AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2359660411
Éditeur : Editions Fei (04/11/2011)

Note moyenne : 4.26/5 (sur 19 notes)
Résumé :
Nankin, 13 décembre 1937 : l’armée japonaise envahit l’ancienne capitale de la Chine nationaliste. Viols, humiliations et exécutions arbitraires feront, en 6 semaines, plus de 300 000 victimes. Tiré d’un fait réel, ce récit poignant est conçu comme une enquête où fiction et témoignages vécus se mêlent pour mieux nous faire appréhender toute l’horreur de cette page sanglante de l’histoire chinoise.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Aelinel
23 décembre 2016
  • 4/ 5
Je lierai cette bande dessinée à une novela de science fiction, lue récemment, L'homme qui mit fin à l'histoire de Ken Liu car toutes deux ont le même contexte : La guerre sino-japonaise de 1931 à 1945. Si la novela se situait dans la première phase du conflit, à savoir l'invasion japonaise en Mandchourie, au nord de la Chine, de 1932 à 1937, en revanche, la bande dessinée se situe à une date marquant la seconde phase du conflit : 1937 dans laquelle survient le massacre de la ville de Nankin. En effet, pendant six semaines, la ville sera le théâtre d'un massacre sans précédent : l'invasion de la cité par les Japonais fera 300000 victimes.
La bande dessinée débute de nos jours, à Nankin. Un avocat, Maître Tan, recueille les témoignages d'une poignée de survivants. Ils ont tous pour point commun d'avoir connu Xia Shuqin, enfant à l'époque, qui elle-même blessée, a vu périr toute sa famille. La bande dessinée possède un code de couleur très caractéristique : les évènements actuels sont sur fond bleu (synonyme de paix, de calme et de sérénité) tandis que ceux du passé sont sur fond rouge (symbolisant la violence, la fureur, la guerre et le sang).
Basée sur des faits réels, cette bande dessinée possède la même vocation que la novela de Ken Liu : lutter contre le négationnisme. En effet, tout comme l'existence de l'Unité 731 (centre d'expérimentation soi-disant scientifique japonais sur des êtres humains dont la majorité sur des civils chinois), le massacre de Nankin a été minimisé par les Japonais, dans l'après-guerre, ne reconnaissant pas leur responsabilité. Même encore aujourd'hui, d'après la postface de l'auteur, des partis d'extrême-droite japonais nient les évènements en pratiquant les " Trois sans" : sans repentance, sans culpabilité et sans indemnité. En révélant la vérité nue sans fioritures avec des dessins violents, crus et âpres, les auteurs souhaitent marquer les esprits et révéler les évènements tels qu'ils ont été et relatés par les survivants dont Xia Shuqin.
En conclusion, Nankin est un récit de témoignages, qui a pour vocation de dénoncer des évènements terribles du passé. Elle possède ainsi certaines qualités éducatives non seulement pour contrer les négationnistes mais également pour éviter que cela ne se reproduise. Il est vrai que les dessins marquent les esprits par leur violence : cet ouvrage est donc réservé à un public averti. Néanmoins, les dessins, par leur vertus universelles est un bon moyen de transmettre le message, même à un public peu versé dans l'histoire de la Seconde Guerre Mondiale, en Asie.
Juste un petit bémol avant de terminer : l'édition présentée semble un peu fragile et j'ai bien peur qu'après maintes manipulations, certaines pages ne commencent à se détacher.
Je remercie Babélio ainsi que les éditions Fei pour m'avoir fait découvrir cette bande dessinée. Elle m'a permise de compléter mes connaissances sur cette période qui m'était peu connue.
Lien : https://labibliothequedaelin..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          194
Villoteau
20 août 2012
Voilà une BD historique encartée dans une BD de reportage. En effet quelques pages au début, au milieu et à la fin nous emmène à suivre un avocat chinois qui désire voir reconnu par un tribunal japonais l'acte de diffamation qu'a constitué la publication en 1998 dans un livre révisionniste nippon d'un texte remettant en cause la véracité du témoignage d'une rare survivante de Nankin. Pour la majorité des pages il s'agit de vivre à travers les yeux de Xia Shuqin, alors âgée de huit ans, le Sac de Nankin, un épisode guerrier de décembre 1937 qui s'est déroulé dans la capitale de la Chine nationaliste. le massacre de Nankin a duré environ deux mois du 13 décembre 1937 et la fin janvier 1938 et près de 300 000 personnes y ont laissé la vie.
Soldats chinois prisonniers et civils chinois des deux sexes ont été massacrés et des femmes violentées pendant plusieurs jours. Quelques Européens jouèrent le rôle de ce que les historiens nommèrent de “juste“ ; il s'agit en particulier de l'Allemand John Rabe et de la missionnaire américaine Minnie Vautrin. le récit au passé se fait sans cartouche, n'est présent que le style direct dans des bulles. Cet album est en noir, rouge et sépia, il renvoie ainsi au lecteur l'importance d'une violence passée, le graphisme tire vers la caricature ce qui n'en rend que plus menaçant les agresseurs japonais. Avec un format à l'italienne le regard capte d'abord globalement les deux pages ce qui pousse l'esprit du lecteur à penser que les massacres vont se succéder les uns après les autres. Vues certaines scènes concernant en particulier l'usage de la baïonnette, l'ouvrage ne peut être conseillé qu'à un lectorat de plus de quatorze ans.
Voir l'article "Chine: 75 ans après le massacre de Nankin, Xia Shuqin vit toujours l'horreur" qui évoque le combat de cette survivante des massacres de Nankin contre le négationnisme nippon à
http://www.lepoint.fr/monde/chine-75-ans-apres-le-massacre-de-nankin-xia-shuqin-vit-toujours-l-horreur-10-12-2012-1549666_24.php
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
ladyshania
05 janvier 2017
  • 5/ 5
Lorsqu'on étudie la Seconde Guerre Mondiale, on s'y intéresse du côté européen, et on évoque très peu les évènements du côté asiatique. le massacre de Nankin, je l'ai découvert dans le roman "Tokyo" de Mo Hayder. Et, on apprend encore plus dans cette BD chinoise.
Le 13 décembre 1937, l'armée japonaise envahit dans la ville de Nankin, capitale la Chine nationaliste et se lance dans un massacre qui va durer 6 semaines et faire plus de 300 000 victimes. Cette histoire nous est présentée à travers les témoignages de rescapés, ce qui met l'accent sur l'importance de la transmission de la mémoire collective. En lisant cette oeuvre, on réalise que le terme de massacre est tout à fait justifié, en effet les militaires japonais ont commis les pires atrocités possibles : exécutions, tortures, humiliations, viols... Rien ne nous est épargné et il vaut mieux à avoir le coeur bien accroché à la vue de certaines planches. le dessinateur exploite aussi le format à l'italienne de la BD où il nous montre un tas de cadavres (dont certains sont encore vivants) en train de brûler afin de dénoncer l'inhumanité des soldats japonais. L'horreur de cette période est encore intensifiée grâce aux dessins et à l'utilisation quasi exclusive des couleurs rouge et noire.
Merci à Babelio et aux Editions Fei pour l'envoi de cette BD lors de l'opération Masse Critique. Grâce à vous, j'ai découvert une BD poignante où se mêle ignominie et détresse humaine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
DamienR
26 février 2012
  • 4/ 5
À l'occasion d'un procès au Japon, l'auteur nous fait vivre la période de l'invasion de Nankin (décembre 1937) par les troupes japonaises, jusqu'au mois de février qui suit : un massacre de 300000 chinois, qu'on peut qualifier de génocide. Cette histoire est évidemment très dure, les épisodes sont parfois insoutenables d'horreur. L'invasion de la Chine par les Japonais, depuis la Mandchourie a de toute façon été impitoyable, comme si le niveau du différent sino-japonais surpassait toute l'histoire de ces deux peuples et justifiait les exactions purement inhumaines. le comportement des agresseurs, les actions des soldats sont liés au contexte et à l'environnement et l'auteur ne juge pas les soldats mais l'armée et son encadrement. À noter aussi la présence des nazis dans Nankin qui accueillent les réfugiés civils chinois : le jeu avec l'armée japonaise, alliée, est on ne peut plus cynique. le monde observant cette invasion peut ainsi assister au caractère "charitable", du sauveur allemand...
Il convient de lire en complément L'histoire deSayo qui se déroule après la défaite japonaise : ce sont des Japonais coincés en Chine qui subissent cette fois-ci la haine et la vengeance des Chinois. le niveau d'horreur est tout à fait comparable.
À l'heure actuelle, les relations sino-japonaises sont toujours tendues et marquées par cette période. Les manuels d'histoire révisionnistes japonais sont dénoncés par les autorités chinoises, tout comme l'histoire officielle chinoise post-1945 par les Japonais...
Ces deux oeuvres, Nankin et L'histoire de Sayo arrivant chez nous à quelques mois d'intervalle ont énormément de raisons valables d'être publiées et d'être lues : devoir de mémoire, diffusion au grand public grâce au support de la BD, rôle de la justice indépendante des pouvoirs...
Concernant Nankin, il est juste dommage que le dessin soit parfois inabouti, faiblement contrasté. Cherchant à forcer l'expressivité des visages, il les rend souvent grimaçant, caricaturant le manga, mais cela n'apporte rien à l'histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Fredo_4decouv
25 juin 2012
  • 5/ 5
La précédente fois où j'ai eu l'occasion de lire l'effroyable histoire du massacre de Nankin en 1937, c'était en 2005 via le superbe roman de Mo Hayder, Tokyo.
Dans Nankin, publié aux éditions Fei, Nicolas Meylaender nous plonge au coeur de cette page d'histoire, dont la véracité est encore de nos jours contestés par certains, au Japon. À la manière de Frank Miller dans sa saga Sin City, le scénariste utilise une petite fille comme fil rouge, pour nous faire découvrir les différents points de vue de cette abominable attaque. Jalonnée par l'enquête de nos jours d'un avocat chinois, l'histoire nous guide dans cette journée sanglante de décembre 1937.
Zong Kai, l'illustrateur joue efficacement avec les ombres qu'il plonge dans un fond rouge sang pour évoquer le massacre et dans un fond bleu pour le récit au présent. Avec un style quasi-photographique, il saisi des instants tragiques tout en parvenant à ajouter une note d'espoir dans certains regards.
Cet album n'a pas pour but de répondre à la question du pourquoi de ce massacre. Mais elle nous invite surtout à nous demander comment une telle chose peut encore de nos jours être sujet à interprétation et à négation de la part du camp japonais.
La bibliographie en fin d'album nous invite à ne pas en rester là et à nous plonger plus en détail sur les éléments qui entourent cette triste page de l'histoire sino-japonaise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Les critiques presse (5)
BulledEncre20 février 2012
Un album atypique qui vaut autant pour son traitement que pour l’histoire vraie et puissante qu’il relate.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
Auracan01 février 2012
Le dessinateur profite particulièrement bien du format à l’italienne pour des fresques saisissantes.
Lire la critique sur le site : Auracan
BoDoi25 janvier 2012
Ce livre mérite l’attention du plus grand nombre, pour l’Histoire et contre les révisionnistes et autres négationnistes.
Lire la critique sur le site : BoDoi
LaLibreBelgique22 novembre 2011
Cette bande dessinée fait œuvre de mémoire. Non par "nippophobie", comme le souligne Tan Zhen en postface, mais par pacifisme. La pertinence de la démarche ne serait rien sans une mise en forme à la hauteur. Le récit des survivants, glaçant mais dénué d’affect, est illustré d’un trait acéré, renforcé de larges applats noirs et d’une bichromie où le rouge domine.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
BDGest02 novembre 2011
La cruauté est montrée dans les moindres détails, quitte à choquer. Peut-être est-ce là le prix à payer pour éveiller les consciences. L'œuvre ne devrait en tout cas pas laisser indifférent.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations & extraits (1) Ajouter une citation
ladyshanialadyshania05 janvier 2017
Les militaires japonais tuaient aveuglément hommes, femmes et enfants... Et il leur arrivait même d'enterrer leurs victimes vivantes pour économiser des balles... Pour eux nous n'étions pas des êtres humains. p.69
Commenter  J’apprécie          40
Lire un extrait
Video de Nicolas Meylaender (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nicolas Meylaender
Nankin en bande dessinée.Premier one shot des éditions Fei et deuxième album de Nick Meylaender après le premier tome de la série Shi Xiu.
autres livres classés : devoir de mémoireVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
2507 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre