Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2290084069
Éditeur : J'ai Lu (2013)


Note moyenne : 3.96/5 (sur 308 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
"Ma philosophie tient en quelques mots : si personne n'essaie de me tuer, c'est une bonne journée. Autant vous le dire, ça ne va pas très fort, depuis quelques temps. Depuis la chute des murs qui séparaient les hommes des fäes. Pour moi, un bon fäe est un fäe mort. Seul... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (113)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par Myiuki, le 22 novembre 2012

    Myiuki
    Si j'ai lu ce livre, dans un premier temps, c'est parce que j'en avais beaucoup entendu parler ... comme d'un série incontournable de ce nouveau genre qui est devenu de prédilection pour moi, la bit-lit. Ensuite, ce qui m'a réellement décidé, c'est que ma copinaute Stellabloggeuse l'a choisi pour notre challenge commun sur Livraddict. Voilà deux bonnes raisons de me plonger dans les entrailles du premier tome d'une saga dont on nous rebat les oreilles et qui semble emporter un large succès auprès de public. Pour ma part, je reste perplexe et je vais tenter de vous expliquer pourquoi.
    Avant tout, je dois dire que j'ai apprécié de découvrir la mythologie mise en place par l'auteur et qui nous entraîne, au gré des légendes irlandaises, dans des territoires qui m'étaient jusqu'alors inconnus, ceux des faes et des side-sheers, entre autres. J'ai été fascinée par tout ce nouvel univers qui se dévoile sous nos yeux à mesure que la réalité de distend et se tord pour révéler son vrai visage. C'est à la fois magique et angoissant. On prend cependant plaisir à imaginer ces créatures, à les voir évoluer parmi nous, malgré le fait que pour la plupart elles soient on ne peut plus repoussantes et surtout très dangereuses. On apprend ce que sont les faes, ces êtres de lumière ou de ténèbres aux pouvoirs impressionnants qui ressemblent soient à des dieux soient à de gros baveux pas franchement ragoûtants et qui jouent avec les hommes (enfin, surtout les femmes) juste pour le fun. On apprend que ces mêmes êtres imaginaires sont capables de se caper d'un masque les rendant indétectables aux pauvres humains que nous sommes mais qu'une poignée de gens, les side-sheers, ont l'aptitude leur permettant de voir leur vraie nature. Bref, ce que l'on apprend surtout c'est à tout remettre en cause et à entrevoir de nouvelles possibilités. J'aime quand un auteur nous ouvre ainsi les portes d'un monde inconnu, quand il nous livre ses codes, ici, notamment avec un lexique fort utile, quand il nous laisse penser à tout ce qui peut en découler. C'est un nouvel univers plein de surprises, qui nous force à nous demander ce qui nous attend au prochain détour d'une rue, à regarder par deux fois la personne assise au bar derrière nous, ce mec-là, est-ce naturel qu'il soit si canon ?, bref, c'est un livre qui vous entraîne dans les méandres d'un jeu d'opposition entre l'ombre et la lumière, le manichéisme à son apogée. Mais il brouille les pistes, les troubles, après tout, peut-être que le noir et le blanc ont quelques délavés ? On s'interroge, on devient paranoïaque, on tremble, on a peur de sortir en ville la nuit, peur de croises ses ombres qui avalent les êtres humains comme d'autres avalent un steak et n'en laissant que poussières parcheminées, flippant. Oui, ce que nous offre ici l'auteur est sombre, angoissant, c'est un monde que l'on refuse d'accepter, de voir en face, comme le fait Mac, parce qu'il est troublant, qu'il vous emmène dans des dédales que vous ne souhaiteriez pour rien au monde explorer. C'est un univers qui vous change, vous et votre vision de la "féerie", c'est mystérieux tout en étant très bien expliqué par l'auteur. Une chose est sûre, on est bien loin de la fée clochette ou des gentils lutins, ici, on se rend vite compte que les "méchants" sont plus présents qu'on ne l'imagine, après tout, l'histoire elle-même commence avec un meurtre ...
    Celui qui va tout bouleverser dans la vie de MacKayla Lane, celui de sa sœur Alina. Sans même y réfléchir, Mac décide de prendre le premier avion pour rejoindre les lieux du crime, à savoir Dublin, Irlande, afin de mener l'enquête sur la disparition de sa sœur. J'aime beaucoup ce concept qui nous parle de venger la mort d'Alina en découvrant l'identité de son assassin, d'essayer de reconstituer ce qu'était sa vie si loin de sa famille en marchant dans ses pas, c'est à la fois émouvant et captivant, car on découvre vite, qu'à l'instar des faes, Alina ne semblait plus être celle que sa sœur avait autrefois connu. Que se cache derrière le mystère de ce qu'était devenue la jeune femme ? Voilà une énigme passionnante à résoudre ! Cette "enquête policière" sous-tend une bonne partie du texte, elle est la raison d'être de celui-ci, la cause des changements dans la vie de Mac, elle permet aussi au lecteur d'engranger des sentiments tels que l'empathie, la compassion. Dès le départ, on a envie que Mac retrouve le meurtrier, forcément, du coup, on s'implique plus facilement dans ses recherches, dans ses hypothèses, même si là, par contre, elles sont peu nombreuses. Finalement, je trouve que ce concept de départ qui est très bon est vite laissé de côté voir même submergé par tout autre chose, à savoir la découverte par Mac de l'identité secrète de sa sœur qui se révèle être la même que le sienne. Remise en cause, doutes, incrédulité, Mac passe par tous les stades et ne veut pas croire à ce qu'on lui met sous les yeux même qu'elle le vit en direct livre, ce qui m'a d'ailleurs prodigieusement agacée ! Non, mais, il est bien connu que toutes les héroines acceptent au bout de deux secondes de croiser vampires et autres loups-garous dans la rue sans problème, alors pourquoi pas elle ? Bref, sortie de là, j'ai trouvé que le prétexte de l'enquête était donc un peu trop mis à l'écart, alors qu'on remarque, notamment à la fin, qu'il nous réserve pas mal de surprise. Ce meurtre fait office de révélateur, il est aussi à la base d'une pyramide de faux-semblants qui ne demandent qu'à s'écrouler. J'attends justement que cela se produise ! Bien sûr, on a quelques retombées dans le texte, mais beaucoup de questions doivent encore trouver leurs réponses, d'autant que le suspens instauré par l'auteur nous met l'eau à la bouche. Cette enquête va se dédoubler. En parallèle, Mac va tenter de mettre la main sur une chose que sa sœur lui a demandé de retrouver, le Sinsar Dubh, je ne vous dis pas ce que c'est sinon je vous gâche tout le plaisir de le découvrir, mais disons que beaucoup de gens le recherchent et que partir sur ses traces n'est pas chose aisée. du coup, on plonge là aussi dans une sorte de traque sombre, intrigante, dangereuse, qui nous emmène à la rencontre de gens pas vraiment recommandables. Une quête égnimatique, pleine de mystères et de légendes et qui nous ouvre encore un peu plus les yeux sur la mythologie mise en place par l'auteur. C'est une traque qui va changer Mac, lui faire faire des choses qu'elle n'aurait jamais imaginé pouvoir faire la semaine d'avant. On se laisse emporter par cette aura de secret qui nous tourne autour du long ... qui a le Sinsar Dubh ? Pourquoi a-t-il tant d'importance ? Quels sont ses pouvoirs ? Bref, on se laisse porter par les évènements et cette enquête est aussi l'occasion pour nous de faire la connaissance de nos personnages, notamment d'un certain Jéricho Barrons ...
    Ah la la, que dire de ce mystérieux Barrons ? Mon Dieu ! Cet homme-là est libraire ! Si je n'étais pas déjà une lectrice affirmée, il me donnerait envie de me convertir ! Rien que pour pouvoir m'asseoir sur le canapé de sa librairie ... avec lui à côté ^^ Plus sérieusement, voilà un personnage on ne peut plus étrange, énigmatique, secret, flou, bref, tous les qualificatifs tendant à dire qu'en fait on ne sait rien de lui conviennent. Et même après avoir refermé le livre, je me demande toujours s'il n'est pas juste un produit de mon imagination. Qui est-il ? Qu'es-t-il ? Pourquoi aide-t-il Mac dans ses recherches ? Hum, mystère et boule de gomme ! Il est vrai qu'il apparaît comme par magie dans la vie de Mac et que c'est lui qui lui dévoile la vérité sur ce qu'elle est, sur son rôle, ses capacités. Bref, il est à la fois une sorte de mentor (une véritable encyclopédie vivante) et de protecteur (je veux le même ! *soupirs*). Ce qui me fascine avec ce personnage, c'est son ambivalence. Il paraît être du côté des gentils, représenté la lumière, d'un autre côté, il fraie parmi les requins, côtoie les ombres de la nuit, n'a peur de rien. Voilà qui m'intrigue au plus haut point et du coup j'ai envie de lire le tome 2 rien que pour savoir ce qu'il en est à propos de cet homme mystère. Et me revoilà partie à craquer pour un personnage fictionnel ! En même temps, comment résister à Barrons, hein ? Impossible ! Bon, j'ai une théorie que je dois vérifier à son propos aussi concernant sa véritable nature ... J'ai hâte de voir si je me suis fourvoyée ... ou pas ! Sinon, je dirai, heureusement qu'il est là pour pimenter un peu l'ensemble parce que l'héroïne du roman, Mac, je n'ai pas réussi à l'apprécier ... du tout. Comment dire ? Elle m'exaspère ! Déjà, elle représente l'américaine provinciale typique qui se contente de sa petite vie dans son bled perdu et qui ne rêve de rien d'autre, et qui, prenant l'avion pour la première fois à l'impression que l'Irlande c'est l'autre bout du monde. Bon, déjà, on était mal parties toutes les deux. Son côté superficiel est souvent mis en avant, ce qui ne m'a pas plu non plus, j'ai du mal avec son côté "Barbie" qui est souligné par l'auteur. On a l'impression en fait qu'on essaie de la dénigrer, de la faire paraître pour une débile profonde, alors qu'on sent à côté de ça qu'elle a quelque chose de probant à offrir. Elle est courageuse, déterminée, plus forte qu'elle en a l'air et a un certain sens de l'humour, même s'il est trop rarement mis en avant également à mon avis, c'est dommage d'ailleurs ! Donc, ce qui me dérange avec Mac, c'est l'image qu'elle renvoie, je préfèrerai qu'on voit plus souvent de son âme car elle, a réussit à me convaincre, à me toucher, son amour pour sa sœur, sa tristesse, ses angoisses, bref, elle ressent de fortes émotions qui se propagent rapidement au lecteur quand on sait les accueillir, mais ça se perd trop derrière un masque exagéré ...
    Pour finir, je vais vous parler rapidement du style de l'auteur. Même si elle nous en dit beaucoup dans ce premier tome, ce qui est très bien parce qu'on est pas vraiment perdu dès le départ, elle laisse énormément de choses en suspend, de fait, on se demande comment les choses vont évoluer pour Mac ? Une guerre va-t-elle être déclenchée ? Va-t-elle trouver le Sinsar Dubh ? Et que va-t-il se passer entre elle et Barrons ? Bref, plein d'interrogations pour quelques réponses. le style de l'auteur est fluide et agréable, même si certaines tournures de phrases ne m'ont pas plu, dans l'ensemble, j'ai accroché. C'est un livre qui, malgré le fait que ce soit un pavé, se lit rapidement car on est rapidement entraîné par le récit qui ne manque ni d'actions, ni de rebondissements. L'ensemble est dynamique, prenant, porté par des découvertes et des rencontres tout aussi improbables qu'étranges. On a pas le temps de s'ennuyer même si je pense que l'auteur aurait encore pu booster un peu plus l'ensemble et enrichir son style ... mais ce n'est que mon avis. J'ai bien aimé par contre les quelques passages qu'elle a consacré au journal de Mac, cette idée de la prise de notes et du lexique qui l'accompagne m'a parue vraiment sympa, parce qu'elle reflète la vraie Mac et surtout utile parce qu'il y a quand même pas mal de nouveaux mots à mémoriser avec ce livre. On s'y perdrait vite sans ça ! Par contre, s'il y a bien une chose que je n'aime pas, mais alors pas du tout, et qui m'a gênée dans ce livre, c'est que l'auteur nous dit à l'avance ce qui va se passer ... déjà, on sait dès le départ que Mac est toujours en vie, du coup, même quand il y a affrontement ou qu'on a le sentiment qu'elle pourrait mourir, notamment à la fin, eh bien, ça n'est en rien palpitant, parce qu'on sait déjà qu'elle s'en sort ... ah, je n'apprécie pas qu'on me coupe l'herbe sous le pied comme ça ! Où est l'intérêt ? Et puis le côté "imbu" de Mac, c'est moi qui est parlé de ça en premier et maintenant tout le monde l'appelle comme moi ... ouais, j'aime pas non plus. Etait-ce vraiment nécessaire ces points de vue "venus du futur" ? Je ne pense pas, du moins, pour ma part, je m'en serais facilement passer ... Bon, dans l'ensemble, j'ai quand même apprécié ma lecture même si j'aurais voulu être un peu plus emballée que ça. Il y a du bon comme du mauvais entre ces lignes et il me manque néanmoins la petite étincelle qui change tout et passionne. Je me dis que, comme souvent avec les premiers tomes, la suite se bonifiera ... reste à savoir si je vais la lire !
    Pour conclure, je dirai que c'est un bon début de série, que le roman ouvre les portes d'un univers aussi dangereux que fascinant qui nous réserve encore beaucoup de surprises. J'ai pris plaisir à ma lecture même si je suis loin du coup de cœur. En attendant, c'est effectivement une série incontournable de la bit-lit qu'il faut découvrir, elle a les moyens de vous enchanter à sa manière.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Syl, le 09 mai 2013

    Syl
    Attention ! Tome 1 et 2...
    De nos jours, en Irlande, un féroce combat s'échafaude entre les faës Unseelies et Seelies. Des êtres venus d'une autre galaxie sont parmi nous. Ils aspirent notre énergie, nous rongent et nous dessèchent, laissant derrière eux notre enveloppe charnelle, confit dans une peau ratatinée, aussi fragile que du papier de soie.
    Juillet, Géorgie, Etats-Unis
    Au bord de sa piscine, MacKayla Evelina Lane apprend la mort de sa soeur aînée, partie étudier en Europe. Lorsque, par téléphone, on lui annonce le décès, c'est son univers qui sombre. Plus rien n'a d'importance et mécaniquement, avec beaucoup de mal, on essaie d'absorber l'air pour survivre à la disparition d'un être aimé. Elle seule a vu le cadavre rapatrié d'Alina à la morgue, un corps torturé. Quelques jours plus tard, elle consulte la messagerie de son téléphone portable et entend la voix de sa soeur…
    "- Mac ? Réponds, je t'en prie ! J'ai besoin de toi ! Je suis tombée directement sur ta messagerie. Pourquoi as-tu encore éteint ton portable ? Rappelle-moi dès que tu as mon message. C'est urgent. Urgent, tu comprends ?…
    – Mac, ça ne va pas du tout. Je croyais savoir ce que je faisais… Je croyais qu'il voulait m'aider. Comment ai-je pu être aussi naïve ? J'étais amoureuse de lui… mais il est l'un d'entre eux. L'un d'entre eux, Mac !
    – Il faut que je te parle, Mac. Il y a tellement de choses que tu ignores. Tu ne sais même pas qui tu es !… j'espérais pouvoir te protéger de ce qui nous menace… Oh, non ! le voilà ! Ecoute-moi, Mac ! Il faut absolument que nous trouvions le Sinsar Dubh…"
    Sans demander l'avis de ses parents, Mac décide de partir en Irlande pour mener son enquête. Qu'est-il arrivé à Alina ? Qui a-t-elle rencontré ? Qu'est-ce que le Sinsar Dubh ?
    Juillet, Dublin, Irlande
    Sur les traces de sa soeur, Mac hante les pubs, le campus universitaire, les rues de Dublin, inspecte les recoins de son appartement, fouille ses affaires, questionne ses professeurs et cherche des réponses au-près de l'inspecteur O'Duffy, le policier chargé du dossier.
    La ville est étrange, le fog étouffe l'air, le soleil apparaît rarement, l'obscurité est souvent maîtresse du jour.
    Un soir, dans un café, découragée de ne trouver aucune information sur le singulier mot "Sinsar Dubh", elle imagine Alina attablée avec des amis, en train de boire, de rire, de vivre sa vie d'étudiante… Son regard erre sur les personnes qui l'entourent, lorsque soudain un homme, sublimement beau, entre. Sa virilité et sa perfection sont troublantes, presque inhumaines. Mac l'observe et curieusement perçoit un malaise qui titille ses nerfs, provoquant même des frissons de répulsions. le scrutant un peu plus intensément, elle commence à distinguer une deuxième physionomie. Comme dans une mascarade, l'homme commençait à se dévoiler et prendre l'apparence d'une créature des enfers. L'altération de ses traits offrait une vue et une odeur de pourriture, se dématérialisant et apparaissant comme un monstre de putrescence.
    Incompréhension, torpeur, frayeur, Mac refuse cette vision et la met sur le compte d'une hallucination passagère.
    C'est dans la boutique "Barrons – Bouquins & Bibelots", un collectionneur d'antiquités, libraire, qu'elle trouvera quelques explications. le monde dans lequel nous vivons risque de connaître un bouleversement radical. Il existe des dimensions et des peuples que l'on ne perçoit pas, sauf ceux qui ont la "Vision vraie", comme Mac qui découvre qu'elle est une Sidhe-seer, une tueuse de Unseelies, des faës sanguinaires.
    Sidhe-seer, Faës, Traqueurs, Unseelies, Seelies, Haut Seigneur, Vampires, Druides…
    Mac n'a qu'une obsession, trouver le meurtrier d'Alina. Pour cela, elle a besoin de l'aide de Barrons qui lui demande une contrepartie ; accomplir certaines actions assez périlleuses. C'est un homme énigmatique et mystérieux, d'origine picte, qui ne vit que pour retrouver le Sinsar Dubh, un manuscrit mythique et magique que de nombreux nababs souhaiteraient déterrer.
    "Barrons et moi avions notre façon à nous de communiquer. Nous tenions des conversations silencieuses lors desquelles nous pouvions exprimer par le regard tout ce que nous ne formulions pas à haute voix, et nous nous comprenions à la perfection.
    Vous êtes le personnage le plus imbu de lui-même que j'aie jamais rencontré ! ne m'exclamai-je donc pas.
    Si vos massacrez un autre de mes tapis de collection, j'aurai votre peau, s'abstint-il de rétorquer.
    Je ne peux pas vous empêcher de fantasmer, ne répliquai-je pas.
    Je n'ai que faire d'une gamine comme vous dans mon lit, mademoiselle Lane, garda-t-il pour lui.
    Rassurez-vous, ne répondis-je pas. Même si c'était le seul endroit dans tout Dublin à l'abri du Haut Seigneur, je ne voudrais pas y aller !"
    Entre des journées passées derrière le comptoir de la librairie à jouer les caissières et les nuits à chercher des objets cabalistiques pour Jéricho Barrons, Mac aborde toutes sortes de créatures et se transforme en Sidhe-seer.Sollicitée par la reine des Seelies, des faës pacifiques, elle craint de lui accorder sa confiance et ne se laisse pas corrompre. Maniant le bout de sa lance avec dextérité sur des Unseelies, Mademoiselle Lane exécute sa vengeance, ne souhaitant qu'être face au Haut Seigneur, archange de la mort. .
    .
    .
    Mon avis… Après un début de sourire, de rire, car certains passages sont croustillants de drôlerie, dès qu'un prince faë apparaît (postures délicates pour Mac, n'est-ce pas !), je me suis immergée dans l'histoire. J'ai passé de très agréables moments de lecture. Des âmes tourmentées, espèces de fantômes venues d'une autre planète, prennent une apparence humaine et se mêlent à nous, visitant notre terre avec leurs guides touristiques, tour-operator. Ils sont des Visiteurs et nous servons de base alimentaire. L'évolution de Mac, jeune fille de vingt-deux ans, blonde, simple, coquette, aimant les couleurs claires, le rose fushia, la chaleur, le soleil, en une walkyrie justicière, souvent habillée en noir, est surprenant. Son émancipation progresse à toutes pages. Nous fréquentons le fantastique. Quant à Barrons… l'incarnation des fantasmes d'une midinette, est irrésistible ; grand, musclé, beau, mystérieux, fort, protecteur, et vous ajoutez un "TRES" à tous ces adjectifs. Toutefois, il mériterait quelques fessées… Sous un vernis de vieille éducation, de politesse surannée, dans ses retranchements, il peut être d'une goujaterie !!!! (et très animal…).
    Le troisième et quatrième volume sont sortis, je m'attellerai à leur lecture dès la semaine prochaine.
    J'ai toujours eu peur de l'obscurité, une hantise de petite fille, mais après ces deux tomes, j'ai décidé de me balader les nuits avec une lampe torche accrochée à ma taille et un gyrophare sur la tête !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Pommesucre, le 11 mai 2012

    Pommesucre
    Vu l'engouement de différentes blogeuses et le lobby (ou harcèlement, selon) que les non initiés ont subi, on ne pouvait que craquer. Avec presque un couteau sous la gorge, comment faire autrement ?
    Bon j'avoue ... j'ai craqué de bon coeur après avoir vu que pendant un an pas mal de personnes étaient tout simplement amoureuses de cette saga qui vient de se terminer par un 5ème tome. Par contre, ce que je ne comprends pas c'est qu'on classe cette saga bit-lit ... y'a pas de bêtes à crocs dans l'histoire ...
    oui
    Donc MacKayla est une jeune femme sans grandes ambitions et qui se contente de profiter de l'instant présent. Instant présent qui se résume à profiter du soleil et de la piscine durant la croisière. Suite à deux mains gauches, son portable atterri dans la piscine, ce qui fait qu'elle reste injoignable si ce n'est que sur le fixe. Ce qui lui semble suffisant sachant qu'elle est en contact régulier avec sa soeur partie étudier en Irlande. Seulement, pour sa soeur, ça ne se passe pas comme prévu et elle se retrouve a tenter de joindre Mac sur son portable qui est définitivement éteint.
    Le jour où Mac apprend la funeste nouvelle, elle se met à écouter ses messages vocaux avec un appareil neuf et prend peur. Car tout indique un meurtre. Malheureusement on ne peut pas déterminer ce qui l'a agressé. Une bête ? Aucune morsure ne correspond à un animal connu. Un homme ? Personne ne peut laisser des traces pareilles.
    C'est contre l'avis de ses parents que Mac prends les voiles pour l'Irlande et trouver le meurtrier de sa soeur. C'est là que la vie de Mac sera bouleversée à jamais.
    oui
    Que ce soit clair, si vous dites bit-lit, je vous tape ^^ Car, à priori, dans ce premier tome il n'est pas fait mention de personnage central vampirique ou métamorphique. Ici c'est des faës en veux-tu, en voilà, donc de l'urban fantasy. Des faës qui sans leur couverture humaine, sont tout simplement répugnantes, immondes et puantes. Oubliez la fée clochettes, petite et mignonne sous ses airs de peste. Ici la faë est diaboliquement cruelle. Et c'est là une force de cette saga. Rien n'est enjolivé pour notre coeur de midinette. C'est noir et flippant par moment. Mais on aime ça, alors on lit toujours plus.
    C'est prenant parce qu'on se demande ce qui se cache derrière ce monde en apparence humain. La beauté peut cacher quelque chose de plus sombre et plus meurtrier. Et parmi certains humains, il y a des "privilégiés" qui peuvent voir le monde tel qu'il est réellement, les side-sheer (dont Mac fait partie).
    Une atmosphère oppressante, noire et parfois terrifiante, mais quel plaisir ! Je ne m'attendais pas à le lire aussi rapidement et me surprendre à en vouloir en savoir davantage.
    Mon gros bémol va surtout au manque d'information que l'auteur nous donne. Surtout concernant l'objet de la quête et le fameux Jericho Barrons. Ce manque d'information nous laisse à la fin avec un énorme cliffhanger cruel. Mais bon comme la suite est, paraît-il, tellement géniale je vais continuer, sinon j'avoue que je me serais pas ruée sur la suite demain ^^
    oui
    Parfois on se demande si notre chère Mac n'est pas l'archétype de la Blonde rose bonbon limite barbie. Aucune ambition, se limitant à vivoter et se faire belle de l'ongle à l'orteil (malheureusement je n'exagère rien). Et pourtant elle sait entreprendre de grandes choses, mais seulement si elle est poussée dans ses retranchements (comme le décès de sa soeur et le danger qui plane sur elle). Elle est têtue et coriace. Même l'évidence sous le nez et le nez dans le caca, elle ne veut pas admettre sa nature qui implique des questions plus profondes sur sa famille qu'elle ne souhaite pas aborder, ni même affronter dans l'immédiat. Mais bon à force, son entêtement est presque mignon et on oublie presque qu'on a envie de la baffer très fort à certains moment.
    Pour moi LE personnage c'est Jericho Barrons, les topines n'ont pas menti. Par contre je fais la gueule à l'auteur qui ne laisse rien filtrer sur le personnage. Donc on ne sait pas qui il est, ce qu'il est et on se meurt de le savoir, ce qu'on sait c'est qu'il est mystérieux à souhait. Cruel n'est-ce pas ?
    (petite paranthèse, je suis d'accord sur le fait que David Gandy fait un parfait Barrons)
    oui
    J'ai refermé ce livre sur une belle plume fluide mais terriblement mystérieuse et qui se termine par le fameux cliffhanger évoqué un peu plus tôt dans la chronique. C'est ce cliffhanger et Barrons qui me poussent à lire la suite. Sinon pour moi les choses auraient pu en rester là ^^
    Mais bon j'ai le dernier tome que j'ai remporté sur Les Chroniques de Madoka et comme la suite semble si géniale, je ne peux que craquer. Excuse bidon pour certains, mais béton pour moi *sifflote*. Ce premier tome m'a plu, mais ce n'est pas un coup de coeur pour autant. On verra ce que la suite me réservera !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par FadaOfBooks, le 22 juin 2012

    FadaOfBooks
    J'ai entendu parler des chroniques de MacKayla Lane surtout grâce au personnage masculin qui habite ses pages, bien entendu je parle de Jéricho Barrons ! Je ne connaissais pas du tout l'auteure mais j'ai tenté...et absolument pas regretté ! Ce n'est pas un coup de cœur, c'est quand même rare que je tombe amoureuse d'une série dès le premier tome, il me manquait le petit truc, mais bizarrement je sens que je vais le trouver ce petit truc dans le tome 2 !

    MacKayla Lane est une jeune fille de 22 ans sans grande ambition pour l'avenir, elle passe le plus clair de son temps entre bronzage, séances de manucure (vernis violet Myrtille glacée bien entendu) et son boulot dans un bar dans la petite ville d'Ashford en Géorgie.
    Jusqu'au jour où Alina Lane, la grande sœur de Mac, est retrouvée assassinée dans les rues de Dublin où elle était partit pour étudier. Mac décide alors de se rendre à Dublin pour découvrir qui a assassiné sa sœur. Aussitôt arrivée la jeune fille est catapultée dans un monde dont elle ignorait tout jusqu'à présent, celui des faës, où son rôle n'est pas des moindres. Un mystérieux libraire, Jéricho Barrons, va l'aider -à sa façon- à ne pas se perdre dans ce terrible monde...

    Mac est une jeune fille très attachante, je me suis tout de suite bien entendue avec ce personnage ! le récit à la première personne aide bien évidemment à l'apprécier dès le début. La façon dont elle s'exprime dans ce « journal intime » m'a fait sourire plus d'une fois ! Autant quand elle nous retranscrit ses dialogues avec les personnes qu'elle côtoie autant quand elle décrit un lieu ou tout simplement sa regrettée vie d'avant. Elle s'adresse à nous comme à une amie proche !
    Mac a de la répartie dans ses dialogues, malgré sa totale ignorance du monde des faës et le faite que Barrons la prenne pour une inconsciente (Il y a de quoi évidemment ^^) elle ne se laisse pas marcher sur les pieds !
    Mac est une jeune fille très rose bonbon, c'est une blonde bronzée qui attire beaucoup de regards mais ce n'est pas le cliché de la bimbo pour autant ! Elle a dix doigts elle sait s'en servir et elle est loin d'être écervelée. Bien sûr comme toutes personnes normalement constituées elle fait des erreurs. Mac n'est pas l'héroïne invincible, elle est la débrouillarde qui se dépatouille tant bien que mal dans un univers dangereux !
    Au cours de la lecture la jeune fille change physiquement et mentalement. Elle devient battante entraînée par une folle détermination pour venger sa sœur.
    Mac est très terre à terre, elle ne croit que ce qu'elle voit. Elle a mis un certain temps à accepter sa vraie nature et cela donne un côté réaliste au roman. Franchement c'est vrai quoi, si quelqu'un vous dit un jour que vous n'êtes pas totalement humain et que vous êtes un des « derniers remparts contre le chaos » vous serez capable de le croire vous ?

    Le deuxième personnage important de l'histoire est Jéricho Barrons. Un mot pour le décrire ? Mystérieux ! Franchement c'est dingue ! L'auteure nous offre un mâle virile, charismatique, sombre, envoûtant, extrêmement intrigant, troublant...et j'en passe ! Il sait tout sur tout, il est capable de faire des choses inhumaines et qui plus est d'être toujours là au bon moment. Plus les pages avancent plus le mystère s'agrandit ! Alors que logiquement c'est le contraire non ? Plus on lit plus on a des indices qui nous aide à savoir qui est réellement ce personnage ! Et bien là non, pas-du-tout ! Mystère et boule de gomme ! Qu'est ce que c'est agaçant quand il répond aux questions de Mac par une autre question ! On aimerait tellement, tellement en savoir plus sur lui ! Heureusement que notre chère Mac ne se laisse pas prendre à son petit jeu, elle aussi sait répondre par une autre question et parfois même piéger Mister Barrons !
    J'ai envie de lui faire confiance à ce Jéricho mais les zones d'ombre sur sa personne sont tellement nombreuses que j'ai peur de ce que je pourrai découvrir dans les futurs tomes !

    L'univers de lequel débarque à pieds joints Mac est celui des faës. D'un côté il y a les faës de Lumières, dit Seelie, et de l'autre il y a les faës des ténèbres, dit Unseelie.
    La seule autre série que j'ai lu sur les faës (et que j'ai très apprécié!) est la saga des Royaumes Invisibles de Julie Kagawa. Je pensais donc connaître quelques bases sur cet univers. Cependant, comparer les chroniques de MacKayla Lane avec les Royaumes Invisibles c'est comme comparer une souris avec une girafe, le rapport ? Il y en a pas ! Enfin si ce sont des mammifères les girafes et les souris et pour les bouquins et bien...
    Il y a les gentils Seelie et les méchants Unseelie. Enfin gentils seelie cela reste à déterminer ! Mais sinon pour le reste, très peu de rapports !
    Ici ce ne sont pas des créatures féeriques avec des oreilles pointues qui se trouvent dans les lignes de Karen Marie Moning mais d'immondes monstres indescriptibles tellement ils sont irréels !
    Cela ne m'étonne pas que la pauvre Mac veuille à tout prix ne pas y croire !
    L'univers est riche, bien expliqué très intéressant !
    Le danger est partout et le chaos prêt à se déclencher...

    Passons maintenant à l'intrigue qui, je tiens à le signaler, ne se termine pas dans ce tome.
    Nous avons d'un côté notre petite Mac qui veut retrouver l'assassin de sa chère sœur et de l'autre Barrons qui veut retrouver un mystérieux livre qui est censé se trouver sur Terre. Les deux ayant besoin l'un de l'autre, ils s'allient.
    L'enquête de Mac fait son bonhomme de chemin petit bout par petit bout et la quête de Barrons également, sans pour autant réellement avancer. Et oui, c'est étrange mais, en y repensant, je me rencontre que finalement, l'intrigue n'a pas tellement avancée. Nous avons bien des indices à la fin du roman mais comme nous dit Barrons : « On agit pas sur les bases de simples suppositions ». Ainsi notre petite Mac ne se trouve pas très bien avancée dans son enquête et Jéricho est encore très loin de son but (enfin bon il est capable de tellement de tours de magie celui-là que je ne suis même pas sûre de ce que je vous affirme ^^)
    Le coup de l'intrigue pas terminée incite bien évidemment à courir acheter le tome 2 !

    L'écriture de l'auteure est très appréciable et surtout fluide ! Mme Moning jongle entre descriptions, dialogues et actions avec adresse.
    Certains chapitres ne sont fait que des pensées de Mac, sans dialogue. Il existe donc quelques petites longueurs mais on passe facilement au dessus.
    On s'imagine parfaitement l'univers et le paysage de Dublin grâce aux descriptions.
    Quand Mac rédige ses chroniques, les événements se sont déjà déroulés depuis longtemps. L'auteure aurait pu tomber dans le piège du « j'en dis trop » mais non ! Mac nous sert un « ce n'est que plus tard que je m'aperçus que ce n'était pas le cas » laissant le suspens planer encore plus !
    Et puis les dialogues entre Jéricho et Mac sont tordants, on en redemande !

    Vous ne serez pas surpris si je vous recommande ce tome 1 ! Il vaut le détour et sa fin, qui n'est pas extrêmement spectaculaire, laisse une goût de « j'en veux encore plus », notamment du côté de ce cher Barrons qui m'intrigue encore alors que j'ai refermé le tome depuis quelques heures !

    Plongez dans cet univers exaltant et suivez admirablement les aventures de MacKayla Lane !


    Lien : http://fadaofbooks.eklablog.com/les-chroniques-de-mackayla-lane-tome..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Altervorace, le 04 septembre 2012

    Altervorace
    e dois d'abord te planter le contexte ami lecteur. AlterVorace se trouve dans sa hutte, le cerveau noyé dans la morve. Comme une gourde, elle se dit qu'elle va lire un peu et dégaine son Kindle où les quatre premiers tomes des Chroniques de Mackayla Lane l'attendent sagement.
    Deux nuits blanches plus tard et la morve toujours d'actualité, je peux le crier sur tous les toits : j'ai trouvé LA saga d'Urban Fantasy. A croire que madame Moning a le pouvoir de lire dans les esprits pour écrire exactement le récit que je ne savais pas vouloir lire. Je suis amoureuse. du style de l'auteur, du divertissement qui ne tombe pas dans la facilité, de la narration très bien construite : c'est bien simple, elle m'a menée par le bout de mon petit nez morveux. Je me suis identifiée à l'héroïne comme jamais. Mac est jeune et un peu superficielle lorsque le drame la frappe : sa sœur adorée est assassinée en Irlande, où elle poursuivait ses études. La petite américaine bascule dans le deuil puis dans les désirs de vengeance. Pour cela elle prend l'avion afin de faire pression sur la police de Dublin. Son univers bascule alors. Je ne t'en raconterai pas plus ami lecteur. Il est des choses que je ne voudrai gâcher à aucun prix. Les quatre premiers tomes de cette saga ont le pouvoir de te tenir en haleine de bout en bout. Les rebondissements se succèdent et on apprend à aimer Mac et à trembler pour elle. Pour la première fois de ma vie, le temps de ma lecture, j'ai cru en une mythologie. J'ai adhéré à cet univers sans me poser de question et pendant une nuit les faës ont existé pour moi.
    Cerise sur le gâteau, j'ai eu le coup de foudre pour un des personnages masculins. Si tu te renseignes sur la toile, tu verras que nous sommes une horde à avoir le cœur qui palpite pour Barrons -argh Baaaaaaaarrrrroooooons-. le tome 5 est d'ors et déjà sorti et je suis presque tentée de vendre un de mes reins pour me le payer au plus vite. Barrons, attends-moi, j'arriiiiiive...

    Lien : http://altervorace.canalblog.com/archives/2012/09/04/24724405.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la critique

> voir toutes (50)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Lefso, le 26 janvier 2012

    Ma philosophie tient en quelques mots : si personne n'essaie de me tuer, c'est une bonne journée.
    Autant vous le dire, ça ne va pas très fort, depuis quelque temps. Depuis, plus précisément, la chute des murs qui séparaient les hommes des faës.
    Au demeurant, je ne connais pas un sidhe-seer vivant qui puisse se vanter d'avoir passé une bonne journée depuis ce moment-là.
    Avant que ne soit scellé le Pacte entre les humains et les faës - soit vers l'an 4000 avant Jésus-Christ, pour ceux qui ne sont pas trop calés sur le sujet -, la situation était simple : les Traqueurs nous chassaient et nous abattaient sans sommation.
    Puis le Pacte interdit aux faës de répandre le sang humain. Au cours des six millénaires qui suivirent, à quelques siècles près, ceux qui étaient dotés de la Vision Vraie - des gens comme moi, qui ne pouvaient être trompés par le charme des faës - furent pris et jetés en captivité dans les geôles de Faery, où ils croupirent jusqu'à leur fin. La seule différence avec la période précédant le Pacte, c'est qu'au lieu d'être tués sur le coup, ils mouraient de mort lente dans les prisons unseelie...
    Contrairement à certaines personnes de ma connaissance, je ne nourris aucune fascination pour les faës. Ceux-ci agissent sur vous, à leur façon, comme une drogue. Si vous leur cédez, ils font de vous leur esclave. Si vous leur résistez, ils n'y parviennent jamais.
    À présent que les murs sont tombés, les Traqueurs sont revenus pour nous exterminer jusqu'au dernier. Comme si c'était nous, le fléau qui menace cette planète...
    Aoibheal, la souveraine seelie de la Lumière, n'est plus sur son trône.
    Personne ne sait où elle est, et certains commencent même à se demander si elle vit encore. Depuis sa disparition, Seelie et Unseelie souillent notre monde de leur guerre sanglante, et au risque de passer pour une rabat-joie, j'ai la conviction que les seconds sont en passe de l'emporter sur leurs frères plus pacifiques.
    Ce qui est une très, très mauvaise chose.
    N'allez pas en déduire que je préfère les Seelie. Loin s'en faut ! En ce qui me concerne, un bon faë est un faë mort. Seulement, les Seelie sont moins dangereux que les Unseelie. Ils ne nous abattent pas à vue. Ils préfèrent nous garder pour un autre usage.
    Le sexe.
    Car ils ont beau nous prendre pour des simples d'esprit, ils apprécient nos performances amoureuses.
    Lorsqu'ils ont obtenu d'une femme ce qu'ils voulaient, la malheureuse n'est plus que l'ombre d'elle-même. Possédée par une fièvre sensuelle, elle est la proie d'appétits charnels qu'elle n'aurait jamais dû découvrir et ne pourra jamais assouvir. C'est une maladie dont la guérison est longue et semée de rechutes...
    Mais au moins, on y survit. Ce qui laisse une chance à celle qui en est la victime de se battre pour retrouver sa vraie personnalité et envoyer ces saletés de faës au diable.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par FleurCannibale, le 26 octobre 2010

    _Quoi qu'il en soit, si vous faites de nouveau l'une de vos pénibles allusions à ma bouche et à une fellation sur votre personne, ne comptez plus sur mon aide.
    Je le vis croiser les bras, tandis que son regard se posait sur mes lèvres rouge vif.
    _Dois-je en déduire qu'il existe d'agréables allusions à votre bouche et à une fellation sur ma personne? Si c'est le cas, je serai heureux de les entendre
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 24         Page de la citation

  • Par Rozetta69, le 13 octobre 2010

    Mac est un personnage auquel on ne s'attache pas tout de suite, mais plutôt après avoir suivi ses doutes, son évolution, ses peurs et angoisses. Nous savons alors qu'elle n'est pas la fille superficielle qu'elle laisse paraïtre...
    Tous les personnages secondaires de ce roman, eux, sont mystérieux, et nous ne savons toujours pas, en lisant la dernière page, à qui nous fier, à qui faire confiance... (ce qui nous réserve, je pense, de grosses surprises pour les tomes suivants.)
    J'ai donc été très agréablement surprise par ce roman., et brûle (fièvre oblige^^) de lire la suite qui, je l'espère, sera à la hauteur.
    Trois tomes sont d'ores et déjà sortis en France aux éditions J'ai Lu : Fièvre Noire (DarkFever, dont vous avez la couverture ci-dessus), Fièvre Rouge (BloodFever), et Fièvre Faë (FaëFever), le quatrième tome, non paru en France pour l'instant (pour le 20 octobre 2010 en france !!), se nomme DreamFever et le suivant, ShadowFever sortira en Janvier 2011 aux Etats-Unis...
    Vous pouvez retrouver toute l'actualité des Aventures de MacKayla Lane et de Karen Marie Moning sur le site officiel : http://www.karenmoning.com/ .
    Et, de mon côté, je vais me replonger dans la bruine et le froid Irlandais, et accompagner Mac dans ses nouvelles aventures...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par FleurCannibale, le 26 octobre 2010

    Sans prévenir, il enroula son brad gauche autour de ma taille, posa sa main droite sur mon épaule, ses doigts frolant les rondeurs de mes seins, et m'entraina dans la brasserie, dardant des regards menaçant sur les homme assez téméraires -ou assez stupides- pour s'intéresser d'un peu trop près à mes courbes. Il n'aurait pas pu le proclamer avec plus de force: j'étais à lui, rien qu'à lui.

    Commenter     J’apprécie          0 18         Page de la citation

  • Par FleurCannibale, le 26 octobre 2010

    _Et faites quelque chose de vous cheveux, comme la nuit où je suis venu vous voir dans votre pension, par exemple.
    _Vous voulez que j'ai l'air de sortir de mon lit?
    _Ou du mien, de préférence.

    Commenter     J’apprécie          0 36         Page de la citation

> voir toutes (1)

Video de Karen Marie Moning

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Karen Marie Moning

"Shadowfever" by Karen Marie Moning








Sur Amazon
à partir de :
10,00 € (neuf)
7,73 € (occasion)

   

Faire découvrir Chroniques de MacKayla Lane, tome 1 : Fièvre noire par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (557)

> voir plus

Quiz