AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070324605
Éditeur : Gallimard (1988)

Note moyenne : 3.72/5 (sur 25 notes)
Résumé :
Les drogues nous ennuient avec leur paradis.
Qu'elles nous donnent plutôt un peu de savoir.
Nous ne sommes pas un siècle à paradis.
Toute drogue modifie vos appuis. L'appui que vous preniez sur vos sens, l'appui que vos sens prenaient sur le monde, l'appui que vous preniez sur votre impression générale d'être.
Ils cèdent. Une vaste redistribution de la sensibilité se fait, qui rend tout bizarre, une complexe, continuelle redistribution de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (2) Ajouter une critique
vincentf
vincentf21 février 2016
  • Livres 3.00/5
Etrange livre qui tente de dire l'indicible, qui essaie de relater l'expérience de la drogue et celle de la folie. Michaux (d)écrit la mescaline qui assaille le cerveau, il fait de la poésie sous haschisch, il tente de drôles de champignons qui n'ont rien de drôle, puis il entre, par le biais des drogues, dans la tête des fous, il montre l'enfer qu'ils s'inventent et où ils sont enfermés, il les restitue dans la vérité de leur délire. le lecteur assiste, surpris, à la naissance d'un monde parallèle. Il reste à son bord, désorienté, impressionné par les mille détours possibles et imaginaires du cerveau humain quand il se déglingue.
Commenter  J’apprécie          50
brigetoun
brigetoun09 février 2009
  • Livres 3.00/5
J'ai enfin entrepris la lecture de Connaissance par les gouffres de Michaux, ayant toujours eu un peu peur de la lecture des "voyages". En fait, les recherches sur l'effet des drogues le sont aussi sur notre fonctionnement et, même si ce n'est que les mots d'un poète expérimentateur, m'émerveille... Partie des facultés de cette délicate et splendide machine; le cerveau qui nous a été accordé, intact dans la plupart des cas, et dont nous faisons l'usage que nous pouvons. Car la description du résultat parfois fascinant, souvent d'un ennui prononcé à cause du vide créé, des jeux que permettent les drogues débouche sur Situations-gouffres beau lamento sur la détresse des folies et leur parenté avec ces états.
Commenter  J’apprécie          00
Citations & extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
brigetounbrigetoun09 février 2009
Être vivant, c'est être prêt. Prêt à ce qui peut arriver, dans la jungle des villes et de la journée. D'une prévoyance incessamment et subsconciemment ajustée. L'état normal, bien loin d'être un repos, est une mise sous tension en vue d'efforts à fournir... Mise sous tension si habituelle et inaperçue qu'on ne sait comment la faire baisser. L'état normal est un état de préparation, de disposition vers
les gouffres
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          212
CioranCioran26 juillet 2015
[L'aliéné] réalise la métaphore, il se laisse fasciner par elle. Martyr d'une analogie trop sentie, trop subie. Il ne sait pas se retenir, ce que savent si bien les poètes de profession qui passent de l'une à l'autre. Lui, il est dans le profond caveau d'une seule.
Commenter  J’apprécie          100
grandemenuiseriegrandemenuiserie07 août 2011
Moi, j'étais cette pâte.

Tantôt je sentais plus le brassage, tantôt plus la prédication (prédication biologique tendant à me remodeler). Massage fluidique ou discours, ce rabâchage n'en finissait plus. Il fallait indéfiniment reprendre la gymnastique cellulaire, répondre à l'appel organique, répondre oui, cesser de faire le résistant, le cabochard, et me laisser diriger pour de bon, et venir au modèle honnête homme, très honnête homme, homme selon l'idéal de la société.

Ne sentant pas mon visage, ne pouvant le sentir en imagination, je n'arrivais pas à sentir la vie de leur visage à eux. Je les recomposais mal, proportionnellement à la façon dont mal j'occupais le mien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
magdalamagdala19 mai 2012
car on est naturellement renégat des trop humbles conditions du jeune âge, désireux de montrer surtout le surhomme, et l'homme est le surhomme de l'enfant.
revivre un épisode de sa vie enfantine devant autrui n'est pas naturel. Il faut être naif pour croire qu'on peut se confier à quelq'un impunément et lui donner des armes.
Commenter  J’apprécie          30
brigetounbrigetoun17 novembre 2011
On assiste stupéfait à ces sporadiques éruptions, fluettes, folles fontaines, à ces jets d’eau, plus jets qu’eau, avant tout jaillissements,surcroîts punctiformes de forces, spectacle délirant de la geysérisation intérieure
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Henri Michaux (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henri Michaux
Payot - Marque Page - Henri Michaux - Donc c'est non
Dans la catégorie : EssaisVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues romanes. Littéraure française>Essais (404)
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
467 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre