Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2756101400
Éditeur : Léo Scheer (2008)


Note moyenne : 3.91/5 (sur 22 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Haute-Marne, 1437, Denysot-le-clerc raconte l'histoire sanglante qu'il a vécue. La ville de Chaumont est prise d'assaut par le Bastard de Bourbon. Pendant le massacre, un adversaire singulier fait face à ses troupes, semant la terreur. Ce personnage aux techniques de co... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (9)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par Charybde2, le 18 mars 2013

    Charybde2
    Guerre de 100 Ans revue, en vieux français, par Kurosawa et Jet Li : 100 pages de bonheur !
    1437. Les hordes d'écorcheurs, compagnies de mercenaires vendues au plus offrant (ou au "laissant davantage piller") mettent à feu et à sang la France qui se débat dans les derniers soubresauts de la guerre de Cent Ans. Celle d'Aligot, bâtard de Bourbon, est l'une des plus violentes et des plus cruelles... Pillages, tortures, viols, le narrateur vit tout cela avec grand naturel, lorsque suite à des changements d'allégeance, il va rencontrer de biens curieux personnages, parmi lesquels se distinguent une moine shaolin et un authentique ronin...
    Et là, sous vos yeux ébahis de lecteur enthousiaste, dans une langue moyenâgeuse superbement reconstituée, vous allez revivre le scénario... des Sept Samouraïs, dans lequel les villageois de Chaumont, encadrés et armés par les improbables compagnons, vont s'essayer à repousser la horde sanguinaire...
    Un véritable régal, haut en couleurs, délirant, à la fois historique et déjanté de mélange des genres, tout en n'écartant pas quelques échanges bien sérieux et pensifs entre les protagonistes, le soir à la veillée ou au coin d'une taverne...100 pages de bonheur !
    "Moi, Denysot-le-clerc, dit le Hachis et Spencer Five, ramassé deux mois devant dans le clos des Riceys, non point saoûl et nu comme on l'a dit mais vaillant sur la vigne et bien armé du baston, en défense, épargné ; je vis des femmes s'effondrer dans les fossés, des hommes courir, l'éclat des faucilles. Nos chevaux qui piétinaient la terre, frappaient et frappaient à coups redoublés. Je vis l'effroi sur le visage des fuyards qui trouvaient la porte close, la herse dressée devant eux leur barrant tout refuge. Pissaient et chiaient de trouille en appelant Baudricourt à ouvrir ! à ouvrir ! Ceux qui ne s'égaillèrent pas d'ailleurs furent pris en grand meslée avec les chevaux d'assault et tranchés roides - les eschielles posées sur leurs corps par-dessus la glace prise dans les fossés. Montèrent les piétons, dague aux deux poings, pendant que les archers arrosaient les remparts - mousche, mousche, mousche !
    Le Bailly Baudricourt fit sonner les cloches, fit envoyer son élite casquée, ses long bow pris aux Angloys et les porteurs de hallebarde. Iceulx culbutèrent quelque eschielle mais la piétaille était dans la place, taillait de taille, piquait de pointe et moulinait à plain bras. Hamée ! hamée ! Baudricourt haut et court ! Pendu par la gorge !"
    "N'eussent été les ordres du bastard, on les eût arsés sur le champ. Ni les vieillards ni les enfants n'en réchappaient. Il y en avait dès lors une bonne XIIzaine dans le puits, jetés là comme des balles de foin, si légers. On les entendait crier du fond, puis de moins en moins, puis plus du tout après qu'y soit précipité quelque moellon."
    "A la mi nuit, par décision commune et unanime, il fut arrêté qu'atout gens de Chaumont, les sept samouraïs, capitaines désignés, mèneraient résistance pleine et entière à tout envahisseur que soit bastard ou aultre et ville tiendraient. Ainsi fut-il dit, très solennellement, et scellé par jurement, ce jour cinq de septembre mil quatre cent trente sept."
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

  • Par MIOP, le 09 février 2012

    MIOP
    L'auteure du Dernier monde se renouvelle et nous surprend cette fois avec ce roman historique ou plutôt cette épopée médiévale où s'invitent, le plus naturellement du monde, deux personnages asiatiques de rônin, véritables incrustations-au sens électronique du terme- dans cette toile médiévale française ; les descriptions de leurs techniques de combat évoquent irrésistiblement ces films asiatiques où les combats sont filmés comme des danses, au ralenti ; cette « insertion » habile et savante contribue à cette sensation d' écriture utilisant les mots comme des images, ce qui fait que l'on assiste au déroulement de ces batailles et attaques comme si on était devant un écran : tout se déroule sous nos yeux et pourtant nous ne faisons que lire : on lit, on voit, on entend même. C'est très fort.
    Ce texte n'est qu'une longue histoire de batailles et exactions en tous genres, mais l'écriture et son traitement en fait un objet littéraire fascinant, plein de suspens ; les anachronismes, les mots anglais, le choix des noms des personnages, cet ancien français bidouillé"dans lequel on « s'installe » quasi naturellement
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par IreneAdler, le 10 janvier 2013

