont (06/11/2014)

Note moyenne : 3/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Philippe Meyer a le goût d'y aller voir de près. Son désir de raconter est aussi vif que son appétit de comprendre. Il a donc repris la route, le train, l'avion et même le vélo électrique pour aller dans des campagnes, des villages, des petites villes dont il ne savait presque rien, et nous non plus ; mais des gens rencontrés au hasard, qui avaient vus d'autres gens, lui avaient donné envie d'en apprendre davantage. Les étapes du voyage ne sont pas les endroits les ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle

Les critiques presse (1)
Lexpress24 novembre 2014
Le journaliste Philippe Meyer a eu le goût d'aller voir de près comment se porte notre bon vieux pays. Le ton est empathique et le périple, gourmand.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations & extraits (2) Ajouter une citation
gonggong28 décembre 2014
(p.152) ....La première famille à s'installer ( celle aux 6 enfants ) a pour patronyme Boujaja.Un conseiller municipal démissionne .La majorité des Voivrais comprend l'importance de l'école ,mais sa réaction est mitigée.Déjà,dans les villages alentour on commence à dire que les Voivres devient un village de "cassoces"(cas sociaux ) On parle de "commune poubelle ".Le maire répond que son système d'accession à la propriété responsabilise les nouveaux venus ,leur redonne confiance en eux ,leur procure une assise."Les femmes me disaient de leur mari:"Il ne passe plus ses journées devant la télé."
Il n'empêche:importer des familles ,et de surcroît "pas de souche ",où cela va-t'il conduire le village ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
gonggong28 décembre 2014
(...) Les autres n'ont rien compris à notre retard,mais nous avions fait ce que notre cœur nous disait de faire . Et devant le cercueil de Jean Luc Blain,dit "Jeanjean",Jo Le Port a repris le chant qu'il avait entonné en Nouvelle Calédonie: des vers d'un poète bretonnant groisillon,chantre des existences simples,Yann-Ber Kaloc'h,tué à l’ennemi en 1917 et dont la statue se dresse au dessus de Port-Melin, non loin de son hameau d'origine, sur la musique d'un Morbihannais, Jef Le Penven:

"Me zo ganet e kreiz,ar mor,/Ter lev er maez;/ Ma zad a oa ,evel e dadoù,/Ur martolod;/Bevet en-deus kuhz ha diglod/ Ar paour ne gan den e glodoù./Ma mamm ivez a laboure,/*ha gwenn he blev..."

"Je suis né au milieu de l'océan
Trois lieues au large
Mon père fut,comme ses aïeux
Simple matelot
Il vécut obscur et sans gloire
Du pauvre personne ne chante les louanges
Ma mère aussi travaillait,
Sa chevelure en était blanche ..."

Au son de la voix de Jo,l'église s'est levée d'un seul mouvement. Ce jeudi de décembre ,cet homme-là incarnait l'île à laquelle il avait rendu son histoire devant le cercueil de celui qui lui promettait un avenir de nouveau ouvert sur le monde . (p.77)






+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          01
Lire un extrait
autres livres classés : france profondeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
854 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre