AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2764401361
Éditeur : Québec Amérique (2001)

Note moyenne : 4.3/5 (sur 198 notes)
Résumé :
Sur le quai de la gare, Matthew attend l'orphelin qui les aidera, sa s?ur Marilla et lui, sur leur ferme. Mais c'est une rouquine aux yeux pétillants qui se présente? Extrêmement attachante, Anne va rapidement séduire son entourage par son courage, sa détermination et sa débrouillardise.S'amuser de la magie des mots, rire de ses propres défauts (ah, ces cheveux roux !), s'émerveiller face à la nature? Voici un roman feelgood inoubliable, plein de malice.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (42) Voir plus Ajouter une critique
Gwen21
Gwen2116 mai 2013
  • Livres 5.00/5
Qu'y a-t-il de plus réjouissant, de plus rafraîchissant et de plus exaltant que l'histoire d'Anne (avec un "e"), cette jeune orpheline, rouquine comme une carotte, et dont l'imagination semble sans limite ?
Comme beaucoup, je suis tombée sous son charme très tôt, d'abord devant mon petit écran, en visionnant mainte et mainte fois l'adaptation télé de très bonne tenue réalisée par Kevin Sullivan dans les années 80 avec Megan Follows en tête d'affiche. Puis, voulant goûter le plaisir de boire à la source, j'ai entamé la lecture de l'oeuvre de Lucy Maud Montgomery. Je n'ai pas été déçue ! Dans le livre, on retrouve cette même fraîcheur, ce même entrain, cette même candeur que dans le téléfilm ; on ressent le même plaisir.
Anne Shirley, enfant malmenée par l'existence, sans famille et sans amis, se trouve adoptée "par erreur" par un frère et une soeur d'âge mur, les Cuthbert, qui exploitent ensemble une ferme sur l'île-du-Prince-Edouard (Nouvelle-Ecosse). Voulant prendre en pension un aide agricole, ils se retrouvent avec une fillette sur les bras ! A cet instant, le destin d'Anne peut encore basculer, elle est sur le point d'être renvoyée à l'orphelinat mais... sa grâce, son espièglerie, son esprit et sa fantaisie séduisent Marilla et Matthew, les habitants de la fameuse maison aux pignons verts...
Anne, c'est un mélange exquis entre l'Alice de Lewis Carroll et le Tom Sauwyer de Mark Twain, un cocktail détonnant ! de péripétie en péripétie, d'aventure en aventure, Anne se laisse emporter par son imagination qui lui joue à la fois bien des tours et lui réserve ses plus beaux succès.
Le récit se laisse dévorer tant son romanesque juvénile fait vibrer la corde sensible de la nostalgie de l'enfance. Une enfance qui débute dans le drame (Anne est orpheline et longtemps jugée laide en raison de ses cheveux roux) et qui s'idéalise au fur et à mesure qu'Anne grandit et conquiert les coeurs de ceux qui l'entourent.
La personnalité des personnages est très fouillée par l'auteur qui s'intéresse aux rapports entre amis, entre enfants et parents (adoptifs ou non), entre voisins, entre générations, entre citadins et insulaires, entre frère et soeur... Un panel assez représentatif d'une société isolée sur son île, au tournant du XXème siècle, dans une atmosphère typique et unique où le XIXème siècle nous régale encore des froufrous de ses robes tout en laissant s'épanouir les progrès amorcés dans les sciences et les technologies. Dans ce contexte, les rapports sociaux évoluent également très vite, ouvrant à Anne, notre héroïne, une voie royale pour exprimer toute la richesse de sa personnalité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          454
Sachenka
Sachenka09 janvier 2016
  • Livres 4.00/5
Je viens de déposer Anne… la maison aux pignons verts. Un grand classique de la littérature canadienne anglaise. Ma première impression est assez favorable. C'est comme si Fifi Brin d'acier avait rencontré Tom Sawyer. La prémisse n'est pas des plus originales (même pour l'époque, le tout début du 20e siècle, qui connaissait déjà Rémi sans famille, Heidi et Oliver Twist…), mais elle fonctionne admirablement. Une orpheline de onze ans arrive à Avonlea, sur la petite Île-du-Prince-Édouard. Mais horreur, le couple Cuthbert, un peu âgé, attendait un garçon pour aider aux travaux à la ferme. le temps de démêler toute cette histoire, Matthew et même la sévère Marilla se sont attendris sur le sort de cette pauvre fillette. Oui, elle est bavarde, beaucoup trop même, oui, elle déborde d'énergie et surtout d'imagination, mais elle a le coeur à la bonne place. Tout le monde est charmé !
Le lecteur découvre en même temps qu'Anne Shirley sa nouvelle maison, Green Gables (les Pignons Verts) et le paysage bucolique de l'Île-du-Prince-Édouard, un lieu très peu exploité dans la littérature. Et très peu connu, aussi. Toutes ces fermes, ces vergers, ces terres agricoles, ces petits villages et ses habitants campagnards bien sympathiques. Et, comme si ce n'était pas assez merveilleux, la petite et sa nouvelle meilleure amie Diane rebaptisent à leur goût fantaisiste et romantique un bon nombre de lieux.
Je suppose qu'on peut qualifier cet ouvrage de roman d'apprentissage. En effet, il ne semble pas y avoir d'intrigue centrale (outre l'intégration d'Anne à son nouveau milieu et son cheminement vers le début de l'âge adulte). le lecteur suit la jeune protagoniste dans toutes ses péripéties : Anne va à l'école et s'attire les taquineries de Gilbert Blythe, elle oublie une tarte au four, elle perd un objet précieux, elle achète à un vendeur itinérant de la teinture pour faire disparaître (sans succès) la couleur rousse de ses cheveux « de diablesse », etc. Elles se succèdent, forment une multitude de scènes qui ne forment pas un tout.
Apparemment, l'auteur Lucy Maud Montgomery a puisé dans ses souvenirs de jeunesse pour coucher par écrit bon nombre de ces péripéties. Et cela paraît car le tout est décrit avec réalisme et justesse. On a l'impression de connaître le village d'Avonlea et ses habitants, d'être aux côtés d'Anne et de ses amis. Et les émotions sont au rendez-vous. Cela explique que, depuis une centaine d'années, beaucoup de petites filles se sont imaginées suivre ces aventures d'un temps plus simple, où tout finit bien. Les petits garçons – ou, du moins, une bonne partie d'entre eux – ont dû s'en lasser, il devait y manquer le point de vue masculin et un peu d'action.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
Northanger
Northanger25 août 2013
  • Livres 5.00/5
Cela faisait un an que ce joli roman dormait sur mon étagère. Paru en 1908, ce volume est le premier tome de la série consacrée au destin d'Anne Shirley, une orpheline au caractère bien trempé sur l'Ile-du-Prince-Edouard au début du XXème siècle. Peut-être que vous avez vu les trois téléfilms qui en sont tirés, le bonheur au bout du chemin avec Megan Follows. Il me semble que le premier volet est assez fidèle au roman et il m'avait paru plein de fraîcheur, à l'époque !
Anne, recueillie à contrecoeur par un couple de fermiers frère et soeur, Matthew et Marilla Cuthbert – Matthew désirait en effet un garçon susceptible de le soulager de certains travaux à la ferme-, ne tarde pas à égayer leur quotidien morose. C'est une jeune fille attachante, intarissable pipelette à l'âme romanesque qui insuffle de la poésie à tout ce qui l'entoure, rebaptisant les lieux et les fleurs à son gré afin de leur donner une couleur plus pittoresque.
Marilla, d'abord particulièrement réticente à la venue de la jeune fille, va peu à peu s'attacher à elle, bien qu'elle ait du mal à le reconnaître…
Le cadre est idyllique, dépaysant et prétexte à de jolies descriptions : « En contre-bas, il y avait une mare, si longue et si pleine de méandres qu'elle ressemblait à une rivière. Un pont la franchissait en son milieu, et, de là jusqu'à son extrémité la plus éloignée, où une ceinture de dunes de sable ambré venait la couper du golfe, d'un bleu profond, l'eau miroitait d'une féérie de couleurs aux nuances les plus subtiles. Elles oscillaient entre le jaune crocus, le rose, le vert opalescent et une myriade de teintes plus délicates, auxquelles on n'a jamais trouvé de nom. » (p. 23) Anne est une jeune fille atypique, à la personnalité bien dessinée : elle est terriblement rancunière et susceptible, mais aussi généreuse et altruiste, d'une extraordinaire curiosité, et surtout, adepte de romans et de poésie. On voit peu à peu s'esquisser des changements subtils dans son humeur et son caractère, au fil du temps – le roman s'achève lorsqu'elle a seize ans. On sent toute la tendresse de l'auteur pour son personnage au cours de ses mésaventures parfois désastreuses !Enfin, cerise sur le gâteau, l'écriture est soignée et délicate, un vrai régal ! C'est une très jolie fable sur l'adoption et les sentiments puissants qui lient Anne à ceux qui l'ont recueillie. Une lecture rafraîchissante, qui donne du baume au coeur, même quand on a la trentaine !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
afleurdemots
afleurdemots10 août 2016
  • Livres 5.00/5
Après la mort de ses parents, Anne Shirley, âgée de 11 ans, se retrouve un temps ballotée de foyer en foyer avant d'aterrir à l'orphelinat de Hopetown, en Nouvelle-Ecosse. De là, elle est finalement recueillie par Marilla et Matthew Cuthbert, dans une ferme à Avonlea. Le frère et la soeur, qui s'attendaient à accueillir un petit garçon pour venir les aider aux travaux de la ferme, se trouvent totalement désemparés en voyant ainsi débarquer cette frêle fillette à la crinière flamboyante !
Arrivée par erreur, l'irruption d'Anne au milieu de ces deux individus discrets et peu loquaces va pourtant faire des étincelles. De fait, la petite orpheline à l'imagination débordante et à la langue bien pendue introduit autant de vie que de bonne humeur au sein du foyer Cuthbert. Jour après jour, Anne va ainsi rétablir le dialogue et resserrer les liens entre Mathew et Marilla. Tel un ange tombé du ciel, sa personnalité solaire illumine la maison et apporte de la chaleur dans le foyer. S'il est souvent bien difficile pour Marilla et Matthew de suivre le fil décousu des pensées de la fillette qui se laisse parfois porter par les élans de son imagination, tous deux tombent rapidement sous le charme de la fraîcheur et de la spontanéité de l'enfant. Touchés par l'histoire d'Anne et séduits par son tempérament, les Cuthbert n'ont bientôt plus le coeur à renvoyer leur protégée à l'orphelinat.
« Quelle existence sans amour et sans consolations cette enfant avait connue ! Une petite vie de misérable esclave, solitaire et négligée ; Marilla était assez fine pour lire entre les lignes de l'histoire d'Anne, et pour deviner la vérité. Il n'était guère surprenant qu'elle eût été si enchantée à l'idée d'avoir enfin un chez-soi. » p70
Depuis sa chambre du pignon est, Anne laisse jour après jour vagabonder son imagination dans ce décor bucolique. Curieuse et vive, elle se satisfait des bonheurs simples et des petites joies du quotidien. Avec ses yeux d'enfant, elle n'a pas son pareil pour s'émerveiller des détails les plus anodins, faisant voir à son entourage le monde sous un jour nouveau et en révélant des beautés insoupçonnées.
« Les yeux d'Anne, épris de beauté, s'attardaient sur le moindre détail, dévorant tout avec une immense gourmandise ; elle avait vu, dans sa vie, tant de lieux parfaitement laids, la pauvre enfant, que cet endroit était aussi beau que ses rêves les plus fous. » p.55
A Avonlea, les ailes de son imagination fertile ne semblent connaître aucun obstacle. A peine arrivée à Green Gables, Anne s'approprie les lieux, rebaptisant les routes et les cours d'eau afin de leur donner des connotations féériques. Eprise de liberté et amoureuse de la nature, la fillette parle aux arbres et aux fleurs et multiplie les expéditions enchanteresses avant d'assourdir ses parents adoptifs du récit éclatant de ses découvertes.
Petit bout d'humanité abandonné qui ne manque pas d'audace, Anne conquiert avec succès les coeurs de tous ceux qui l'entourent. Elle est d'ailleurs la seule à parvenir à fendre peu à peu la carapace du taciturne Matthew : « […] Matthew et moi, nous sommes si proches que je peux lire dans ses pensées comme dans un livre. » « Ils étaient les deux meilleurs amis du monde, et Matthew remerciait chaque jour la Providence de ne pas avoir à réglementer l'éducation de la petite. C'était là une responsabilité qui incombait à Marilla, et à elle seule ; si elle lui avait échue, il se serait trouvé sans cesse déchiré entre son affection pour Anne et son sens du devoir. » p.297
Avec ce livre respirant de bons sentiments et d'humanité, Lucy Maud Montgomery parvient à nous faire passer du rire aux larmes en quelques pages. Au-delà du simple roman jeunesse, « Anne et la maison aux pignons verts » est aussi un formidable roman d'apprentissage, qui aborde avec justesse les thèmes de la résilience, de la famille, de l'amitié ou encore du passage à l'âge adulte. Naïve, maladroite, fière et susceptible, Anne porte en elle tous les défauts de l'enfance. Gilbert Blythe, un de ses camarades de classe, l'apprendra d'ailleurs à ses dépens. Suite à une boutade, le garçon s'attirera en effet les foudres d'Anne et fera les frais de sa rancune tenace de nombreuses années. Blessée dans son orgueil, la fillette entretiendra longtemps avec son ennemi fraternel une compétition féroce.
« « Tout feu tout flamme » comme elle l'était, les plaisirs et les chagrins de l'existence l'atteignaient avec une intensité exacerbée. » p.275
Aussi facétieuse que désarmante de sincérité, Anne est une héroïne irrésistible dont on suit les tribulations avec bonheur ! Certaines de ses péripéties (à l'instar de l'épisode du sirop de framboise ou gâteau à la vanille) ne sont d'ailleurs pas sans rappeler celles du personnage de Sophie de la Comtesse de Ségur.
« Marilla en était presque venue à désespérer de pouvoir jamais transformer cette enfant abandonnée en petite fille modèle aux manières posées et au comportement distingué. Elle n'aurait pas accepté d'admettre, en fait, qu'elle préférait infiniment qu'Anne demeurât comme elle l'était. » p.275
Vive, sensible et impétueuse, les excès de son caractère se nuancent pourtant peu à peu, au gré des expériences et des épreuves auxquelles elle se trouve confrontée. A mesure que les années passent, la jeune effrontée un brin sauvage se métamorphose en jeune fille plus douce et posée. Plus réfléchie, ses jugements se font moins définitifs et péremptoires.
Fidèle et loyale envers tous ceux qu'elle aime, Anne est un personnage terriblement attachant dont on suit le cheminement vers l'âge adulte avec tendresse et bienveillance. Agée de seize ans à la fin de ce premier tome, c'est le coeur serré que l'on quitte notre jeune héroïne aux portes de l'âge adulte.
Je remercie infiniment les éditions Zethel pour cette merveilleuse lecture !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
Kittyindk
Kittyindk17 juin 2014
  • Livres 5.00/5
J'ai lu ce roman (et les suivants) dans mon enfance au moins 2 fois. Je me souviens les avoir dévorés. Je rêvais d'avoir une imagination aussi débordante que cette petite orpheline aux cheveux roux. J'ai vécu avec elle, intensément, ses joies, ses peines, ses peurs, ses ambitions, ses regrets. J'ai savouré ses monologues, la moindre phrase, le moindre mot, ils sont tellement plein de poésie. Impossible d'en choisir une poignée pour les mettre en "citations", il faudrait copier le roman en entier!
En quête de romanesque, j'ai pioché ce livre sur mon étagère virtuelle et je l'ai relu, adulte, plus de 20 ans ont passé. Je m'en souvenais parfaitement, jusque dans les détails. Je me suis surprise moi même, je me souvenais de certains monologues d'Anne. C'est pour dire à quel point j'ai été marqué. Et bien, comme dans mon enfance, j'ai dévoré ce roman. J'ai ri, j'ai pleuré. L'espace d'un livre, j'étais une orpheline canadienne complexée par ses cheveux et ses tasses de rousseur, à l'imagination plus que prolifique, débarquant dans la vie de Marilla et Matthew, pour le meilleur et pour le pire.
Le livre est refermé maintenant. Je pensais juste en lire le premier tome, histoire de faire une pause poétique et de me rappeler des souvenirs d'enfance. Mais la tentation est trop grande. Où est donc le deuxième... AH! le voila...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Citations & extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
TheomaTheoma04 avril 2011
Marilla, n'est-il pas merveilleux de penser que demain commence une journée dépourvue de bêtises ?

Je te fais confiance pour remédier à cela, dit Marilla, tu n'as pas ta pareille pour commettre des bêtises, Anne.

Oui, je ne le sais que trop bien, admit Anne tristement. Mais, Marilla, n'as-tu pas remarqué quelque chose d'encourageant ? Je ne fais jamais la même bêtise deux fois.

Je me demande où est l'avantage, puisque tu en inventes toujours de nouvelles.

Mais, oh, Marilla, ne comprends-tu pas ? Il doit bien y a voir une limite au nombre de bêtises qu'une personne peut inventer, et, quand j'aurai atteint cette limite, ce sera terminé. Tu ne peux pas savoir à quel point cela me réconforte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Aline1102Aline110211 mars 2012
Madame Rachel Lynde habitait à l'endroit précis où la grand-route d'Avonlea plongeait brusquement dans le creux d'un vallon bordé d'aunes et de fuschias et traversé d'un ruisseau qui prenait sa source dans le bois, en arrière de la vieille maison Cuthbert. On disait que ce ruisseau impétueux serpentait à travers le bois par un mystérieux dédale de méandres, de cuvettes et de cascades, mais, une fois arrivé à Lynde's Hollow, il se transformait en un ruisselet paisible parfaitement discipliné, car même un ruisseau n'aurait pu passer devant la porte de Mme Rachel Lynde sans soigner son apparence et ses bonnes manières. Il était sans doute fort conscient, ce ruisseau, que Mme Rachel, assise derrière sa fenêtre, prenait bonne note de tout ce qu'elle apercevait, à commencer par les enfants et les cours d'eau. Il savait bien que, pour peu qu'elle remarquât quelque chose d'étrange ou de déplacé, elle ne serait en paix qu'après en avoir compris le pourquoi et le comment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
CielvariableCielvariable22 mai 2012
- Oh, vous pouvez parler autant que vous voulez. Ça ne me dérange pas.
- Oh, merci, merci beaucoup. Je sens déjà que vous et moi, nous allons nous entendre merveilleusement. C’est un tel plaisir que de pouvoir parler quand on veut, sans se faire dire que les enfants sont faits pour être sages et pour se taire! On m’a répété ça des millions de fois. Et les gens rient de moi, en plus, parce que j’utilise de grands mots. Mais si on a de grandes idées, il faut bien se servir de grands mots pour les exprimer, pas vrai ?
- Eh bien, ma foi, ça me semble raisonnable, dit Matthew.
- Mme Spencer a dit que je devais avoir la langue bien pendue par le milieu. Mais ce n’est pas vrai : elle est solidement arrimée à un bout. Mme Spencer a dit que votre domaine s’appelle Green Gables à cause de ses pignons verts. Je lui ai arraché tout ce qu’elle savait sur le sujet. Elle m’a dit qu’il y avait plein d’arbres tout autour. J’étais aux anges! J’adore les arbres. Il n’y en avait pas autour de l’orphelinat, à peine quelques pauvres choses chétives et rabougries, devant la bâtisse, étouffées dans des cages en forme de grilles et peintes en blanc. On aurait dit des orphelins, eux aussi, ces pauvres arbres. J’aurais presque pleuré, rien qu’à les regarder.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ShanaShana03 mars 2010
« Faire sa prière n'est pas tout à fait la même chose que prier, observa Anne, absorbée dans ses réflexions. Mais je vais m'imaginer que je suis le vent qui souffle, là-haut, dans le faîte de ces arbres. Lorsque j'en aurai assez des arbres, je m'imaginerai que je descends doucement, parmi ces fougères, et puis je m'envolerai jusqu'au jardin de Mme Lynde, et j'y ferai danser les fleurs, et là, d'un seul coup, je balayerai le champ de trèfle. Puis je soufflerai sur le Lac-aux-Miroirs et je le ferai onduler pour qu'il forme de petites vagues brillantes. Oh, comme le vent permet à l'imagination de vagabonder ! Eh bien, c'est fini, je ne dirai plus rien, Marilla. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
SachenkaSachenka06 janvier 2016
Comme la plupart des personnes peu loquaces, [Matthew] appréciait les bavards, pourvu que ceux-ci fussent prêts à assumer toute la conversation, sans attendre de réplique en retour.
Commenter  J’apprécie          250
Videos de Lucy Maud Montgomery (109) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lucy Maud  Montgomery
"Anne d'Avonlea" Livre vidéo. Non sous-titré. Non traduit.
autres livres classés : littérature canadienneVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
755 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre
. .