    IreneAdler
    An de grâce 1437. La ville de Chaumont est menacés par le Bastard Bourbon, homme cruel et pillard. 7 "samouraïs" vont alors former les habitants à la défense de leur ville.
    Racontée par l'un des samouraïs, la bataille se fait épique, visuelle. Dans le langage de François Villon, ce sont des images de manga et autres films de sabre qui apparaissent au lecteur. Si la lecture en vieux français est parfois fastidieuse, l'énergie de ce petit texte est communicative.
    Une belle petite découverte.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par BVIALLET, le 19 avril 2012

    BVIALLET
    En 1437, la ville de Chaumont est prise d'assaut et sauvagement pillée par le Bastard de Bourbon. Mais, au milieu des combats, apparaît un étrange adversaire, une femme-samouraï qui manie le sabre à la perfection et maîtrise au mieux le kung-fu et les techniques d'arts martiaux de l'Orient. Profitant de l'intervention d'un autre routier, Enguerrand, une poignée de combattants, las des exactions sanglantes du Bastard, réussit à reprendre la ville, à organiser sa défense et à repousser les assaillants. Cet échec ne portera pas chance au ravageur des campagnes…
    Ce livre ne peut pas être considéré comme un véritable roman historique. Ce « bastard de Bourbon » semble n'être qu'un pur produit de l'imagination de l'auteur. Les seuls bâtards ayant laissé une trace dans l'histoire de l'époque, étant Jean II dit « le connétable de Bourbon », né en 1426 et Hector, archevêque de Toulouse, n'ont rien à voir avec ce monstre sanguinaire assez improbable au demeurant. Ce n'est pas non plus un roman fantastique car on ne trouve aucune fantaisie, aucune féérie et aucune poésie là-dedans. Juste un bouquin d'horreurs, très gore. le sang coule à flot, les sévices les plus sadiques s'accumulent et Céline Minard semble s'y complaire. Une longue suite de combats, tueries et tortures sadiques qui finit très vite par lasser alors que le livre ne comporte qu'une centaine de pages. Seul intérêt : la langue utilisée. En apparence moyenâgeuse, truculente et exotique, mais en réalité un simple trompe l'œil, sorte de canada dry langagier. de plus, Minard truffe ses phrases de mots et expressions anglaises modernes aussi anachroniques et incongrues que la femme-samouraï de son histoire dont on se demande ce qu'ils viennent faire sous la plume d'un clerc de l'époque. L'écrivaine croit sans doute inaugurer un nouveau genre : le « Gore Pseudo-historique ». Les vrais amateurs d'Histoire n'y trouveront pas leur compte, seuls peut-être les lecteurs de bouquins d'horreur… et encore…

    Lien : http://www.etpourquoidonc.fr/
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Lagagne, le 16 octobre 2010

    Lagagne
    J'ai vraiment beaucoup aimé cet ovni littéraire. le mélange de français, d'ancien français inventé, de langues étrangères dans le même livre, la même phrase voire un même mot m'a destabilisé au départ mais conquise ensuite.
    Un Samouraï nommé Akira et une asiatique maniant les arts martiaux comme personne débarquant à Chaumont en l'an mil quatre cens trente sept fallait oser ! C'est fait et bien fait !
    Les scènes de ripailles, de tortures et de combats, surtout de combats, sont très visuelles et bien réalisées. On a l'impression d'y être !
    Un bon conseil de lecture.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

> voir toutes (2)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Lagagne, le 13 octobre 2010

    On fit pour l'occasion percer maints tonneaux de vin clairet et vin de Beaune. Furent embrochés et mis à rost quinze moutons et trente gourretz de laict en saulce à beau moust et faicts cent platz de gelée à la Tayllevent comprenant vingt et un poussins, six lapereaux, quatre cochons, trente gigotz de veau, quatre pintes de vinaigre blanc, six aulnes de toille, gingembre, graines de paradis et quatre quarterons de mesche mis dans vingt pots de terre et six jattes. Aussi quelques douzaines de ramiers et oiseaux de rivière et gros poissons mis en leschefricte et arousé de bouyllon de beuf. Et tartes bourbonnaises et tartes de pommes et pastés de poires crues et cerises au sucre.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la citation

  • Par IreneAdler, le 10 janvier 2013

    Et croyez bien que sur votre charette, vous repartirez les pieds devant et les coilles au bec.

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
34,00 € (neuf)

   

Faire découvrir Bastard Battle par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (51)

  • Ils sont en train de le lire (1)

> voir plus

Quiz