AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2353151485
Éditeur : Balland (2012)

Note moyenne : 1.33/5 (sur 3 notes)
Résumé :
1937, Vienne. L'arrestation de Fred Schwartz, son époux, a plongé Mina, juive d'origine tunisienne, dans un profond désespoir. Une nuit, elle s'enfuit en abandonnant Elisa, leur fille de 17 ans. L'orpheline rejoint son seul oncle à Paris mais dès l'entrée des Allemands dans la capitale, la famille part à Marseille. Objectif avoué : embarquer au plus vite pour Tunis. Elisa refuse de fuir et trouve une nouvelle raison de vivre en s'engageant dans la résistance. Elle y... >Voir plus
Critiques, Analyses & Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
horline
horline28 juin 2012
  • Livres 1.00/5
« le fil de la vie » est celui tissé par une jeune fille juive à la fin des années 30, Elisa, ayant fuit précipitamment Vienne à la veille de l'annexion de l'Autriche par l'Allemagne pour échapper aux arrestations. Echouée en France pour finalement s'ancrer à Marseille, on suit les aventures d'une jeune femme muée par la volonté d'aider les réfugiés qui, comme elle, affluent dans la cité phocéenne…
Ce simple résumé pourrait constituer une approche séduisante du roman. Mais la vérité est ailleurs, dans le style, la forme et la valeur intellectuelle… car à la fermeture de ce livre, la première question qui se pose est comment un éditeur peut publier une fiction aussi mauvaise ?
La force d'attraction du thème s'effiloche très vite. On croise des personnages monolithiques dénués de consistance psychologique ou marqués par les stéréotypes et les incohérences. L'auteur nous inflige une écriture aussi lourde qu'une enclume, qui marque au burin les sentiments et les tempéraments de ses personnages. C'est par ailleurs un roman constitué d'une trame indigente et décousue qui écrase de tout son poids un thème qui aurait mérité un meilleur traitement. Et d'ailleurs quel thème aborde-t-il ? Là où la quatrième de couverture suggère une fiction historique sur la résistance ou l'exil, l'auteur nous égare avec une éventuelle quête intime d'Elisa qui se révèle très aléatoire et superficielle.
Malgré les défauts majeurs de ce roman, on pourrait saluer la volonté de Nine Moati de mettre en lumière le rôle occupé par la ville de Marseille dans l'évacuation des juifs d'Europe vers l'Amérique, l'Afrique ou l'Asie, ou encore la protection apportée par les Turcs aux persécutés. Seulement c'est peine perdue, la narration transformant ces faits historiques souvent ignorés en une célébration de l'amitié des religions et des peuples grotesque. On se rend compte rapidement que Moati ne théorise pas, ne fait pas dans la dentelle intellectuelle.
« le fil de la vie » appartient à ces romans qui vous font douter des vertus stimulantes et envoûtantes de la lecture. Si ces précédents romans sont de même facture, j'invite vivement madame Moati à déposer la plume et s'occuper de ses petits-enfants qu'elle embrasse chaleureusement à la fin de ce livre. Exagéré ? Non, car il est toujours agaçant de consacrer du temps à la lecture de très mauvais romans et d'en priver les bons livres.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          170
jostein
jostein29 juin 2012
  • Livres 2.00/5
Nine Moati à choisi de mêler fiction et personnages et lieux réels pour nous livrer une vision moins connue des rafles anti-juives de la seconde guerre mondiale. Elisa, mi autrichienne, mi tunisienne doit prendre son destin en main après la déportation de son père et la disparition de sa mère. Recueillie par son oncle à Paris, elle croise de nombreux réfugiés et s'installe chez Maya et Aldo Enriquez. Lors du départ de son oncle en Autriche, elle s'exile vers Marseille en zone libre avec les Enriquez.
À Marseille, elle s'engage auprès de Varian Fry, un américain venu aider les intellectuels juifs à fuir la France. Toutes les amitiés qu'elles nouent partiront vers d'autres pays. À chaque fois, elle se retrouve seule et s'engage davantage dans l'action, notamment avec le vice consul turc, Necdet Kent.
Ce livre rend hommage aux étrangers comme Varian Fry ou Necdet Kent, personnages réels qui se sont engagés pour délivrer des visas aux juifs réfugiés à Marseille, ont personnellement accompagné ces personnes au-delà des frontières. L'auteur a recensé en fin de livre une petite biographie des personnages réels, une continuité qui permet de savoir ce qu'ils sont devenus.
Toutefois, je regrette que l'auteur ait associé au récit historiques des faits réels, une fiction souvent trop romantique sur la vie d'Elisa. C'est une jeune fille adorable et courageuse mais ses rêves de prince charmant, ses réactions puériles donnent un ton mièvre à cette histoire pourtant tragique. le ton est léger, le récit souffre de trop de raccourcis, de répétitions et quelque fois d'incohérences ( comme la tentative de fuite de ce vieux philosophe Walter Benjamin. L'auteur insiste sur sa vieillesse et son incapacité pour annoncer ensuite qu'il meurt à 48 ans).
Le sujet est intéressant et l'auteur est très documenté mais je regrette que la fiction créée autour de ces évènements historiques soit aussi sentimentale et naïve.
A noter, aussi, la très jolie photo de couverture de cette édition.

Lien : http://surlaroutedejostein.over-blog.com/article..
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          50
Castel82
Castel8219 novembre 2013
  • Livres 0/5
Quel gâchis ! Il y avait de là de quoi écrire un grand livre, si un vrai écrivain s' était emparé du thème ! Un style (?) déplorable, quelques fautes d' orthographe, des incohérences, de la mièvrerie qui édulcore le propos de l' auteur. Je suis très déçu et j' ai l' impression d' avoir vraiment perdu mon temps à lire cet ouvrage.
Commenter    J’apprécie          00
boubrik
boubrik02 octobre 2013
  • Livres 0/5
Du déjà vu
Commenter    J’apprécie          00
boubrik
boubrik02 octobre 2013
  • Livres 0/5
Du déjà vu
Commenter    J’apprécie          00
Citations & extraits (1) Ajouter une citation
josteinjostein29 juin 2012
La vie étrangement faite, la vie qui ne répondait jamais à des règles établies- sauf peut-être dans certains milieux bourgeoisement frileux- la vie qu'elle, Elisa, la jeune fille mi-autrichienne, mi-tunisienne, devint turque un soir de pleine lune, au songe d'une nuit d'été...
Commenter    J’apprécie          60
Video de Nine Moati (1) Voir plusAjouter une vidéo

Mon enfant, ma mère
Adaptation pour la télévision d'un récit autobiographique de Nine MOATI. En Tunisie, en 1955, à la veille de l'Indépendance, une famille bourgeoise vit paisiblement à Tunis dans une grande villa au bord de la mer : le père, journaliste et chroniqueur à radio-Tunis, la mère et leurs deux enfants, Henri, 10 ans et Janine, 18 ans. de culture française, ils appartiennent à la coloniejuive...
autres livres classés : seconde guerre mondialeVoir plus





Quiz Voir plus

La guerre d'Espagne

Née dans une famille de mineurs basques, militante républicaine, elle est connue pour son surnom, ses formules, ses discours. Son nom : Ibarruri. Son surnom : La Pasionaria. Son prénom ?

Paloma
Dolores
Encarnacion

10 questions
130 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre civile , espagne-20ème siècle , guerre civile espagnoleCréer un quiz sur ce livre