Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> David Deleule (Traducteur)

ISBN : 2723448142
Éditeur : Glénat (2004)


Note moyenne : 4.41/5 (sur 32 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Drapé de noir, prothèse forgée au bras, épée démesurée dans le dos, le guerrier noir se nomme Guts. Au travers de son périple, il poursuit les cinq "god hand", seigneurs du haut moyen âge. Avec son compagnon d'infortune l'elfe Puck, son voyage le mène au cœur d'une vill... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (1)

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par Alfaric, le 18 avril 2015

    Alfaric
    Autant aller à l’essentiel : "Berserk" est un titre majeur de la planète manga qui présente toutes les caractéristiques de l’œuvre d’exception, écriture et dessin gagnant sacrément en qualité de tomes en tomes. Toutefois âmes sensibles s’abstenir, car il s’agit d’une œuvre à ne pas mettre entre toutes les mains (à moins que vous ne vouliez traumatiser à vie un adolescent ^^) : visant à dénoncer les crimes commis par l’humanité, on assiste régulièrement à des scènes d’une rare violence, tant visuelle que morale, qui flirtent régulièrement avec les limites de l’insoutenable. Mais avec le manga "Berserk", jamais l’horreur n’aura été aussi magnifiquement dessinée, jamais l’enfer n’aura été aussi superbe à contempler, et on se retrouve hypnotisés comme les phalènes par le feu malgré quelques nuits de cauchemar en perspective…
    R.E. Howard disait qu’il ne savait jamais quelle quantité de violence et d'horreur les lecteurs étaient prêts à endurer… Et bien, avec ce titre vous allez découvrir vos limites, puis sans cesse les repousser ! ^^


    On aurait pu craindre avec le tome 1 qu’on aille vers un schéma à la "Hokuto no Ken" : Village opprimé par les bad guys… Héros sombre et taciturne arrivant dans un nuage de poussière… Explosion de violence avec pluie de coups donnés par le héros messianique… Amoncellement de cadavres de bad guys par centaines… Explosion de satisfaction : le Bien a triomphé du Mal !
    Et bien non, dès le tome 2 Kentaro Miura nous montre qu’il a des ambitions autrement plus élevés…
    - avec l’histoire de Vulgus qui ne vit que pour la revanche sur celui qui a massacré sa famille avant de le mutiler
    - avec l’histoire de Zondark, qui se laisse parasiter par le Comte pour prendre sa revanche sur le chevalier noir
    - avec l’histoire tragique du Comte, racontée par Vulgus et par Thérésia mais encore partiellement dévoilée…
    sans parler du dévoiement du christianisme (le Comte prend possession d’un corps en déclarant « ceci est mon corps… »)
    Il y aussi de ambiguïté avec Guts qui laisse Vulgus se faire exécuter en dépit de toutes les imprécations de Puck, pour ensuite se recueillir sur sa tombe et jurer d’accomplir sa vengeance, ou avec le Comte qui torture, mutile et dévore à tour de bras alors qu’il se montre d’une grande tendresse avec sa fille qu’il cloître pour mieux la protéger de la pourriture du monde extérieur qu’il ne connaît que trop bien…
    Puck capturé par le Comte et offert en cadeau à sa fille, essaye de convaincre cette dernière de le libérer puis de voler de ses propres ailes pour découvrir le vaste monde... Guts lui affronte l’invulnérable marionnette du Comte pour la deuxième fois, pour triompher une deuxième fois mais non sans mal avant la confrontation finale…
    Blessé voire handicapé Guts fait néanmoins place nette avant d’obliger le Comte à révéler sa véritable apparence. Puck, Theresia, Guts et le Comte sont assemblés au même endroit au même moment : le destin est en marche !
    Tout ceux qui décrient le manga comme étant bourrin et sans aucune originalité prouvent à la face du monde entier qu’ils sont bourrins et sans aucune originalité !
    Niveau graphismes le tome 2 est bien déjà au-dessus du tome 1 qui était déjà pas mal du tout. Mais j’ai trouvé que les dialogues un peu brute de décoffrage et je n’ai pas su trancher si c’était l’auteur ou le traducteur qui manquait de vista sur ce coup-là…
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 16         Page de la critique

> voir toutes (1)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Alfaric, le 01 avril 2015

    [le Comte à Guts] Tout était déjà écrit à l’instant où cette marque a fini sur ton cou. Un simple humain ne peut espérer se jouer de la providence divine !

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
5,95 € (neuf)
2,18 € (occasion)

   

Faire découvrir Berserk, tome 2 par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz