AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Maurice-Bernard Endrèbe (Autre)
ISBN : 2266000225
Éditeur : Pocket (2007)

Note moyenne : 3.34/5 (sur 70 notes)
Résumé :
Vous voulez suivre Elric dans sa quête éternellement recommencée à la pointe de Stormbringer, son infidèle épée ?
C'est l'occasion : le voici englouti dans une fracture du continuum, affrontant les habitants de la fin des temps... ou les derniers Danseurs, qui sont assez puissants pour changer leur univers à volonté (ce qui peut devenir lassant)... ou même les Seigneurs du Chaos qui, raillant les lois de la vérité, mettent les intrus au défi de les distr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (4) Ajouter une critique
Tatooa
01 avril 2016
  • 3/ 5
Alors alors... Je pense être la seule dans ceux qui ont mis leur avis à avoir lu (et adoré) "les danseurs de la fin des temps"...
Grave erreur (pour les autres). Car pour apprécier la nouvelle "Elric à la fin des temps", et bien il faut avoir lu la trilogie. Et là, point n'est besoin de faire appel à l'imagination car Moorcock a fait un travail de description formidable dans cet opus. Qu'Elric confonde les habitants de ce monde en déliquescence avec des "seigneurs du chaos" est juste the cherry on the cake de l'humour moorcockien.
Pour ma part, c'est avec un plaisir immense que j'ai retrouvé les personnages et l'atmosphère déjantés de la Terre en fin de vie, les distorsions temporelles qui y sont liées et les délires créateurs de ces personnages si délicieusement futiles.
Rien que pour ce plaisir, je ne peux pas mettre une note en dessous de la moyenne, forcément.
La seconde et très courte nouvelle est juste, effectivement, pour le plaisir de retrouver Elric une dernière fois.
La troisième nouvelle est juste une horreur, à la fois d'écriture et de traduction (mais bon, le texte de base est mauvais, c'est un fait). Totalement incohérent, sans humour, on dirait un mauvais synopsis de roman ou de film d'action de série z. Ce qui m'a fait sourire c'est comment Moorcock se la pète dans son introduction datée de 1983. Je cite : "J'ai toujours éprouvé beaucoup de facilité avec la fantasy et je suppose qu'il est courant de faire peu de cas de ce qu'on l'on réalise sans peine".
Ben vu "Sojan" (écrit à 17 ans, certes, mais on peut se demander comment ça a pu être sélectionné pour être édité, franchement), je crois qu'il a quand même du bosser un brin avant d'arriver à un résultat comme Elric, et plus encore pour "les danseurs de la fin des temps", ses bouquins les plus aboutis à mon sens.
On a beau être doué, sans du travail autour, on peut écrire comme un pied.
La dernière nouvelle, j'ai bien aimé, sauf la fin, un comble, mdr !
Je vais quand même mettre 3 étoiles, mais entendons-nous bien, c'est juste pour Elric ! ;-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
Pavlik
02 mai 2014
  • 1/ 5
Je m'étais dit, tiens un petit Elric, ça fait longtemps. Certes, je n'ai jamais été le fan numéro un de cette saga, mais quand même, Elric des dragons et Elric le nécromancien étaient plutôt bien passés. Et puis Elric à la Fin des Temps il faut avouer que ça claque comme titre.
Renseignements pris, je réalise que la fin était prévue, dans l'esprit de Moorcock, au huitième livre, c'est-à-dire Stormbringer. Mais face aux sollicitations diverses il a écrit la nouvelle Elric à la Fin des Temps. En consultant le sommaire je constate, qu'en réalité, le présent ouvrage ne contient que deux histoires du célèbre albinos, les deux autres relatant une "aventure" de Sojan et d'un dénommé Cathraz. le Mélancolique. Une légère impression de m'être fait avoir me saisis et je me dis qu'heureusement je n'ai pas déboursé un cent pour acquérir ce livre. Mais je n'abandonne pas mon idée pour autant et entame cette lecture qui s'est avéré des plus ennuyeuse.
La première nouvelle nous relate, donc, le passage d'Elric sur le plan de la Fin des Temps, guidé par son épée, à la recherche d'un Plan susceptible d'accueillir son maître, mourant suite aux terribles combats qui eurent lieu à la fin de Stormbringer. Cette histoire est le seule digne d'intérêt de ce recueil. le Plan de la Fin des Temps, habités par des êtres fabuleux, qui sont pour Elric des Seigneurs du Chaos, peut-être modelé à loisir, pour peu qu'on ait une volonté assez forte, et un minimum d'imagination. Pour les rôlistes ça rappel évidemment le Chaos Elémentaire de Donjons et Dragons. On y croise des personnages assez savoureux, tels que Werther de Goethe ou le Duc de Queens, qui sont immortels et n'ont pas du tout les mêmes préoccupations qu''Elric qui ne cherche qu'à rentrer chez lui, ce qui donne lieu à quelques dialogues savoureux. Pour Moorcock ses récits sont avant tout des distractions, destinées à donner du plaisir aux lecteurs et "tout ce qui est profond dans ces volumes est à mettre sur le compte de celui qui le découvre". Bien, alors disons que j'y ai trouvé ceci : ce Plan modulable selon ses désirs renvoie à une toute puissance enfantine, une époque où le dire et l'être s'entremêle. Peut-être est-ce la source du plaisir qu'on prend à lire cette histoire, parce que ce n'est pas pour ce qu'elle apporte de plus à la saga. Comme une friandise à la fin d'un bon repas : ça ne sert à rien mais ça fait toujours plaisir.
La deuxième nouvelle, le Dernier Enchantement, est tout à fait anecdotique. Propulsé sur le Plan du Chaos (encore!), par l' enchantement d'un homme qu'il a refusé de secourir, Elric est soumis à une épreuve des Seigneurs résidents, à savoir créer quelque chose qui pourra les surprendre. On peut éventuellement trouver la fin (un peu) sympathique.
La troisième nouvelle, baptisé Sojan, fait partie des premiers écrits de l'auteur et ça se sent : style insipide et plat, univers (science fantasy matinée de steampunk) complètement caricatural et incohérent (on connait les armes à feu, pardon à air comprimé, mais on se bat à l'épée, on a inventé les aéronefs à moteur mais on navigue encore à la rame etc), personnage stéréotypés. Une lecture qui fait presque mal aux yeux
La dernière nouvelle, très courte, est intitulée la Chose de pierre et je ne vous dirais pas ce qu'est cette chose mais sachez que c'est plutôt comique (enfin si on aime rire jaune).
Pour conclure, Elric à la Fin des Temps est parfaitement dispensable : à ranger dans le carton "objets pour caler les meubles", à côté du dictionnaire d'allemand de 4eme et des disques de Michel Sardou de mamie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          78
frankgth
28 juillet 2013
  • 2/ 5
Dans ce dernier tome on en rajoute une couche dans le coté fantastique qui ne m'a vraiment pas convaincu dans les précédents. C'est assez décousu et n'apporte pas grand chose au personnage. Pour une fois je suis heureux qu'un livre soit très court...
Pour revenir sur la série, j'avoue que j'attendais mieux au vue de sa réputation. Mais manifestement elle n'était vraiment pas faite pour moi.
Commenter  J’apprécie          50
Skritt
19 juillet 2014
  • 3/ 5
Ce dernier roman de la saga d'Elric est un recueil de quelques nouvelles se situant dans l'univers d'Elric ou dans un univers similaire.
La première nouvelle consiste plutôt à traiter Elric comme sortant de l'esprit de personnes, Elric étant finalement le fruit de l'imagination débordante. Ce personnage qui l'imagine essaye de lui fournir une histoire, un quête, un but dans la vie.
La deuxième nouvelle se déroule dans un univers dont le héros se nomme Sojan. Un mercenaire qui traverse les continents pour découvrir le monde et le sauver à sa manière. Ses découvertes sur les origines de l'homme sont la suite logique que nous pouvons donner à Elric. La dernière nouvelle, qui ne fait que quelques pages, se termine sur une chute humoristique.
L' écriture de Michael Moorcock est devenu au fil de ses romans de plus en plus accomplie. En revanche, ces nouvelles sont assez décevantes. En toute honnêteté, elles ne méritaient pas une édition, encore moins une proposition de leur auteur. Elle sont sans intérêt et n'apporte rien de plus à la saga d'Elric, sauf à montrer son créateur s'en moquer ouvertement.
Lien : http://skritt.over-blog.fr/a..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Les critiques presse (1)
SciFiUniverse14 juin 2011
Ce recueil, pour ceux qui ont lu l'intégralité de la saga d'Elric, ne pourra que décevoir. Les textes présents ont été rassemblés dans un patchwork assez inégal.
Lire la critique sur le site : SciFiUniverse
Citations & extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
TatooaTatooa31 mars 2016
A l'instar de tant d'autres, il semblait croire que l'apitoiement sur son propre sort était équivalent à l'inspiration artistique. Dans une époque antérieure, il aurait pu se forger un public et devenir très riche (l'apitoiement sur son propre sort étant pris pour de la passion dans la conscience populaire).
(Dans "Elric à la fin des temps")
Commenter  J’apprécie          110
frankgthfrankgth24 mars 2013
Qu’est-ce qui vous manque le plus ? demanda la femme.
Elle appuya son corps tendre contre lui. Il feignit de ne rien remarquer. Il savait ce que la chair magique pouvait dissimuler, chez une sorcière.
— La paix, répondit-il à voix basse. Et la guerre. Car dans la bataille je trouve une sorte de paix…
Commenter  J’apprécie          60
PavlikPavlik30 avril 2014
-Et si nous échouons ?
Il haussa les épaules.
-Nous pourrons alors subir le plus grand tremblement temporel qu'ait jamais connu l'univers.
-Vous exagérez.
-Pourquoi pas ? Tout le monde fait de même.
Commenter  J’apprécie          40
TatooaTatooa17 mars 2013
Elric de Melniboné agita un poing blanc comme l'os en direction des étoiles avides et menaçantes... Les yeux de tous ceux dont il avait volé l'âme pour entretenir son propre corps affaibli. Il baissa le regard. Bien qu'il eût l'impression de se tenir sur quelque chose de solide, seules les ténèbres s'étendaient au dessous de lui. On eût dit qu'il était accroché au centre de l'univers. Ici aussi il distinguait des points fixes de lumière jaune. Allait-il passer en jugement ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SkrittSkritt19 juin 2014
La plupart du temps, quand des gens en colère parlent de "liberté", ce qu'ils demandent en fait est beaucoup plus simple... ils veulent le respect.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Michael Moorcock (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michael Moorcock

Michael Moorcock - le cycle d'Elric
A l'occasion de sa venue sur le stand de la Librairie Sauramps à Montpellier lors de la Comédie du Livre 2013, Michael Moorcock nous a accordé un entretien e...
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
773 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre