Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2756033596
Éditeur : Delcourt (2012)


Note moyenne : 2/5 (sur 5 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Une menace de mort pèse sur Empire City. Le Fixeur, aidé de Cat Burglar, a jusqu'à l'aube pour sauver la ville. Ils s'attaquent directement aux factions terroristes en portant un combat violent, sans concession, jusque dans leur camp. Réponse hargneuse au 11 septembre e... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (3)

> Ajouter une critique

    • Livres 2.00/5
    Par lehane-fan, le 25 avril 2015

    lehane-fan
    J'ai pas tout lu Freud mais j'ai beaucoup lu Miller.
    D'habitude, je valide frénétiquement des trois pouces mais là, comment dire, y aurait comme un p'tit coup de mou dans la corde à noeuds...

    Miller, c'est avant tout un graphisme de folie, une claque visuelle comme rarement. 300, Elektra, Sin City, autant d'incontournables pouvant même prétendre au titre de chef d'oeuvre.
    Terreur sainte loupe le coche et c'est rien de le dire.
    Empire City est attaqué par de vilains terroristes.
    Heureusement, Natalie Stack et Fixer (piètres incarnations transgéniques de Catwoman et Batman ?), deux héros pratiquant l'amour vache à un niveau kouasi pro, veillent au grain.
    Ça devrait latter sévère. Orage d'hémoglobine annoncé sur City en fin de soirée.
    Si le récit est furieusement d'actualité (première parution en 2011), son dessein confine à la caricature la plus primaire.
    Bien vs mal, le scénar' est cousu de fil blanc, les dialogues habituellement si percutants tombent dans une parodie frôlant le pathétique. Pastiche grossier alimenté par la parano galopante de son auteur envers un Al-Qaïda prétendument omniprésent.
    Seule réponse envisageable, la loi du talion. Miller s'est fait plaisir ou rassuré avec cet hymne à la violence aveugle. Grand bien lui fasse. Il en est tout autre pour le lecteur qui, de plus, avant que l'on entre dans le vif du sujet, devra se farcir une bonne soixantaine de planches focalisant sur une course poursuite semblant ne jamais vouloir finir entre nos deux futurs tortionnaires, oups, épiques libérateurs voulais-je dire, grands amateurs de saillies verbales dignes d'un 50 shades of grey revisité sauce Miller. On est pas loin du cauchemar en cuisine...
    Un tout petit Miller mais un Miller quand même...pour le graphisme.

    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 32         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Presence, le 03 février 2015

    Presence
    Il s'agit d'un récit complet écrit et illustré par Frank Miller, initialement paru en 2011, essentiellement en noir et blanc. Il se présente en format à l'italienne (ou paysage).
    L'histoire commence sur une double page où figure uniquement un énorme graffiti enjoignant le croyant à tuer l'infidèle. Il s'agit d'un extrait du Coran ; ni la sourate, ni le verset ne sont référencés. Suivent 8 pleines pages servant à montrer la ligne d'horizon formée par les constructions d'Empire City, ainsi que la fuite de Natalie Stack, une femme en tenue moulante avec des bas résilles, un masque de cuir et des baskets rouge pétant. Elle tente d'échapper à un superhéros appelé Fixer. Ils se tapent dessus, s'étreignent, se tabassent, s'embrassent pendant 14 pages. Survient une explosion destructrice et dévastatrice. La ville d'Empire City subit des actes de terrorisme qui vont aller crescendo. Fixer et Natalie vont tenter de mettre un terme à ces actes de terrorisme ; la course contre la montre a commencé.
    Dans les interviews, Frank Miller explique qu'il a conçu ce récit en réaction aux attentats du 11 septembre 2001. C'est un récit colérique, émotionnel qui substitue aux sempiternels méchants nazis ou néonazis (généralement utilisés par des auteurs en panne d'inspiration), des terroristes islamistes (portant des keffiehs, pour être sûr que les lecteurs ne se trompent pas).
    À partir de là, le récit permet 2 niveaux de lecture. le premier, le plus évident, correspond à un récit de superhéros faisant preuve de courage et d'acrobaties pour arrêter les méchants terroristes. le début est très impressionnant graphiquement avec cette course poursuite de toit en toit, ces silhouettes pleines de mouvements, d'énergie cinétique, cette façon accrocheuse de dessiner la pluie, etc. Frank Miller retrouve l'énergie plus grande que nature de The Dark Knight returns (en abrégé DKR). Et puis tout d'un coup, le récit retombe dans les relations sadomasochiste invraisemblables entre Fixer et Natalie Stack (je dis retombe parce qu'il n'est pas facile de faire abstraction du parallèle avec Batman et Catwoman) pendant 10 pages. À ce moment là, Miller situe clairement son récit dans une forme d'histoire dégénérée de superhéros. Il n'est plus question de héros valeureux et courageux, ou même de relations entre une alpha-mâle et une jeune femme libérée et athlétique (c'est-à-dire une vision dérivative, ironique et adulte du concept de superhéros à la DKR), mais bien d'une exagération railleuse et pervertie du concept de départ.
    Une fois le récit installé dans ce mode bête et méchant, Miller propose un passage dont l'objectif reste un mystère : quelques pages avec un responsable d'un des attentats suicides. Miller ne propose pas de point de vue sur ses actions, uniquement la mise en images de l'injustice qui s'abat sur ses victimes. Quelques pages plus loin, il redéveloppe l'horreur arbitraire de la mort des victimes. Et c'est reparti pour les actions du superhéros en mode brutal, vengeur et exterminateur. La scène finale se déroule dans un repaire secret souterrain sous Empire City qui inscrit définitivement cette histoire dans le registre de l'aventure, du monde du spectacle, de l'évasion.
    En fonction des séquences, les rétines du lecteur sont plus ou moins à la fête. Il s'agit du célèbre verre à moitié vide ou à moitié plein. Sur les 103 pages de bandes dessinées, 53 sont occupées par un dessin en pleine page. Évidemment, assez régulièrement, le lecteur peut se demander s'il est bien dans un récit raconté sur la base d'un art séquentiel, ou s'il s'agit plutôt d'une enfilade d'illustrations prêtes à être encadrés, reliés par une trame plus ou moins mince. L'avantage, c'est que ces pleines pages permettent de se repaître des trouvailles graphiques de Miller qui ne se contente pas de recopier les planches de DKR ou de Sin City. Par contre le revers de la médaille est que certaines autres pages croulent sous des phylactères massifs nécessaires à exposer suffisamment d'informations pour faire avancer l'intrigue, entre 2 enfilades de pleines pages.
    Le deuxième niveau de lecture pourrait être de considérer cette histoire comme un commentaire politique et social sur le terrorisme. Ne me faites pas rire ! Quand Frank Miller écrit DKR, la dimension sociale qu'il introduit consiste à exagérer les petits délits, les crimes quotidiens, et la voracité des médias pour tout transformer en un spectacle oppressant. le résultat est jouissif et cathartique, mais la résolution se limite à voir en Batman l'avènement d'un mythe capable de galvaniser les hommes de bonne volonté (aucune application pratique dans la réalité). "Holy Terror" ne peut être lu que comme un divertissement. C'est une réaction viscérale à un acte de terrorisme barbare et spectaculaire. Frank Miller propose une catharsis qui consiste à exterminer de l'extrémiste islamiste à tout de bras, sans faire de détail. On est dans le divertissement, pas dans l'analyse géopolitique. Les terroristes sont caricaturés et réduits au stéréotype du musulman générique Aucune analyse, aucune finesse, aucune sensibilité ; c'est du même niveau que de dire que tous les allemands étaient des soldats SS responsables de camp de concentration pendant la seconde guerre mondiale.
    "Holy terror" raconte l'histoire d'un superhéros dépourvu de toute personnalité, se faisant aider par une femme costumée (qu'il a tabassé avant les attentats terroristes) pour exterminer avec le plus de cruauté possible les méchants terroristes. Il y a quelques fulgurances impressionnantes du point de vue graphique, moins du point de vue narratif. Pour une histoire de superhéros, elle n'est pas très bien racontée.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

    • Livres 1.00/5
    Par nescio667, le 28 octobre 2014

    nescio667
    Empire City, la ville sur laquelle veille « L'arrangeur », un super-héros à l'allure batmanienne, est en proie au chaos après une attaque terroriste. Avec l'aide de son double féminin la « Chat-pardeuse », notre super-héros va tenter de démasquer les coupables et de les fiche hors d'état de nuire. Sa méthode s'avère radicale –mini-bombes, flingues et coups de pied dans la tronche- quant à savoir si elle sera efficace, il vous faudra attendre la dernière page de ce récit pour le découvrir.
    Présenté comme la dernière oeuvre tant attendue du grand Frank Miller, l'auteur de « Sin City » et de « 3000 », « Terreur sainte » a provoqué un certain buzz lors de sa sortie. L'auteur n'y ferait pas preuve d'assez de nuance dans sa dénonciation du terrorisme islamiste. Comme si la délicatesse était de mise avec des gens qui ruminent la destruction de notre civilisation et passent à l'acte à coup de bombes et d'avions détournés. Alors oui, Miller n'y va pas avec le dos de la cuiller : il nomme un chat un chat, un terroriste islamiste un membre d'al Quaida et cette dernière organisation une bande d'illuminés poussant leurs congénères au suicide. Objectivement, où est le problème ? Non, ce qui nous a réellement gênés, c'est le traitement artistique et scénaristique du thème. Dans l'ensemble, l'intrigue nous a paru tenir sur un ticket de métro (deux super-héros qui s'aiment mais éprouvent du mal à l'admettre, se mettent en chasse après un attentat hyper-meurtrier et filent une raclée définitive aux terroristes) et son traitement visuel trop long s'étirer en cases confuses, dans lesquelles le noir et blanc radical rend certaines scènes à la limite de l'incompréhensible. Alors que les huit premiers dixièmes de l'album nous sont livrés presque exempts de dialogues, Miller nous assène un final non seulement hyper-prévisible mais de plus plombé par de long dialogues et/ou récitatifs, histoire de s'assurer que le lecteur ait bien capté le message : Al-Quaïda et islamisme = terroristes, donc feu à volonté. Peut-être, en définitive, cet album est-il destiné à un public plus jeune, composé d'adolescents et de jeunes adultes, friands de manga et de comics, peu au fait de l'actualité…
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique


Critiques presse (6)


  • BDGest , le 15 octobre 2012
    La réponse de Miller au drame du World Trade Center n'est [...] pas vraiment un hymne à la tolérance et véhicule des idées nauséabondes, mais permet néanmoins d’exprimer les peurs profondes de l’auteur et de l'Amérique profonde.
    Lire la critique sur le site : BDGest
  • LeSoir , le 24 septembre 2012
    Que Frank Miller fasse débat, c'est tant mieux pour la liberté d'expression. Contrairement à L'innocence des musulmans, Terreur sainte a de vraies qualités artistiques. L'artiste ne cherche pas à heurter les convictions, il est dans le rapport de force.
    Lire la critique sur le site : LeSoir
  • Sceneario , le 24 septembre 2012
    Il y a un contenu très fortement propagandiste, avec un Miller très "inspiré". […] Graphiquement, c'est du très bon Miller, bien en colère, qui gifle ses planches avec son pinceau, qui griffe ses personnages, qui joue avec les lumières, les ombres, et nombreuses sont les planches qui sont simplement magnifiques !
    Lire la critique sur le site : Sceneario
  • Actualitte , le 21 septembre 2012
    Le comics traîne dans son sillage des relents nauséabonds de rancoeur post-11 septembre - au point d'avoir lui-même revendiqué ce titre comme une oeuvre de propagande.
    Lire la critique sur le site : Actualitte
  • ComicsMarvel , le 09 mai 2012
    Pas vraiment de propos politique, un trait certes puissant mais froid et des protagonistes peu crédibles, cela donne forcément un comic peu enthousiasmant et même franchement désappointant pour un auteur de la trempe de Miller.
    Lire la critique sur le site : ComicsMarvel
  • Sceneario , le 10 octobre 2011
    […] c'est un récit qu'il faut prendre avec des pincettes, avec du recul et une fois gratté le vernis anti-islamiste on se rend compte qu'on a ni plus ni moins une histoire de super héros bourrin, sauf que le propos est ici plus frontal, tout simplement ! Cet Holy terror est donc une grande surprise, à lire avec précaution, mais à lire tout de même. Puis bon, c'est quand même du Miller !
    Lire la critique sur le site : Sceneario

> voir toutes (23)

Videos de Frank Miller

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Frank Miller

Robert Rodriguez and Frank Miller on new stars and characters in 'Sin City 2'








Sur Amazon
à partir de :
21,00 € (neuf)
18,90 € (occasion)

   

Faire découvrir Terreur sainte par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz