Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2359102206
Éditeur : Ankama Editions (2011)


Note moyenne : 4/5 (sur 135 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Tu mourras moins bête est un blog de vulgarisation scientifique en bande dessinée. Son auteure, Marion Montaigne, y aborde la science sous un angle humoristique, mais toujours dans un souci d'exactitude scientifique et une certaine pédagogie. Le premier tome de la bande... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (33)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par marina53, le 03 octobre 2013

    marina53
    Vous vous demandez toujours comment dans les films américains les héros survivent toujours aux blessures par balle alors qu'il en est tout autre dans la vraie vie?
    Vous vous demandez pourquoi il n'y a pas de parachute pour tous les passagers d'un avion?
    Vous vous demandez pourquoi on ne peut pas respirer dans l'eau comme dans le film Atlantide?
    Vous vous demandez pourquoi l'on n'a pas encore explorer le centre de la terre?
    Vous vous demandez pourquoi la téléportation n'existe pas encore alors que, dans les films, le héros s'en sort grâce à cela?
    Vous vous demandez si vous pouvez obtenir votre doctorat de médecine tout ça parce que vous vous êtes repassé en boucle toute la série de Grey's Anatomy?
    Vous vous demandez pourquoi Horacio dans les Experts Miami a toujours la tête penchée?
    A toutes ces questions existentielles et primordiales (surtout la dernière!) que vous vous posez, la professeure Moustache, accompagnée de son assistante Nathanaëlle, sera là pour y répondre, scientifiquement, preuve et étude sur le terrain à l'appui. Même pas peur!
    Voilà un album vraiment original où la professeure Moustache (justement parce qu'elle en porte une!) nous explique en long, en large et en travers toutes les bassesses, les foutages de gueule ou les invraisemblances que l'on voit sur les petits et grands écrans. C'est qu'on commencerait presque à y croire à la longue... C'est ainsi que la professeure démontre par A+B qu'il n'en est rien. Avec des dessins explicites et épurés, une mise en page aérienne et un trait simple, ces 28 petites séquences cyniques ou drôles nous apprennent finalement bien des choses. Marion Montaigne nous propose ainsi une certaine vulgarisation de la science à la portée de tous, et pour notre plus grand plaisir... On ne regardera plus la télé de la même manière!
    Tu mourras moins bête... je ne vise personne!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          4 42         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par LiliGalipette, le 26 décembre 2012

    LiliGalipette
    La professeure Moustache, affublée de la susdite pilosité et de deux protubérances ridicules que l'honnêteté nous empêche de qualifier de seins, a deux passions : les beaux gosses et la vulgarisation scientifique. Elle répond aux questions des curieux et décortique les effets spéciaux et autres invraisemblances des films d'action, de science-fiction et des séries télé. Grâce à la professeure Moustache, vous comprendrez pourquoi les sabres lasers ne peuvent pas exister et pourquoi les experts des séries TV font un travail de sagouin sur les scènes de crime ! Aidée par la plus ou moins consentante Nathanaëlle, sorte de disciple d'un génie Je-sais-tout, la professeure Moustache vous ouvrira les yeux sur les grosses ficelles du septième art. « C'est comme faire croire qu'en écrivant un blog pseudo-scientifique…, on paraîtra plus intelligent ! » (p. 34)
    Désormais, je pourrais citer Marion Montaigne pendant une soirée entre potes devant un gros film américain plein d'explosions et de gadgets. On va me haïr, mais ça pimentera les séances blockbuster ! Cette bande dessinée aurait pu s'intituler La science pour les nuls collés à leur écran 16/9° ! L'astérisque dans le titre renvoie au sous-titre : Mais tu mourras quand même. Voilà, on est prévenu, comme sur le blog de l'auteure d'où sont tirées les planches qui composent ce volume. le seul point négatif que je retire de cette lecture, c'est l'aspect très vilain des dessins. Je ne suis pas une adepte de l'école belge en bande dessinée et j'aime être surprise par des traits libres, voire anarchiques ou brouillons. Mais là, ça confine parfois au gribouillage… OK, les râleurs diront que je suis incapable d'en faire autant et que l'auteure a une formation graphique. Oui, bon, lâchez-moi : le dessin ne m'a pas plu, mais j'ai aimé les histoires.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par colimasson, le 03 avril 2013

    colimasson
    Arrêtez de rêver, ce n'est pas en regardant les Experts ou Grey's Anatomy que vous pourrez avoir votre doctorat ! Demain, nous ne pourrons pas utiliser des lasers pour nous amuser à faire la guerre, conservez plutôt vos pistolets en plastique, ils vous seront plus utiles ! La téléportation, l'hibernation dans l'espace, l'avenir à la façon de Minority Report, la respiration sous l'eau comme dans Abyss, la pratique de Chéri, j'ai rétréci les gosses ne sont que des chimères qui ont été créées dans le but de vous faire supporter votre triste quotidien ! Tout ça, c'est du bidon ! La science, ce n'est pas aussi rigolo que le cinéma.

    Qui pouvait nous enseigner une nouvelle aussi décevante, si ce n'était Professeure Moustache, première femme au monde à cumuler doctorat et moustache hitlérienne au-dessous du nez ? Fille illégitime d'Albert Einstein et de Stephen Hawking (seul miracle surnaturel que la Professeure voudra bien admettre), Internet lui a permis de propager son savoir par le biais du blog Tu mourras moins bête (mais tu mourras quand même).

    Dans ce premier volume, nous retrouverons les planches les plus réussies publiées au début de l'existence du blog. Celles-ci trouvent leur cohérence dans le plaisir pervers qu'elles trouvent à détruire tous nos rêves naïfs de spectateurs, avides de prodiges cinéphiles et de science-fiction. Ne blâmons pas la Professeure Moustache : elle ne fait que répondre à nos questions. Ainsi, chaque chapitre est lancé par une « question d'internaute » plus fictionnelle que réelle :

    « Chère professeure,
    Je ne regarde pas les Experts à la télé. Moi je préfère Grey's Anatomy. Avec tout ce que j'ai appris grâce à cette série, ai-je le niveau pour devenir médecin ? Hein ?
    Yannick »

    Et c'est parti pour une réponse qui, sous couvert de nous dévoiler l'absurdité de bien des créations échevelées de cinéastes tordus, nous permettra de comprendre que la science n'est pas aussi flexible qu'on veut bien nous le faire croire. Avec ses airs de savant fou, embarquée dans chacune de ses démonstrations avec manie et frénésie, la Professeure Moustache prend la relève des docteurs ès ‘Pataphysique (le Docteur Faustroll est peut-être son troisième père, qui sait ?). Sa verve intarissable, ses exemples dont l'absurdité est poussée jusqu'à l'extrême limite ainsi que ses références à des personnages faisant partie de notre héritage culturel (Derrick, Johnny Hallyday, Indiana Jones, entre autres grosses bêtes…) composent un savant pot-pourri surprenant et tordant. Professeure Moustache, sortez de derrière votre écran, clonez-vous et téléportez-vous dans chacune de nos écoles ! On prierait presque pour avoir comme devoir l'apprentissage par cœur de chaque chapitre de ce premier volume de Tu mourras moins bête. Passage en classe supérieure avec la suite de la série…

    Lien : http://colimasson.over-blog.com/article-tu-mourras-moins-bete-tome-1..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          7 11         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Sejy, le 21 août 2012

    Sejy
    Montaigne et la Science dans la docimasie didacto-cinématographique par l'absurde.
    Ou comment, à coup de pédagogie dynamite, Marion, qui pour l'occaz a passé la blouse et lâché les poils, rend ses honneurs à la réalité scientifique en brocardant (euphémisme !) les lieux communs ou autres incohérences grossiers dont les blockbusters et séries térabudgetisés nous noient à vannes grandes ouvertes.
    Oui, elle a raison la Prof Moustache ! Mourrons moins bêtes ! Et de rire tant qu'à faire. Parce que dans chaque saloperie que tout digne mediaphage (présent !) prend plaisir à s'enfiler (houla ! Elle part mal cette phrase), c'est par palettes de douze qu'on nous fait gober les nids de couleuvres.
    — « Sejy, zygomatiquement l'être humain n'a pas la capacité maxillaire pour gober un serpent et de plus on peut facilement imaginer le risque d'étouffement qui en décou.../ Oui, oui, merci pour ces précisions professeure »
    Il fallait réagir ! Et c'est par brêves-de-labo jubilatoires, faisant écho à autant de cartes postales curieuses ou crédules, que notre nouvelle éducatrice pileuse s'applique à une réjouissante entreprise de charcutage des inepties pelliculaires et télévisuelles : nager sous l'eau façon Patrick Duffy (l'Homme de l'Atlantide pour les jeunots) ? Voir l'avenir comme dans Minority Report ? Si une bombe atomique est envoyée sur Paris, ai-je une chance de survivre ? Une à une incisées, analysées et dégommées sur les bases d'une culture et de démonstrations scientifiques élevées à la bétonnière, truffées de mots succulents et de gags inventifs. C'est drôle, extrêmement drôle, et je me suis marré comme une baleine sur presque chacune des planches (si, si, avec la bouche qui s'ouvre, des sons qui sortent, des microspasmes et tout, et tout...).
    — « euh, à ce propos Sejy, j'aimerais apporter quelques clarifications anatomiques sur le déclenchement du phénomène rigolatoire qui.../ OK, c'est bon prof, on sait »
    Un gros paquet de friandises dans le plus adéquat des apparats. Oui, au fait ? Il est comment le dessin de Marion ? Magnifique (eh ! Je vous entends protester dans le fond !). Mais sérieusement, et sans vouloir initier de débat interminable sur les canons graphiques et la définition du beau : vraiment ma-gni-fi-que. Simplement parce que son trait d'apparence basique (Qu'ouïs-je !? Crade ?) est, selon moi, l'essence de l'éloquence. Cette ligne, si intrinsèquement hilarante (me ramenant d'ailleurs à celle de Bouzard, à qui je reconnais les mêmes immenses qualités) est en liberté, décomplexée (par moment anarchique) et dégueule (oui, je l'ai fait exprès) d'expressivité. Pas besoin d'un exposé de douze pages pour saisir le contexte. On regarde. On pige instantanément. On se bidonne. Et ce n'est pas donné à tout le monde. Après, suffit de faire sauter les cases pour filer un air sympa qui fleure le putain-j-ai-une-idée-! griffé à la hâte sur un coin de nappe en papier, de coller une touche d'aquarelle pour la fraîcheur... Et Voilà ! J'vous l'emballe ?
    — « Hum, humm, voyons Sejy ! L'analyse d'un style graphique ne peut pas s'embal.../ Ta gueule, ta gueule... Elle est un peu chiante des fois... »
    PS : juste une petite déception. Malgré toutes ces impostures dénudées et gaillardement flagellées, il se dresse encore, narquoise, la plus évidente, la plus horrible des mystifications : Prof, dans chaque film, le héros dégote toujours une place libre au bas de l'immeuble pour se garer...
    On en reparle au second tome ?
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par ibon, le 20 août 2013

    ibon
    BD de vulgarisation scientifique qui reprend les aberrations des films ou séries qui inondent les écrans. La concision des textes se marie parfaitement avec les dessins désopilants de Marion Montaigne.
    La narratrice apparaît sous les traits de la professeure Moustache. Elle accompagne, le plus sérieusement du monde, le lecteur avide de retrouver ses héros dans des situations improbables et peut-être curieux de connaître ce qu'il en serait en vrai.
    Ainsi vous saurez pourquoi Tintin est réduit en bouillie dans son scaphandre, quel aspect aurait Chewbacca avec un sabre laser crédible, comment ne pas envisager un voyage sur Mars, comment travaille un entomologiste forensique, si cloner des dinosaures est possible, etc.
    Même s'il est vrai que quelques dessins ont un aspect répugnant, la base d'un rire par page est respectée. Ça vous fera donc au moins 255 moments de gaieté explosive!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 12         Page de la critique


Critiques presse (5)


  • BullesEtOnomatopees , le 29 décembre 2011
    Ce premier tome de Tu mourras moins bête est indispensable. C’est drôle, intelligent, pédagogique, et ça permet de relativiser pas mal d’invraisemblances dont on se gave à longueur de blockbusters.
    Lire la critique sur le site : BullesEtOnomatopees
  • BDGest , le 14 novembre 2011
    Une saine lecture fortement recommandée pour les curieux de nature, les dubitatifs ataviques, les circonspects chroniques, et tous les amateurs d’impertinence intelligente.
    Lire la critique sur le site : BDGest
  • ActuaBD , le 10 octobre 2011
    Malgré des informations souvent très pointues et des démonstrations scientifiques s’avérant tout à fait sérieuses, ce premier tome n’abandonne jamais son humour décalé, parfois gore, mais toujours désopilant.
    Lire la critique sur le site : ActuaBD
  • BoDoi , le 05 octobre 2011
    C’est drôle , c’est intelligent, ça parle immédiatement aux ciné/téléphages que nous sommes, et en plus, après, on peut frimer en société. La classe quoi.
    Lire la critique sur le site : BoDoi
  • Sceneario , le 03 octobre 2011
    L’écriture de Marion Montaigne est vive, percutante et trouve une résonance dans son dessin. Son trait est assez minimaliste et ne cherche pas à être beau, mais plus que la simple illustration du scénario il fait partie intégrante du fort potentiel comique des planches. A l’instar de son propos plein de malice, la mise en scène fait mouche.
    Lire la critique sur le site : Sceneario

> voir toutes (15)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par ibon, le 20 août 2013

    L'exploration martienne représente beaucoup de problèmes qu'on ne sait pas encore résoudre. Le pire sera le stress...l'ennui et surtout les coéquipiers qu'il faudra supporter pendant plus de trois ans!
    - T'AS ESSAYÉ DE TE PENDRE?
    - oui.
    -EN APESANTEUR ? T'ES UN PEU CON.

    Commenter     J’apprécie          0 17         Page de la citation

  • Par colimasson, le 21 avril 2013

    […] l’asticot est […] très résistant aux microbes. Si on l’était autant que lui, on pourrait manger n’importe quoi de pourri sans tomber malade. On pourrait se faire transpercer de part en part puis on pourrait se vautrer dans un cadavre sans attraper d’infection. Cette résistance, la mouche la doit à un super peptide que l’asticot sécrète. […] S’il vous vomit dessus, réjouissez-vous !

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation

  • Par lilimarylene, le 18 octobre 2012

    C'est vrai qu'un sabre laser, c'est trop cool ! On en aurait vachement l'utilité, en plus ! Enfin des tranches de saucisson coupées nickel !
    Mais il y a un petit problème... Un laser, c'est de la lumière : des photons, les amis. Et les photons, ça ne s'arrête pas. Alors votre sabre laser, il devrait être sans fin !

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la citation

  • Par colimasson, le 05 avril 2013

    Bizarrement, au cinéma, se prendre une balle dans la jambe est toujours une bonne nouvelle.
    - Tout va bien ! c’est que la jambe ! Ca se soigne fastoche !
    - T’as raison ! Qu’est-ce que je peux être pessimiste, moi ! J’tiens ça d’ma mère, tu sais…
    En réalité, c’est moins super, surtout si l’artère fémorale est touchée !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par colimasson, le 09 avril 2013

    On rigole, mais les collisions entre un avion et un animal sont des plus fréquentes ! 34 000 collisions avec des oiseaux… par an ! Si bien qu’il existe des canons à poulets (déjà morts) avec lesquels on a bombardé les pare-brise à 800 km/h pour tester leur résistance (aux pare-brise, pas aux poulets).

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

> voir toutes (10)

Videos de Marion Montaigne

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Marion Montaigne

Marion Montaigne - Riche, pourquoi pas toi ? .
Quelques semaines avant Angoulême, à l?occasion de l'édition 2013 du festival Quais Des Bulles de Saint-Malo, Marion Montaigne vous présente sa bande dessinée "Riche, pourquoi pas toi ?", publiée aux éditions Dargaud. http://www.mollat.com/livres/montaigne-marion-riche-pourquoi-pas-moi-9782205071764.html Notes de Musique : Super Sloppy Space Junk ®








Sur Amazon
à partir de :
15,90 € (neuf)
40,00 € (occasion)

   

Faire découvrir Tu mourras moins bête, Tome 1 : La science, c'est pas du cinéma ! par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (220)

> voir plus

Quiz