Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2714452744
Éditeur : Belfond (2012)


Note moyenne : 3.8/5 (sur 10 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Le volume 1 du Commissaire Léon comprend les deux premiers titres de la série : Madame Édouard, adapté au cinéma avec Michel Blanc, qui incarne le commissaire Léon, et La Nuit des coquelicots.Madame Édouard Les cadavres de jeunes femmes disparues sont découverts ensevel... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (8)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par rickiss, le 17 octobre 2014

    rickiss
    Une fois de plus, j'ai été emballée par la lecture des romans de Nadine Monfils ! Quel plaisir de découvrir ici d'autres personnages que Mémé Cornemuse, tout aussi attachants et drôles.
    Madame Edouard : un superbe récit, aussi drôle que plein de tendresse, absolument parfait pour découvrir les personnages de cette série de nouvelles policières à l'humour absurde et grinçant. Que ce soit le commissaire Léon (juste parfait, entouré de son chien Babelutte et sa mère Ginette !), que ses acolytes policiers ou sa pétulante secrétaire, en passant par les habitués du quartier de Montmartre, on est enchanté et franchement amusé par cette galerie loufoque et attachante.
    L'intrigue en elle-même n'est pas mal du tout, mais finalement, contrairement à des romans policiers plus "sérieux", mon intérêt n'a pas tant résidé ici dans la volonté de découvrir le coupable que de me délecter de chaque page de ce livre.
    La Nuit des coquelicots : récit plus sombre et plus trash que le précédent (ce qui constituent aussi d'autres facettes de l'écriture de Nadine Monfils), l'histoire en reste intéressante, et on a surtout un immense plaisir à retrouver les personnages du précédent volet. Il y a une vraie cohérence entre toutes ces nouvelles, et on suit l'évolution des personnages avec bonheur.
    Même si j'ai eu un coup de coeur pour "Madame Edouard", "La Nuit des coquelicots" constitue un récit agréable, drôle et torturé, qui fait passer également un excellent moment.
    Un livre qui se dévore littéralement (impossible de le lâcher une fois commencé !), et qui change vraiment les idées ! Malgré (ou grâce à) son humour noir, Nadine Monfils a le chic pour ensoleiller mes journées : ) Je suis une grande fan !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

  • Par Taylor, le 15 juin 2012

    Taylor
    Je me suis tout simplement régalée avec ses personnages hors normes dans tous les sens du terme, Irma le travelo (qui m'a beaucoup ému, il, elle, enfin je l'ai trouvé très attachant(e)), Pinchon, allergique au modernisme, Nina la secrétaire plus intéressée par ses fesses que par son travail.
    Mais la palme revient au commissaire Léon. Ici, point de flic désabusé, tombant dans l'alcool, la drogue ou autres joyeusetés pour oublier son quotidien. Non lui, sa marotte c'est LE TRICOT !! Eh oui pour se détendre le commissaire tricote, une maille à l'envers, une maille à l'endroit et tout marche droit. Faire des mailles le détend et l'aide à faire fonctionner ses petites cellules grises (Hercule Poirot si tu nous regardes).
    Il tricote pour son chien qui n'en demande pas tant. Il trouve les « œuvres » de son maitre affreuses ; le pauvret ne comprend pas ce qu'il a fait pour mériter un tel traitement.
    Les enquêtes se suivent donc toutes seules, il y a toujours quelques choses qui se passent à chaque page. Bref on ne s'ennuie pas.
    Et puis Montmartre est là aussi avec ses rues et ses quartiers qui font son charme, preuve de l'attachement de l'auteur.
    Si vous voulez du rire, du suspense, de l'action et du tricot suivez les aventures du commissaire Léon.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par seriephile, le 30 juillet 2012

    seriephile
    Ma critique :
    FICHE D'IDENTITE :
    Prénom : Léon
    Profession : commissaire
    Nationalité : Belge
    Age : 40 ans
    Animal de compagnie : un chien prénommé Babelutte
    Adresse : rue Robert Planquette, Montmartre
    Signes particuliers : vit avec sa mère, Ginette, collectionneuse dans l'âme; fait du tricot en secret depuis qu'il a arrêté de fumer
    Bistrot préféré : le Colibri de Jeannot
    Collègues : Lieutenant Bornéo, père de famille nombreuse; Secrétaire Nina Tchichi, créatrice de boucles d'oreilles très originales.
    Notre commissaire est à la tête des deux enquêtes que contient ce volume. Les intrigues de ces deux histoires sont vraiment très différentes, ce qui permet, lorsqu'on les lit à la suite l'une de l'autre, de ne pas avoir le sentiment de lire deux fois la même histoire, donc pas de redondance. Elles fonctionnent donc aussi très bien seules, et peuvent se lire indépendamment l'une de l'autre. Il y a des rebondissements, du suspens, brefs tous les ingrédients nécessaires à la confection de très bonnes histoires. Mais lorsque l'on connait l'auteure (j'ai pour ma part déjà lu Les Vacances d'un serial killer et La petite fêlée aux allumettes) on peut s'attendre à être totalement emmené dans des histoires de meurtres où l'humour est lui aussi très présent! Ainsi, comme je m'y attendais, j'ai retrouvé un langage fleuri, très imagé, parfois grivois mais jamais vulgaire, et une écriture vraiment atypique puisque l'on a l'impression d'entendre les personnages parler! En bref, j'ai, encore une fois, beaucoup apprécié les histoires de Nadine Monfils! Je suis toujours surprise par les personnages qu'elle invente, à la fois drôles et fantasques, et la manière dont elle les insère dans des histoires qui ne le sont pas!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par lisalor, le 10 juillet 2012

    lisalor
    Mon avis : Un livre avec deux enquêtes du commissaire Léon : "Madame edouard" et "La Nuit des coquelicots", j'ai passé un bon moment de lecture même si les enquêtes ne sont pas des plus palpitantes, je dois dire que Nadine Monfils a des personnages plutôt hauts en couleur, loufoques et atypiques. Si vous cherchez un bon moment de détente, je vous conseille fortement cette auteur vraiment originale qui sait manier le verbe, les mots.
    J'ai bien aimé la gouaille des personnages dans un style direct et assez imaginatif.
    "Madame edouard" :
    Madame edouard, c'est Irma un "travelo ménagère"
    Nous sommes à Paris, des filles disparaissent, toutes étudiantes en peinture, on les retrouve ensevelies à côté des tombes de peintres célébres. Jusqu'au jour où la fille d'Irma enfin Edouard de son prénom voit aussi sa fille s'envoler sans donner de nouvelles.
    C'est le commissaire Léon qui enquête sur les disparitions, Irma se tourne donc immédiatement vers lui son copain de bistrot.
    J'ai bien aimé cette enquête, c'était marrant et distrayant.
    "La Nuit des coquelicots" :
    Trois amies en virée, renverse une petite fille venue cueillir des coquelicots pour sa maman, elles décident de fuir et d'abandonner le corps sur le bord de la route mais bientôt l'histoire va les rattraper, elles vont devoir payer pour ça.
    Des morts, des enlèvements et comme fil conducteur des pétales de coquelicot, le commissaire Léon enquête.
    J'ai un peu moins aimé cette enquête peut-être du au nombre effarant de cadavres dans les derniers pages.
    Ces deux livres ont en commun un défilé de personnages hétéroclites et complément barrés.
    Le commissaire Léon tricote des vêtements pour son chien pour combattre son stress depuis qu'il a arrêté de fumer, mais ce n'est pas du tout du goût de celui ci, Babelutte préfère aller chez le médecin légiste pour voir si quelque chose ne tombe pas de la table de dissection ou courir avec le chien homo "Emile".
    Les deux collègues de Léon sont aussi bizarres: l'un écrit des romans à l'eau de rose pour arrondir ses fins de mois et l'autre est monsieur catastrophe, il trouve moyen de se coincer dans la photocopieuse ...
    Nina, la secrétaire est toujours affublée de boucles d'oreilles extravagantes, en forme d'aquarium vivant, de ventilateurs ....
    Je ne vais pas passer en revue tous les personnages, c'est à vous de les découvrir car je me suis bien amusée avec cette tribu de mohicans.


    Lien : http://lisalor.loulou.over-blog.com/article-madame-edouard-la-nuit-d..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par mutinelle, le 28 novembre 2012

    mutinelle
    Ce livre est arrivé dans ma boite aux lettres par surprise et je dois dire que je ne le regrette pas !!
    J'ai découvert l'auteure, Nadine Monfils, avec La petite fêlées aux allumettes (cliquez sur le titre pour lire mon avis) et j'avais complètement adhéré à son style décalé et ses personnages complètement loufoques ! J'ai eu avec ce livre regroupant deux tomes, deux fois plus de plaisir. Les personnages sont les mêmes, La petite fêlées aux allumettes étant le dernier tome paru des enquêtes du commissaire Léon, mais j'ai fait là un retour aux sources qui m'a éclairci sur pas mal de points.
    Dans le premier tome, le commissaire Léon enquête sur des séries de meurtres où les cadavres sont découverts mutilés enterrés derrières les tombes de peintres célèbres. À côté de ça, dans son quartier, Irma, transsexuel, est contacté par sa fille qui veut faire sa connaissance suite à la mort de sa mère. La rencontre père (mère)/fille promet d'être assez atypique…
    Dans le second tome, des meurtres sont commis sans liens apparents entre eux, le commissaire Léon en perd un peu son latin, sauf qu'il ne faut pas toujours se fier aux apparences. (Mes résumés sont volontairement très superficiels pour ne pas vous en dévoiler trop, en plus de la 4ème de couverture.)
    Je le dis tout de go, je suis fan du style d'écriture familier de l'auteure ! Elle écrit comme parle le titi parisien de base et c'est une vraie bouffée d'air pur ! J'ai avalé les pages sans me rendre compte que j'avançais à grand pas dans l'histoire. En un week-end, le livre (les deux tomes donc) était lu ! Pas de description alourdissant le rythme mais des dialogues ponctués d'un humour pas piqué des vers !
    Les personnages sont tous atypiques, de vraies caricatures de regroupant tous les défauts du français moyen. Chacun y retrouvera un de ses voisins, ou sa vendeuse de poisson sur le marché du vendredi matin. J'ai passé un excellent moment avec ces personnages, ayant presqu'envie d'aller prendre un petit ballon de blanc au coin du comptoir de Jeannot avec eux, pour échanger les potins et faire marcher ma langue de p***…
    L'intrigue en deviendrait presque secondaire. Attention, je ne dis pas qu'elle est dénuée d'intérêt, l'auteure arrive à insuffler du suspens dans sont récit, mais les personnages haut en couleurs ont accaparé toutes mon attention.
    Les enquêtes du commissaire Léon sont un mélange de brèves de comptoir et des enquêtes du commissaire Maigret, la lecture toute trouvée pour cette période de vacances. Un livre à savourer sur la plage ou au bord d'une piscine. Et pour ceux qui ne partent pas, c'est une réelle parenthèse de détente.

    Lien : http://mutietseslivres.com/2012/06/27/les-enquetes-du-commissaire-le..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

> voir toutes (17)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par rickiss, le 19 octobre 2014

    - Commissaire ! Commissaire !
    Nina Tchitchi entra dans le bureau sans frapper. Elle paraissait dans tous ses états. Heureusement, le commissaire Léon n'était pas occupé à tricoter, il compulsait le dossier Raynart. [...]
    - Je vous ai déjà demandé de ne pas entrer comme ça sans prévenir !
    - 'Xcusez-moi, commissaire, mais il y a un drame affreux. Pinchon est coincé dans la photocopieuse.
    - C'est une blague ?
    - Pas du tout ! Vous connaissez sa maladresse avec tous les appareils modernes... [...]
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par rickiss, le 19 octobre 2014

    Les mains sous le menton, le commissaire Léon fixait le curé assis en face de lui. On le connaissait bien dans la maison ! Au moins une fois par mois, le vieux curé se faisait choper dans les grandes surfaces en train de piquer des attaches trombones ! C'était son truc à lui. Un jour, suite à une plainte déposée par un directeur de magasin qui avait vu son stock diminuer à vue d'oeil, la police avait fait une perquisition au presbytère. C'est ainsi que Léon avait découvert un jésus grandeur nature entièrement fabriqué avec des attaches trombones !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par rickiss, le 19 octobre 2014

    Le commissaire Léon glissa son flingue dans son holster, enfila son blouson d'aviateur et sortit. A quarante ans, plutôt mince, les cheveux noirs, il avait l'air d'un mec dans le coup. Qui aurait pu soupçonner qu'il tricotait en cachette ?

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par rickiss, le 19 octobre 2014

    Par la porte ouverte, on apercevait le médecin légiste occupé à scier la calotte crânienne d'un vieillard.
    - Merde ! jura le légiste, j'ai pété ma scie !
    Le commissaire profita de cet instant d'accalmie pour entrer.
    - Bonjour, toubib !
    - Ah, salut, commissaire. Il avait la tête dure, le p'tit vieux ! Vous vous y connaissez en bricolage ?
    - Pas vraiment.
    - On n'a qu'une seule scie électrique pour cinq salles de dissection, se plaignit le toubib.
    - La police se cotisera pour vous en acheter une à Noël ! [...]
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

> voir toutes (32)

Videos de Nadine Monfils

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Nadine Monfils

Nickel blues de Nadine MONFILS, aux Editions POCKET. Ça se passe en Belgique. Deux ados, Ralph et Tony Boulon, décident de ne pas accompagner leurs parents en vacances. Comme chaque année, ceux-ci vont se reposer dans leur caravane avec la mémé ventriloque et faire le tour des baraques à frites des plages du Nord. Après une nouba de tous les diables dans le pavillon familial, les deux frères se réveillent complètement dans le cirage. Ils découvrent la maison sens dessus dessous : la baignoire est remplie de vaisselle, des capotes pendent au lustre et le canari est retrouvé calciné dans le four ! Seul Bubulle, le poisson rouge, est sauvé in extremis, surnageant dans des eaux douteuses. Gros problème : les parents rentrent le lendemain et les frangins ont une touffe de poils dans la main. L'aîné a soudain une idée géniale : kidnapper une nana du coin pour faire le ménage. Mais les choses ne se passent pas exactement comme prévu...








Sur Amazon
à partir de :
13,99 € (neuf)
12,50 € (occasion)

   

Faire découvrir Les enquêtes du commissaire Léon. Tomes 1 et 2 : Madame Edouard ; La Nuit des coquelicots par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez les éditions Belfond

> voir plus

Quiz